AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020551175
300 pages
Éditeur : Seuil (03/04/2002)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Nous autres, Européens, avons été élevés dans la haine de nous-mêmes, dans la certitude qu'au sein de notre culture un mal essentiel exigeait pénitence. Ce mal tient en deux mots : colonialisme et impérialisme.
La mauvaise conscience oriente le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur le Tiers-Monde, surtout depuis la fin de la guerre d'Algérie. Elle a créé le « tiers-mondisme », idéologie désignant l'Europe et l'Amérique comme la cause unique de tout ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
RShaka
  06 janvier 2020
Un bon livre qui démarque l'imposture idéologique de l'accusation systématique de l'homme blanc et de la naïveté vis-à-vis du Tiers-Monde, une bonne bouffée d'air frais et de vérités dans un monde de postures et de mensonges victimisantes.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
THonigerTHoniger   22 janvier 2014
La vérité insupportable que nous souffle tout déplacement à l'étranger est celle-ci: à chaque être échoit de vivre et de mourir dans l'impasse que représente sa culture.
Commenter  J’apprécie          40
brianmathebrianmathe   19 février 2014
Avec le petit écran, l'horreur elle-même devient digestible et n'est plus mandatée à nous surprendre [...]. La télévision est le meilleur antidote au pouvoir de mobilisation de ses propres images. Quand la catastrophe devient quotidienne, elle se transforme en fait divers"
Commenter  J’apprécie          20
GrapheusGrapheus   27 janvier 2009
Ce livre ne propose pas la énième vision doloriste du Tiers-monde, n'invite pas aux larmes suspectes, aux apitoiements dédaigneux. Il tente, au contraire, une approche positive du Sud.
Entre la suffisance et la masochisme, j'ai voulu tracer la voie d'un "européo-centrisme paradoxal" qui porte les Occidentaux vers le dehors sans les contraindre à se renier.

Commenter  J’apprécie          10
Jean-DanielJean-Daniel   28 septembre 2019
La rencontre avec l'autre se fait toujours dans un contexte de réticence et d'émerveillement. Le pire, c'est de rater la merveille par peur ou paresse...
Commenter  J’apprécie          30
brianmathebrianmathe   19 février 2014
Le pire, c'est de rater la merveille par peur ou paresse et de rester claquemuré en soi, dans le provincialisme de son identité.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Pascal Bruckner (82) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Bruckner
Grand entretien avec Alain Finkielkraut, à l?occasion de la parution de son ouvrage « À la première personne » (éditions Gallimard).
Le philosophe et écrivain y retrace son parcours, interrogeant le passé et mesurant ses dettes envers un legs intemporel. #Finkielkraut
https://www.laprocure.com/premiere-personne-alain-finkielkraut/9782072853197.html
Alain Finkielkraut est un philosophe français qui est passé d'une recherche métaphysique à une analyse parfois critique des comportements de la société d'aujourd'hui, dont la manifestation la plus caractéristique est son livre paru en 1987, "La défaite de la pensée".
Alain Finkielkraut est né à Paris en 1949. Son père juif d'origine polonaise réfugié en France dans les années 30 est un rescapé d'Auschwitz. Finkelkraut prépare Normale Sup à la khâgne du lycée Henri IV mais échoue à Ulm et est reçu à Saint Cloud. Il réussit l'agrégation de lettres modernes en 1974 et après deux ans d'enseignement dans le secondaire, part aux Etats-Unis où il enseigne la littérature française à l'université de Berkeley en Californie. A son retour en France, il enseigne la philosophie et l'histoire des idées à l'Ecole polytechnique. Il se fait connaître du grand public dès 1974 avec le nouveau désordre amoureux écrit en collaboration avec Pascal Bruckner. C'est la période de réflexion métaphysique de Finkelkraut, influencée par la pensée d'Emmanuel Lévinas. Avec La défaite de la pensée paru en 1987, Finkelkraut aborde une analyse critique des comportements sociaux. Il se dit anti-moderne et critique le tout-culturel qui banalise la culture. La démarche intellectuelle de Finkelkraut est toujours anti-conformiste et engagée.
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire : généralités>Histoire générale du monde (357)
autres livres classés : tiers-mondismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
496 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre