AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Mary Rosenthal (Autre)
EAN : 9782702406946
247 pages
Le Masque (30/11/-1)
3.73/5   33 notes
Résumé :
A dix-neuf années lumière de la Terre, sur Sigma Draconis, une expédition interstellaire terrienne avait découvert pour la première fois les trace d'une civilisation étrangère avancée.
Ces traces étaient vieilles de cent mille ans.
Ce qui était beaucoup plus étrange, c'était qu'entre l'apparition de l'intelligence sur ce monde et la disparition définitive de cette civilisation, il ne s'était écoulé que trois millénaires.
L'ombre d'un instant dan... >Voir plus
Que lire après Eclipse totaleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
L' auteur a écrit quelques romans du genre espace opéra qui vont de : tout à fait sympathiques à relativement sympathiques , S'ils n'atteignent généralement pas des sommets de perfection , ils n'en constituent pas moins de bons moments du genre espace opéra .

Dans ce texte aux personnages globalement soignés , fonctionnels et crédibles , John Bruner aborde de front l'exploration d'une société extraterrestre défunte et cette approche est absolument et totalement dénuée de la moindre once de ridicule , alors que le fameux et redoutable Sens of Wonder , dont l'ombre redoutable plane constamment sur le genre , reste totalement sous control .
Faut-il considérer ce roman comme l'aveux d'une prophétie de Cassandre et le prendre comme une sorte d'avertissement ? Qui nous serait frontalement destiné ? oui pas de doute .
Cependant si le message est clair , l'auteur choisit de l'exprimer selon la condensation et ce message qui transpire du texte , reste pertinemment au second plan , un peu à la manière de nuages qui ne cacheraient pas entièrement un ciel très couvert annonciateur de gros temps .

L'auteur a en effet le souci de se consacrer à ce monde étranger , de rendre cette équipe de chercheurs présente et aussi de rendre leurs découvertes et leurs difficultés ( émotionnelles comme professionnelles ) palpables et perceptibles pour le lecteur . Il parvient assez bien à faire tout cela et de ce fait , ce roman possède indiscutablement un charme certain .
Le texte est bien construit car tous ces procédés concourent à créer une atmosphère quasiment nostalgique ( de travail de deuil frustrant car prématuré ) où les drames silencieux du passé , s'entremêlent avec une réalité présente qui s'avèrera selon un processus savamment dosé , afficher une connotation tragique , tout à fait touchante , mais constructive également , si on la met en rapport avec la finalité profonde du roman .
Cette expédition sur ce monde désertique et maintenant mort , après avoir été vivant , affectera la santé de l'équipe médicalement parlant et leur vie sur ce monde qui n'est pas fait pour eux , prendra très vite l'allure d'un naufrage aussi tranquille et dramatique qu'il sera émouvant !
Attente d'un secours hypothétique , poursuivre les recherches , coucher sur le papier le résultat de ce travail et en même temps des réflexions personnelles , car la vie prend une dimension dramatique , alors que les blessures creusent des sillons profonds qui font de plus en plus mal ..
Un roman à l'atmosphère palpable et un bon moment de planète opéra tangible , plaisant et non dénué d'intérêt , en plus d'être tragique.

Des faiblesses pourtant et malgré tout , qui frustrent le lecteur exigent et qui font plafonner ce texte , définitivement plus bas que son potentiel , et plus bas , que les promesses de son plan , celles de ses thématiques et de ses questions levées avec pertinence , laissaient entrevoir . .
Sans parler des qualités de styles que John Bruner était parfaitement capable de mobiliser et qui ne sont pas vraiment au rendez-vous .
Mais une assez bonne distraction néanmoins . Dans les « space opera « de l'auteur , je conseille : le creuset du temps qui est plus solide
Commenter  J’apprécie          540
Nous sommes en 2028 au moment où le vaisseau spatial Stellaris touche le sol de Sigma Draconis. Outre le colonel Rudolf Weil, Commandant du vaisseau et son équipage, c'est la relève qui arrive ; en fait, le paléontologue Ian Macauley et quelques autres scientifiques chargés de percer le mystère de cette planète, récemment découverte.
Huit ans plus tôt, une mission intergalactique avait atterri sur cette planète lointaine, située à dix-neuf années lumière de la Terre et y avait découvert, vieux de cent mille ans, les vestiges d'une civilisation passée en trois mille ans du stade du néolithique à celui du vol spatial. Malgré les missions répétées qui se sont succédé sur le sujet, la question reste posée : qu'a-t-il donc bien pu se passer sur cette planète pour que cette civilisation évoluée disparaisse à tout jamais après une évolution aussi rapide de trois mille ans. Une paille…en comparaison de l'infinité du temps …
Ils trouveront, bien sur. Et pointeront du doigt une évolution possible de l'humanité si l'on ne se méfie pas suffisamment des travaux des biogénéticiens…

La rencontre d'extraterrestres est un thème majeur de la science-fiction. Outre le fait qu'elle assure la partie dépaysement consubstantielle au genre, elle permet également toutes sortes de parallèles avec l'évolution de l'humanité.

Il n'y aura pas de rencontre de ce type sur Sigma Draconis, la civilisation découverte ayant disparu depuis des lustres. Mais malgré tout, la rencontre aura lieu… par scientifiques interposés, grâce aux conclusions du paléontologue Ian Macauley . On constate alors avec effroi que l'humanité est sur le point de s'engager dans cette même voie…qui a conduit la civilisation des crabes intelligents de Sigma Dragonis à sa perte.
Outre le dépaysement, ce n'est pas le moindre des intérêts de la science fiction que de mettre le doigt sur des évolutions possibles (et pas toujours brillantes) de l'humanité- voir Orwel et « 1984 ». John Brunner est souvent pessimiste et un brin misanthrope dans ce genre d'exercice. Gageons que le futur ne lui donne pas raison…
Commenter  J’apprécie          130
Eclipse totale” est un roman de science-fiction de l'écrivain britannique John Brunner paru en 1974. L'histoire se déroule sur Sigma Draconis, une planète lointaine située à dix-neuf années-lumière de la Terre.
En 2020, une équipe spatiale internationale, explorant Sigma Draconis, découvre les restes d'une société très avancée qui a laissé derrière elle comme artefact le plus grand télescope imaginable, sculpté et poli dans un cratère lunaire naturel. Les équipages scientifiques successifs déterminent que la culture indigène a évolué et a mystérieusement disparu après seulement 3000 ans d'existence. Nous sommes maintenant en 2028. Une autre mission atteint la planète avec un seul objectif : découvrir pourquoi cette civilisation intelligente et développée semble avoir disparu par une évolution incompréhensible.
Il n'y aura pas de premier contact sur Sigma Draconis, mais malgré tout, la rencontre aura lieu... par scientifiques interposés. Parmi ces savants, le docteur Ian Macauley jouera un rôle central dans cette aventure. Sa notoriété l'avait précédé : avant même d'avoir trente ans, il avait réalisé des travaux méritant d'être comparés à ceux de Michael Ventris et de Champollion. Ses méthodes de recherche originales et son empathie vont créer une véritable connexion avec cet Autre extra-terrestre, dont le métabolisme sensible à la perception des champs électromagnétiques et les réalisations techniques restaient à décrypter.
L'univers de ce roman, au dénouement particulièrement sombre, m'a toujours fasciné par sa profondeur et son altérité. Nous évoluons en eaux troubles, comme suspendus aux conclusions de l'énigme de la disparition de cette civilisation. Tout reste une hypothèse jusqu'à ce que Ian Macauley résolve l'énigme. Mais quand a lieu cette révélation, n'est-il déjà pas trop tard ?
On constate alors avec effroi que l'humanité est déjà engagée dans cette même voie… qui a conduit la civilisation des crabes intelligents de Sigma Draconis à sa perte.
Lien : https://inventer-lavenir.gho..
Commenter  J’apprécie          00
Angoissé? Déprimé? Un poil tristounet? passez votre chemin, après les premiers éléments de décor déjà peu reluisants posés dans cette histoire, le récit bascule lentement et inexorablement dans le nihilisme le plus complet, d'une noirceur peut-être prémonitoire qui perturbe et qui bouleverse concernant le destin de l'Humanité.
Un roman certes plaisant à lire et efficace mais qui ne laisse pas de place à l'optimisme dans son déroulé vous voilà prévenu...
Commenter  J’apprécie          10
J'ai dévoré ce roman passionnant de bout en bout !

Autant, le sujet peut sembler aride, l'analyse méthodique d'une civilisation à partir du moindre indice trouvé, autant, il est incroyablement intéressant de découvrir comment on peut en déduire tout un tas de choses sur des êtres que l'on ne connait pas du tout !

Le récit est très bien écrit et on n'est jamais assommé par des discours techniques rébarbatifs, mais au contraire, tout est très bien vulgarisé, les scientifiques présents ayant des spécialités différentes et devant donc expliquer leurs découvertes aux autres de façon très claires.

Au final, j'ai adoré ce roman car j'ai eu les réponses à toutes les questions posées contrairement à "L'Anneau-Monde" de Larry Niven ou à "Rendez-Vous avec Rama" de Arthur C. Clarke qui m'ont laissé sur ma faim...
Lien : https://www.yfolire.net/sf/c..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Etincellant comme une goutte de mercure,il brilait sur l'ellipse crayeuse de la lune de la planète :un joyau dans les décombres.
Commenter  J’apprécie          250
Ils , qui qu'ils aient étés , vinrent sur leur lune . Ils lissèrent , arrondirent , polirent tout un vaste cratère et en firent le plus incroyable des télescopes . Et ils sont morts . Ils sont morts depuis cent mille ans .
Commenter  J’apprécie          80
J'y suis allé parce que je voulais savoir à quoi ça ressemblait de marcher au milieu de ruines laissées par des gens qui n'ecrivirent pas leur histoire, qui vécurent leur vie et disparurent dans les ténèbres anonymes.
Commenter  J’apprécie          60
On peut s’imaginer que l’on sait tout. Et il y aura toujours des choses que l’on ne sait pas, capables de briser nos espoirs et d’anéantir nos rêves.
Commenter  J’apprécie          90
Être seul vous donne le sentiment d'être vieux.
Commenter  J’apprécie          130

Video de John Brunner (1) Voir plusAjouter une vidéo

Panorama international de la science fiction
Emission consacrée à la place de la littérature de science fiction au niveau international avec une pièce radiophonique de Frédéric CHRISTIAN "L'ambassadeur de Xonoï (avec une voix synthétique dans le rôle de l'extraterrestre) (48'00) - René BARJAVEL, Pierre STRINATI, John BRUNNER, Eremei PARNOV (en russe, traduction simultanée), Forrest J. ACKERMAN, James BLISH, Paul ANDERSON (en...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (116) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4862 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..