AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2344001697
Éditeur : Glénat (08/03/2017)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Acrisios, roi d Argo, est dans la tourmente. Les oracles lui prédisent que c est le petit-fils qu il attend désespérément qui signera sa perte. Après avoir enfermé Danaé, sa propre fille, dans un cachot aux murs de bronze, il décide de la livrer elle et Persée, le fils qu elle a eu avec Zeus, aux périls de l océan. Condamnés à une mort certaine, ils sont recueillis sur les rivages de l île de Sériphos. Ici, le roi Polydecte est subjugué par la beauté de Danaé et, bi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  16 mars 2017
Comme celle de Thésée, l'Histoire de Persée dans cette collection est un stand alone… Je vais aller à l'essentiel ce tome-ci est plus réussi, à commencer par les graphismes du triumvirat constitué par Didier Poli, Giovanni Lorusso et Stambecco ( le premier assurant une unité d'ensemble à la collection, en puissant dans l'inépuisable vivier des dessinateurs italiens de talent), qui nous offre de chouettes Grées, Nymphes, Gorgones, monstre marin géant et sandales ailées ressemblant aux bottes antigravité du film "Jupiter Ascending" (OMG, je viens d'imaginer ce que ferait les Wachowskis si on leur confiait un peplum… Waouh le film de ouf !!!)
Je ne sais pas si c'est conscient, inconscient ou si le récit d'origine était à ce point proche des archétypes universels mais on est vraiment dans le schéma narratif du conte : situation initiale, élément déclencheur, quête impossible, épreuves à affronter pour grandir et devenir un homme (avec un côté Fantasy voire Portal Fantasy très plaisant, puisque c'est en affrontant des problèmes « inhumains » qu'il trouve des solutions à ses problèmes « humains »)… On est à 100% dans la Quête du héros aux mille et un visages de Joseph Campbell, ce mythe fondateur de l'humanité commun à toutes les mythologies du monde entier car toutes les peuples appartiennent à la même humanité : pas de chance, visiblement Luc Ferry ne le connaît pas (c'est la malédiction de la Tour d'Ivoire ^^)
Dans le cahier pédagogique (enfin je dis pédagogique, il faut des masters en littérature ancienne, en littérature moderne, en philosophie et en psychologie pour le suivre, du coup les auteurs sont obligés d'expliquer en encart pour le grand public tout ce qu'il n'explique pas), l'ancien ministre oublie totalement le récit et son héros pour se concentre sur la Gorgone symbole de l'inéluctabilité face à la mort et donc de la finitude de tout être. Alors il pioche dans le christianisme, l'hindouisme et le bouddhisme avant de convoquer Sénèque, Montaigne, La Rochefoucauld, Freud et Le Dalaï Lama pour nous expliquer qu'il faut philosopher pour arriver à une vérité que chaque être vivant connaît déjà intimement. Désolé, mais j'ai déjà vu tout ça dans tous les genres et dans tous les médias, et j'ai déjà vu tout ça mieux fait ! N'importe quel bouquin de David Gemmell nous aurait développé tout un dramatis personane montrant que le monde se divise en deux catégories : les homines crevarices qui sont persuadés d'être si singuliers qu'ils ne supportent pas d'être mis au même rang que les communs des mortels, et ceux qui savent qu'il font partie d'un tout qui se renouvelle générations après générations, ceux qui sont persuadés que le monde leur appartient, et ceux qui savent qu'ils appartiennent au monde…
Ici la scénariste Clotilde Bruneau essaye de rattraper en ajoutant au mythe une touche de fable voltairienne… Derrière l'inéluctabilité de la mort et l'implacable destin, on a Acrisios l'homme qui attend avec impatience la venue de son petit-fils avant de céder la place à Acrisios qui être à sacrifier sa descendance pour conserver le pouvoir qu'il ne pourra pas emporter dans la tombe : au lieu d'aider la nouvelle génération à préparer l'avenir, il s'accroche au trône en s'enfermant dans le passé (vous reconnaîtrez sans doute ici la mentalité de votre politicien le plus proche). A l'opposé de sa vision de la vie, on a son petit-fils qui vit modestement et tranquillement et n'a jamais rien réclamé (y compris la vengeance car il sait que la rancune est un cancer de l'âme), et qui utilise le pouvoir qui lui a été échu au bout de sa quête pour le plus grand nombre, avant de l'abandonner définitivement… Se servir du pouvoir, mais être prêt à le laisser : voilà le seul moyen d'être libre, et de libérer les autres… Voilà il aurait suffit d'étoffer la caractérisation et les dialogues pour obtenir un bel hommage aux mythes fondateurs de l'humanité ET une bonne bande dessinée, oui mais non Luc Ferry n'en démord pas : pour lui il faut adapter fidèlement des récits qui fonctionnent avec un mode de narration appartenant à des civilisations depuis longtemps disparues au lieu de les moderniser pour porter au plus haut leurs messages humanistes… Et ici, le fait que la conclusion de Luc Ferry ressemble plus aux propos du roi Acrisios qu'à toute sa démonstration est assez dérangeant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Davalian
  23 juin 2017
Persée et la Gorgone Méduse est l'un des premiers albums de la série La sagesse des mythes. le titre est plutôt mal choisi car le sujet est ici plus ambitieux puisqu'il s'agit ici davantage de la vie de Persée dont il est question.

A titre de comparaison, Clothilde Bruneau compose ici un scénario qui ressemble beaucoup à celui de Thésée et le Minotaure. Nous avons droit à la totale : conception du héros, enfance (assez rapidement expédiée au demeurant), défi, haut fait, autres actions mémorables, mort, légende. Son dernier fait d'armes accompli, il nous reste plus qu'une planche pour nous laisser entrevoir sa vieillesse.

L'album est surtout centré sur l'action. A plusieurs reprises, les dialogues se font d'ailleurs inexistants, laissant toute la place aux confrontations (notamment avec le monstre marin). L'on pourra regretter ce choix, car du coup la lecture est bien trop rapide. La confrontation avec Méduse et ses deux soeurs est par ailleurs trop rapidement expédiée tout comme la quête pour arriver jusque là. Celle-ci pose d'ailleurs quelques questions (quel rôle ont joué les dieux, pourquoi, comment) qui ne trouvent pas de réponse. Il a pourtant ici de quoi faire durer le plaisir. Assez étrangement, les dieux ne tiennent qu'une place très secondaire, uniquement relayé au rôle d'aidants.

Les dessins sont de qualité, mais certaines faiblesses peuvent être identifiées ici et là. le traitement de certains visages porte ainsi encore la marque des gabarits que l'on imagine être des outils du dessinateur. Certaines scènes sont de toute beauté (ainsi l'épisode avec Andromède) mais à chaque fois des regrets apparaissent (pourquoi n'avoir pas rendu Persée moins invisible ?).

Le plus gênant reste le cahier dit scientifique entièrement consacré à un article philosophique dédié au caractère inéluctable de la mort. le rapport avec la philosophie grecque est assez ténu sinon des citations de Jean-Pierre Vernant. le philosophe-ministre semble complètement hors sujet et nous propose un article qui serait mieux adapté à une revue. le lecteur devra se faire sa propre idée du making-off en se reportant aux tableaux présentés ici à titre d'illustration et des quelques encarts explicatifs.

Persée et la Gorgone Méduse reste un bon ouvrage de vulgarisation en permettant aux plus jeunes (et moins jeunes) de découvrir ou de redécouvrir ce mythe. Si l'album n'est pas franchement complexe, il reste léger et agréable, idéal pour un moment axé davantage sur la détente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
tchouk-tchouk-nougat
  12 avril 2017
Acrisios, roi d'Argos, attend avec impatience un petit fils pour être sur de transmettre son trône à sa descendance. Mais la pythie lui révèle un cruel destin : petit-fils il aura bien, mais celui-ci le tuera. Et donc voilà qu'Acrisios décide d'enfermer sa fille histoire du coup d'être sur de ne pas avoir de descendance! Mais Zeus s'en mêle, et ainsi naitra Persée.
L'histoire de Persée, de son célèbre combat avec Méduse à son mariage avec Andromède, est intéressante et se prête bien à une adaptation BD. J'ai néanmoins trouvé dommage l'enchainement trop rapide des faits. C'est sympa à lire mais ça manque de profondeur alors qu'il y avait moyen de faire mieux. Là, on a plus un récit qui se borne à raconter le mythe de Persée, un bon moyen de découvrir la mythologie grecque pour les néophytes mais on aimerait bien un peu plus. On aurait pu insister sur l'incohérence d'Acrisios qui souhaite un petit fils pour transmettre son trône mais qui, dès qu'il sait que ce dernier sera l'origine de sa mort, fait machine arrière préférant enfermer sa propre fille pour justement ne pas avoir à céder son trône. Ou encore raconter un peu le fait que Persée ne conserve ni les précieux présents des dieux, ni les trônes qui s'offrent à lui, qu'il ne succombe pas à la vengeance préférant une vie plus paisible faite de pardon et d'amour!
Ceci étant ça reste un bon album de vulgarisation de la mythologie grecque.
Le dessin est très agréable. Gorgone, grées, nymphes, monstre marin... sont très bien représentées. C'est avec plaisir que l'on parcoure les pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Sabrinaaydora
  13 janvier 2019
Persée est né de l'union de Danaé avec Zeus alors que ce dernier s'est changé en pluie d'or pour venir lui rendre visite dans son cachot. L'oracle avait prédit que le fils de Danaé tuerait Acrisios, roi d'Argo et père de Danaé. Protégés des Dieux, Persée et Danaé trouveront refuge sur l'île de Sériphos. C'est lors d'un banquet du roi Polydecte, dont la beauté de Danaé ne laisse pas indifférent, que Persée lui promet de lui ramener la tête de la Gorgone Méduse. Son aventure commence…
J'aime énormément les mythes, les dieux et déesses de la mythologie ainsi que leur caractère souvent puéril. J'ai aimé la mythologie dans les livres, les films (ah "Le choc des titans" de 1981!) mais aussi dans les dessins animés ("Les chevaliers du Zodiaque"). Cet univers est fascinant à la fois dans cette croyance éperdue envers des Dieux tout-puissant, mais aussi face à la construction de l'univers, de la terre Gaïa, de ces divinités qui se tolèrent puis se rejettent. Un monde qui a servi également à de nombreuses séries télévisés ("Hercule", "Xena la guerrière"). C'est un univers si riche et vaste et les traces encore visibles des temples à Athènes ou à Rome recèlent encore des mystères.
J'ai aimé le graphisme de la BD. Les dessins sont très expressifs, mais la qualité diffère en fonction des passages. L'épisode avec Andromède est sublime, mais il me manquait l'image d'Andromède enchaînée au rocher comme dans les nombreuses représentations, car ici, on la voyait principalement de dos. Zeus se transformant en pluie d'or est très bien représenté. Dommage de ne pas avoir le même souci du détail dans les planches lorsqu'il s'agit de visage en gros plan ou lorsqu'ils sont un peu éloignés. Ces derniers sont esquissés, c'est bien dommage. J'ai adoré le rendu des différentes atmosphères en fonction du passage, les couleurs accompagnaient vraiment l'histoire.
L'histoire en elle-même est facile à lire et à se représenter. Je me désole parfois de certains raccourcis, mais faire tenir la vie de Persée dans une seule BD est tout de même un beau travail. L'ensemble rend bien hommage au mythe et on se laisse facilement emmener auprès de lui. On retrouve un Persée où le doute ne semble pas l'atteindre. Je me replongerais bien dans mes livres sur les mythes, la personnalité de Persée m'échappe.
En bref :
Une BD qui nous replonge dans le mythe de Persée et de son combat contre la gorgone Méduse. L'ensemble rend hommage à ce héros de légende !
Lien : https://lecturedaydora.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MarquePage
  02 avril 2017
Encore une BD sur une mythologie grecque bien connue, ou du moins de nom.
Il est toujours intéressant et enrichissant d'en apprendre un peu et le support plutôt bien choisi pour approfondir nos connaissances. Mais malheureusement comme souvent dans cette série, la réalisation n'est pas une franche réussite. Si la lecture est agréable et se fait sans accros, elle se fait aussi sans réelle passion. Je trouve la narration très linéaire, il n'y a ni suspense ni enjeu. le héros se laisse porter par les évènements et par les dieux avec toujours beaucoup de réussite et une facilité déconcertante. Ca en devient presque sans intérêt.
De même les personnages ne sont ni attachants, ni désespérants, ni exaspérant. On ne ressent pas grand chose. Peut être est-ce trop scolaire.
Le complément en fin d'album permet d'approfondir la réflexion que peut emmener le récit de Persée. Comment on perçoit la mort, et comment on y fait face. Plutôt une bonne idée. Mais je dois avouer que j'ai lu les paragraphes en diagonal, incapable d'y accrocher. Trop philosophique pour moi. Les petits encarts relatifs au mythe de Persée, n'apprennent rien de plus car tout est dit dans la BD.
Les dessins sont jolis et agréables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
Sceneario   13 février 2017
Un album assez classique dans sa forme, même si le dossier final vient nous éclairer sur la légende et ses symboliques philosophiques. En tout cas il reste une excellente lecture, très agréable !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   04 mai 2019
[Zeus] Ton nom Persée ne s’éteindra pas avec toi, cher fils… Ton visage fera désormais à jamais partie de la voûte céleste !
Commenter  J’apprécie          155
DavalianDavalian   23 juin 2017
- Je n'en aurai pas longtemps...
- Juste le temps de remporter la compétition de disque !
- Comme tu voudras... Mais tu as intérêt à gagner, pour la peine !
Commenter  J’apprécie          60
MarquePageMarquePage   02 avril 2017
[...] mais que l'existence est une chance unique de construire quelque chose et que même si la vie n'a pas de sens, il y a du sens dans la vie.
Commenter  J’apprécie          30
Val01Val01   02 avril 2017
Je sais déjà comment utiliser ton présent. Il aura une place de choix, crois-moi.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : divinitésVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
468 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre