AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738602401
Éditeur : Plon - Gérard de Villiers (21/05/1991)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Conçue pour résister à tous les cataclysmes, la ville-cube est une sorte de monstrueuse HLM totalement étanche, un monde clos et aveugle sans aucune porte de sortie sur l'extérieur, un abri verrouillé à jamais où s'empilent des centaines d'étages reliés entre eux par des ascenseurs dont l'usage est strictement réservé à la caste dominatrice des libres-voyageurs.
Un jour pourtant, la sacro-sainte étanchéité qui isole les univers-tiroirs va être rompue: des an... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Millencolin
  05 mars 2018
Quelle vision d'horreur de notre avenir, que celle imaginée ici par Serge Brussolo !
Attention à tous les lecteurs claustrophobes, ne venez pas mettre les pieds (les yeux plus exactement) dans ce monde clos en forme de cube géant, vous n'en ressortirez pas indemnes... Déjà que, sans souffrir à la base de cette phobie, je n'ai eu qu'une seule hâte, après avoir terminé la lecture de ce roman court, c'est de sortir le plus vite possible pour admirer le ciel, sentir le vent dans mes cheveux, entendre le bruit des oiseaux et respirer un grand bol d'air frais.
Nous suivons les traces d'un simple éboueur (récupérateur de restes de robots hors services), qui rêvait d'une vie meilleure, mais que le système a promis à un bien piètre avenir. Il s'est pourtant rapidement fait une raison, puisque dans ce monde très peu de choix nous appartiennent au final, et que c'est pour le bien de tous, étant donné que ce fonctionnement a été mis en place pour nous garantir la survie. C'est limite s'il ne faudrait pas se montrer reconnaissant!
Mais alors que la vie de notre héros s'annonce morne et sans réel bonheur ni joie, il fait une rencontre qui marquera le tout début de la chute de ce château de cartes de fer.
Je vous laisse le plaisir de découvrir le cheminement et le dénouement, mais j'ai franchement passé un bon moment.
Je l'ai lu en une journée. C'est efficace. L'auteur pose des questions intéressantes sur la folie des hommes, leur destin et leur destinée. Visuellement cela aurait pu mériter davantage de détails et de descriptions, mais je pense que Brussolo avait à coeur de pondre un petit roman d'aventure et de réflexion efficace et sans temps morts. Et c'est justement là, paradoxalement, que je trouve le principal reproche à faire à cet auteur. En construisant un univers pareil, aux dimensions à ce point indéfinies, et aux possibilités absolument gigantesques, on regrette que l'histoire s'arrête là. Il y a une réelle fin je vous rassure, mais l'ouverture (ou plutôt les ouvertures) a engendré chez moi cette frustration qu'il n'y ait jamais eu une suite écrite et publiée depuis lors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3813
ZAPATARTHURUS
  26 juillet 2017
Très bon roman anticipation, ici Serge Brussolo nous entraîne dans un futur sorti de son imagination au combien fertile ! L'humanité s'est réfugié dans des villes-cubes, sans aucune porte de sortie vers le monde extérieur. Dans ces villes, les habitants sont cloisonnés dans leur unique étage et ne peuvent accéder aux étages supérieur ou inférieur. Sauf que des manges murailles, animaux mystérieux et dangereux, vont ronger les cloisons et creuser des tunnels. Je ne vous en dirais pas plus, ce monde merveilleux et aussi terrifiant mérite d'être découvert. le lecteur sera très vite pris et ne pourra plus lâcher ce roman. La seule déception, c'est qu'il est beaucoup trop court !
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MillencolinMillencolin   05 mars 2018
— Le système du cloisonnement a développé la phobie de l’incursion étrangère. Les vieux racontent que les cellules étanches ont été conçues à l’occasion d’une gigantesque épidémie. Les déplacements d’une unité à l’autre étaient strictement prohibés pour empêcher toute propagation du virus mortel. Seuls les médecins avaient le droit d’emprunter les ascenseurs. L’épidémie a duré des années. Certaines cellules en étaient atteintes, d’autres pas. Pour enrayer la panique et la fuite de la population, on a inventé le principe de l’implant inhibiteur. Ainsi, les malades restaient chez eux et ne contribuaient pas à propager le mal dans les unités demeurées saines. Mais tout cela n’est peut-être qu’une légende…
— Peut-être…
— Quoi qu’il en soit, l’arrivée d’un étranger est restée depuis ce jour synonyme de malheur et de mort. Nous ne ferons pas exception à la règle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Videos de Serge Brussolo (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Brussolo
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin).
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Peggy Sue et les fantômes

Quel est le nom de famille de Peggy Sue ?

Fairway
Trueway
Fairpath
Farewell

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Peggy Sue et les Fantômes, tome 1 : Le Jour du chien bleu de Serge BrussoloCréer un quiz sur ce livre