AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Goewin


Goewin
  09 octobre 2017
« Honneur Devoir Fidélité » Un livre coup de poing !

Quand on est un homme d'honneur d'action et de coeur, il y a des évènements qui sont insupportables. Étienne, un officier commando marine, de retour de l'Opération Turquoise, traumatisé par ce qu'il a vécu au Rwanda est aspiré dans une spirale de culpabilité qui le pousse à s'autodétruire. Seuls son voilier Gilliatt et son combat contre les éléments parviendront à l'aider à se reconstruire.

27 juin 1994 : Bisesero, Rwanda, 2000 rescapés Tutsus sont découverts par une patrouille de soldats français qui promet de les secourir dans les trois jours. 30 juin 1994 : sur les 2000 rescapés, il n'en reste plus que 800, 1200 civils Tutsus ont été assassinés par les Hutus. Étienne est hanté par ce qu'il a vu mais plus que tout il a honte. Honte de n'avoir rien pu faire lui qui est un homme d'action. Honte d'avoir laissé faire même s'il n'avait aucun pouvoir décisionnaire. Les ordres venaient d'en-haut.

Cette lecture a été éprouvante tant je me suis posée de questions, j'ai essayé de ne porter aucun jugement mais cela a été très dur. En particulier au moment où Étienne fait le choix d'abandonner un nourrisson en sachant qu'il le condamne à une mort lente par déshydratation, faim et épuisement parce que « Une mission ne peut être remise en question que par un impératif supérieur. » J'avoue ne pas avoir compris, l'opération Turquoise ayant pour but d'empêcher les massacres et de venir au secours de la population.

Étienne souffre de stress post-traumatique d'après les psys de la Marine. de retour en France, il n'aspire qu'à se perdre, à s'avilir. Deux ans se sont écoulés durant lesquels il a sombré dans une “morbidité obsessionnelle” qui le pousse à rechercher et lire tout ce qui a trait à des génocides et nous avons droit à un catalogue des horreurs commises par l'homme dans le monde. Il cherche l'oubli dans la boisson et multiplie les aventures avec des femmes de rencontre, des prostituées. Il sabote son couple, sa famille. Pierre Brunet, qui s'est rendu au Rwanda dans le cadre d'une mission humanitaire, dépeint à merveille la psychologie des protagonistes qu'il s'agisse d'Étienne ou de son épouse. J'ai mesuré les difficultés qui doivent se poser à tout soldat de retour du front et à sa famille, le fossé à combler qui existe, l'impossibilité de partager son expérience avec le conjoint ou pour le conjoint de comprendre et d'accepter. Il doit y falloir beaucoup d'amour.

L'auteur se fait poète lorsqu'il décrit la nature, la mer. Gilliatt, le voilier est personnage à part entière. Seul bémol en ce qui me concerne, j'ai regretté qu'il n'y ait pas de notes concernant le vocabulaire marin qui est omniprésent dans le récit. J'ai trouvé cela lassant comme si le livre ne s'adressait qu'à des navigateurs. On alterne les passages de navigation et les réminiscences d'Étienne. On voit Étienne reprendre vie petit à petit grâce à Gilliatt, à sa lutte contre les tempêtes qu'elles soient intérieures ou extérieures, à la fraternité des gens de mer.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Calmann-Lévy pour cette lecture. Un livre douloureux, difficile mais qui nous permet de mieux appréhender la vie de nos soldats.
Lien : http://au-pays-de-goewin.ove..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus