AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253113069
Éditeur : Le Livre de Poche (18/01/2006)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Femme scaphandrier, Lize Unke appartient à la brigade de police fluviale chargée d'enquêter sur la catastrophe du métro englouti. Qu'est-il réellement arrivé, ce jour-là, quand le plafond du tunnel a crevé, laissant le fleuve s'engouffrer dans le réseau souterrain pour noyer des kilomètres de galeries, de rames… et des milliers d'usagers ?
Bien des années ont passé depuis le drame, mais l'énigme reste entière. On parle de survivants, prisonniers de poches d'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  18 janvier 2015
Lize est scaphandrier dans la police, son travail consiste à aller régulièrement dans les galeries abandonnées du métro, celui-ci s'étant entièrement effondré trois ans plus tôt et étant désormais complètement inondé sous les eaux du fleuve.
Il existerait une rumeur selon laquelle des survivants auraient trouvé refuge dans des poches d'air souterraines...
Lize descend donc chaque jour pour recenser les cadavres toujours piégés dans les anciennes rames de métro et tenter de retrouver des survivants, dont sa soeur, disparue elle aussi lors de cette catastrophe.
Cette histoire m'a littéralement envoutée.
J'ai adoré suivre Lize, petite bonne femme perdue sans son armure de cuivre, évoluant seule dans l'eau et la boue, à la recherche de corps et de fantômes.
Bien qu'assez surréaliste, l'intrigue m'a tenue en haleine et semblait tout à fait crédible.
J'ai eu envie de croire que des hommes, des femmes et des enfants avaient pu survivre à cette catastrophe et avaient pu trouver un moyen de survivre dans ces conditions très particulières.
Le roman est empreint de poésie et d'une forme de magie, à l'image des créations artistiques complètement folles de la mère de Lize, qui a créé une sorte de construction terrifiante en hommage à sa fille disparue.
Je viens de lire plusieurs titres de cet auteur récemment et je suis à chaque fois conquise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          397
Yggdrasila
  13 mai 2015
Dans ce roman, Brussolo nous offre une plongée au coeur du réseau souterrain d'un métro englouti sous les eaux d'un fleuve. Suite à ce drame, Lize Unke scaphandrier appartenant à la brigade fluviale, est chargée de s'engouffrer dans ces tunnels afin d'enquêter sur le recensement de milliers d'usagers toujours prisonniers sous les eaux. Mais ce qui intéresse particulièrement Lize dans cette mission c'est le fait que l'on raconte qu'il existerait des survivants prisonniers dans des poches d'air. Nous la suivons alors dans son obsession pour tenter de percer ce mystère, surtout que sa propre soeur était dans le métro au moment de la catastrophe…
L'idée de cette histoire est vraiment originale. C'est assez récurant chez Brussolo d'immerger son lecteur dans des espaces souterrains mystérieux et angoissants, sauf qu'ici c'est en plus le lieu de l'intrigue principale.
J'ai aimé l'histoire en générale et surtout le personnage de Gudrun qui ajoute une touche énigmatique au roman. Sa nature et sa psychologie sont assez indiscernables, ce qui amène le lecteur à se poser beaucoup de questions.
Je n'ai mis que trois étoiles à ce roman parce que je l'ai aimé mais pendant ma lecture j'ai trouvé que les phrases étaient tournées de façon assez répétitive parfois. Surtout au début du roman j'avais l'impression que les paragraphes étaient écrits par des personnes différentes. En plus, le narrateur nomme le personnage principal un coup Lize, un coup Lizzie, un autre coup Liza alors ce sentiment ne faisait qu'être renforcé. Même si j'ai trouvé la seconde moitié de l'histoire plus prenante, je n'étais pas complètement transportée comme avec la plupart des autres romans de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Olivia-A
  28 mai 2013
J'ai lu beaucoup de Brussolo, et tous dans une période de temps assez courte, mais aucun ne m'a marqué comme celui-là. C'est le genre de livre qu'on ne peut absolument pas lâcher après l'avoir commencé.
Brussolo nous emmène dans le le réseau humide et glauque du métro englouti, à la rencontre de ces cadavres formidablement bien conservés par l'eau. L'atmosphère est étouffante, on a presque l'impression nous aussi de plonger plusieurs mètres sous terre sans savoir si on pourra remonter un jour...
Brussolo mêle formidablement bien le fantastique, l'irréel à la réalité crue. Cette situation complètement dingue ne semble en fait pas totalement impossible. Après tout, cela pourrait nous arriver à Paris...
Enfin, ce serait gâcher le plaisir de futurs lecteurs que de trop en dire, je voudrais seulement conclure sur cette idée: Brussolo parvient à nous rendre les choses les plus atroces crédible. A la fin de ce livre, il peut nous raconter n'importe quoi, on y croit, et ça reste gravé dans notre mémoire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
titiseb77
  20 février 2018
Alors que je suis plutôt amatrice des romans de Serge Brussolo, je n'ai pas adhéré à celui-ci, je ne m'attendais pas à ça. Nous suivons Lize, femme scaphandrier, qui est embauchée par la police fluviale pour enquêter sur une catastrophe qui a eu lieu plusieurs années plus tôt, l'engloutissement par le fleuve du métro de la ville. Certaines rumeurs prétendent que certains survivants vivraient dans des poches d'air, et Lize qui a perdu sa soeur dans la catastrophe est bien décidée à faire toute la lumière sur cette affaire.
Je n'ai pas aimé l'histoire, pas que j'aime les grandes descriptions, mais je n'ai pas réussi à visualiser les scènes vécues par notre héroïne, les personnages ne sont pas du tout crédibles et la fin n'a à mes yeux aucun sens, j'ai eu le sentiment de perdre mon temps en lisant ce livre.
Commenter  J’apprécie          80
brigittelascombe
  10 juin 2011
L'action se déroule en Allemagne. Il y a trois ans, les voutes du métro se sont écroulées sous le poids de l'eau, noyant des milliers de personnes. On murmure que des survivants sont bloqués dans des poches d'air et que l'air vicié respiré les a rendus fous.
Lize la feme scaphandrier est chargée de répertorier les morts, mais plonge aussi pour retrouver sa petite soeur disparue.
Mais que c'est il réellement passé ce jour là?Le maire lui le sait. Est ce pour ça que ses hommes de mainfont disparaitre les témoins génants?
Dans le genre thriller fantastique, c'est une réussite et à tout moment, on perd pied entre délire et réalité!
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
YggdrasilaYggdrasila   20 avril 2015
La guerre propre, c'est l'obsession des militaires. La guerre sans destructions massives, sans contaminations incontrôlables, sans radiations. Le rêve des états-majors, c'est de détruire l'ennemi mais de pouvoir récupérer les cités, les industries, les centres de production intacts. Les missiles, le nucléaire, la guerre conventionnelle, la guerre bactériologique ne permettront jamais cela. Il y aura toujours des inconvénients. L'environnement est détruit, le territoire inhabitable, quant à la pollution virale, elle est hasardeuse, personne ne peut savoir jusqu'où elle s'étendra et si elle ne nous reviendra pas en pleine gueule comme un boomerang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
bgnbgn   24 décembre 2012
- Pourquoi défends-tu les intérêts du maire ? demanda Lize au bout d'une minute.
Parce que c'est mon boulot, lâcha le garçon. On m'a muté au bataillon scaphandrier pour vous surveiller.
- Espion ?
- Espion si tu veux. Le maire nous surnomme ses yeux invisibles. On ne laisser les flics faire n'importe quoi. Ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Ils n'ont aucune vision politique des choses. Toujours à penser au ras des pâquerettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
YggdrasilaYggdrasila   21 avril 2015
Parfois c'est la folie à doses homéopathiques qui vous empêche de perdre la raison.
Commenter  J’apprécie          280
brigittelascombebrigittelascombe   15 mai 2011
Il faisait chaud sous le dome, une touffeur de serre qui résultait sans doute de la décomposition des moisissures. Le sang bourdonnait à ses tempes. Lorsqu'elle courba la nuque, elle eut un étourdissement. L'air raréfié épaississait son hémoglobine. S'évertuant à la lenteur, elle se débarrassa de ses semelles de plomb, de la pesante colerette de cuivre.Elle transpirait sous sa combinaison. Le gosse la fixait, l'air stupide.
Mon nom d'aujourd'hui c'est Wagon, déclara t il et toi?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bgnbgn   24 décembre 2012
- On s'emmerde chez toi. Y a rien à boire, rien à fumer. Pas de dope. Même pas un vibro à se coller entre les cuisses pour passer le temps. La vraie cellule de bonne soeur, quoi. Ca te convient peut-être, moi pas.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Serge Brussolo (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Brussolo
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin).
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Peggy Sue et les fantômes

Quel est le nom de famille de Peggy Sue ?

Fairway
Trueway
Fairpath
Farewell

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Peggy Sue et les Fantômes, tome 1 : Le Jour du chien bleu de Serge BrussoloCréer un quiz sur ce livre