AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782491770150
432 pages
Igb Editions (12/07/2022)
4.36/5   22 notes
Résumé :
Pedro est atteint de la maladie d’Alzheimer. Recouvrant subitement ses capacités cognitives, son attitude et sa personnalité ont changé. Sa raison de vivre semble tout entière dédiée à des individus contre lesquels il nourrit une amertume féroce. Sa fille Dolorès cherche à comprendre cette métamorphose soudaine et inexpliquée pendant qu’à des fins obscures, le vieil homme s’emploie à réveiller le besoin inassouvi de violence qui sommeille dans l’esprit tourmenté de ... >Voir plus
Que lire après SursisVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 22 notes
5
13 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
🎭Chronique🎭

« La vie n'est pas coeur. Elle n'est que raison. Et il faut s'en faire une bonne pour la supporter au crépuscule de l'existence. »

J'en ai une bonne, de raison: la vie est pleines de surprises, d'imprévus et d'attentions. Elle vaut la peine qu'on s'y accroche, malgré les difficultés ou les erreurs, les oublis et les fins obscures. Parfois, par contre, dans les interstices, se glisse, le Sursis. Vous savez, un temps-mort-surprise, un temps-mort-imprévu, un temps pour rétablir l'a(t-)tension. Et ce temps imprécis que cette famille va explorer au grand dam de Dolorès et des siens, et qui va ramener, également, une mystérieuse bête affamée d'attentions…En fait, la raison va foutre le camp, et il ne restera donc, que le coeur d'une femme, pour tenter d'éviter le pire…

« La peur, ça n'existe que dans ta tête. »

C'est ce qu'il faudrait se dire. Qu'on a les moyens de la faire reculer, de l'étreindre, de l'apprivoiser. Mais la peur est coriace autant que la bête. Notre tête est un territoire à conquérir pour elles, un espace à s'approprier puisque notre tête abrite aussi, tous nos souvenirs, toutes nos émotions. Elle(s) nous regarde bien en face, s'amuse, prend, résonne, redonne, crie, paralyse, intensifie, déploie, énergise…Parce qu'on sinue au coeur de nos plus grandes peurs, dans les méandres du mystère de nos cerveaux, dans les recoins de nos esprits, et les chemins de nos identités, Sursis est un thriller saisissant. Il se joue de nos croyances, de nos mémoires pour les donner à bouffer à une entité dévorante sans scrupule. Inutile de vous dire, qu'on tourne les pages avec avidité, aussi, pour savoir ce qu'il va arriver à cette famille aimante. Est-ce que le mal, prendra sa place? Est-ce que la mort est définitive? Est-ce qu'il reste quelque chose de nous, même dans les abysses? Pour le savoir, il faudra aller faire un tour dans vos têtes ou dans celle de Pedro…

« rien dans leur situation respective ne les prédestinait à se rencontrer. »

Rien ne vous prédestine à ce Sursis, pas plus qu'eux, en tout cas. Rien dans notre situation respective ne nous prédestine à l'avance, mais…La vie est échange, mais si nous échangions de vie, est-ce que ça changerai la destination, le destin ou notre personnalité? Que fait-on d'un sursis? Que fait-on d'un échange? J'aimerai juste que vous rencontriez ce livre, ces personnages attachants, cette situation métamorphosante, et l'univers fascinant de Darren Bryte. Si rien ne vous prédestine à découvrir ce roman, alors, il faut prendre les devants! L'envie d'un mystère, peut-être même qu'un SURSIS et l'opportunité d'en faire un souvenir chérissable avant l'arrivée de la toute fin, pourrait vous séduire…J'ai des tas de raisons, pour vous convaincre d'aller voir de plus près ce qu'il se cache dans ces pages, mais là seule bonne est que je préfère laisser parler le coeur: « la amistad es la Luz de mi vida. »…Foncez! Gardez bien en mémoire, que la vie est bien trop courte pour que l'on ne s'accorde pas des sursis dignes et des frissons chargés d'émotions…
Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          240
Je suis heureuse d'avoir découvert cet auteur suite aux excellentes critiques que j'ai pu lire sur Babelio. Je ne fus pas déçue.

Voilà une histoire particulièrement singulière autour de la maladie d'Alzheimer. Des personnages attachants que nous découvrons et aimons de plus en plus au fil des pages: Pedro, papa adoré de Dolorès, sa fille, et de James, son petit fils qui, à l'âge de plus de 80 ans se retrouve diminué chaque jour un peu plus.
Nous découvrons une famille aimante et une fille désemparée face à la maladie qui lui vole peu à peu son papa.

Jusqu'au jour où un sursis est mystérieusement accordé à Pedro lorsqu'il retrouve subitement ses capacités cognitives. Son indépendance et son esprit vif lui sont restitués et il arrive à nouveau à se mouvoir dans son environnement sans se perdre et à raisonner intelligemment sans oublier.

Dolorès se demande comment une telle chose est possible dans le monde d'Alzheimer mais décide de l'accepter sans trop le questionner pour profiter enfin du répit qui s'offre à elle.

Mais que s'est-il véritablement passé pour que Pedro retrouve certaines de ses facultés et surtout quel dessein suivra t-il suite à ces bienfaits?

J'ai vraiment apprécié cette immersion au sein du monde du 3e âge, notamment dans une maison de retraite où nos petits retraités m'ont fait penser à de véritables enfants plein de cachoteries et qui prennent plaisir à préparer les plus grosses bêtises.

J'ai aussi aimé le caractère fougueux et impulsif de Dolorès, une femme entière au grand coeur prête à tout (même au pire) pour protéger ceux qu'elle aime.
Par contre j'ai été alarmée en découvrant son adolescent de fils en proie à ses démons et qui a décidé de laisser "la bête" grandir et prendre possession de lui pour ainsi ne plus jamais avoir à subir le harcèlement dont il a été victime à l'école pendant trop longtemps.
Par ailleurs le livre finit sur une note qui nous laisse envisager une suite dans laquelle, peut-être, nous pourrions voir quel chemin James décidera de suivre.

Je recommande cet auteur à l'écriture subtile et intelligente.
Commenter  J’apprécie          40
Bonjour amis lecteurs,
Aujourd'hui je vous propose le livre de Darren Bryte « Sursis ». J'ai eu un coup de coeur pour ce thriller époustouflant que j'ai lu sans pouvoir m'arrêter avant le mot fin. L'auteur nous plonge dans une intrigue subtile et complexe prenant sa source dans une famille dont le grand-père souffre de la maladie d'Alzheimer. Celui-ci retrouve soudainement toutes ses capacités cognitives alors que l'on sait que cette maladie est irréversible. Les personnages sont hauts en couleur, très attachants, émouvants et parfois bouleversants. L'auteur nous captive grâce à une écriture percutante et incisive. Un excellent thriller comme je les aime .

Commenter  J’apprécie          100

Il s'agit d'un thriller, un style qui me plait particulièrement.

On découvre Dolorès, maman solo de James, un ado parfait.
Elle est infirmière, et s'occupe en parallèle de son papa, Pedro, atteint de la maladie d'Alzheimer.

Cette histoire n'est pas du tout tranquille… Dolorès va avoir son cerveau retourné dans tous les sens…

Son fils James va avoir une période difficile, son meilleur ami Logan va atterrir en maison de correction suite à des actes de violence.
Il va devenir la proie de quelques loubards de son collège.

Mais sa mère ne va pas s'en apercevoir tellement l'état de son père la préoccupe.

Ce Pedro, va subitement récupérer ses facultés mais aussi changer de personnalité.

Dolorès n'y comprend plus rien.
Avec l'aide de ses amis Debbie et Miles elle va tenter de reprendre pied dans sa vie qui part dans tous les sens.

Resté assez silencieux et renfermé sur lui-même, James va à son tour changer de personnalité comme son grand-père, son Abuelo♥.

Les deux hommes vont se rapprocher.
Un rapprochement qui n'a rien de positif aux yeux de Dolorès.
Elle ne reconnaît plus du tout les membres de sa famille.

Lors d'une indiscrétion, Dolorès va surprendre son père proférer des menaces et des propos injurieux au téléphone.
Mais à qui peut-il parler ainsi, cet homme si gentil et introverti ?
Il n'est plus lui-même.

James, qui est influencé par son grand-père se révèle être un jeune ado rempli de colère 😡

Leurs réunions secrètes vont mal finir, ils vont se lancer dans une mission… pas suicide, mais très compliquée !

Comment pensez-vous que cela va finir ?

Dolorès va-t-elle réussir à retrouver son fils du gentil et parfait étudiant ?

D'où peut bien provenir cette violence qui émane du grand-père?

Un livre qui suscite une réflexion sur l'homme et ses croyances.

Un thriller qui ne vous laissera pas indifférent
Commenter  J’apprécie          40
Dolorès et son James s'occupent de Pedro, le papa de Dolorès, atteint de la maladie d'Alzheimer. Un jour, Pedro se perd à l'hôpital, où il y fait une rencontre apparemment anodine. Il en revient complètement transformé. Ses capacités cognitives semblent revenues mais sa personnalité est aussi totalement transformée. Par ailleurs, James victime d'harcèlement scolaire, subit une agression qui l'enverra à l'hôpital. Dès lors, Pedro et James vont commencer à développer une relation obscure et malsaine qui inquiète de plus en plus leur entourage. La vengeance est devenue leur seul objectif de vie. D'où provient cette transformation ? Dolorès va mener l'enquête.
La plume de Darren Bryte est addictive et très prenante. Je suis rentrée dans ce thriller dès le départ et je me suis fait prendre dans ses filets. Ce thriller aborde plusieurs thèmes graves tel la maladie d'Alzheimer bien sûr, mais aussi le harcèlement scolaire.
J'ai aimé que ces sujets soient abordés sous plusieurs angles, au delà des clichés habituels. C'est travaillé, juste, tant du côté des victimes, que des conséquences sur l'entourage.
C'est un thriller fantastique, avec cette métamorphose qui atteint le grand-père mais qui contamine aussi le petit -fils comme un mauvais virus. Il y une dimension surnaturelle dans ce texte, ce que j'aime moins d'un point de vue tout à fait personnel.
J'ai décidé pour ma part de le prendre au second degré. Pour moi cette bête qu'ils nourrissent c'est la colère et la haine que peut nourrir un être humain et qui peut le transformer en monstre quand elles sont poussées à leur paroxysme.
J'ai aimé aussi comment le sujet des maisons de retraite est abordé et comment il montre que parfois c'est un véritable crève-coeur pour les familles d'en arriver à opter pour cette solution de soin.
Bref, c'est un thriller très bien mené et riche. Je vous invite à découvrir cette plume de qualité.
Je remercie IGB Éditions pour sa confiance et pour m'avoir permis de découvrir la plume de Darren Bryte.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Étrange relation que la leur, où aucun des deux n’avait fait un pas de plus vers l’autre, comme s’ils s’étaient ratés, vingt ans plus tôt, et que la porte s’était refermée sur ce qu’ils auraient pu vraiment construire.   Dieu merci, elle avait James, son soleil. L’adorable petit gamin qu’elle baladait encore dans Mission Bay Park la veille avait bien grandi et allait sur ses dix-sept ans. Toujours présent, il l’aidait comme il pouvait et ne lui causait aucun des désagréments que certains adolescents font subir à leurs parents. Il semblait être passé à travers la fameuse crise qui peut les rendre désagréables. Cerise sur le gâteau, il était bon élève, bien que ces derniers mois, ses résultats se soient tassés. L’enfermement de Logan, son meilleur ami, n’était probablement pas étranger à la situation. Mais elle y avait également associé le départ de Miles car les deux garçons s’entendaient à merveille et, peut-être sans le dire, son fils ressentait-il quelque peine à avoir perdu cet homme qui, finalement, lui avait presque servi de père de substitution. Parfois, Dolorès s’endormait avec l’immense regret de ne pas pouvoir lui offrir davantage, comme des vacances, ou ces dernières baskets qui coûtaient un bras. En son temps, Miles l’avait sacrément gâté, même si Dolorès feignait de s’y opposer. Mais la joie qu’elle lisait alors dans les yeux de James avait le pouvoir de tout effacer. Vingt ans de souvenirs qui lui donnèrent envie de pleurer. Mais toujours ces mêmes fesses, dans le miroir, qui lui rendirent le sourire. Elle avait peut-être quarante-et-un ans, mais elle les portait bien.    
Commenter  J’apprécie          10
Ils découlaient d’un physique qu’elle aurait voulu différent et qui, à ses yeux, ne valait pas grand-chose même si, en toute objectivité, il était dans la norme. Ils découlaient surtout d’une enfance douloureuse, vécue sous la houlette d’un père tyrannique. Mais derrière l’épaisse carapace, brillait une femme généreuse, sensible et sentimentale qui savait faire preuve d’une rare empathie. Il suffisait de l’observer avec les malades envers lesquels elle avait toujours une parole gentille et à qui elle savait arracher le sourire, même lorsque les circonstances ne s’y prêtaient pas. Et pour cause, puisque beaucoup de ceux dont elle s’occupait étaient en soins palliatifs. Elle aimait répondre, à ceux qui l’en félicitaient, qu’elle était l’un des derniers visages que ces malades verraient, alors autant qu’il soit souriant. Et puis, comme ça, ils lui réservaient une petite place au chaud, là-haut, quand son heure à elle serait venue.
Commenter  J’apprécie          10
Mieux se sentir augmente la libido… et les besoins de la satisfaire. Quoi de mieux, pour cela, qu’un trentenaire célibataire (Dieu seul savait pourquoi il l’était encore) en qui on a toute confiance et qui plus est beau garçon. Un soir, alors que Miles l’avait invitée à dîner au Venticello, un restaurant italien romantique et haut de gamme situé à quelques minutes à pied de chez lui, Dolorès avait décidé de le raccompagner, histoire de prendre un dernier verre et, cette fois, de ne repartir que bien plus tard dans la nuit.
Sitôt sur le canapé, elle l’avait enfourché sans lui laisser le temps de comprendre ce qui lui arrivait et avait collé ses lèvres aux siennes afin d’obtenir ce qu’elle aurait dû prendre bien des années plus tôt. Si elle avait dû attendre qu’il se lance ou qu’il ose, ils auraient tous deux atteint l’âge de la retraite avant de s’envoyer en l’air (et encore).
Commenter  J’apprécie          10
Elle avait entendu dire que la maladie pouvait se lire dans le regard de ceux qui en étaient atteints. Une sorte de regard vide, tourné vers l’intérieur, à la recherche de ces souvenirs qu’ils ne trouvent plus, de ces notions qu’ils ont perdues. Mais ce qu’elle venait de voir était très différent et elle ne pouvait pas le qualifier. D’un autre côté, comment l’aurait-elle pu, puisqu’à part son père, elle ne connaissait personne souffrant d’Alzheimer. Les curieuses mimiques qui avaient animé son visage, juste après, comme si ses traits avaient été accrochés à des fils invisibles qu’un marionnettiste aurait tirés un peu dans tous les sens, l’avaient davantage interpellée. Elle avait l’impression qu’en arrière-plan, le cerveau de son père moulinait pour remettre en place tout ce qui s’y baladait.
Commenter  J’apprécie          10
La vie n’est pas coeur. Elle n’est que raison. Et il faut s’en faire une bonne pour la supporter au crépuscule de l’existence.
Commenter  J’apprécie          110

Video de Darren Bryte (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Darren Bryte
Book Trailer du roman fantastique ANGRY
Auteur : Darren Bryte Genre : fantastique Editeur : Terra Nova Distributeur : Hachette
Reliure : broché EAN 978-2824609874 ISBN 2824609877
Images : Videoblocks / Shutterstock Musique originale et Sound Design : Maria Kotrotsou Réalisation et montage : Objectif Presta’ Cam Visuel : 6teme
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (46) Voir plus



Quiz Voir plus

Monte-Cristo (2)

Le Comte de Monte-Cristo ou les amours contrariées... Edmond Dantès voit le destin lui enlever la belle Catalane ...?...

Eugénie Danglars
Mercédès
Valentine de Villefort
Madeleine Radelle

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Le Comte de Monte-Cristo de Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre

{* *}