AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246736318
275 pages
Grasset (07/10/2009)
3.68/5   36 notes
Résumé :
Choisir qui l'on aime, aimer qui l'on veut : pour arriver à ces libertés qui nous semblent évidentes, il a fallu une longue révolution du sentiment commencée au XVIIIe siècle.
Mais ces droits chèrement acquis ont un prix. Comment l'amour, qui attache, peut-il s'accommoder de la liberté, qui sépare ? C'est tout le dilemme du couple contemporain, qui vénère à la fois la passion et l'indépendance.
Le nouvel essai de Pascal Bruckner raconte, à travers les ... >Voir plus
Que lire après Le paradoxe amoureuxVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Tout simplement, j'ai dévoré le premier tiers d'une traite. Bruckner y dépeint les rapports amoureux d'aujourd'hui avec beaucoup de justesse et de précision. La langue est maitrisée, la lecture agréable et jamais pontifiante. le second tiers est amusant, on y parle de sexe, alors forcément... mais il faut bien admettre qu'en la matière on apprend pas grand chose car le sujet est tout de même bien plus galvaudé que celui des sentiments amoureux. Le dernier tiers, m'a laissé un peu plus sur la réserve. L'aspect biblique et philosophique de la question s'adressant sans doute à d'autres que moi. L'ensemble reste tout à fait bon et recommandable, et le cri étrangement mesuré mais sincère que pousse l'auteur en faveur de l'Amour ne peut laisser indifférent. La manière espiègle dont il se moque de ceux qui n'y voient qu'une basse manipulation de nos gènes pour nous pousser à la reproduction, ou de ceux qui le dédaignent comme une copie imparfaite de l'amour divin, est un délice...
Commenter  J’apprécie          50
Pascal Bruckner fait un état des lieux de l'amour, à la lumière des révolutions du couple et de la famille via notamment mai 68. Il réalise que même si les Hommes sont plus libres dans leurs pratiques amoureuses, l'amour est de plus en plus complexe et la cohabitation entre les traditions et ses révolutions créent des paradoxes. Comment l'amour qui attache peut-il s'accompagner de la liberté qui sépare ?

Après avoir fait le tour des différents sens que revêt ce même mot : le désir (Eros et bien sûr Thanatos !) et la possessivité (je t'aime = JE T'AI), le cul et le cucul, l'amitié, la famille, ou bien encore la foi, il en arrive à la conclusion suivante : « Il y a progrès dans la condition des hommes et des femmes mais il n'y a pas de progrès en amour. »

On demande trop à l'amour et « on parle trop de l'amour tel qu'il devrait être et pas assez tel qu'il est ». le bonheur, disait Mme de Sévigné, c'est d'être auprès de ceux qu'on aime. Je n'ai plus rien à ajouter si ce n'est que l'amour se vit et ne se théorise pas. Je ne crois pas en l'amour, je crois en les personnes que j'aime.
Commenter  J’apprécie          30
Au vu des apparitions télévisées de Pascal Bruckner, je m'attendais à une sorte de sociologie de la sexualité et des sentiments amoureux : l'amour post soixantehuitard ("sex and drugs and rock'n'roll"), post Sida (le retour du puritanisme), post Internet (la banalisation de la pornographie)...
Certes, l'écriture est soignée (un peu trop, parfois, selon cette manie bien française de "sur-écrire"), l'érudition incontestable, les réflexions souvent extrêmement intelligentes (Pascal Bruckner a bien compris l'ambiguïté, les contradictions du sentiment amoureux).
Mais le tout est délivré dans la plus grande confusion : aucun plan, aucun fil rouge, juste une suite de considérations/citations/choses vues ou entendues...
Suite qui a fini par me lasser, ce qui fait que je me suis arrêté de lire à la page 105, très exactement.
Commenter  J’apprécie          30
Après Denis de Rougemont "L'amour et l'occident" (1939), bien après son propre "Le nouveau désordre amoureux" (1977), co-écrit avec Alain Finkielkraut" mais avant Eva Illouz "Pourquoi l'amour fait mal (2011), avant Olivia Gazalé "Je t'aime à la philo" (2012), Pascal Bruckner livre en 2009 ce petit essai sur l'amour qui a le mérite d'être synthétique et comme toujours, riche de formulations flamboyantes, ramassées, percutantes, esthétiques. le style Bruckner est inimitable. J'aime son style, ses pépites. Ses réflexions ici n'ajoutent pas d'idées nouvelles aux réflexions et problématiques de l'amour, mais il est toujours stimulant de remettre ce sujet sur le tapis à différents moments de sa vie.

La quatrième de couverture résume finalement le livre avec cette belle question : " Comment l'amour, qui attache peut-il s'accommoder de la liberté, qui sépare ? C'est tout le dilemme du couple contemporain, qui vénère à la fois la passion et l'indépendance. Il y a progrès dans la condition des hommes et des femmes mais il n'y a pas de progrès en amour."

L'amour fait souffrir, souvent, mais sans l'amour, la vie serait bien fade.
Commenter  J’apprécie          10
Le paradoxe amoureux de Pascal Bruckner (Grasset) le dilemme du couple contemporain, qui vénère à la fois passion et indépendance. Selon Bruckner, nous n'avons pas trouvé la solution aux souffrances de l'amour, nous n'avons fait qu'en multiplier les paradoxes. Depuis la "révolution du sentiment" commencée au 18ème siècle, il y a des progrès dans la condition des hommes et des femmes mais il n'y a pas de progrès en amour! Qu'avons nous gagné à cette libération: le droit d'être seul: 14 millions de solos en France, 170 millions dans l'Union Européenne
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Ce que deux êtres se donnent de plus beau, ce n'est pas seulement leur corps, leurs plaisirs, leurs talents mutuels, c'est une histoire à nulle autre pareille qui les liera à jamais même s'ils doivent se quitter [...] Quant à la souffrance amoureuse, elle est indissociable de la félicité, notre chagrin nous plaît et nous manquerait s'il venait à disparaître, délices et douleur mêlées. On peut bien piétiner l'amour, le maudire, se gargariser de pathos facile, il n'empêche que lui et lui seul nous donne le sentiment de vivre à haute altitude et de condenser dans les moments où il nous ensorcelle les étapes les plus précieuses d'un destin. La passion est peut-être vouée à l'infortune, c'est une infortune plus grande encore de n'être jamais passionné.
Commenter  J’apprécie          90
* . Comment l’amour, qui attache peut-il s’accommoder de la liberté, qui sépare ?
* Il y a progrès dans la condition des hommes et des femmes mais il n’y a pas de progrès en amour.

* La sexualité était une bête qu’il fallait enchaîner, selon les premiers chrétiens ; c’est désormais un animal fabuleux qu’il faut libérer.
Eros était un dieu pour les anciens ; pour les Modernes, il est censé faire de nous des dieux.

* Si la volupté de l’amour est de ne plus s’appartenir, la volupté du moi est de ne jamais s’abandonner. Hommes et femmes veulent éprouver le grand frisson sans se perdre et redoutent d’être floués. D’où cet effroi relationnel des couples modernes qui se cherchent, se fuient, ce ballet d’engagements passionnels et de retraites précipitées. Tout amoureux parle ainsi deux langues, celle de l’attachement fatal et celle de la libre disposition de soi. Toute liaison est vécue comme une chance et comme un étouffoir qui nous vole à nous-mêmes.

* Au final, nous éprouvons pour cette cohorte d’hommes et de femmes que nous avons chéris, brûlés, blessés, mal aimés une reconnaissance insondable : ils nous ont faits ce que nous sommes et un peu de leur substance demeure jusqu’à la fin dans notre chair.

* Entre rêver sa vie et vivre ses rêves, il est un troisième terme : vivre une vie qui nous suffoque sous sa surabondance et souligne la pauvreté de nos rêves. « J’appelle ivresse de l’esprit, disait Ruysbroek, un mystique flamand de la Renaissance, cet état où la jouissance excède les possibilités qu’avait entrevues le désir. »

* Quand l’amoureux bégaie, le séducteur parade : il étale sa dextérité, ses ors et ses pourpres et va vers sa cible, infaillible.

* Là où le Français dit : « Faisons l’amour », l’anglais des séries et des films dit : « Let us have sex ». La différence n’est pas que sémantique, elle reflète deux visions du monde : ici il s’agit d’un besoin pressant et animal comme la faim et la soif, là d’un acte complexe qui donne lieu à toute une érotique, l’amour qui se fait autant qu’il nous fait (André Hardellet), construction subtile plutôt qu’évacuation organique. Bestialité d’un côté, cérémonie de l’autre.

* Se déprendre d’un être, c’est délaisser tous les mondes qu’il incarnait. Et quand il s’en est allé, persistent à graviter autour de nous, comme autant de fantômes, les univers dont il était l’initiateur.

* Deviens ce que tu es, disait Nietzsche. Mais deviens aussi ce que tu n’es pas, éventuellement meilleur. Les Lumières tablaient sur la perfectibilité de l’être humain.

* L’amour produit un nouveau cogito : tu m’aimes donc je suis (Clément Rosset), je t’aime, donc nous sommes.

* Le fameux vers d’Aragon « Il n’y a pas d’amour heureux », est à la fois très beau et très faux : il prend sur toute relation le point de vue de la fin. Il faut soutenir l’inverse : il n’y a d’amour qu’heureux tant qu’il persiste même si la passion s’éteint un jour. Ce que deux êtres se donnent de plus beau, ce n’est pas seulement leurs corps, leurs plaisirs, leurs talents mutuels, c’est une histoire à nulle autre pareille qui les liera à jamais même s’ils doivent se quitter.

* Pourquoi la réprobation est-elle moindre envers un gigolo qu’envers une fille alors qu’ils pratiquent le même métier ? On continue à faire du génital la métaphore du corps féminin, on prend la partie pour le tout. L’homme a un sexe, la femme est son sexe. Le donner pour elle, c’est se perdre.
Commenter  J’apprécie          12
Mais aucune séparation n'est simple et ne consiste à simplement tourner la page : des êtres anciens résonnent en vous longtemps après leur départ, reviennent vous hanter, vous tirer par la manche. Des retours de flamme existent à quinze ou vingt ans de distance pour des rencontres de jeunesse qu'on n'a pas su apprécier. Il est des couples enfin qui persistent à coexister par l'esprit alors qu'ils ont cessé de se voir. La rupture est la voie que leur amour a choisie pour se prolonger sans être importuné par la vie commune.
Commenter  J’apprécie          90
Par sa seule présence, un étranger a fracturé ma vie en deux et je voudrais revenir à moi sans le perdre. La collision amoureuse est l'irruption d'une verticalité dans le calme plat de l'existence ; elle est douleur et jouissance, bourrasque et ressourcement, brûlure et parfum. Comment dompter cet autre qui m'étourdit, me foudroie de sa hauteur ? Par un aveu qui sera tout à la fois supplique et interrogation.
Commenter  J’apprécie          70
Tomber amoureux, c'est rendre du relief aux choses, s'incarner à nouveau dans l'épaisseur du monde, et le découvrir plus riche, plus dense que nous ne le soupçonnions. L'amour nous rachète du péché d'exister : quand il échoue, il nous accable de la gratuité de cette vie. Seul, je me sens à la fois vide et saturé : si je ne suis que moi, je suis de trop
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Pascal Bruckner (94) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Bruckner
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5  | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
Au programme :
• Recherche bien-être éperdument On revit quelques uns des meilleurs moments de l'émission où il a été beaucoup question de santé et de bien-être avec notamment les conseils avertis de philosophes, de sociologues, Raphaël Enthoven, Pascal Bruckner, Christophe André, Perla Servan-Schreiber mais aussi ceux de Michel Cymès.

• Très chers parents Des artistes qui rendent hommages à leurs parents, Daniel Guichard, Michel Denisot, Salvator Adamo, Catherine Frot, Bernard Hinault, Elie Semoune... ou qui sont devenus parents et que cette nouvelle responsabilité a inspiré Jamel Debbouze, Daniel Auteuil, Gérard Jugnot et son fils Arthur, Matt Pokora, Miou-Miou et Manu Payet se sont confiés
+ Lire la suite
autres livres classés : mémoiresVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (154) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
827 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..