AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812923571
Éditeur : Editions De Borée (25/10/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
De son enfance dans la ferme de ses parents, Daniel Brugès a gardé une infinie tendresse pour ces belles de nos campagnes que sont les vaches.
Ce regard ému de l'enfant qu'il fut sur ces paisibles bovidés, symboles de la générosité, est le fil conducteur de ce beau livre.

Equipé de ses pinceaux d'aquarelliste, il a croqué avec talent toutes les races de nos régions dans leur cadre respectif et s'est immergé dans leur univers. Au fil des pages ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
raton-liseur
  03 janvier 2019
Un livre reçu dans le cadre de la masse critique « Beaux livres » de Babelio, un grand merci aux éditions de Borée, sises à Clermont-Ferrand, pour ce cadeau. J'avais tenté ma chance pour plusieurs livres, mais c'est celui-là que je voulais le plus et j'ai donc été ravie de ce cadeau, que j'ai feuilleté dès que je l'ai trouvé dans ma boîte aux lettres. Je suis un peu embêtée par contre maintenant que je m'attèle à cette note de lecture, car je n'ai jamais jusqu'à présent écrit sur ce genre de livre. Comment s'y prendre… ?
En commençant par le début je suppose… Donc, première impression en ouvrant ce livre : ce sont les aquarelles qui attirent le regard bien sûr. Daniel Brugès est écrivain, et peut-être un peu artiste, mais il est écrivain. Une façon pour moi de dire que ses aquarelles sont belles, bien faites, réalistes, mais ne m'ont pas parues avoir une pâte personnelle, un style, une originalité. Avec les inconvénients que cela a (comment se démarquer d'autres livres sur le même thème, si tant est qu'il y en a…) et les avantages aussi (les vaches sont bien peintes, bien reconnaissables, sans parti pris.
Par contre, j'aime beaucoup le choix des détails. Il faut préciser que chaque race bovine a le droit à sa double page, avec un ou deux dessins de l'animal entier, entouré de détails anatomiques (souvent un gros plan sur les cornes, mais dans ce cas de la prim'holstein, c'est un détail du pis qui est présenté, avec ses veines saillantes, impressionnant et bien vu…), d'éléments du paysage (une gentiane ou un pissenlit qui fleurissent discrètement les pages) ou de la culture propre (la croix camarguaise et le trident pour la raço di biou), et même une belle tranche de boeuf pour l'angus. Ce sont les vaches et la culture qui les entoure qui sont célébrées dans ce livre. La diversité des races qui font l'identité des territoires, des populations, des productions locales, pas la vache de carte postale aseptisée qui n'accepte que les prés uniformément verts et les ciels uniformément bleus. Ici, il y a toutes les saisons, il y a des éleveurs, souvent de dos, mais bien là aux côtés de leurs bêtes, et il y a les fromages et même un tableau de découpe en annexe !
Les quelques paragraphes qui émaillent les pages ne cherchent ni l'exhaustivité ni la comparaison. Ce sont des anecdotes sur chaque race, de courtes informations qui touchent souvent à l'origine ou à la conservation de la race. Rien d'érudit, mais je ne connaissais pas tout, loin de là, c'est donc un agréable moyen de découvrir des races que je connais de nom, d'autres dont je n'avais jamais entendu parler, d'en redécouvrir d'autres en me disant « ah, celle-là je l'aime bien ! »
En définitive, c'est une belle randonnée dans les coins de France qui ont échappé à l'uniformisation de l'agriculture dans les décennies de l'après-guerre, un bel hommage à ceux qui cherchent, en toute discrétion et modestie, à faire vivre et revivre des races adaptées aux particularités du terroir qui les a vues naître et où les paysans les ont patiemment sélectionnées. Je n'ai pas réussi à remettre la main sur mon bouquin d'agro qui recense de façon plus systématique l'ensemble des races du territoire, mais ce livre m'a l'air plutôt complet, et, avec ses camaïeux de vert et de marron, il donne envie de se retrouver nez à nez avec ces différentes espèces, il donne envie d'explorer, de découvrir, d'abord depuis son fauteuil, puis les chaussures aux pieds. Il donne envie de regarder son plateau de fromages différemment, d'aller humer une stabulation avant que le troupeau ne retourne au pré pour les beaux jours. Il y en a qui ont la Corrèze en cathéter, ce livre-là est dans la même veine. Ecrit par un Cantalou, il s'adresse à tous ceux qui ont la campagne d'avant le remembrement dans les yeux et peut-être dans le coeur aussi. Un bon coup de nostalgie, mais aussi une envie d'aller de l'avant, pour en faire quelque chose de tout ce patrimoine agricole, de toute cette diversité, de tout ce savoir-faire. Encore un grand merci aux éditions de Borée, que je ne connaissais pas, pour ce joli cadeau et ce livre qui se révèle une belle découverte, qui donne envie de découvrir toutes ces vaches de nos régions et de se faire son propre livre, pour moi ce seraient des photos, je suis incapable de peindre ainsi, mais ce seraient mes petits détails à moi, mes petites anecdotes, que je pourrais mettre à côté de celles de Daniel Brugès, qui nous offre sa vision, claire et tendre, de ses rencontres aux détours de nos chemins creux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nostradamus27
  18 novembre 2018
Voici de magnifiques aquarelles pour accompagner des textes sobres mais bien documentés autour d'une cinquantaine de races de vaches que l'on peut de nos jours rencontrer dans l'hexagone. Mais ce ne fut pas toujours le cas et une carte de France, en début d'ouvrage, montre que plusieurs espèces viennent d'Angleterre (îles anglo-normandes compris) ou d'Écosse, de Belgique, de Suisse et d'Espagne.
Ce type d'informations est repris et développé dans la double-page consacrée à chaque race de vache. L'illustration occupe l'essentiel des pages. On apprend entre autre que certaines vaches n'ont pas de cornes comme l'angus, que la bleue du nord nous donne le fromage maroilles, que la casta permet de faire du bethmale, que la charolaise fut largement utilisé comme animal de trait jusqu'en 1920, , que le célèbre beurre charentes-poitou est souvent due à la maraîchine, que la montbéliarde, venue de Suisse, est une excellent laitère, que la première vache française à dépasser les 10 000 kg était une rouge flamande, que la salers est utilisé tant pour les fromages auvergnats que pour la viande, que la saosnoise ne se rencontre ni en Franche-Comté ni en Bourgogne mais aux limites de la Normandie et du Maine, quelles sont les espèces de vache menacées de disparition.
Certaines pages mettent en scène la traite, les concours agricoles, la laiterie, les boeufs tirant des charrettes… L'auteur intègre ponctuellement des éléments patrimoniaux propres à la région où vit la vache évoquée, ainsi en est-il d'une tour de l'ancien château de Parthenay en Deux-Sèvres. Les enfants prendront plaisir à feuilleter cet ouvrage et si leur institutrice leur dit qu'on ne colorie pas les vaches tout en rouge, ils pourront lui amener ce livre pour lui démontrer que les vaches de cette couleur, on en copte plusieurs. Il s'agit d'une réédition d'un ouvrage déjà paru en 2011.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
virginiedelattre
  12 janvier 2019
Merci de m'avoir permis la découverte de ce très joli livre qui m'a plongée dans le monde des vaches au travers de très jolies aquarelles. Un livre comme un carnet de croquis pour sillonner les routes de France à la rencontre des différentes races de vaches....leur caractéristique, leur robe, leur physique,....
Un livre sur les vaches mais pas que, une fenêtre est ouverte sur le monde agricole avec un petit côté désuet qui apporte un charme supplémentaire à cet ouvrage.....
Une belle découverte.
Commenter  J’apprécie          10
saroul
  04 janvier 2019
Merci à Masse critique pour son cadeau de "vaches de nos régions", magnifiquement bien illustré, nous apprenons à connaître toutes ces races de vaches, qui font le bonheur de nos campagnes, et ce livre est aussi bien fait pour les grands que pour les petits, très ludique, merci encore
Commenter  J’apprécie          00
Video de Daniel Brugès (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Brugès
Rencontre avec Mathieu Chessel (photographies) et Daniel Brugès (textes), à propos de "L'Âme du Cantal" (Éditions de Borée - septembre 2017).
Le Cantal puise sa sève parmi des émotions à nulles autres pareilles. Ici, les hommes et les femmes connaissent le sens du mot "authenticité". Ici les vaches se marient à des paysages somptueux. Ici, l'Ailleurs se déploie à chaque détour de route ou de chemin. le Cantal est ainsi : singulier, intemporel et beau.
Au fil de ses livres, Daniel Brugès s'inscrit dans la lignée des grands auteurs passeurs de la mémoire rurale. Avec sensibilité et passion, il raconte "son" Cantal, terre éternelle qui incite à la découverte. Pour Mathieu Chessel, photographie la routine pour mieux la fuir... Attraper au fil du jour, un geste, un sourire... Sur l'herbe, l'angle de la lumière qui frappe ou qui caresse, le grain de la pierre ou du poil...
+ Lire la suite
autres livres classés : élevageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
267 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre