AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782344011928
56 pages
Éditeur : Glénat (04/09/2019)
3.71/5   19 notes
Résumé :
Devenu un héros, Héraclès entame les travaux commandités par Eurystée, roi de Mycènes. Son premier labeur est de terrasser le terrible lion de Némée, dont on dit qu’aucune arme ne peut entailler la peau. Puis, ce sera le tour de l’hydre de Lerne et ses multiples têtes crachant une haleine empoisonnée. Ces deux travaux ne sont qu’un aperçu des défis qui attendent Héraclès, pour lesquels sa force brute, mais également sa ruse et sa capacité à s’adapter seront sans ces... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  04 septembre 2019
Pour ce 2e tome de la collection "La Sagesse des Mythes" consacré au personnage d'Héraclès, Annabel passe la main à Carlos Rafael Duarte et je suis obligé d'écrire que si sur la forme on ne perd absolument rien au change sur le fond (ce qui rattraperait presque l'ensemble) il y avait encore une fois tellement mieux à faire !
Les auteurs ont décidé de retirer toutes les dimensions épiques et tragiques du Héros aux mille et un visages qui a traversé toutes les civilisations pour en faire un beauf et un butor (d'autant plus qu'encore une fois on met parfois en avant les versions les moins intéressantes / pertinentes ce certains mythes). On met un scène un héros sans peur parce qu'il est con, et sans reproche parce qu'il est arrogant et condescendant. Héraclès en a clairement plus rien à foutre des conséquences de ses actes : toute la violence qu'il déchaîne n'a plus aucune prise sur lui, il provoque tous ceux qui croisent son chemin, et les nombreux morts qui parsèment sa route ne comptent pour rien, et sa propre gloire l'intéresse plus qu'autre chose (il est complètement dans l'hybris, mais comme il n'y a ni épique ni tragique, on est juste dans le cynisme)… Il en a rien à carrer du châtiment qu'on lui a infligé comme de la perte de sa famille (parce qu'« il faut bien que quelqu'un fasse le boulot quand même » nous dit-il), et Héra et Eurysthée ressemblent plus à des méchants cartoonesques à la Disney qu'autre chose. Il sera très difficile de bien terminer avec un début moyen et une milieu médiocre ! Et rien que pour faire chier Luc Ferry qui conchie la culture populaire il faut bien écrire que les péplums de la grande époque de cinecitta rendait autrement mieux hommage au personnage que lui…
Alors comment le bouffon hypocrite Luc Ferry justifie-il tout cela (vous savez, celui des donne des leçons de morale alors qu'il bénéficiait d'un emploi fictif financé par les contribuables alors qu'il faisait le beau dans les médias contre argent sonnant et trébuchant) ? Héraclès shérif sur Terre est le fils de Zeus le Shérif au Ciel, c'est donc tout naturellement que le fils s'occupe de la progéniture de Typhon après que le père se soit chargé de Typhon pour que l'Ordre triomphe du Chaos. Héraclès champion du parti conservateur doit éliminer tout ce qui ne rentre pas dans le moule de l'ordre cosmique voulu par les dieux de la même manière que Luc Ferry élimine tout ce qui ne rentre pas dans le cadre de sa théorie…
Il va de soit que je vais dézinguer tout cela en bonnes et dues formes. Il est difficile de savoir quel est le mythe originel d'Héraclès avec ses 10 travaux devenus 12 on ne sait quand pour on ne sait quelles raisons, d'autant plus que les 10 travaux d'origines disposent de versions et d'ordres différents. Je pars du point de vue que si les élites autoproclamées ont su transformer le chef de soviet prolétaire Artas en roi héréditaire conseillé par un mentor magicien et guidé par une prophétie christianiste, tout est possible ! Héraclès est un héros civilisateur en ce sens qu'il élimine les calamités qui empêchent les forces humaines de l'emporter sur les forces naturelles (les légendes médiévales regorgent de récits du même type, la plupart rédigées à l'époque des grands défrichements). Mais vient fatalement un moment où les calamités naturelles deviennent beaucoup moins graves que les calamités humaines, et après avoir châtier les monstres animaux Héraclès doit châtier les monstres humains :
- si Cerbère est capturé, c'est pour délivrer Thésée qui pourrait empêcher Athènes de sombrer dans l'anarchie
- Géryon dispose de troupeaux tellement nombreux qu'il a du mal à les surveiller (greed is good ?)
- Augias dispose d'écuries tellement grandes que personne ne peut s'en occuper (greed is good ?)
- les cavales de Diomède semblent un pur produit de l'agro-business anglo-saxon
Et si les mythes sont confus sur le sujet, force est de constater qu'Héraclès nouveau défenseur de l'humanité châtié par Héra est celui qui a délivré Prométhée ancien défenseur de l'humanité châtié par Zeus !

Une fois de plus, la couverture de Fred Vignaux est superbe, nec plus ultra par rapport à tout le reste. Je ne sais pas s'il est capable de réaliser une BD en bonnes et dues formes, mais qu'importe d'autres de son niveau en sont capables : Alain Brion a réalisé un truc de ouf sur "Gilgamesh" donc il aurait aussi pu faire un truc du ouf sur Héraclès qui est un de ses héritiers...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Davalian
  12 janvier 2020
Après un premier volume consacré à la jeunesse, épisode souvent méconnu, de la vie du demi-dieu fils de Zeus, et pas encore devenu Héraclès, ce deuxième tome est plus conventionnel et revient sur les douze travaux.
Comme il fallait s'y attendre, la scénariste a opéré des choix. Ainsi les deux premiers travaux (le lion de Némée et l'Hydre de Lerne) sont ceux qui donnent lieu aux développements les plus importants. Suivront d'autres tâches qui ne seront pas aussi détaillées (ainsi les écuries d'Augias, les juments mangeuses de chair humaine…).
Le volume compte même une ellipse qui permettra aux lecteurs les plus motivés d'interrompre leur lecture pour retrouver les aventures de Jason. Hélas, celle-ci n'est pas vraiment mise à profit. Aucune révélation n'est certes faite mais du coup nous n'en saurons ici pas davantage. D'ailleurs, le titre n'est pas vraiment adapté, car tous les travaux ne sont pas traités ici, affaire à suivre donc...
L'action est ici clairement au rendez-vous. Plusieurs planches laisseront la main à un dessinateur, qui ne semble hélas, pas vraiment à son aise ici. L'impression d'avoir affaire ici à un trait haché, saccadé et heureusement contrebalancé par un scénario bien plus complexe qu'il n'y parait. La psychologie du protagoniste s'en sort renforcée.
Les explications de Luc Ferry sombrent comme trop souvent dans la paraphrase émaillée de longues citations. Au moins tout cela est compréhensible et donne ici ou là à une interprétation intéressante sur tel ou tel défi (mais il faut reconnaître que l'analyse reste sommaire et assez linéaire).
De facture plus classique que l'album précédent, ce volume apparaît moins immersif. Dommage que les dessins ne soient pas plus fluides…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          137
tchouk-tchouk-nougat
  06 décembre 2019
Héraclès doit désormais se consacrer aux taches qu'Héra lui demande par l'intermédiaire de son cousin. C'est ainsi qu'il va lutter contre le lion de Némée ou l'hydre de Lerne.
Ce tome est consacré aux douze travaux bien connu de notre demi-dieux qui est assez résigné à sa tache. pour lui c'est un moyen comme un autre d'accomplir son destin et d'acquérir l'immortalité.
Un bon tome de vulgarisation de la mythologie grecque mais qui ne va pas au-delà. Les personnages ne sont ni travaillés au niveau de la psychologie ni sympathiques. Entre Héra qui agit comme une peste, Eurystée qui est lache et stupide et Héraclès colérique et imbu de sa personne, il n'y en a pas un pour racheter l'autre.
Le dessin est fort sympathique bien qu'assez impersonnel. La couverture est par contre assez chouette.
Le cahier historique revient sur les travaux d'Hercule sans faire de digression philosophique pour une fois. Si c'est du coup plus lisible s'en pas pour autant particulièrement enrichissant...
Commenter  J’apprécie          131
ManonReal
  24 août 2020
Dans ce deuxième tome, Héraclès continue ses travaux en rencontrant toutes les créatures fantasmagoriques possibles. Il prouve qu'il a du bon en lui et fait preuve d'une grande ténacité. Héra continue de le tourmenter et chaque épreuve est plus dure que la précédente. La fin laisse présager un petit séjour aux enfers pour notre ami demi-dieu :)
Commenter  J’apprécie          130
Radwan74
  21 avril 2021
Ce second tome commence tambour battant avec le premier travail d'Héraclès : vaincre le Lion de Némée. Je trouve le récit bien construit et arriver à caser 10 des douze travaux en 48 pages tout en réalisant une histoire qui se tient, c'est un véritable défi réussi. Alors évidemment, certains travaux sont vite expédiés mais cela reste assez fidèle et cela donne un rythme qui sied bien à l'histoire. de toute façon, le mythe d'Héraclès est le plus fourni : entre ses douze travaux (les autres héros se contentent de 2/3 exploits) et ses nombreuses autres « petites » aventures, Héraclès a une vie très remplie et pourrait être contée dans une série de 10 albums sans problème. Il faut donc faire des choix et je trouve que Clotilde Bruneau s'en sort très bien avec un scénario passionnant.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Sceneario   30 septembre 2019
Le récit coule tout seul, avec fluidité, on redécouvre les exploits de Héraclès et on se laisse porter par les très belles planches de Carlos Rafael Duarte !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   09 septembre 2019
Qui doit vraiment être tenu responsable : celui qui donne l’ordre ou celui qui l’exécute ?
Commenter  J’apprécie          175
ManonRealManonReal   24 août 2020
"Ni dieu, ni titan ni montagne...regarde bien, Héra, je reviendrai avec ce troupeau."

Héraclès s'adressant à Héra.
Commenter  J’apprécie          60
AlfaricAlfaric   15 novembre 2019
[Héraclès] Plus la tâche devient difficile, plus je me rapproche de l’immortalité !
Commenter  J’apprécie          60
Radwan74Radwan74   21 avril 2021
- tu crois qu’Héra comptait sur ma colère pour l’anéantir ?
- qui sait... ce ne serait pas la première fois qu’elle intriguerait pour arriver à ses fins !
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : mythologie grecqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L’Iliade, la pomme de la discorde

De combien de tome est composée la série "L'Iliade"?

1
2
3
4
5
6

11 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : L'Iliade, tome 1 : La pomme de discorde de Clotilde BruneauCréer un quiz sur ce livre