AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,68

sur 154 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis
Millencolin
  17 avril 2020
Et encore une fois, une brillante idée de départ, des attentes énormes qui en découlent, tant de possibilités, mais au final un Brussolo qui reste juste, propre mais tellement modeste dans son développement.
Alors c'est un bon livre, il se lit bien, et traite de l'aspect psychologique de l'artiste face à son art, son imagination, sa création et sa liberté, de façon intéressante et intelligente. Il ose une certaine poussée à l'extrême dans le questionnement de la folie chez l'humain, comme souvent au fil de son oeuvre.

Mais au final, il s'interroge sur les frontières de la liberté de vivre ou de mourir, la marginalisation face à une société de consommation que nous refusons, et la perception de la réalité. Où se trouve la liberté de vivre si nous ne pouvons choisir délibérément de mourir ?

Bon certains trouveront de la philosophie dans tout ça, une morale propre à notre ère moderne, et d'autres verront ce bouquin comme un Inception forcément un peu décevant pour le coup....
Commenter  J’apprécie          520
Pavlik
  09 mars 2020
Brussolo nous livre, avec ce "Syndrome du Scaphandrier", une oeuvre de SF particulière et qui s'inscrit je pense dans une sensibilité hexagonale (Barjavel, Pagel et d'autres). La poésie, le fantastique, les ambiances oniriques y sont bien plus présents que les aspects technologiques ou la critique sociale. Après tout, comme l'auteur le dit lui-même, il ne fait qu'explorer ses univers intérieurs, ce sont les autres qui mettent les étiquettes.

Et donc, un peu dans la même veine que "Mange-Monde", que j'ai lu précédemment, Brussolo nous livre ce que moi je nommerais un livre d'ambiance, quelque chose qui se rapproche finalement peut-être plus de la peinture que de l'écriture, mais qui a pour moi toute sa place dans la littérature. Ainsi ne vous attendez pas à des "twists", "cliffhangers" et autres "flashback", ni à un rythme trépidant.

Il nous décrit, dans un futur que l'on devine assez proche, la vie de David, une sorte de "rêveur professionnel". Il a cette capacité de vivre une vie parallèle dans ses rêves et d'en ramener des ectoplasmes éphémères, qui ont supplanté toutes les autres formes d'art, et dont le commerce fait fureur. Ce sont des objets (organismes ?), mouvants, abstraits, et chacun peut y voir ce qu'il veut. Ils ont de plus la faculté d'irradier un bien-être certain (avec quelques oeuvres mineures, savamment placées dans votre domiciles fini l'arthrose, les maladies chroniques et les effets de l'âge). le problèmes est qu'ils ont une durée de vie limitée.

Il faut donc sans arrêt renouvelé le stock, ce qui n'est pas sans risque pour les rêveurs et leur santé. Et puis il y a toujours le risque, à un moment, que le rêve soit plus attrayant que la vie réelle et que l'on s'y perde...

Ce "Syndrome du Scaphandrier" ne conviendra donc pas à tout le monde. Personnellement j'ai vraiment beaucoup aimé...Ceux pour qui les termes poésie, ambiance, onirisme ont un sens devraient appréciés. Et puis en creux on peut aussi y voir une critique de la société de consommation (puisqu'ici c'est le producteur qui devient, aussi, un déchet) ainsi que de la promotion d'un certain idéal de bien-être béat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Raffoo
  25 juillet 2020
En France, dans un monde alternatif.
David, environ 30 ans, déprimé, mène une vie assez morne mais il est aussi Rêveur Professionnel (ou Rêveur d'Etat). C'est un artiste qui travaille pour le musée d'art moderne de sa ville (Paris ?).
Il a don, un pouvoir spécial. En effet, de temps en temps, il plonge dans un sommeil si profond qu'il y reste souvent plusieurs jours consécutifs. Pendant ces « plongées », il se retrouve dans un monde onirique, où il endosse le rôle d'un hors-la-loi. Avec ces acolytes il réalise des cambriolages pour ensuite ramener avec lui, lors de ces « remontées » à la Réalité, ses butins, considérés dans le monde réel comme des objets d'arts et qui seront vendus aux enchères.
On est dans une alternance entre deux mondes. Un monde gris, froid, triste et sans pitié, le réel et un monde bleu, le possible, la liberté et le rêve, l'imaginaire.

Avant de lire ce livre, j'avais regardé les critiques et de ce fait, j'étais un peu réticent avant de commencer la lecture, car selon les autres lecteurs, lire « le Syndrome du scaphandrier » c'est rentrer pour ne pas dire « plonger » dans une histoire à la « Inception ». Je n'avais pas aimé ce film, alors autant dire que j'avais pas mal d'appréhension. Au final, ce fut une bonne surprise !

À travers ce roman de SF, Serge Brussolo questionne notre rapport à l'art et sa marchandisation, mais aussi la liberté de choisir ce que l'on estime bon pour soi-même quitte à ce que ces choix soient radicaux.

La lecture est agréable et j'ai bien apprécié le vocabulaire lié à l'activité de la plongée sous-marine pour décrire ce monde imaginaire. Un bon moment de lecture pour s'évader 😊
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Glesker
  14 décembre 2012
Dans un futur proche, à Paris, Serge BRUSSOLO nous narre la déprime d'un "rêveur professionnel". le héros est, en effet, une sorte d'employé du ministère de la culture qui "plonge" régulièrement dans de longs rêves pour rejoindre sa double-vie onirique. Comme tous les autres rêveurs accrédités par le ministère, il en rapporte de ces "plongées" d'étranges oeuvres, indéfinissables, ectoplasmiques, qui présentent l'intérêt de diffuser bien-être et harmonie dans le domicile de leurs acquéreurs.
Oui, mais voilà, notre héros vient d'être mis sur la touche par ses employeurs car il ne rapporte des abysses oniriques que de pauvres oeuvres rachitiques qui dépérissent et meurent avant même d'avoir eu le temps d'être vendues.
Le héros déprime de ne pouvoir rejoindre ses compagnons fantasmés de sa double-vie onirique de gangster. Cette pathologie est connue sous le nom de syndrome du scaphandrier.

C'est donc un livre au postulat de départ assez atypique que voici ; où il est question de la difficulté pour certains à faire la part du réel et de l'imaginaire. Thème qui résonne particulièrement à notre époque où les environnements et communautés virtuels proposés sur Internet sont autant d'échappatoires et/ou de compléments à la vie réelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Crossroads
  24 juillet 2011
Le Syndrome du scaphandrier est une grande idée servie par un récit relativement plat...

David détient un pouvoir incroyable , matérialiser les vols qu'il commet dans ses reves pour les revendre , par la suite , à de riches collectionneurs . En effet , ces reves , devenus tangibles et se présentant sous forme d'ectoplasmes , ont la particularité de posseder un formidable pouvoir euphorisant sur leurs proprietaires : finis les maladies , la faim , le froid...Sorte d'Inception à la française , le scénario avait tout pour plaire . Seulement le scaphandrier a plongé , je suis passablement resté à quai .
Et c'est vraiment dommage car la matiere était là ! Tres ingénieux cette dualité de personnages tiraillée entre le monde réel et le monde onirique .
Un récit bien construit et foisonnant d'idées mais , à mon gout , plombé par une coupable absence de rythme . Tel le baigneur moyen , on se laisse porter par les flots du récit quand ce n'est pas une mer d'huile qui vous contraint à l'immobilité la plus totale...

Un Brussolo honnete ressemblant plus à une tempete dans un verre d'eau qu'à un ouragan déchainé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Tmor
  12 février 2020
Roman sous acide, entre Total Recall, la nuit au musée et Lost Higway, on se fait complètement avoir par le côté "je suis dépassé, il se passe quoi en fait ?" On s'y abîme avec plaisir, celui de l'onirisme, de l'art et de la magouille qui nous rattrape toujours. Résumé ? Compliqué... Mais si vous voulez voir Marianne en vrai, assister au naufrage du radeau de la méduse, ou passer un bon moment, ouvrez ce livre !
Commenter  J’apprécie          70
Pois0n
  13 septembre 2021
Le résumé de « Le syndrome du scaphandrier » donnait plutôt envie. Des cambriolages oniriques ? Une frontière floue entre rêve (ou réalité ?) et (autre ?) réalité ?
Eh bien, dans les faits, la réalité de l'histoire est toute autre. Les rêves ne constituent qu'une part très réduite du roman, la plus grande partie de celui-ci se consacrant plutôt au mal-être de David dans le monde « d'en haut », bien terne par rapport au monde onirique « d'en bas » dans lequel il plonge.

Si le premier chapitre, décousu rêve oblige, peut faire peur, la suite s'avère bien plus facile à suivre, bien que la narration reste sacrément lourde. On a connu Serge Brossolo plus efficace, notamment dans ses thrillers médiévaux. Un choix probablement volontaire, pour mieux coller au ressenti de David qui, même éveillé, ne parvient à voir le monde qui l'entoure que via son regard de rêveur. Il y a ainsi davantage d'onirisme dans la réalité décrite que dans les rêves, qui obéissent certes à leur propre logique, mais manquent, paradoxalement, d'originalité et d'épaisseur. Là encore, choix assumé. Une chose est sûre : le syndrome du scaphandrier n'est ni une lecture joyeuse, ni un livre qui plaira à tout le monde... Mais l'on ne peut nier le talent de l'auteur et l'inventivité de cet univers où même la question du stockage des rêves fanés – ultra polluants qui plus est – est abordée. Ça fourmille d'idées et l'on ne demande qu'à y croire, c'est un régal.

Cependant, cet éphémère voyage au pays des rêves solides ne manque pas d'être gâché par quelques détails qui fâchent, comme le traitement des figures féminines, bien peu flatteur, qu'il s'agisse d'Antonine la maîtresse officielle, de Nadia celle du monde d'en-bas, ou de Marianne la psy. Et que dire de Soler Mahus, cet ancien plongeur déchu, enfermé dans ses souvenirs oniriques de sauveur blanc où, le temps d'un chapitre, se déverse un concentré nauséabond de racisme et de sexisme pleinement assumé par le personnage... mais dont le propos ne semble nullement déranger David et n'est à aucun moment remis en question, comme si c'était normal ? Ambiance. Ce personnage est d'ailleurs le seul à n'être pas égratigné au passage, les gens ordinaires, comme le gardien du musée ou ses anciens collègues reconvertis n'étant pas non plus épargnés par la critique.

Bref, en dépit d'un univers sombre mais accrocheur qui vaut vraiment le coup, son protagoniste tout sauf attachant et le style vraiment lourd ternissent sacrément le plaisir de lecture. Pas un mauvais livre, mais un de ceux qui pétillent sur le palais tout en laissant un arrière-goût désagréable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Thanatos
  25 mai 2017
Je me dois d'être honnête, Serge Brussolo n'est pas un auteur qui m'inspire énormément. Il faut dire que mes lectures précédentes m'avaient fait au plus lever un sourcil comme plus grande émotion. Mais, je suis têtu, alors de temps en temps, je retente un Brussolo, sans trop de raison.

Ainsi, me voici avec le syndrome du scaphandrier entre les mains et c'est ma foi une bonne surprise, oserai-je dire une très bonne surprise ? Voilà un roman de Brussolo qui arrive à susciter en moi des émotions ? Diantre !

L'histoire est donc celle de David, chasseur de rêves. Un homme qui plonge dans de son subconscient et qui en extirpe un nouveau type d'oeuvres, périssables certes, mais qui ont remplacé dans les musées les peintures, les sculptures et autres représentations de l'art. Tout cela n'est pas sans risque, car pendant ses plongées, son corps reste sans défense.

On se retrouve ainsi avec un héros qui se sent totalement inadapté au monde vivant, qui n'arrive pas à s'y intégrer, qui n'essaye peut-être même pas. Il cherche une échappatoire dans ses rêves à tout prix Comment ne pas voir un prémisse de la réalité virtuelle qui bourgeonne aujourd'hui ?

De plus, comme je l'ai déjà dit, la société décrite par Brussolo délaisse ses oeuvres d'art intemporelles, pour les rêves, périssables, mais qui apportent une sensation de bien être, qui devient vite indispensable pour ceux qui les ont acquis, tant pis si il faut en racheter un nouveau peu de temps après. Toujours consommer plus pour moins longtemps, une dérive de notre vie d'aujourd'hui.

Je dois quand même signaler un rythme un peu lent. Mais dans le fond, cette lenteur s'accorde parfaitement avec ce qui traverse le héros, coincé pour un moment dans le monde réel et sans la possibilité d'y changer quoique ce soit, voyant le temps s'écouler.

Bref, il s'agit là d'un bon roman que je recommande sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Cronos
  14 octobre 2019
Mon premier Brussolo est déjà conquis par son talent.
Dès le départ l'univers onirique me parle, j'ai pris pour habitude d'écrire mes rêves en pensant qu'un jour ils feraient une bonne histoire, je ne suis pas le seul apparemment.
Il y a un petit détail qui m'a fait sourire au début, la pilule de cohérence est bleue, cela m'a fait penser à celles de Matrix qui sortir 8 ans plus tard.

Les chapitres sont courts ce qui est une bonne nouvelle vu les pavés de plusieurs pages sans retour à la ligne. J'avais aimé ce style dans le mythe de Cthulhu car il retranscrit bien le caractère oppressant que subissent nos protagonistes, comme lors d'un cambriolage par exemple.
De la SF pas trop futuriste, ce qui me convient et évite de me perdre dans les néologismes, utiliser le rêve est une excellente idée, quelque chose qu'on a tous en commun, c'est aussi ce qui fait entrer ce livre dans les intemporels du genre, je le vois plus comme un univers parallèle que comme du futuriste en réalité.

Ces rêves lucides sont pour David, le personnage central, un moyen de vivre une vie d'aventures, comme le dit le résumé, la journée il n'est qu'un modeste fonctionnaire, il est invisible. Des rêves non pas comme le monde imaginaire d'un enfant mais la notion d'univers parallèle correspond parfaitement, c'est d'ailleurs aussi comme ça que le ressent David malgré les tentatives des psychiatres pour lui montrer que ça n'existe pas. Je ne pense pas qu'il soit fou, pour moi il est à la fois comme un écrivain qui crée tout un monde et un explorateur onirique de son inconscient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lianne
  15 février 2018
Un récit qui part sur une bonne idée, et qui a une ambiance bien particulière, mais qui tombe un peu à plat.

Nous suivons David qui est un médium. Il a la capacité de plonger dans ses rêves et d'en sortir quelques jours après avec un étrange objet qui s'apparente à une oeuvre d'art. Plus le rêve est fort, plus l'oeuvre en question le sera.
Cette forme d'art, très encadrée, a totalement remplacé les anciennes formes comme la peinture ou la sculpture. C'est compréhensible parce ces oeuvres ont la capacité d'influencer les autres personnes, on parle notamment de l'une d'entre elle qui a arrêté une guerre en apaisant les 2 camps.
Mais du tout elle est aussi très contrôlée, on ne voudrait pas que l'une d'entre elles finissent par faire l'effet inverse car on peut aussi plonger dans un cauchemars et imaginez le chaos.
Tout ceci reste théorique dans le livre parce qu'étant artiste lui même David ne subit pas l'effet des rêves et donc reste de son coté totalement de marbre face à eux, il se sent donc un peu mis de coté.

David est un peu au fond du rouleau, toutes ses dernières oeuvres n'ont pas passé la quarantaine et ont été détruites car jugée dangereuses ou trop faibles. Il est aussi devenu totalement accro à la plongée car les rêves sont tellement plus plaisant que la réalité, donc quoi qu'il arrive, il plongera encore et toujours, quel qu'en soit le danger ...

En fait j'ai bien apprécié le voyage, c'est totalement bizarre cette façon de plonger qui s'apparente vraiment à une vrai plongée, coté maritime inclus.
C'est vraiment très visuel et ça donne au récit une ambiance très particulière. Une ambiance sombre et limite glauque, renforcé par le fait que le personnage principal est un perdant et donc on est très loin d'un quelconque coté épique ou autre.
En fait on est plus sur un livre qui parle de peurs, de psychose, car on fini par donner a David le choix entre vivre mais sans ses rêves, ou mourir car plus personne ne veut payer d'accompagnant pour veiller à ce qu'il ne meurt pas pendant ses plongées qui peuvent durer une semaine pour un artiste qui ne réussi plus à sortir un seul rêve viable.

De ce coté la je suis satisfaite, c'était ce que j'attendais et je n'ai pas été déçu. Malgré le peu de page du récit l'auteur prend vraiment son temps pour poser les choses, pour nous expliquer en détails tout le mécanisme du rêve et de l'art et la vie de notre personnage principal. le rythme est assez lent et il ne se passe donc pas grand chose sur toute cette partie en dehors de l'exposition de la situation.

Mais du coup c'est la aussi que le bas blesse. Parce qu'en fait en dehors de ça et du final, il n'y a pas grand chose d'autre. C'est comme si on avait calé une introduction de monde avec une conclusion de roman et qu'on avait zappé tout ce qu'il y a entre les deux.
Non pas que cette fin soit particulièrement mauvaise non plus, mais du coup elle a un peu perdu en intensité par le fait qu'on n'a pas vraiment eu le temps de s'attacher au personnage je trouve.

J'en ressors mitigée, avec un sentiment qu'il manquait quelque chose. Et du coup une fois le livre fermé j'ai trouvé ça un peu bof. Disons que ça aurait pu être tellement mieux si on avait été plus loin.
Après ça ne retire pas le mérite du coté original du monde et de l'ambiance mais voila, ça tombe à plat niveau histoire, seules restent les idées, mais ça se laisser lire tout de même.

14/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Peggy Sue et les fantômes

Quel est le nom de famille de Peggy Sue ?

Fairway
Trueway
Fairpath
Farewell

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Peggy Sue et les Fantômes, tome 1 : Le Jour du chien bleu de Serge BrussoloCréer un quiz sur ce livre