AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221017067
291 pages
Éditeur : Robert Laffont (01/02/1977)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Le monde en 2010. Tout est informatisé, automatique, électronique. Le Réseau est accessible à partir de n'importe quelle prise, téléphonique.
Et si vous êtes un petit malin, vous pouvez savoir tout sur tous.
Les plus, forts, évidemment, en savent davantage.
Jusqu'à ce que Nickie Haflinger, génie de l'informatique qui compose des programmes comme Bach des cantates, décide de ruiner le Réseau.
Et y expédie des couleuvres. Ce qu'on appelait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Beatson
  20 novembre 2019
A l'époque où Ethernet n'était qu'un embryon de projet dans la tête de quelques ingénieurs, John Brunner image le monde avec un réseau informatique globalisé sur lequel tout le monde peut se connecter mais finalement où l'information est filtrée, contrôlée et utilisée par des organismes d'état et de surveillance. Il en déduit des problèmes sociaux tels que l'uniformité de pensée et des relations sociales de type paranoïde. Finalement l'évolution qu'a suivi l'humanité avec internet n'est pas si éloignée que ça de cette vision.
Ce roman a été écrit à l'époque où le Summer of Love avait encore beaucoup d'influence. On y retrouve les idées utopiques caractéristiques, assez proches des idées écologiques contemporaines. La description de la cité de rêve qu'ont créée un groupe de réfugiés après un tremblement de terre cataclysmique m'a franchement ébahi.
Mais là où je suis vraiment « en phase » avec les idées de ce roman c'est sur le plan biologique, parce que par dessous tout, les idées de John Brunner sur le comportement humain et la constitution sociale sont vraiment proches des thèses de la biologie moderne sur le comportement humain (Henri Laborit par exemple) qui considèrent que la partie animale en nous, enfouie pour permettre une vie sociale pacifiée, continue à être le moteur de notre comportement de manière inconsciente.
Le scénario est bien adapté pour exprimer les idées de Brunner tout en restant assez classique de la SF de cet époque : un individu, repéré et éduqué pour un devenir petit génie au service du gouvernement, va s'échapper, comprendre les tares du système, arriver à les contourner, rêver de liberté, rencontrer des opposants, …
Le point négatif par contre qui m'a gêné, c'est le découpage de ce scénario. Pendant la première partie du roman, on saute d'une situation à une autre sans vraiment comprendre qui est ce personnage principal. Je dirai que la première partie de ce roman qui sert à l'exposition de l'état de la société, est un peu perturbante (mais vous voilà prévenu(e)s).
Même en considérant ce défaut, je conseille fortement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Luniver
  19 septembre 2017
John Brunner m'a beaucoup impressionné, que ce soit avec son célèbre « Tous à Zanzibar » sur la surpopulation, ou « Le troupeau aveugle » sur la pollution à outrance de notre environnement, dont le souvenir provoque encore chez moi des quintes de toux incontrôlables. Aussi attendais-je beaucoup de ce nouveau roman, sur un réseau informatique qui contiendraient l'ensemble des données possibles sur n'importe quel citoyen…
Pour le côté prospective, l'auteur a frappé juste. Alors qu'Internet n'était alors qu'un petit réseau rassemblant péniblement une poignée d'ordinateurs, Brunner avait déjà imaginé un monde où chaque citoyen était connecté en permanence à un tel réseau, où la plupart des décisions et des échanges d'information se font en ligne, et dans lequel des systèmes de surveillance analysent l'impressionnante quantité de données du réseau pour trouver des anomalies (et punir leur auteur). Il postule également des éléments, tels qu'un manque de relations sociales dans la population, ou des vies constituées de fragments éphémères sans cohérence, qui sont également dénoncés aujourd'hui.
Ceci dit, l'intrigue n'est pas vraiment à la hauteur du sujet. Les enjeux restent flous tout au long du roman ; on nous désigne bien un méchant facilement identifiable, mais sans pouvoir mettre le doigt sur le danger qu'il représente exactement : les faits les plus immoraux qu'on peut lui reprocher n'ont au final pas grand-chose à voir avec la trame principale. Les rebondissements sont très artificiels aussi, j'avais à chaque fois l'impression de voir le deus ex-machina arriver sur scène avec toutes ses poulies et ses ficelles. Même l'usage de l'argot, qui m'aide d'habitude à entrer dans le monde de l'auteur, m'a assez rebuté, et quelques expressions me sont restées incompréhensibles jusqu'au bout du roman.
Le livre me confirme l'impression que Brunner a une vision de l'avenir intéressante à découvrir, et je n'hésiterai pas à aller puiser à d'autres livres de sa bibliographie, mais la lecture de celui-ci ne m'a pas franchement emballé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Riduidel
  14 mars 2020
J'ai déja dit, il y a bien longtemps, que Brunner était pour moi l'un des auteurs d eSF les plus clairvoyants, et cette relecture et l'occasion parfaite d'une confirmation de cette opinion.Ce roman, qui a inspiré la série télé "Le caméléon", nous raconte les aventures d'une espèce de hacker de génie, capable à la fois de pénétrer les systèmes informatiques les mieux gardés, mais également de changer d'identité, de métier, de vie, en 5 minutes sans préparation, et sans jamais être démasqué.Naturellement, à un moment, il se découvre une attirance pour une fille - loin d'être bête, la fille, vraiment loin d'être bête - qui va l'emmener à la découverte d'une communauté refusant le mode d evie américain prédit par l'auteur. Des gens qui vivent donc "à la coule", loin du stress de la vie moderne, sans pour autant renier les plaisirs de la vie. Son arrivé va naturellement semer la pagaille, et lui donner l'occasion de révéler tout un tas de secrets gouvernementaux bien cachés.Bon, dit comme ça, ça a l'air simpliste, mais je suis loin d'avoir le talent de Brunner.J'ai ressenti en lisant ce roman l'impression totallement glaçante que l'auteur décrivait à merveille le côté orwellien de notre société de surveillance moderne, et décrivant en son personnage principal le prototype de ce qu'est Edward Snowden : un type formé par le gouvernement pour le gouvernement qui un jour, parce qu'il croit en les principes fondateurs de son gouvernement, choisit de révéler tout le paquet de sales petits secrets qu'il connaît. Et il en connaît un tas.Honnêtement, c'est le genre de lecture qui fait une impression vraiment bizarre : le gars savait déja en 73 dans quelle direction on allait. Et il le savait avec suffisament de précision pour écrire ce roman parfaitement articulé sur le culte du secret dans la civilisation de la transparence. Chapeau.Alors évidement, certains éléments sont curieux (les ordinateurs sont en fait un seul et même énorme machin). Mais dans l'ensemble, ça marche parfaitement bien.Lisez-le donc, vous verrez à quel point Brunner est un des auteurs méconnus de la SF. Méconnu ? Oui, parce que pour moi, il mérite une palce largement plus visible que celle d'auteur pour érudits de la SF.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DamienR
  27 mars 2012
Écrit en 1975, marqué du sceau du courant "cyberpunk", j'avais un peu peur de commencer ce petit roman : il arrive que la technologie dépasse la science-fiction et celle-ci prend un tel coup de vieux, qu'on en oublie le message initial de l'auteur.
Dans le cas présent, je me suis aperçu le vocabulaire science-fictionnesque employé est tout à fait abordable, pas comme peuvent l'être William Gibson ou Walter John Williams, dans le même genre. L'histoire est rythmée par de courts chapitres dont les titres sont pleins de jeux de mots, ce qui permet de se détacher de l'intrigue et de rigoler un peu. de même le "style-de-vie banane" qui n'est pas sans rappeler les "bobos".
Les thèmes employés sont très actuels : crise de l'énergie, individualisme, hédonisme, accaparement du pouvoir par une soi-disant "élite", dénonciation de la techno-science voire retour d'une forme d'eugénisme, refus par les dirigeants de voir se développer d'éventuelles alternatives à leur "nouvelle conformité". Bien entendu, l'écriture de se roman s'est faite en plein mouvement hippie : il y a une préoccupation écologique, la mise en valeur des communautés, la sobriété joyeuse... J'y verrais une petite touche de décroissance, ou tout simplement l'héritage de certaines valeurs des années 70.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lehibook
  02 janvier 2020
Et nous revoilà en 2010 (eh oui en 1975 c'était l'avenir) tel que l'imagine Brunner dans sa cartographie des menaces ( la pollution dans « le troupeau aveugle » , la surpopulation et les manipulations génétiques dans « Tous à Zanzibar ») qu'il devinait dans le futur. Ici , au premier plan , c'est la société de contrôle issue de l'informatisation généralisée . Lisez cela et demandez vous quelles sont les leçons à en tirer pour aujourd'hui ( et éventuellement rapprochez cela de ce que dit Damasio dans « les Furtifs ») .
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BeatsonBeatson   19 novembre 2019
- À une époque où nous disposons d’un plus grand nombre de choix, d’une plus grande mobilité, de plus d’informations, de plus d’occasions de nous accomplir dans tous les sens du terme, comment se fait-il que les gens préfèrent être tous identiques ?
- Mais le concept leur a été vendu avec une telle insistance que la plupart des gens redoutent de ne pas admettre que c’est la meilleure façon de rester dans le coup dans un univers chaotique. Comme qui dirait : " Puisque tout le monde le dit… qui suis-je pour discuter ? "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LuniverLuniver   17 septembre 2017
— Après avoir étudié, comme vous dites si bien, les composantes distinctes du système nerveux, nous nous sentons finalement capables de nous attaquer à leurs interactions. Nous avons refusé d'accepter la personnalité comme une donnée. Votre attitude ressemble à celle d'un homme qui se contente de contempler une rivière sans s'intéresser à sa source, ni à son bassin, ni aux variations de pluie, ni à la qualité du limon qu'elle charrie.
— Je constate que vous ne parlez pas des poissons qui sont dans la rivière. Ni de la soif qu'elle étanche.
— Est-ce que c'est en restant assis sur la rive que vous saurez pourquoi il n'y a pas de poisson cette année ?
— Est-ce que c'est en mesurant le débit horaire que vous saurez pourquoi la rivière est belle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BeatsonBeatson   21 novembre 2019
— En théorie tout au moins, une des forces qui nous gouvernent est la faculté que nous avons, contrairement aux animaux, de décider si nous voulons ou non céder à nos pulsions foncières. Toute l’histoire de nos sociétés ne fait qu’exposer la manière dont nous avons appris à remplacer de simples instincts par un comportement éthique conscient. Tu es bien d’accord, n’est-ce pas ? D’un autre côté, il demeure vrai que la plupart d’entre nous se refusent à admettre l’importance de l’influence de notre héritage sauvage sur notre comportement. Pas directement, bien sûr, parce que nous ne sommes plus à l’état sauvage, mais indirectement, tout simplement parce que la société elle-même est une conséquence de nos prédispositions innées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BeatsonBeatson   15 novembre 2019
— À vous entendre, ce serait quelque chose d’éminemment souhaitable. Alors, pourquoi vous opposer à ce que nous faisons ici ?
— Parce que ce que vous faites ici – et ailleurs – n’est pas motivé par l’amour de la sagesse, ni par le désir de la rendre accessible au plus grand nombre. Vous êtes motivés par la peur, la méfiance et la convoitise. Vous-même et tous ceux qui se trouvent au-dessus et au-dessous de vous, à commencer par le concierge jusqu’à… oh ! sans doute jusqu’au président et encore au-delà, ceux qui tirent les ficelles du président… vous êtes tous terrorisés à l’idée que quelqu’un ait déjà pu trouver sans vous l’élixir de sagesse, alors que vous êtes au niveau des balbutiements. Vous avez si peur qu’ils ne possèdent la réponse aux Philippines, au Brésil ou au Ghana, que vous n’osez même pas aller le leur demander. Vous m’écœurez. S’il existe une personne sur la planète qui connaît la réponse, s’il y a seulement l’ombre d’une chance pour qu’elle la connaisse, alors, la seule chose intelligente à faire, c’est d’aller frapper à sa porte jusqu’à ce qu’elle veuille bien venir vous ouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LuniverLuniver   16 septembre 2017
Il y a deux catégories d'imbéciles. Ceux qui disent: "cela est ancien, donc bon", et ceux qui affirment: "cela est nouveau, donc meilleur".
Commenter  J’apprécie          130
Video de John Brunner (1) Voir plusAjouter une vidéo

Panorama international de la science fiction
Emission consacrée à la place de la littérature de science fiction au niveau international avec une pièce radiophonique de Frédéric CHRISTIAN "L'ambassadeur de Xonoï (avec une voix synthétique dans le rôle de l'extraterrestre) (48'00) - René BARJAVEL, Pierre STRINATI, John BRUNNER, Eremei PARNOV (en russe, traduction simultanée), Forrest J. ACKERMAN, James BLISH, Paul ANDERSON (en...
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littérature anglaise : textes divers (270)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3086 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre