AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266208470
Éditeur : Pocket (10/11/2011)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 91 notes)
Résumé :
Quand on est embauchée par une agence immobilière spécialisée dans la remise en état d'anciennes « scènes de crime », mieux vaut s'attendre au pire…

Pas facile de transformer le théâtre d'un génocide en parc de loisirs ! C'est pourtant le défi que va devoir relever Mickie Katz pour l'Agence 13 dans un village perdu du Montana, au milieu d'une nature sauvage hantée par l'esprit-totem d'un grizzly en colère et les fantômes d'Indiens assassinés en des te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Yggdrasila
  03 janvier 2015
Dans ce second tome de l'Agence 13 que nous offre Brussolo, le lecteur s'embarque dans un sacré jeu de pistes.
Nous retrouvons notre décoratrice Mickie Katz, personnage principal et narratrice. Toujours embauchée par l'Agence 13, elle est envoyée dans un village perdu entouré de montagnes dans le Montana. Sa nouvelle mission consiste à réhabiliter une ancienne scène de crime en parc de loisir...
L'ambiance de ce village m'a de suite rappelé le roman de John Saul "Créature" ainsi que celui d'Andrevon "L'oeil derrière l'épaule". Une petite ville utopique où les habitants vivent harmonieusement en communauté.
Bien évidemment cela n'est qu'apparences, sinon il n'y aurait pas d'histoire.
Mickie exerce alors plus la fonction d'enquêtrice dans ce village, en laissant un peu de côté ce pour quoi elle était venue au départ.
Tout comme elle, on devient suspicieux envers les habitants. de plus, lorsque les macabres légendes indiennes qui peuplent ce village s'invitent dans la réalité, la peur est présente à son tour.
Paranoïa, suspense et interrogations sont les maîtres mots de ce roman.
J'ai aimé le fort caractère du personnage de Mickie, intelligente et débrouillarde.
Tout de même deux petits bémols:
- Brussolo entame trop de nouvelles pistes. On passe de l'une à l'autre et j'ai trouvé cela un peu lassant.
- Certains personnages sont beaucoup développés pour pas grand chose dans l'histoire, mis à part le fait de les suspecter.
Par contre, j'ai adoré les 60 dernières pages où on change complètement d'ambiance. Je n'en dirai pas plus pour laisser la surprise aux futurs lecteurs.
Bref, un bon petit moment de lecture. J'ai d'avantage aimé cette histoire que celle du premier tome. C'est un bon Brussolo et de plus on n'est pas forcé de lire le premier pour comprendre celui-ci.
A lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
LVI
  20 mars 2012
L'eau monte, inexorablement !

Né en 51 à Paris, Serge Brussolo, après avoir suivi des études de lettres et de psychologie (ça peut aider quand on ambitionne de devenir écrivain) et avoir exercé divers petits métiers (ça aussi, ça peut considérablement aider), est publié pour la toute première fois en 78 et obtient dès l'année suivante le ‘Grand prix de la science-fiction française', qu'il recevra à nouveau en 81 après la publication de son recueil de nouvelles ‘Vue en coupe d'une ville malade'. Publié au départ dans la collection ‘Présence du futur' chez Denoël, puis également très rapidement dans la collection ‘Anticipation' des éditions ‘Fleuve Noir', cet auteur extraordinaire, dont l'imagination débordante fait de lui le créateur français le plus étourdissant de mondes, d'êtres et de situations aussi baroques qu'abscons, un maître de l'étrange et du fantastique plus qu'un auteur de science-fiction (ses romans ne relèvent vraiment guère du genre au sens strict du terme), est passé depuis allégrement au roman policier, historique et même de littérature générale, puis carrément aux livres pour la jeunesse, avec le même élan et le même talent qui font de lui aujourd'hui l'un des auteurs français les plus prolifiques (près de 150 romans et nouvelles à l'heure actuelle) de la littérature populaire. Grand amateur des romans feuilletons d'antan, il a su recréer l'ambiance particulière de ce genre au travers de récits toujours extrêmement originaux qui n'ont tout simplement aucun équivalent en France. Tranchant et éclectique, il nous propose une oeuvre hors-normes qui ne pourra que vous passionner si vous aimez fréquenter les chemins qui sortent de l'ordinaire !

Agence 13 (2) : Ceux d'en bas - au Fleuve Noir - Dépôt légal : Septembre 2010

En Novembre 2009, Serge Brussolo renouait avec le ‘Fleuve Noir', l'un de ses deux premiers éditeurs avec Denoël, pour la première fois depuis ‘La cicatrice du chaos', le troisième et dernier volet des ‘Brigades du chaos', paru en Avril 1997, en lançant la série ‘Agence 13 : les paradis inhabitables' au travers de son premier tome, ‘Dortoir interdit'. Les volumes de cette saga illustrent le travail de Mickie Katz, une jeune décoratrice recrutée par la mystérieuse ‘Agence 13' pour remettre en état d'anciennes scènes de crime pour en faire des paradis cinq étoiles ; sauf qu'à chaque fois, ces théâtres de crimes atroces et sanglants regimbent…

Cette fois-ci Mickie se retrouve dans le Montana, à la frontière du Canada, un pays sauvage et dur, à l'hiver presque éternel, dans une vallée perdue, où elle est censée imaginer un parc à thème de ‘renaissance par la nature' situé au beau milieu de nulle part, dans un site quasiment inaccessible. Celle qui l'y a précédée y a connu un bain de minuit à l'issue tragique. Et c'est autour du lac scintillant comme une flaque de mercure encastré entre les pics qu'elle se prépare pour l'ultime rencontre, celle qui nous met face à la mort.

Engluée dans une histoire d'indiens décimés par la variole, face à une population rétrograde menée par un maire-prédicateur fou, menacée par les marcheurs endormis et les flèches de vengeance, Mickie Katz affronte la colère de Dieu, au travers de son archer sacrificateur, et les âmes souillées des résidents rongés par culpabilité, jusqu'à se retrouver hypnotisée par le lac et ses maisons englouties aux habitants statufiés au fond duquel règnent la nuit la plus noire et un froid polaire. Face à des obscurantistes convaincus qui se complaisent dans le passé en attendant le châtiment divin et vivent en circuit fermé depuis des générations, notre héroïne, qui en vient à penser qu'elle a glissé dans une faille temporelle, tente de tenir le désespoir à distance tout en évitant de devoir boire la tisane jaune par le bas…

Mickie Katz échappera-t-elle à l'ambiance oppressante de la cité-fantôme taillée dans la craie, mais surtout à ‘ceux d'en-bas' ? Vous le saurez uniquement si vous prenez la peine de lire cet ouvrage (de 277 pages) de Serge Brussolo, l'homme dont l'imagination débridée et l'extraordinaire force de narration produisent depuis maintenant trente ans, avec la régularité d'un métronome, des récits hallucinants au travers desquels il ne nous laisse pas une seconde pour souffler : à chaque page, il nous amène un peu plus près du bord d'un précipice dans lequel nous sombrons presque à chaque fois (et en tout cas à nouveau cette fois-ci avec cet ouvrage-ci) avec délice !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aelynah
  04 mai 2017
Après avoir lu le préquel, puis le tome 1 "Dortoir interdit" et enfin mon service presse "Le manoir de l'écureuil" je me suis dit que je ne pouvais laisser Mickie ainsi sans en apprendre encore plus.
En fait, je crois que je me suis laissée happer par cette série et par la plume de Serge Brussolo au point d'en vouloir encore et toujours plus.
Après la révélation sur la "résurrection" de son père et son rôle de protecteur, ainsi que cette histoire sordide avec le milliardaire du Nevada, Mickie a eu besoin de s'éloigner.
Hélas, l'agence 13 doit fonctionner et le repos du guerrier est court puisque Devereaux l'envoie rapidement sur une autre mission plus au nord à la frontière du Canada.
Mickie a une façon de réagir aux évènements très particulières mais pas vraiment surprenantes quand on se rappelle sa jeunesse. Son besoin de se sentir vivante, de garder la tête hors de l'eau la maintient saine d'esprit. Et au vu des derniers événements il y a de quoi péter un câble.
Après un épisode sur la guerre de Sécession et les informations historiques pointues qui en découlaient, nous allons cette fois nous plonger dans les guerres indiennes, les massacres effectués par les colons… L'auteur a une manière vraiment fluide de nous faire passer des leçons historiques au milieu du récit. On les suit avec curiosité et les engrange sans s'en rendre compte. Cette façon de faire donne ainsi un contexte plus précis au récit et un rythme régulier et attrayant.
J'adore la façon qu'a Serge Brussolo de nous plomber une ambiance par des éléments comme un journal intime, une flèche qui tombe du ciel ou un gamin qui fait des collections bizarres.
Ce village en pleine montagne a des accents de retour en arrière. Tout semble tourner autour du maire comme s'il était le gourou suprême. le modernisme est rejeté, seul le téléphone fonctionne vers l'extérieur. L'ambiance de cette mission va nous plonger rapidement dans les secrets de ce village perdu qui veut s'ouvrir aux touristes. Hélas les squelettes dans le placard semblent légion et les précédents étrangers venus dans le coin ont eu une fin assez tragique.
Au final, Mickie jusqu'à présent, n'aura terminé aucune de ses missions de décoration car à chaque fois un mystère vient lui exploser à la figure pour l'entraîner vers les sombres souvenirs et leurs conséquences sur la vie actuelle.
Cette fois pas de bunker mais une légende indienne, une ancienne mine d'or, des pionniers avides et des indiens massacrés par intérêt.
Mais c'est aussi une malédiction, une sorte de punition collective et surtout un trop plein de mystères qui planent sur ce village. Et comme d'habitude Mickie et sa curiosité vont l'entraîner à creuser, à chercher plus profond encore et forcément à risquer sa vie.
Cela donne une ambiance lourde et tendue et sous la plume de Mr Brussolo cela fait frissonner d'effroi.
Je l'ai découverte il y a quelques jours et je suis déjà fan de cette série. Fan au point de me lire les 3 tomes en quelques jours et avide de découvrir ses autres récits dans d'autres genres.
Alors si comme moi vous ne connaissiez pas encore, je vous conseille Les enquêtes de l'agence 13 et son personnage principal Mickie Katz.
C'est du frisson garanti et des mystères bien glauques mâtinés de vengeance qui vont ravir les fans de sombres histoires. A croire que Serge Brussolo connaît toutes les turpitudes de la terre et tous les barjots du monde. Sectes, groupuscules de cinglés, ils semblent tous croiser la route de Mickie. Elle morfle et nous, lecteurs sadiques, on suit cette descente aux enfers avec délectation. le côté sombre de l'homme est ainsi mis à nu au fil des pages de ces récits et on a beau se dire que c'est largement crédible on préfère mettre la tête sous le sable en arguant que ce n'est qu'un roman. Cela donne ainsi une aura particulière à toute l'histoire qui la rend plus dingue encore et donc plus sujette à caution mais aussi totalement addictive.
Un coup de coeur général pour cette série que je vous recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fleurdusoleil
  06 janvier 2012
Ceux d'en bas est le tome 2 de la série Agence 13 de Serge Brussolo. Il met en scène Michelle Katz, designer de l'agence et fille d'un ancien terroriste. Elle a pour mission première de redonner vie à des lieux empreints d'un lourd passé ( meurtre, phénomène étrange...). Pour ce nouveau contrat, elle se rend dans une petite ville du Montana. Elle doit dessiner les plans d'un complexe de loisir dans ce lieu chargé de culpabilité et de honte. Les Ancêtres de ces habitants ont massacré les indiens pour récupérer leur terre et pouvoir exploiter la mine aurifère.
Ce qui devait être un job assez simple, se transforme vite en plan survie.
Cette série, classée dans les thrillers, pourrait plus naturellement être classifiée en Survival. Rien dans le plan et le contenu des histoires ne rappellent le thriller. Pas de chasse au meurtrier, pas d'enquête poussée à l'extrême, mais des gens banals qui tentent de lutter contre des phénomènes inexpliquées. Sauver sa peau coûte que coûte !
Serge Brussolo est un maitre dans l'art d'embrouiller ses lecteurs. On ne sait pas où mènent ses mots, mais on est happé dans une spirale de confusion, d'étrangeté, de pistes plausibles et on reste bêta car ce qui semblait évident en début de lecture, ne l'ai pas forcément à la fin. J'adore !!!
J'aime la folie de Monsieur Brussolo, il dépoussière les codes et pousse les portes de l'imagination débridée. Il joue avec les règles des légendes urbaines, il y mélange les mythes indiens et nous offre une histoire déjantée.
Bref, Dortoir interdit, le premier tome de cette série, a titillé ma curiosité. Ceux d'en bas a aiguisé mon appétit, et m'attend dans ma bibliothèque le chat aux yeux jaunes qui j'espère m'en donnera encore plus...

Lien : http://lacaveauxlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
bgn
  05 octobre 2012
Quand on est embauchée par une agence 13 spécialisée dans la remise en état d'anciennes « scènes de crime », il faut s'attendre au pire gràce à Serge Brussolo
Le suspense est haletant, l'histoire plein de rebondissement, la fin complètement inattendue…
On est vraiment pris par le tourbillon qui soulève les héros du roman. Je n'arrive même pas à expliquer comment ce provoque cette alchimie face aux mots, qui nous attachent au fil de l'histoire, l'émotion qu'on ressent pour cette fabuleuse histoire. Excellent!
Autant les bons que les mauvais sentiments sont parfaitement décrits ici. L'ingéniosité de l'intrigue, la subtilité avec laquelle l'auteur nous fait comprendre l'état d'esprit des protagonistes, le rythme haletant, la construction brillante, font de ce récit une immense réussite à mes yeux.
Je tiens à faire remarquer que si j'ai autant apprécié ce livre, c'est aussi, et surtout, dû à l'immense talent de conteur de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
YggdrasilaYggdrasila   31 décembre 2014
Je savais donc pas mal de choses, notamment en ce qui concerne les dangers qui guettent le plongeur dès qu'il se hasarde en profondeur, là où la température dégringole vite. Je sais par exemple que la chaleur du corps humain "s'évapore" par les mains et le visage, et cela très rapidement. En réaction, l'organisme développe des stratégies de survie qui consistent à assurer le fonctionnement des organes essentiels en concentrant sur eux le peu de chaleur qu'il est encore en mesure de fournir. En clair, cela signifie qu'il cesse de chauffer les bras, les jambes, et tout ce qui ne lui parait pas strictement vital. Son truc, c'est de préserver le cœur, aux dépens du cerveau. Il s'ensuit un engourdissement sournois qui vous fait basculer dans la somnolence. Et c'est là que réside le piège. Il ne faut pas se leurrer, l'hypothermie vous saisit beaucoup plus vite qu'on ne l'imagine. Dans une eau à 2°C, on meurt en l'espace de trois minutes. Pétrifié par le froid, incapable de nager, on coule; c'est de cette manière qu'ont péri les naufragés du Titanic qui tentaient de se maintenir à la surface en s'accrochant aux débris flottants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
YggdrasilaYggdrasila   28 décembre 2014
J'ai supposé que, comme beaucoup de ses confrères spécialisés dans la fiction, il avait pâti de la vogue de la télé-réalité. Le voyeurisme avait remplacé les bons vieux feuilletons de jadis. Le public ne voulait plus qu'on lui raconte des histoires. "Les histoires c'est bon pour les gosses!" clamait-il; non, ce qu'il exigeait aujourd'hui c'est lorgner par le trou des serrures, se repaître du spectacle de ses semblables surpris dans leur intimité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
YggdrasilaYggdrasila   03 janvier 2015
Il me fallait ficher le camp avant de perdre la boule ou de sombrer dans la résignation. Je suppose qu'il en va de même pour tous ceux qui se retrouvent prisonniers d'une secte. À la révolte succèdent l'abattement puis la capitulation.
Commenter  J’apprécie          160
YggdrasilaYggdrasila   30 décembre 2014
Plus le temps passait, plus j'étais submergée par cette évidence: quelque chose de dramatique allait se produire. Il fallait rebrousser chemin sans attendre.
Je n'ai rien dit; de toute façon personne ne m'aurait écoutée, j'étais la fille du groupe, la bouffonne, celle qui couine dès qu'elle entrevoit le museau d'une belette et se plaint sans cesse d'avoir envie de faire pipi.
Commenter  J’apprécie          90
YggdrasilaYggdrasila   30 décembre 2014
Une femme qui veut se tuer ne le fait pas à moitié à poil, elle pense aux types qui reluqueront son corps, qui feront des commentaires sur son cul, ses nichons. Alors, elle s'habille, pour préserver sa dignité.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Serge Brussolo (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Brussolo
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin).
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Peggy Sue et les fantômes

Quel est le nom de famille de Peggy Sue ?

Fairway
Trueway
Fairpath
Farewell

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Peggy Sue et les Fantômes, tome 1 : Le Jour du chien bleu de Serge BrussoloCréer un quiz sur ce livre
.. ..