AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505057666
64 pages
Dargaud (12/01/2018)
3.37/5   55 notes
Résumé :
En 1040, les armées de Byzance tentent de reconquérir la Sicile, alors aux mains des Arabes. Alors que la ville de Taormine résiste à Harald, le général Maniakès, un Normand nommé Tancrède et un jeune moine, Étienne, légat du pape proposent les services de leur petite troupe de mercenaires. À la demande d'Étienne, Tancrède se rapproche d'Harald et lui propose un marché : il fera tomber Taormine en trois jours, en échange de quoi il recevra les richesses de la cité. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,37

sur 55 notes
5
4 avis
4
13 avis
3
6 avis
2
3 avis
1
0 avis

Alfaric
  18 janvier 2018
J'adore le projet de la série : mettre en scène un western médiéval racontant la fondation du Royaume de Sicile au Xe siècle, à cette époque où les Normands déboulent comme des chiens dans un jeu de quilles dans le game of thrones des Italiens, des Byzantins et des Arabes qui se disputent la Méditerranée dans un Moyen-Âge qui n'a pas encore connu ces tempêtes humaines que furent les croisades !
On sait peu de choses du fondateur qui va chambouler les rapports de force sur les rives de la Mare Nostrum, c'est donc naturellement que les auteurs insèrent leur histoire dans l'Histoire que nous découvrons l'une et l'autre en même temps ! (et c'est donc tout aussi naturellement qu'il le relie à un autre normand présumé décédé lors d'un pèlerinage à la même époque, et dont vous connaissez tous et toutes le fils qui marqua l'histoire européenne de son empreinte ^^) Tancrède débarque en Sicile en 1040 en pleine guerre entre Arabes et Byzantins, et participent avec quelques dizaines d'hommes au siège de Taormine, dirigé par le Varègue dénommé Harald que son supérieur grec Maniakès chercher à discréditer depuis le siège de Syracuse qui mobilise le gros des troupes. L'antihéros possède une couillerie en béton armée puisqu'il cherche autant à prendre le contrôle des soldats normands de l'armée byzantine pour servir ses propres objectifs que de rafler le trésor des caïds que rois, basileus et califes cherchent à s'emparer... Et de flashback en flashback se dévoile le passé d'un homme trahi, brisé, qui a connu l'enfer et qui cherche à se venger ! Sommes-nous dans un remake médiéval du "Comte de Monte-Cristo" d'Alexandre Dumas ? ^^
Qui a trahi notre antihéros ? De qui veut-il se venger ? Quelles sont ses véritables intentions et ses véritables ambitions ? Qui sont vraiment les impitoyables vétérans Otli, Ashkan et Bjnak ? Entre le général grec Maniakès et notre Rastignac normand vers qui la loyauté de Harald va-t-elle pencher ? Quels secrets détient Etienne le légat du pape physiquement insensible à la douleur ? Quels sont les projets de l'espionne Eudoxie pour sa sœur Marie ?... J'attends déjà le tome 2 avec impatience !
Mes bémols sur ce tome 1 seront graphiques : le découpage et les couleurs sont très réussis, il y a une vraie ambiance et un vrai souffle qui se dégage de l'ensemble, mais l'encrage gras n'est pas vraiment réussi et n'arrange pas spécialement un charadesign un peu fluctuant. Pour tout le reste, c'est du tout bon !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          531
cicou45
  20 novembre 2020
Encore une fouis, c'est mon mari qui m'a orienté vers la lecture de ce diptyque et je crois que même si j'ai eu un peu de mal à me plonger dans l'intrigue au départ, la suite m'apportera surement les réponses à toutes les questions qui restent sans réponse à la fin de ce premier volet.
Qui est ce mystérieux Tancrède, un homme d'armes et à la tête d'une troupe on ne peu plus hétéroclite et qui se réfère souvent à l'homme d'Eglise qui l'accompagne ? Arrivés sur la terre de Taormine, ce dernier souhaite s'entretenir avec le seigneur Harald afin de lui proposer ses services - qui certes ne seront pas gratuits - mais pour se faire, il devra d'abord traiter avec Guillaume de Hauteville, un mercenaire un peu bourru mais qui au final, est, je trouve, le personnage le plus attachant. Tancrède, que le diacre Etienne (le fameux homme d'Eglise qui l'accompagne) nomme parfois, et c'est là une grande imprudence de sa part, Robert, est lui aussi impliqué dance cette affaire de trahison car si ce dernier s'attache à lui, le lecteur l'apprendra plus tard, c'est parce que c'est ce dernier qui lui a annoncé qu'il était déchu de son nom et de ses terres mais pourquoi et surtout, qui en a donné l'ordre ? C'est ce que notre protagoniste est bien déterminé à découvrir, tout comme il l'est pour récupérer son dû, même si il doit faire un pacte avec le diable pour cela (j'exagère mais c'est ce que la femme du seigneur Harald a vu dans ses yeux) ! Un homme aussi rusé que lui défiguré mais toujours sur pieds et assoiffé de vengeance ne peut être que cela après tout...mias les raison en sont peut-être, et probablement, tout autres ou du moins ces explications sont sûrement très incomplètes...
Un graphisme très bien travaillé et même si je me perds un peu dans l'intrigue historique, l'histoire prend au fur et à mesure tout son sens et il me tarde de découvrir le deuxième tome pour avoir enfin la réponse à certaines de mes questions ! Un ouvrage que je ne peux donc que vous recommander et ma note mitigée s'explique uniquement par ma frustration et mon manque de connaissance sur l(Histoire avec un grand H et cela, je le déplore et vais tenter de combler mes lacunes dans ce domaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Erik35
  26 avril 2018
DIES IRAE, DIES ILLA
Jour(s) de colère que ce(s) jour(s)-là, oui ! Une colère énorme, biblique, apocalyptique peut-être et qui est cause qu'un certain Tancrède (Robert de son nom réel) a des yeux qui révèlent qu'il a « traversé les Enfers », ainsi que le notera l'imposant seigneur Harald, normand d'origine comme le premier (comprendre : ces fameux descendants des "nord man", ces géants blonds originaires du Danemark ou de Norvège, et qui avaient fait souche dans notre actuelle Normandie), commissionné par l'Empereur de Byzance pour conquérir la Sicile.
Nous sommes donc dans la Sicile des "caïds" mahométans, au mitan de ce XIème siècle terriblement rugueux, ouvertement violent, sans pitié, sans peur si ce n'est, peut-être, celle de Dieu. Un siècle où la diplomatie cède si facilement le pas au son des lames qui s'entrechoquent ou des haches qui brisent les têtes !
Quoi qu'il ne soit à la tête que d'une vingtaine d'homme - de rudes et intrépides gaillards qui semblent lui être dévoués corps et âme pour une raison que nous laissons le soin au lecteur de découvrir - Tancrède va convaincre le Seigneur Harald, avec une assurance qui confine à l'arrogance, qu'il peut prendre en trois jours, peut-être moins, la ville que le chef normand convoite, en échange, rien que ça, du trésor incroyable que le caïd y a amassé.
Or Dieu dans tous cela ? Dieu, il est représenté par un bien étrange moinillon, impertinent et fanatique personnage, lui-même suivit comme son ombre par un autre d'une inquiétante discrétion. Ce jeune moine présomptueux, dont on comprend très vite qu'il est en service commandé pour le pape ainsi que proche disciple du légat, semble être l'une des clés de cette histoire dense, complexe même, où les intérêts en jeu dépassent, et de loin, les seuls protagonistes de ce premier album extrêmement prometteur.
Car, si les personnages sont campés avec beaucoup de générosité et dans un style puissamment direct - on retrouve avec grand plaisir la force percussive qui était l'un des atouts majeurs de la trilogie "Le Roy des ribauds" -, on comprend aussi, dès les premières pages de cet Ira Dei, que ces derniers ont chacun des motivations à la fois très diverses, quoi que pas forcément antagonistes sur le moment, et souvent autres que celles qu'ils semblent afficher au grand jour. Préservant ainsi à chacune des personnalités croquées ici une part de mystère ainsi qu'une vraie épaisseur, ce premier opus de la nouvelle saga co-crée par Ronan Toulhoat au dessin et à la couleur et Vincent Brugeas tient dores et déjà toutes ses promesses !
Les amateurs de bande-dessinée historiques y trouveront leur compte : même si les deux créateurs se jouent quelque peu des faits historiques réels, l'ambiance, la trame générale ainsi que les parts d'ombre dans ce que l'on sait de cette époque lointaine, méconnue et pas toujours documentée avec la précision scientifique que nous connaissons aujourd'hui, laissent large part à l'imagination sans que le rejeton ainsi enfanté puisse paraître pour une pure trahison. Les spécialistes hurleront peut-être, mais le simple fait de rappeler que la Sicile fut conquise et gardée pour une durée d'un peu plus d'un siècle par ces farouches et intrépides normands, de donner vie à cette période avec brio et vitalité est déjà un exploit que les deux créateurs relèvent haut la main !
Quant aux passionnés de récits d'aventure où s'entremêlent passions humaines, guerres, jeux de pouvoir, vengeances - le fil rouge, fait de multiples flash-backs, a des petits côtés "comte de Monte-Christo" vraiment très bien amenés -, ces amateurs-là seront assurément comblés, bien que ce premier opus connaisse, inévitablement, le défaut du genre : celui d'être le premier d'une série qui s'annonce foisonnante et palpitante et qu'on aimerait tenir déjà en main la résolution à cette première aventure de ce diable de Tancrède, homme du nord perdu dans les chaleurs méditerranéennes pour notre plus grand plaisir de lecteur.
Enfin, ceux qui avaient, comme nous, adoré le graphisme du "Roy des ribauds" ne seront pas en reste : les couleurs sont absolument somptueuses, les personnages croqués avec force et une efficacité redoutable (même si, reconnaissons-le, le trait farouchement évocateur de Ronan Toulhoat mais l’épaisseur graphique parfois un peu trop appuyé de certaines expressions, de certaines gueules, s'adapte - rien qu'un peu - moins bien aux lumières siciliennes, crues, explosives, plutôt qu'à l'ambiance ténébreuse, méphistophélique presque, du Paris des bas-fonds de leur précédente saga), des scènes de bataille à couper le souffle, une mise en page rythmée, éruptive - Etna oblige ? - alliant vitesse et profondeur de champ : cet homme-là est bien doué, assurément, et nos deux compères sont un exemple parfait de bel accord entre le texte et l'illustration : on en redemande, que dis-je ? Vivement la suite !!!
Un immense merci, donc, pour ce premier volet reçu dans le cadre de la MASSE CRITIQUE d'Avril. Merci à Babelio et aux éditions Dargaud pour un album qui frise le sans faute !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
bibiouest
  04 avril 2018
La vengeance est un plat qui se mange froid ce thème mille fois abordé est au centre de cette histoire. Après avoir lu ce premier tome de Ira Dei : L'or des Caïds, je pense que l'on est parti sur une série au long cours tant les questions sont plus nombreuses que les réponses apportées, les personnages sont d'une grande richesse.
Les scènes de bataille sont remarquables et je me suis vite imprégné de l'ambiance « barbare ». On ne s'ennuie pas une seconde le scénario est de qualité (il faut toutefois se mettre en tête le contexte politique et géographique). Cette histoire « d'aventure médiévales » laisse augurer un avenir brillant. A suivre
Commenter  J’apprécie          280
tchouk-tchouk-nougat
  11 février 2018
Au XIème, siècle la Méditerranée est le lieu où se croise l'Empire Byzantin, le monde Musulman et l'Occident féodal. La Sicile est quant à elle, le siège d'une guerre que l'empereur byzantin aimerait gagner. Son armée est composée de multiples peuples dont de farouches mercenaires normands et parmi eux : Tancrède.
Une très belle entrée en matière pour cette bande dessinée dont le contexte historique se situe en l'an 1040, sur les cotes siciliennes alors que l'empire Byzantin tente de reconquérir l'île avec l'aide de mercenaires normands.
Tancrède est un anti-héros génial : intelligent, doué au combat, chef né mais aussi roublard avec un poil de prétention et de cruauté. On apprend vite qu'il n'est pas ce qu'il parait être et on comprend son identité quand le moine Étienne qui le suit partout l'appelle Robert et nous donne son titre à la fin de l'album.
Ce premier tome est une bonne histoire d'aventure, de guerre, de complots et de vengeance qui s'est imbriquée dans l'Histoire de la Sicile. Mais à la fin de ce premier tome bien des mystères restent à éclaircir.
J'ai beaucoup aimé le duo Brugeas/Toulhoat dans Le Roy des Ribauds, et c'est donc avec plaisir que je les ai suivi dans Ira Dei, dans l'ambiance plus lumineuse et chaude de la Sicile mais tout aussi truffé d'alliances changeantes et de complots!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230


critiques presse (4)
LesComics   27 novembre 2020
Forts de leur expérience, ils repoussent leurs limites pour un récit encore plus intense porté par un personnage fascinant. Artistiquement sublime, cette série commence à un très haut niveau !
Lire la critique sur le site : LesComics
BDGest   30 janvier 2018
Avec ce dessin si évocateur et cette narration précise et acérée, Ira Dei est bien né.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   22 janvier 2018
Ce premier tome entame donc une nouvelle grande saga historique, imaginée par un duo d'auteurs au sommet de sa forme. Une aventure à ne pas manquer.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDZoom   17 janvier 2018
Amateurs de bandes dessinées historiques, de séquences spectaculaires, de personnages aux passés troubles, de conspirations religieuses, « Ira Dei » est une nouvelle série qui devrait vous séduire.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   19 janvier 2018
- Des remparts construits par des Grecs, défendus par des Arabes et assiégés par des Normands, Lombards et d'autres races, au service de Byzance. Un sacré bordel, hein ?
Commenter  J’apprécie          311
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   11 février 2018
Mon très saint-père, vous m'aviez dit que nous rencontrions parfois des obstacles que seule la foi ne pouvait renverser. Vous pensiez que certains hommes pouvaient être plus néfastes et malins que le diable lui-même, que la tromperie et la trahison étaient partout. Mon très saint-père, vous aviez raison...
Commenter  J’apprécie          140
cicou45cicou45   20 novembre 2020
"_Bienvenue à Taormine.
_Des remparts construits par des Grecs, défendus par des Arabes, assiégés par des Normands, Lombards et autres races, au service de Byzance. Un sacré bordel, hein ?"
Commenter  J’apprécie          120
Erik35Erik35   20 avril 2018
- Te protéger ? Il t'a retiré la seule arme que ta nature t'a donnée...

- Mon arme ?

- Ta féminité !
Commenter  J’apprécie          160
Lazare404Lazare404   03 mai 2018
Normands ! L'heure de la récolte est venue ! Demain matin, certains d'entre vous seront morts...les autres seront riches !! A vous de choisir !
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Vincent Brugeas (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Brugeas
émission kaboom 56 Toulhoat / Brugeas, un duo explosif 💣 Présentation d’un duo aussi explosif que votre Emission BD - Kaboom : Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat.
Complices et amis à la vie comme dans le travail, ils enchaînent les succès éditoriaux pour le plus grand plaisir de leurs éditeurs… Rencontre !
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2480 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre