AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2824609893
Éditeur : City Editions (31/05/2017)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 42 notes)
Résumé :
La guerre fait rage aux portes de l’Angleterre, et c’est toute la petite bourgade de Crowmarsh Priors qui se trouve ébranlée. Avec l’arrivée des enfants londoniens de la capitale, les raids aériens, le rationnement… les habitants s’organisent dans leur nouveau quotidien. Parmi eux, cinq femmes noueront une amitié indéfectible malgré les épreuves de la guerre.

Qu’elles soient fille du révérend au cœur brisé par la rupture de ses fiançailles, jeune Amér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Gaoulette
  01 mai 2019
Un roman historique très prenant qui encore une fois nous plonge dans une époque tragique qu'est la Seconde Guerre Mondiale. Je m'attendais à beaucoup de chose mais l'auteure nous offre un roman plus personnel. Je m'explique. Vu la couverture, je pensais lire le quotidien de 5 femmes dans l'armée. Nous avons des retrouvailles de 4 femmes 50 ans après le 8 mai 1945 et on bascule au début de la guerre où 5 femmes complétement différentes vont devenir amies malgré elle dans une petite bourgade de Crowmarch Priors.
Frances, Alice, Evangeline, Elsie et Tannie ont une chose en commun, ce sont des mariées du Blitz avant tout. Des femmes qui se sont engagées mais avant tout dans un mariage d'une manière bien particulière. Elles se sont combattues à leur manière pendant la guerre : lands girl, Auxies, le service volontaire féminin. Mais le roman historique d'Helen Bryan est avant tout une histoire personnelle de femmes qui pendant cette période de Blitz n'ont pas le choix. Nous avons 5 femmes au passé différents qui vont se soutenir bien malgré elle, mettre de coté leur rancoeur et croire surtout en un projet commun.
C'est une histoire qui m'a vite prise en grippe et je voulais savoir quand la vengeance allait rentrer en jeu. Surprise mais pas choquée par l'issue finale mais je regrette comment l'auteure aborde la partie Manfred. le roman s'arrête subitement en 1942 avec le dernière mariée.
Un roman touchant consacré aux femmes et leur solidarité infaillible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Srafina
  30 janvier 2017
Ce roman, c'est l'itinéraire de cinq jeunes femmes Frances, Elsie, Evangeline, Alice et Tanni que les aléas de la dernière guerre mondiale, vont faire se rencontrer dans un petit village de la campagne anglaise dans le Sussex à Crowmarsh Prior, lors du blitz qui dévasta l'Angleterre.
Tout d'abord le roman nous retrace le parcours individuel de chacune d'entre elles, leurs secrets, leur souffrances, leurs amours, leurs déceptions,mais aussi leur rencontre et l'amitié qui se nouent entre elles. Jusqu'à se retrouver cinquante ans plus tard pour venger l'une d'entre elle.
C'est l'histoire d'une amitié indéfectible comme il peut s'en nouer dans des circonstances aussi exceptionnelles que celles qu'elles devront affronter.
C'est un roman plein de sensibilité, d'anecdotes sur ces femmes qui devront affronter les durs aléas d'une vie quotidienne dans des circonstances aussi terribles, où les restrictions, la faim, la peur, mais aussi la crainte de chaque instant de perdre les êtres aimés qui se trouvent au front, leur minera le moral. C'est leur combat pour pouvoir nourrir, soigner et protéger les plus faibles surtout les enfants qui leur sont confiés, car le gouvernement anglais aura fait évacuer le maximum d'enfants vers les campagnes anglaises pour les éloigner du blitz qui est permanent sur Londres.
Un bon roman, remplit d'anecdotes de cette époque, d'événements plus ou moins connus tel que la formation d'élite féminine du renseignements qui seront parachutées en terrain occupé pour accomplir des missions fort dangereuses au péril de leur vie.
Amour, haine, amitié, courage, abnégation, volonté d'être utile à la communauté, ce livre a un vaste éventail de sentiments et on vibre à l'histoire de ces jeunes femmes.
Une bonne lecture, bien touffue et pleines de personnages, mais aucunement je ne me suis sentie perdue et je l'ai dévoré d'une traite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
cuttiesteph
  13 juin 2017
Au vu de mes dernières lectures, ce livre revenait souvent dans mes suggestions, mais j'avoue que j'ai longtemps hésité avant de l'acheter et encore plus avant de me lancer dans la lecture (je pense qu'il était dans ma bibliothèque kindle depuis 8 mois lol) car je trouvais que la couverture ne donnait pas très envie, je pensais que l'histoire allait tourner autour d'un seul couple séparé par la guerre et surtout j'ignorais ce que le terme Blitz signifiait. J'ai longtemps pensé que c'était le nom d'un quartier et cela ne suffisait pas pour attirer mon attention, mais j'ai eu bien tort. En effet, le Blitz n'est point un "quartier" en Angleterre comme je le pensais, mais la période durant laquelle l'armée allemande a bombardé l'Angleterre lors de la Seconde Guerre mondiale (7 septembre 1940-21 mai 1941). En s'intéressant à cette période, le roman m'a permis de découvrir tout un pan de l'histoire que je ne connaissais pas. En effet, je croyais que l'Angleterre avait été très peu touchée par la guerre, que le pays était trop loin, protégé par la mer et qu'il se contentait d'héberger les gouvernements en exil et d'envoyer une aide ponctuelle sur le continent, ce roman m'a donc permis de me rendre compte d'à quel point je me fourvoyais à ce sujet et d'en apprendre un peu plus sur une période qui me passionne.
Si le roman commence en 1995 en parlant des commémorations des 50 ans de la fin de la guerre, on est ensuite très vite plongés à la fin des années 1930 en Autriche dans une famille juive. L'histoire de Tanni est bien triste mais fort semblable à celle que des milliers de Juifs en Europe ont connu : elle vivait dans un foyer aisé, elle avait passé une enfance heureuse, mais l'antisémitisme prégnant dans la région avait rapidement bouleversé sa vie et celle de sa famille. À travers son personnage, on découvre une jeune fille qui ne comprend pas vraiment la situation (pourquoi ne peut-elle plus aller à l'école ?), qui s'interroge quant aux disputes fréquentes de ses parents et la peur qui nait en eux. Comme beaucoup de familles juives, celle de Tanni songe à s'enfuir en Angleterre, mais elle attend un peu trop... Alors, je sais que ce n'est qu'un roman, mais j'ai l'impression que c'est un événement assez récurrent : ils veulent s'enfuir, mais attendent trop longtemps et se font arrêter, et à chaque fois, quand je lis ces passages, cela a le même effet sur moi, je me suis tellement impuissante, dégoutée et atterrée... Parfois, ce n'est que pour une question d'heure ou de jours, alors c'est vraiment frustrant de penser à toutes ces familles qui auraient pu être sauvées mais qui ont connu l'horreur de la déportation et des camps juste pour une **** question de timing. Mais pour en revenir au roman, Tanni réussit à atteindre l'Angleterre en épousant un professeur juif qui y travaillait, alors que ses parents restent en Autriche et tentent de lui envoyer ses deux petites soeurs grâce au Kindertransport (autre élément historique que j'ai découvert grâce à ce roman).
En Angleterre, Tanni vit dans un premier temps à Londres mais lorsque les bombardements commencent, elle est évacuée comme beaucoup d'autres à la campagne et c'est ainsi qu'elle atterrit à Crowmarsh Priors dans le Sussex et y fait la connaissance d'Elsie, Frances, Alice et Evangeline. Elsie était une adolescente des bas quartiers de Londres trop vieille pour être évacuée par le même programme que ses frères et soeurs, mais qui a été placée comme bonne à la campagne, Frances quant à elle est une riche héritière anglaise à la réputation sulfureuse que son père envoie à la campagne chez sa tante pour la "surveiller", Alice est une jeune institutrice, fille de l'ancien révérend, effacée, terne, qui a leur coeur brisé depuis que son fiancé l'a quittée pour une américaine, Evangeline - qui vient terminé le petit groupe. Les cinq femmes ont chacune leur propre personnalité, certaines s'entendent mieux que d'autres, mais la guerre va vraiment les rapprocher et les faire grandir et évoluer (j'ai quand même eu beaucoup du mal à apprécier Evangeline, j'ai trouvé ce qu'elle a fait à Alice vraiment horrible : elle s'est jetée à la tête d'un homme juste pour cacher sa grossesse, brisant le coeur de celle qui l'aimait vraiment et devant l'épouser...).
J'ai aimé comment le roman arrive à conserver l'intérêt du lecteur tout au long des 500 pages, pas une fois on a envie de passer des pages, on s'attache aux personnages, on a envie d'en apprendre plus sur leur quotidien (braconnage, arriver à gérer la vie quotidienne avec le rationnement, participer à l'effort de guerre, intégration à la home guard et les land girls), en plus, l'auteur y a subtilement ajouté d'autres événements qui tient le lecteur intéressé (les recherches pour retrouver les soeurs de Tanni et les faire rentrer illégalement en Angleterre, le "traitre" qui donne les indications sur la météo aux Allemands pour les bombardements, une femme qui devient espionne etc.). le roman s'appuie également sur beaucoup de recherches et le contexte historique est bien maitrisé (on parle aussi de la situation des mulâtres à la Nouvelles-Orléans à l'époque, le sort des couples mixtes), on apprend énormément de choses et on se laisse transporter, même si on ne peut se défaire d'une certaine tristesse tout au long de la lecture quand on pense au sort des Juifs (voir que les gens n'étaient pas du tout au courant des camps, qu'on en parlait pas dans la presse anglaise) et de voir que tant de familles ont été séparées et incapables de se retrouver.
Selon moi le roman a très peu de points faibles, si je devais en émettre, je dirais que la partie qui se passe en 1995 (surtout au début du roman) m'a laissée de marbre, j'avais hâte qu'elle se termine (même si elle n'est pas très longue heureusement), j'ai aussi eu un peu de mal avec tous les prénoms des personnages féminins, j'avais du mal parfois à savoir qui était qui car parfois on les appelait par leurs noms de famille, parfois par leurs prénoms et il fallait suivre. La fin est aussi ce qui m'a le plus déçue. Elle n'est pas horrible, loin de là, mais selon moi, trop de questions sont restées sans réponse : quel est le sort du bébé de Frances ? Quel est le contenu de la lettre qui a "porté" le coup fatal au révérend ? Pourquoi les jumelles n'ont pas été retrouvées ? Quid de la vie de Richard après la fin de la guerre ? de plus, je suis un peu sceptique par rapport à la morale de l'histoire car à la fin, les personnages se font justice eux-mêmes et je me demande si les véritables victimes auraient réagi ainsi...
Un roman que j'ai apprécié de lire, avec une écriture agréable, une intrigue bien ficelée, une touche de romance, peut-être un peu déçue par la fin qui manque de détails à mon gout. Mais ce roman m'a permis d'approfondir ma connaissance sur l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et pour moi il s'agit d'un élément primordial. Je le conseille à tous ceux qui aiment les romans historiques. 8/10.
Lien : http://satindiary.eklablog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
mjaubrycoin
  24 octobre 2016
Pendant la seconde guerre mondiale, cinq jeunes femmes issues de milieux sociaux différents, se retrouvent dans un petit village du Sussex et nouent une solide amitié. On suit leurs parcours au fil des années, leurs drames intimes liés aux évènements historiques puis à la fin du livre, à leurs retrouvailles à l'occasion de la commémoration du 50ème anniversaire de la victoire.
Comment ne pas s'attacher à ces héroines courageuses et déterminées, la vaillante Alice délaissée par son fiancé qui se consacre aux autres et apprend à lire aux enfants alors que les bombes allemandes ravagent la campagne aux alentours, la belle Evangeline qui a quitté sa famille et son pays sur un coup de tête pour suivre en Europe un amour qui ne cessera de lui échapper, mais aussi Frances l'aristocrate qui n'aura de cesse de participer à l'effort de guerre en intégrant les services secrets, Elsie la vaillante, issue d'un milieu populaire, séparée de sa nombreuse famille par les hasards de la guerre , et enfin la juive Tanni évadée d'une Autriche sous la botte nazie , dont les parents trouveront la mort dans un camp de concentration.
A côté de ces magnifiques personnages féminins, il y a les hommes qui gravitent dans leur entourage qui peuvent soit forcer l'admiration comme le débrouillard Bernie ou le loyal pasteur Oliver, soit susciter la haine comme le mystérieux Manfred traitre à son pays qu'il trahit au profit de l'ennemi.
Tout au long de la lecture de ce gros roman, on est emporté par les péripéties de l'histoire et l'intérêt ne faiblit à aucun moment. L'auteur a su recréer parfaitement l'ambiance particulière de ces années noires et la vie quotidienne en temps de guerre et nous démontrer que la joie de vivre et la force de l'amitié arrivent parfois à triompher de la peur omniprésente.
Une très belle fresque historique qui évoque, côté britannique, le célèbre" village français", série télé qui continue à faire vibrer les spectateurs au fil des années et dont la qualité ne faiblit pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
oran
  17 juin 2017
Sur fond de pilonnage aérien, le blitz, dans un petit village anglais typique, comme on aime les admirer sur une pochade ou une aquarelle , Crowmarsh Priors ,situé dans le comté de l'East Sussex, cinq jeunes femmes vont se côtoyer, partager les souffrances du quotidien induites par la guerre s'apprécier , se lier d'amitié et s'entraider .
Il y a Antoinette Joseph, dite Tanni , jeune maman juive autrichienne qui a pu échapper de justesse aux nazis et qui a convolé avec Bruno Zeyman, Evangéline Fontaine, originaire de la Nouvelle Orléans, elle aime Laurent un mulâtre, mais elle est devenue l'épouse de Richard Fairfox , lui, avait promis le mariage à Alice Osbourne qui réside dans cette localité , les deux dernières Frances Falconleigh fille d'amiral et Elsie Pigeon qui parle Cockney vivaient auparavant à Londres .
Cinquante ans plus tard, en 1995, pour célébrer le 8 mai 45, quatre d'entre elles vont se retrouver pour se souvenir et surtout venger celle qui n'est pas au rendez-vous.
Une histoire qui rassemble tous les artifices de la veine romanesque : foisonnement des descriptions, intrigues sentimentales complexes et multiples, suspens, quelques invraisemblances aussi, mais ne dit-on pas que la réalité dépasse, quelque fois, la fiction ? Helen Bryan s'est largement inspirée d'éléments historiques véridiques, qu'elle a transposé, réimaginé, réinterprété dans ce roman qui est devenu un best-seller international ;
Lecture estivale plaisante , sans plus pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
oranoran   17 juin 2017
(...) l'émission d'aujourd'hui va surtout s'intéresser aux femmes, et au rôle crucial qu'elles ont joué pendant la guerre. Quand on y pense, on entend rarement parler de ces femmes qui ont continué à s'occuper du foyer tout en participant au même titre que les hommes à l'effort de guerre. Ces femmes, qui étaient des épouses, des filles, des soeurs et des mères, avaient toutes un être cher parti au front. Au quotidien, elles devaient se préparer pour une invasion allemande qui, je vous le rappelle, était sur toutes les lèvres à l'époque. Malgré tout, elles sont restées calmes, ont gardé le sourire et ont fait leur part de travail tout en élevant les enfants seules et en étant les piliers de leur communauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   17 novembre 2016
Je me suis rendu compte que les préoccupations communes à toutes les femmes, peu importe l’époque ou le lieu – tomber amoureuse, se marier, fonder une famille, avoir souvent du mal à joindre les deux bouts, ou bien subir le célibat, contraintes et forcées – valaient aussi pour la Seconde Guerre mondiale. Durant cette période sombre de leur vie, et malgré le rationnement, la peur de l’invasion et le lourd fardeau que l’effort de guerre leur imposait, quantité de femmes ont mené une bataille personnelle pour vivre à peu près normalement. Elles firent preuve du genre de courage qui n’est jamais mentionné dans les livres d’histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 novembre 2016
Dans les bonnes familles de La Nouvelle-Orléans les filles se mariaient jeunes, à moins de prendre le voile, et ensuite leur bonheur dépendait de leur capacité à gérer ménage et mari. Sinon…
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 novembre 2016
Le mariage était une bénédiction mais aussi, d’après son expérience, une couronne d’épines.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Helen Bryan (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1637 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre