AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275610325X
Éditeur : Léo Scheer (03/07/2011)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Changement de poste, changement de monde : Véronique Bruez est nommée à Marrakech, et une nouvelle vie commence. Elle tient la chronique détaillée de cette expatriation dans son journal intime. Les surprises, les émerveillements de la découverte du Maroc, mais aussi le désenchantement s'y mêlent aux amours, aux souvenirs, aux incertitudes d'une jeune femme plongée dans un univers inconnu et qui jette sur l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Desmaze
  15 août 2011
ça ne pourrait être qu'un livre pour happy few. Coterie des services d'action culturelle en ambassade ou cercle fermé des amoureux de Matzneff. Car Gabriel, dont Véronique est manifestement intime (confirmé par les Carnets noirs du maître) est à chaque détour, à chaque coin de page. Et cela déteint sur le livre de Véronique, indéniablement : même structure des carnets, même mélange foutraque aussi roboratif qu'audacieux, qui alterne recettes de cuisine et réflexions métaphysiques, en, passant par des analyses de la société marocaine contemporaine.
Mais comme le dit Gab la Rafale, la littérature c'est un univers soutenu par un style et l'oeuvre de Véronique Bruez est manifestement dans ce registre. Et elle est en cela universelle, et nous parle, même à nous qui ne sommes d'aucune coterie.
Commenter  J’apprécie          10
festi
  14 juillet 2013
C' est bien le genre de livre â lire en paressant sur une terrasse. Ce recueil de notes de l' auteur contient tout un coktail de saveurs et d' arômes parfumées et épicées qui nous font bien voyager dans les mystères de l'Orient. On peu reprendre ce livre à tout moment, pour y pécher une recette, des idées de lectures, proverbes, musique,tout y est. Réflexions sur l'humanité et son rappel de la colonisation qui lie et éloigne à la fois les occidentaux et les orientaux. L' auteur nous délivre à l'état brut ses ressentis avec son écriture tantôt soutenue tantôt crue, ce qui nous donne une approche beaucoup plus intime avec elle. J' ai aimé appronfondir avec elle toute la vie paradoxale des orientaux.
Commenter  J’apprécie          00
lapublivore
  08 août 2011
Epicée comme la Maroc, cet ouvrage a été une sacrée surprise, ô combien savoureuse. Une fois le très beau préambule passé (et même relu !), je dois reconnaître avoir été franchement déroutée en début de lecture : peu habituée à ce type de livres, mon cerveau s'est montré récalcitrant à « entrer » dedans. Peu à peu, je me suis laissée bercer, envoûtée par ces paragraphes qui au départ, me paraissaient totalement décousus, incompréhensibles, sans lien. Désarçonnée lors des premières pages, j'ai donc ensuite été vite hapée par ce livre hors du commun.
L'auteure y jette, en vrac, ses états d'âme, des citations glanées çà et là, des phrases attrapées au vol, des surprises linguistiques et culinaires, des réflexions, des descriptions de paysages visités, du choc des cultures, de ses amours et désamours, …. Tantôt drôle, tantôt plus grave, ces réflexions ne peuvent laisser indifférent. On y trouve aussi bien des remarques sur la vie religieuse, que sur la politique, le sexe, les animaux. Variées et hétéroclites.
En fin de compte, le lecteur peut prendre ce livre à n'importe quelle page, ne lire que quelques paragraphes, les goûter avec délectation, le refermer, et recommencer.
MA CHRONIQUE COMPLETE SUR MON BLOG !
Lien : http://lapublivore.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
lapublivorelapublivore   08 août 2011
Je ne comprendrai jamais les femmes qui se convertissent à l'Islam, et en même temps je vois bien comment une certaine forme de radicalisme qu'il développe peut structurer des esprits fragiles et perdus entre deux cultures. Qu'offre l'Occident comme contrepoison à lui-même?
Commenter  J’apprécie          10
lapublivorelapublivore   08 août 2011
Un musulman renégat dans une interview : "J'ai lu le Coran, je n'y ai pas trouvé une seule fois le mot amour. Jésus dit à la foule qui vient lapider la femme adultère qu'il faut lui pardonner, le Coran ordonne de la tuer.
Commenter  J’apprécie          10
lapublivorelapublivore   08 août 2011
Les gens rabat-joie ont un fond médiocre. Le manque d'enthousisame s'accompagne parfois d'une volonté de tout minimiser et de mépris déguisé. C'est à ce moment que j'ai eu la mesure de sa petitesse d'âme.
Commenter  J’apprécie          10
lapublivorelapublivore   08 août 2011
« Je n’ai pas de vie spirituelle.

- Dire ça, c’est déjà en avoir une » me dit Gabriel.

Commenter  J’apprécie          20
lapublivorelapublivore   08 août 2011


L’amour, c’est quand la névrose de l’autre n’est pas rédhibitoire.

Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : colonisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Véronique Bruez (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1657 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre