AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2744310638
Éditeur : Vauvenargues (16/03/2005)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Une multitude de statues grossièrement taillées s'entassent contre la paroi nord de l'église.
Des ex-voto. La plupart sont en bois. Du lichen les recouvre. Jeanne se baisse. Du bout des doigts elle touche les figurines. Des squelettes. Des squelettes rudimentaires sculptés dans un bois dur. Il y en a peut-être deux mille jetés en vrac. Dans la mauvaise lumière qui tombe de la voûte on dirait des ossements d'enfants sacrifiés à la chaîne pour apaiser le courr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Yggdrasila
  30 mai 2014
Je n'aime pas trop écrire de critique d'un livre que je n'ai pas trop apprécié, surtout quand celui-ci est écrit par un auteur que j'adore. Mais j'aimerai tout de même partager mes impressions sur ce moment de lecture...
C'est l'histoire de Jeanne, une jeune femme menant une vie plutôt banale, qui accompagne Marc son récent petit ami en voyage pour sa thèse en Amérique latine.
La destination n'est autre que San Carmino, un désert urbain dans lequel une chaleur extrêmement étouffante règne en permanence.
Le couple est contraint de s'installer au dessus d'une étrange boutique d'anatomie tenue par un homme nommé Corco, où il n'y a rien d'autre que des squelettes.
Au fil de ses recherches, Marc adopte un comportement étrange en s'isolant pour visiter les vestiges de cette ville et en connaître le mystérieux passé plein de superstitions.
C'est alors qu'il disparait avec le précieux couteau que possédait la momie d'un ancien exorciste aujourd'hui considéré comme un saint par les habitants. Marc laisse pour tout indice une marre de sang qu'il aurait laissé derrière lui.
Une malédiction semble alors s'abattre sur la ville de San-Carmino. C'est à ce moment que les habitants voient Jeanne comme celle qui sème le trouble puisqu'elle était accompagnée de Marc.
Corco et Jeanne vont devoir enquêter pour démasquer ce qui se trame derrière tout cela.
L'intrigue est très longue à démarrer. En effet, Brussolo insiste pendant de nombreuses pages sur cette atmosphère de chaleur presque invivable dans laquelle ses personnages sont implantés.
Dès le départ je m'essouffle un peu mais les chapitres sont constitués de courts paragraphes, ce qui permet une lecture moins lourde étant donné la lenteur de l'histoire.
Vient enfin l'intrigue, qui, au fil des pages rame un peu. Je ne retrouve pas le style habituel de l'auteur, où il nous fait douter de tous les personnages à travers de nombreux rebondissements.
Ce roman peut se découper en deux parties avec la première qui est assez réaliste, puis la seconde qui part complètement dans le fantastique.

Pour résumer, ce roman ne m'a pas vraiment captivé.
J'ai lu de nombreux ouvrages de cet auteur et celui-ci fait partie des moins réussis à mon sens jusqu'à présent.
Pour ceux qui désirent découvrir Brussolo, je vous conseille de ne pas commencer par celui-ci.
Cet ouvrage est selon moi complètement à l'opposé des chefs-d'oeuvre que l'auteur a déjà écrit, notamment dans le domaine des thrillers historiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
goodgarn
  30 octobre 2013
Ambiance lourde et chaude dans tous les sens du terme dans ce roman fantastique de Serge Brussolo, véritable VRP de l'horizon littéraire français.
Moiteur climatique, dans ce village sud-américain de San Carmino,qui transparaît dans chaque page, alourdit la lecture et la rend beaucoup plus vaporeuse. Elle vous plonge dans une léthargie insidieuse, et vous éloigne inexorablement du roman.
En un mot, j'ai survolé ce roman sans véritablement m'y arrêter;alors que d'habitude j'aime cet auteur qui nous fait vivre des histoires étonnantes.
A oublier...
Commenter  J’apprécie          60
Lalivrophile
  19 mai 2010
Le livre est très long à démarrer. Il y a beaucoup de scènes spectaculaires, sanglantes. Par exemple, Jeanne a des hallucinations, et voit la brosse à dents, le lavabo et la cuvette des toilettes pleins de sang. En rêve, elle voit le cadavre de San Bartolomeo entrer dans sa chambre et se laver les dents. Ce brossage de dents sur un squelette fait que les dents se décrochent, la mâchoire aussi, et cela fait un beau carnage. On peut interpréter ces hallucinations soit comme de pures inventions de Jeanne produites parce qu'elle a peur, soit comme des manifestations du diable qui lui envoie ces horreurs.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
goodgarngoodgarn   19 juin 2013
A Paris elle s'entoure de couleurs vives, d'objets aseptisés et à la mode. Son studio est comme un décor de spot publicitaire, tout de plastique et de vinyle. C'est un territoire blanc conçu pour repousser les forces obscures. Un sanctuaire. Jeanne aime les photos des catalogues d'ameublement, elle a l'impression que rien de fâcheux ou d'attristant ne peut se produire dans de tels environnements, tout y est trop parfait, jeune, frais, propre, dynamique...
Les gadgets scintillants sont autant de totems qui montent la garde sur le périmètre d'un pentacle parfaitement ripoliné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
YggdrasilaYggdrasila   24 mai 2014
On devient somnambule lorsqu'on sent que son âme - qui s'est détachée du corps à la faveur du sommeil - est sur le point de tomber aux mains du démon. Alors le corps se redresse, quitte sa couche et s'en va par les rues pour tenter de retrouver l'âme en grand danger d'être capturée par le diable. Si l'on réveille un somnambule on arrête le processus, et le corps ne peut plus rejoindre l'âme qui, dès lors, succombe à l'appel de Satan. Secouer un somnambule c'est condamner une enveloppe charnelle à ne plus être désormais qu'un récipient vide...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
goodgarngoodgarn   15 juin 2013
C'est comme si elle venait de se pencher au-dessus d'une marmite d'huile bouillante. La ville est figée de chaleur. Sans ombre, sans relief, comme mise à plat. Jeanne ne parvient pas à ressentir les distances, à éprouver une sensation de perspective, non.
Le soleil blanc a gommé tout cela. San-Carmino n'est plus qu'un décor peint sur une toile trop mince, un décor qui ne cherche même pas à produire un effet de trompe l'oeil. La ville est laminée, écrasée, telles ces fleurs ou ces feuilles qu'on met à sécher entre les pages d'un énorme dictionnaire. Rien n'anime ces rues vides, aucune silhouette, aucune ombre mobile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
YggdrasilaYggdrasila   24 mai 2014
On n'aide pas les déments en entrant dans leur folie. Au mieux risque-t-on de devenir fou soi-même.
Commenter  J’apprécie          320
bgnbgn   24 mars 2013
Jeanne fixe le plafond. Aucune pensée ne traverse son esprit, mais elle a l'impression qu'elle va se remettre à rire.
A rire. Comme un chien sans langue qui hurle à la mort.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Serge Brussolo (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Brussolo
ATG#94 : le Retour de Brussolo
Serge Brussolo fut l’un des premiers invités de l’ATG ! Pratiquement 7 ans plus tard, Serge écrit toujours d’excellents romans mais c’est pour une plongée dans un passé plus lointain qu’il est de retour : la Rome antique !
Misteur D, encadré par L.U.D.M.I. et Lord Ton Père, ont écouté religieusement le professeur Serge Brussolo qui nous a emporter vers les rives du Tibre.
J’espère que vous serez aussi passionnés que nous le fûmes et merci encore à Serge pour ce moment de pur bonheur !
autres livres classés : somnambulismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Peggy Sue et les fantômes

Quel est le nom de famille de Peggy Sue ?

Fairway
Trueway
Fairpath
Farewell

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Peggy Sue et les Fantômes, tome 1 : Le Jour du chien bleu de Serge BrussoloCréer un quiz sur ce livre