AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782377220946
192 pages
Éditeur : Jigal (27/02/2020)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Thomas Boral était l’homme de main de Franck Miller, un individu véreux en cavale suite à de nombreuses malversations. Il est aussi le témoin capital à son procès qui doit avoir lieu prochainement. Ayant fait main basse sur l’argent amassé par Miller, Boral est devenu un repenti pour sauver sa peau et échapper à une vengeance inéluctable. En attendant le procès, il est protégé par les autorités, mis à l’abri, reclus, au pied de la montagne Noire. Mais pour combien d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
yv1
  06 mars 2020
Qu'est-ce qui a amené Thomas Boral aux alentours de Mazamet, dans la Montagne Noire ? Pourquoi se retrouve-t-il à loger dans une maison très isolée avec pas mal de travaux à y effectuer pour passer l'hiver particulièrement rigoureux dans la région ? Se met-il au vert après son incarcération ? Se cache-t-il ? Il vit en reclus, en solitaire, ne descendant au village que pour y acheter des provisions, pour y descendre une bière de temps en temps, ses rapports avec la population locale se limitent au strict minimum.
Mon résumé est très volontairement interrogatif, car toutes ces questions je me les suis posées dans les premières pages, puisque comme à mon habitude, je n'ai pas lu la 4ème de couverture -ce n'est pas utile avec un livre signé Jigal, ils sont toujours bons. Thierry Brun construit son roman noir très habilement, parlant de faits ou de conséquences de faits dont le lecteur n'a aucune idée, créant ainsi une envie d'en savoir plus. Puis, par petites touches, il expose les événements et les raisons de l'isolement de Thomas s'expliquent. J'aime bien le procédé pourvu qu'il ne soit point trop tortueux, car il oblige à une certaine attention pour ne pas dire une attention certaine, empêchant totalement le lâchage du bouquin. La tension monte doucement mais sûrement, les incident s'enchaînent sans lien apparent entre eux, mais on n'est pas à l'abri d'être surpris.
La nature et les éléments forts : tempête, orages, pluies, ... les reliefs abîmés par les intempéries précédentes concourent à rendre le récit encore plus angoissant. La région paraît belle mais exigeante et semble être l'écrin idéal pour une histoire noire. Thierry Brun en fait un élément fort de son roman, les descriptions sont nombreuses. Et puis, il y a la femme, la fatale, celle qui va tout faire exploser, parce que l'homme est faible dès qu'une courte robe s'agite dans son environnement, c'est l'un des ingrédients inévitables du roman noir : "A près de 38 ans, dont trois passés derrière les barreaux, je ne voulais plus entendre parler de certaines choses. J'aspirais à la tranquillité. Je réclamais du silence, de la solitude et tout ce qui va avec : lire de bons bouquins, écouter un peu de musique classique, me lancer dans de raisonnables runs dans la montagne, couper du bois pour l'hiver, et celui-ci venu, profiter d'un feu, écrire quelques lignes, tenter de raconter mon histoire. M'occuper d'une dingue blessée ne rentrait pas dans mes plans. Les femmes ne m'intéressaient que dans un cadre purement sexuel. Socialement, pratiquement plus du tout. Il me semblait avoir épuisé toute la gamme des expériences possibles dans ce domaine. J'estimais que mon temps était précieux, même si je n'en faisais pas grand-chose." (p. 37)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
supernova7
  03 avril 2020
On entre dans ce roman à tâtons, en ne comprenant pas qui est vraiment Thomas Boral, pourquoi il vit reclus, pourquoi il a peur. Suite à sa libération, ce dernier a trouvé refuge près de la Montagne Noire, à Mazamet. Un vaste décor qui constitue un véritable personnage de ce récit. L'auteur nous plonge réellement dans la tête du personnage en utilisant la première personne. Ainsi, au début, on se sent un peu perdu dans les pensées du personnage puis, petit à petit, l'auteur nous livre des éléments au compte-gouttes qui nous explique la situation du personnage à travers ses sentiments, ses doutes et ses peurs. Ses peurs car il est poursuivi par Frank Miller et ses hommes de main contre lequel il va bientôt témoigner lors du procès. le caractère anxiogène du récit se renforce au fur et à mesure que l'étau se resserre autour du personnage. Ce roman est très noir tant par l'écriture, assez froide et directe, que par l'histoire empreinte de violence physique mais aussi morale. La seule bouffée d'air frais dans l'écriture est une certaine poésie présente dans les descriptions de la nature et de la montagne omniprésente.
Le roman monte en puissance et devient difficile à lâcher vers la fin alors qu'au début, je l'avoue l'avoir lâché quelques fois car je n'arrivais pas à m'y plonger. L'atmosphère particulière dans laquelle je l'ai commencé n'a certainement pas aidé à m'y immerger… Un autre personnage très intéressant et surtout intriguant dans le roman c'est Delphine qui transforme Thomas et a une place prépondérante. Il y a enfin une myriade d'autres personnages entre flics et voyous, parmi lesquels j'avais un peu de mal à m'y retrouver au début.
Bref, Ce qui reste de candeur est un roman court de 192 pages, violent, très noir qui m'a fait découvrir un bon auteur que je ne connaissais pas. Malgré un début difficile, j'ai dévoré les 50 dernières pages du roman, plutôt bien construit et aux personnages charismatiques. À découvrir pour les curieux parmi vous amateurs de romans noirs !
Lien : https://thetwinbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
delcyfaro
  02 avril 2020
Un nouveau roman de Thierry Brun c'est toujours un moment que j'attends avec impatience.
Allez autant ne pas tergiverser et faire attendre, ce nouveau roman est mon premier coup de coeur de l'année 2020.
Cette histoire est magistralement mise en scène et écrite.
Thomas Boral est ce que l'on appelle « un repenti ». Ancien homme de main de Franck Miller un truand notoire, il est devenu un témoin essentiel dans son procès qui doit avoir lieu bientôt. Risquant de ce fait sa vie il est protégé et mis au secret au pied de la Montagne noire.
Mais Thomas est un aimant à problèmes et va se trouver confronté à des situations toutes plus critiques les unes que les autres. le charme de Delphine va ajouter du danger à son existence. Comment va-t-il réussir à échapper aux sbires de Franck Miller, comment survivre à tous prix pour pouvoir témoigner et à qui faire confiance?
Un roman noir, sombre et addictif. On ne peut que s'attacher au personnage de Thomas Boral (c'est d'ailleurs souvent une des caractéristiques des personnages de Thierry Brun, ils ne sont pas des anges mais finissent par nous toucher profondément) à avoir envie qu'il parvienne à s'en sortir pour témoigner contre son ancien patron et on y croit...
L'histoire elle-même est totalement addictive, tellement le suspense est bien mené.
Si vous ne connaissez pas l'auteur, c'est le moment de le découvrir vous ne le regretterez pas
Un grand merci à l'auteur, aux Editions Jigal et à Babelio Masse Critique.
Lien : https://delcyfaro.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lalitote
  09 mars 2020
Un personnage central autour duquel tout semble tourner. Thomas Boral est un sale type, qui aimerait bien laisser son passé d'homme de main derrière lui. C'est sans compter la haine que son ex-employeur et toute son organisation lui porte alors qu'il les a trahis pour sauver sa peau. Il est sous protection policière car il doit témoigner dans le procès à venir. Cette période d'attente qui voit monter en lui toutes les névroses imaginables n'est pas de tout repos. Une écriture acérée pour nous faire plonger dans le destin de cet homme, sans sa solitude, voulue et subie. On pourrait presque parler d'un polar rural puisque toute l'intrigue se passe dans un lieu isolé, une planque non loin de Mazamet. Mais il y a malgré tout des voisins et quels voisins ou plutôt quelle voisine ! J'ai adoré suivre les mésaventures de Boral, un peu comme si toutes les malédictions s'abattaient sur lui. Pour un homme qui veut se fondre dans le paysage, côté discrétion, on repassera. La région de la Montagne Noire prend une belle place dans ce roman. L'auteur n'est pas avare de descriptions autant de la météo et des déluges qui s'abattent sur le pauvre monde que de la géographie qui offre de belles lignes quasi poétiques. Un livre court qui se lit d'une seule traite tant on a envie de savoir ce qui va arriver à notre personnage principal. Un récit où se mêle les désordres de mère nature et la vie des hommes, leurs souffrances et leurs violences. Et puis il y a Delphine qui dès le départ apparaît comme le grain de sable qui empêchera la machine de tourner et on n'est qu'au début de nos surprises avec elle. Un roman fort qui pourrait bien vous plaire autant qu'à moi. Bonne lecture.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lilou08
  05 mars 2020
Je ne connaissais pas Thierry Brun avant cette lecture proposée par l'auteur en service presse. Je tiens encore à le remercier vivement pour cet envoi ainsi que les éditions JIGAL. J'aime découvrir de nouveaux univers, je suis donc ravie. Bien que dans la collection JIGAL polar, « Ce qui reste de candeur » n'est pas vraiment un polar mais plutôt un roman noir. Durant tout le récit, nous sommes dans la tête de Thomas Boral, un ex-taulard, repenti, ancien homme de main d'un certain caïd, Franck Miller, à qui il a aussi voler l'argent. Pour sauver sa peau, il a décidé de témoigner au prochain procès de ce Franck Miller mais être un repenti est un jeu très dangereux et n'est pas de tout repos. La peur est omniprésente. Pour être mis à l'abri, un certain Rousseau, représentant des autorités, qui n'a pas l'air d'être un enfant de choeur, l'a envoyé se terrer dans un coin perdu, vers Mazamet, au pied de la montagne noire. Quand on a des tueurs à ses trousses, tout dans l'environnement prend des allures de danger potentiel, que ce soit dans la nature ou dans les gens rencontrés. Sauf qu'il faut bien sortir un peu pour ses courses ou se maintenir en forme physiquement pour pouvoir réagir quand le danger sera là. Car finalement, dans son esprit, Thomas Boral est pratiquement sûr que les tueurs de Franck Miller ou Franck Miller lui-même finiront bien par le retrouver. Il en devient parano. Et puis il a aussi le chic de se mettre dans des situations rocambolesques et dangereuses qu'il devrait éviter dans sa situation. Mais il a le chic d'attirer les ennuis et son stress n'arrange rien.
Je ne vous en dis pas plus pour garder le suspense intact. Ça n'a pas été un gros coup de coeur, mais la deuxième partie du livre m'a happée et beaucoup plu. Un bon moment de lecture.

Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Lilou08Lilou08   04 mars 2020
Le couloir à vents décourageait aussi les trekkeurs et couchait depuis toujours des générations de chênes verts. L’hiver, personne ne traînait dans le coin, les rafales pouvaient vous précipiter dans les ravins. L’épicier de Mazamet aimait bien raconter l’histoire des deux pauvres gamines, des cyclistes parties sur les contreforts de la montagne, et qu’on n’avait jamais revues… Les recherches s’étaient heurtées à un mystère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilou08Lilou08   05 mars 2020
Encore une fois, son regard me troubla. J’y lus une véritable menace. Je fus interloqué. Mais Delphine se reprit et ramassa ses affaires, tête baissée. Le soleil était haut, la lumière brûlante, le jardin d’une beauté faite pour l’amour. Ainsi, l’horreur et le paradoxe étaient parfaits. Je la chassai en la poussant vers la véranda. Nous marchâmes en silence. La piscine était immobile et bleue, l’allée, bordée de lourdes pierres granitiques, chaude et douce sous la plante de mes pieds. Tout respirait la vie. Mais je ne m’aventurai pas sur ce terrain, je restai sur mes gardes. Maintenant, Delphine me suivait en montrant combien elle acceptait de m’obéir. Je me détestais d’agir ainsi : pas vraiment avec les gens, continuellement aux aguets prêt à esquiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08Lilou08   05 mars 2020
A 9 heures la température taquinait déjà les 28 degrés et, affalé dans un transat au bord de la piscine, je me réveillai avec l’esprit clair et une envie de vider une bouteille entière d’eau bien fraîche. Une rumeur vibrait dans l’air, quelque part vers le village.
En prison, j’avais développé une inaptitude à dormir plus de quelques heures par nuit. Ça ne me posait pas de problème, je m’y étais habitué, et dès que je me réveillais, je restais immobile quelques minutes, les sens aux aguets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08Lilou08   05 mars 2020
Je crus à une hallucination, puis à une confusion, une ressemblance. En tout cas, je ne pus l’éviter. Adrian me saluait de loin en propulsant son caddie dans l’allée centrale du Leroy Merlin. Je n’aimais pas me faire peur. Je n’aimais pas marcher le long des côtes quand d’improbables nuages s’amoncelaient à l’horizon, prêts à déferler sur le littoral, et je n’éprouvais aucune fascination pour les visions lugubres, les surprises aux coins des bois. J’avais eu mon lot. L’idée de tout perdre, tout foutre en l’air, tout détruire ne me tirait aucune crispation de plaisir, alors, voir Adrian me causa un choc. Ça me fila les jetons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08Lilou08   04 mars 2020
Il m’arrivait, à l’époque de Franck Miller, de me terrer dans une chambre d’hôtel, à vomir sans arrêt. A me vider des tensions, de la peur qui ne me quittait pas, qui me rongeait. Un jour, un incident s’était produit boulevard Raspail, puis une demi-heure plus tard, près de l’Opéra : j’avais repéré une présence derrière moi. La panique m’avait envahi lentement. Mais, quand tu es suivi, l’histoire est déjà écrite. Il n’y a plus grand-chose à sauver. Ce jour-là, Rousseau m’avait laissé filer. Il savait désormais dans ses filets…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Thierry Brun (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Brun
Les Rapaces. Thierry Brun. Editions Le Passage
autres livres classés : procèsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1826 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre