AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709647680
Éditeur : J.-C. Lattès (08/04/2015)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 9 notes)
Résumé :
14 juillet 1918, sur les hauteurs du Mont-sans-nom. Un jeune homme de vingt et un ans réussit l'impensable : forcer en plein jour les lignes allemandes et capturer vingt-trois prisonniers qui révéleront les plans de l'ultime offensive ennemie. La France fait plier l'Allemagne. Joseph Darnand est acclamé. On le nomme « artisan de la victoire », distinction suprême qu'il partagera seul avec Clemenceau et Foch.
Quelques années plus tard, tout recommence. 1940, F... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
CDemassieux
  04 mai 2015
Trop de gens considèrent l'Histoire comme un conte de fées : les gentils doivent être très gentils et les méchants, très méchants, pour reprendre une fameuse chanson sensiblement ironique de Michel Fugain et du Big Bazar.
Ajoutons à cela l'air du temps qui voudrait lisser l'Histoire tel un mannequin en couverture de magazine, et l'on obtient une réécriture conforme à une certaine idéologie mais pas à la réalité !
L'Histoire est retorse et beaucoup moins manichéenne qu'on le souhaiterait. le livre d'Eric Brunet nous en apporte la preuve la plus manifeste. Avec un « regard personnel sur cet aventurier paradoxal » – regard romanesque étayé par une authentique recherche des faits –, l'auteur plonge les mains dans le bourbier Joseph Darnand.
Darnand, le héros incontestable de la Première Guerre mondiale, dont un coup de force contribuera grandement à la victoire sur les Allemands ; qui rêve d'ordre soldatesque pour la France ; oublié entre les deux guerres, va s'illustrer sous l'Occupation, notamment avec sa création : la Milice, un repère de tueurs dignes de la SS. Darnand prêtera d'ailleurs serment à Hitler. Lui, le bouffeur de « Boches », vendra ainsi son âme patriote au diable en signant un pacte maudit.
Mais pour traiter de Darnand il faut se frotter à d'autres personnages, que Brunet écorne volontiers, preuves à l'appui, dont un certain chantre de la liberté qui n'a pas toujours craché dans la soupe extrémiste : François Mitterrand, décoré entre autres par le Maréchal Pétain, c'est bon de le rappeler !
Dans ce roman de la mauvaise conscience française, on rencontre ainsi d'illustres adhérents à l'idéologie collaborationniste qui, jadis, étaient à gauche toute, dont un certain Marcel Déat, auquel l'auteur fait dire, au cours d'un entretien avec un journaliste américain : « La vraie collaboration est un projet de gauche, monsieur Howard, auquel la droite conservatrice ne comprend rien ! » A voir le trombinoscope des têtes de l'hydre vichyste, force est de constater la pertinence de cette saillie.
Darnand, idéaliste du pire, poursuivra son jusqu'auboutisme qui – après un passage à Sigmaringen, refuge des collabos français en déroute, si génialement brossé par Céline dans son roman D'un château l'autre, et en Italie, pour traquer les partisans – le conduira au peloton d'exécution en octobre 1945, au fort de Châtillon. Entretemps, il aura bien été tenté de rallier la Résistance, mais ses convictions le maintiendront dans son camp. de toute façon, selon l'auteur, De Gaulle n'en voulait pas.
En choisissant Darnand, Brunet démontre à quel point les hommes ne sont pas des êtres immuables et souvent le jouet des circonstances. Victor Hugo écrivait ceci : « Les événements dépensent, les hommes payent. Les événements dictent, les hommes signent. »
Rien ne prédisposait cet « Artisan de la victoire » de 1914-1918 à s'aplatir devant l'Occupant, au point de le servir si fidèlement. Bien sûr Darnand a été doublement traître – comme Français et comme soldat plusieurs fois décoré pour sa bravoure face à l'ennemi – mais il y avait de l'idéalisme chez lui. Sauf qu'il y a des idéaux qu'il vaudrait mieux ne pas avoir.
Par ses choix il a effacé l'ardoise de sa gloire pour qu'on ne retienne plus que celle de son infamie.
Brunet a su justement retranscrire cette complexité d'un homme et son époque, et, grâce au ressort romanesque, écrire un destin, celui d'Un monstre à la française protéiforme qui s'est perdu dans les limbes de l'Histoire.
Hélas, à notre époque de savoir prémâché et d'ignorance vaniteuse, rédiger un pareil texte relève de l'audace inadmissible. Les chasseurs médiatiques bien-pensants ont déjà commencé la curée !
On pouvait ainsi lire sous la plume de Thierry de Cabarrus, chroniqueur politique dans L'Obs - le Plus : « En écoutant Éric Brunet nous vendre son "monstre à la française", Joseph Darnand, comme un "héros de guerre", alors que l'histoire a retenu de lui qu'il était non seulement collabo, soutien de Pétain, mais aussi le fondateur de la Milice française, cette organisation paramilitaire supplétive de la Gestapo dans la chasse aux juifs et aux résistants, j'ai ressenti un vrai malaise. »
Evidemment, après ma lecture, je peux affirmer que c'est un ramassis de mensonges : Eric Brunet ne nous a rien vendu, il nous a juste invités à la nuance. Si Darnand est l'indéniable salaud de la Collaboration, il a aussi, en 1918, à la tête d'un corps franc, fait prisonnier un état-major allemand et récupéré des documents qui ont permis de briser une grande offensive du camp adverse. Combien de vies françaises a-t-il sauvées alors ? Question embarrassante !
Je sais qu'il est devenu courant de réécrire l'Histoire, mais c'est précisément ce que n'a pas fait Brunet. Et parce qu'il ne se prend pas pour un historien, il a préféré se replier prudemment et humblement dans le roman. Roman qui n'est pas un dithyrambe, loin de là, adressé à la mémoire de Darnand.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nikoz
  21 octobre 2015
E. Brunet a la gout du défi! Écrire un 'roman' sur Darnand, tout en se sachant attendu... Cela mérite le respect. le résultat est un ouvrage très facile à lire, bien rythmé... Il y aurait beaucoup à dire, je regrette un peu le manque de profondeur mais E. Brunet montre simplement l'incroyable marigot de Vichy. Un monstre de contradictions, à qui l'on peut reconnaître un certain courage, mais porter la responsabilité de la milice est une telle ignominie qu'elle écrase tout le reste.
Commenter  J’apprécie          70
DanR
  23 septembre 2017
Le courage ne fait pas un brave homme. Pendant des lustres on a bassiné les populations avec le courage guerrier des uns ou des autres justifiant ainsi les militaires ou pouvoir, en France ou ailleurs. On peut être un homme courageux, au combat en l'occurrence, et être un fieffé salaud. Je soupçonne un poil de sentimalisme de l'auteur envers ce triste sire qu'était Darnand, mais le livre est vivant, éducatif. Sans doute un peu rapide sur certains points mais suffisant, pour moi, en tout cas, pour faire le portrait de l'abjection.
Commenter  J’apprécie          20
fklevesque
  21 novembre 2016
Un ouvrage bien écrit qui prend une forme purement romanesque bien que reposant sur des faits réels. Il manque toutefois de profondeur psychologique permettant de démonter les rouages de la pensée d'un soldat de grande valeur, Joseph Darnand, qui a emprunté une voie allant à l'encontre de ses valeurs patriotiques. On est donc conduit à regretter que la démarche empruntée ne soit par proche de celle de Robert Merle dans le brillant "La mort est mon métier". Plaisant mais loin d'être une lecture indispensable.
Commenter  J’apprécie          00
mpierre76
  17 août 2016
Bien documenté ,d'une lecture agréable sans trop de renvois aux sources. J'ai bien aimé le chapitre sur ce que sont devenus les principaux personnages. L'auteur a surtout essayé de montrer que les hommes ne faisaient pas toujours le bon choix sans être pour autant des monstres.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
NikozNikoz   21 octobre 2015
" Ce que j'ai à vous dire c'est que vous êtes tous des vieux cons!"
[...]
- Tu n'as pas dis ça à Maurras?
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Eric Brunet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Brunet
« le gaullisme est devenu un passe-partout, un sésame qui permet à n?importe quel politique de tenir en respect les critiques. La référence à De Gaulle assure au député de gauche un brevet de réalisme (il se dira alors « gaulliste social ») et elle tempère l?image trop réactionnaire de l?élu de droite. Une figure de l?extrême droite veut adoucir son profil ? Elle revendiquera sa De Gaulle attitude. Un ténor de l?extrême gauche veut gommer son image d?idéologue dogmatique ? Il clamera sa fidélité aux valeurs du gaullisme. Au fil des années, ces nouveaux adorateurs de la croix de Lorraine ont institué un véritable fétichisme gaulliste. Et gare à ceux qui contreviennent au culte du Général. »
Les politiques oseront-ils « tuer le père » et faire leur aggiornamento ? L?avenir de la France en dépend, nous dit Eric Brunet avec la franchise qui a fait, entre autres, le succès de son émission sur RMC et de ses précédents livres.
http://www.albin-michel.fr/ouvrages/l-obsession-gaulliste-9782226325006
+ Lire la suite
autres livres classés : herosVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
795 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre