AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Takalirsa


C'est un roman emprunté par hasard à la médiathèque (« Coup de coeur de lecteur ») qui m'a fait passer un moment de lecture fort sympathique ! Les deux vieilles dames sont drôles et touchantes à la fois avec leur routine immuable et leurs petites habitudes ancestrales. Elles continuent de tirer l'eau au puits (du voisin), les toilettes sont au fond du jardin et elles vivent dans leur cuisine, seule pièce chauffée par un poêle à bois ! Célibataires toutes les deux, elles ne reçoivent pas d'autres visites que celle quotidienne du facteur et celle, occasionnelle, de leur frère Rutger.

Mais tout change quand un nouveau et plus jeune (60 ans tout de même) voisin s'installe dans la maison d'à côté (« Alvar avait donné une nouvelle impulsion à leur vie »). Tilda et Elida se lient peu à peu d'amitié avec Alvar et (re)découvrent les petites joies de la vie sociale : s'inviter pour le café, se faire belle avec une nouvelle robe et s'ouvrir à la modernité (oh, une cafetière électrique!). Elles vont même se lancer dans un commerce de vente par correspondance en découvrant que le marc de café un peu spécial d'Alvar a des propriétés aphrodisiaques ! Ainsi, « la routine auparavant si bien établie avait volé en éclats ».

Le récit se lit très vite tant on est happé par le petit monde de Tilda et Elida. Les deux soeurs sont très complices et en même temps n'échappent pas à une certaine rivalité (« Elles s'aimaient, c'était indéniable, mais il leur arrivait d'éprouver une méfiance et une jalousie réciproques »). Entre deux on a le point de vue de Rutger qui est le premier à se rendre compte de la métamorphose de ses aînées (« Il avait perdu son ascendant sur elles »). J'ai beaucoup apprécié le message véhiculé par cette histoire : d'une part, qu'il faut savoir apprécier les petits plaisirs de la vie (« La tarte au sucre, la nappe brodée, le plat en verre, la carte d'Alvar et un vin cuit chacune ») ; d'autre part, qu'il n'y a pas d'âge pour évoluer et prendre un nouveau départ dans sa vie (« Elles avaient fait preuve d'un sens de l'initiative et de détermination »).
Commenter  J’apprécie          90



Ont apprécié cette critique (7)voir plus




{* *}