AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954516313
Éditeur : Signes et balises (01/09/2013)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
"De son visage, de son corps, après tant d'années, j'ai presque tout oublié. J'avais une seule photo de lui, il y a longtemps que je l'ai perdue. C'était une photo de groupe, prise au cours d'une des rares patrouilles que nous ayons menées ensemble pendant mon bref séjour à Rio Salado. Son visage s'y fondait en profil perdu sur l'horizon flou des collines; seule sa main droite, posée bien à plat sur le chargeur du pistolet-mitrailleur, parvenait, quand je regardais ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
arthur05
  25 mars 2018
Dans ce court roman Pierre Pierre Brunet nous parle au travers de l'histoire de Daniel V de la guerre d'Algérie , ou plutôt de l'absurdité de toutes les guerres et de la solitude des hommes.
Ce que retient Pierre Brunet de tous ces événements , c'est donc cet homme qu'il a connu à la fin de sa période et qui fait partie des derniers morts de ce conflit , il ne nous parle pas du fracas des armes , du courage des guerriers , non il parle de la douleur humaine , des silences qui parlent tant quand le temps passe ....J'ai été très touché de sa façon de parler des hommes au travers de la description de leurs mains , celles de Daniel V par exemple , comme si chacun d'entre nous porte dans ces mains son humanité , sa part d'homme , le résumé de son parcours , le prolongement de son âme...
Vraiment très émouvant cet ouvrage si condensé , si humain , il rend à la mémoire de Daniel V un hommage très touchant ; les militaires enlèvent souvent la part d'humanité à leurs héros lui Pierre Brunet ne retient que la part humaine de Daniel V .
Merci à Babelio et aux éditions Signes et Balises qui m'ont permis de savourer cette lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
OlivierBass
  07 juillet 2014
C'est un grand court roman. Un portrait en touches de peinture. L'histoire d'une certaine amitié, aussi.
C'est un roman d'une grande musicalité, à lire à voix haute, ou à écouter, d'une délicatesse extrême.
C'est un roman qui, comme un ami perdu, nous hante longtemps après que la dernière page a été refermée.
Commenter  J’apprécie          60
SylHau
  04 mars 2018
J'ai trouvé ce livre intriguant et mystérieux, d'abord dès la lecture du titre, du résumé et par la minceur de celui-ci. Dans quel histoire l'auteur allait-il m'emmener en si peu de pages ?
L'histoire reste sur la même lignée que ma première impression : intriguante et mystérieuse. Pierre Brunet raconte une partie de la vie de Daniel V. durant son service militaire. Cette personne n'a rien exceptionnelle mais seuls quelques faits de sa vie qu'il a bien voulu raconter à l'auteur sont marquants et merveilleusement racontés.
J'ai apprécié ce livre court mais puissant.
Merci aux Editions Signes et balises ainsi que Babelio par l'intermédiaire de "masse critique" pour ce bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          30
Coya
  12 mars 2018
J'ai reçu ce livre grâce à la Masse Critique. J'ai été surprise par la taille du livre, à peine plus grand que ma main et 56 pages.
Une lecture courte mais prenante. Je ne sais pas si Daniel V. a vraiment existé mais il m'a touché. Par ce que l'auteur en dit, il avait l'air d'avoir un bon fond et n'allait pas faire la guerre pour jouer au petit soldat. Je pense alors à tous ceux qui ont eu leur vie arrachée, que seraient-ils devenus? Autant de vies gâchées.
Dans ce récit on peut vivre la cruauté de la guerre avec la fuite de la population, les tortures, les exécutions, etc
Grâce à ce texte je me suis intéréssée à la guerre d'Algérie, j'ai effectué quelques recherches et j'ai appris beaucoup de choses.
Je remercie Babelio ainsi que les éditions Signes et Balises pour cette découverte.
Lien : http://unlivreunwakanda.cana..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SylHauSylHau   04 mars 2018
Il n'y a plus que la blancheur de la main nue, le froid de l'arme. J'ai peur. Daniel V. dit, à voix haute : "j'ai peur." Il entend sa voix. Il faut desserrer cette étreinte, je dessinerai, plus claire sur la nuit confuse, s'élaborant patiente autour d'une main nue posée sur une arme, une sentinelle vigilante, je la nommerai comme on nomme les sentinelles, Daniel V., le mot de passe, mon nom. La main, nue et blanche sur l'arme froide, la voix. C'est en me concentrant, de toutes mes forces, sur la main, sur la voix, que je parviendrai à résister à la peur, à l'oubli, à ce vertige où tout se dissout, que j'irai, il le faut, jusqu'au bout de mon histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CoyaCoya   12 mars 2018
..., je voudrais croire, lorsque sa tête se tourne vers le ciel, que les étoiles brillent à nouveau, que toute la grande nuit d'été s'illumine, pour toujours, dans une miséricorde infinie.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : guerre d'algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
833 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre