AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Brossat (Traducteur)
ISBN : 2020330350
Éditeur : Seuil (21/11/1997)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 53 notes)
Résumé :
En 1937, fuyant le nazisme, Margarete Buber-Neumann se réfugie en compagnie de son mari à Moscou. Accusée de "déviationnisme," elle est déportée en Sibérie, puis livrée à la Gestapo, et déportée à Ravensbrück. c'est dans ce camp qu'elle rencontre Milena Jesenska, journaliste inspirée, communiste, amie et lectrice de Kafka, avec laquelle elle noue bientôt une amitié qui passe outre à la terreur du camp. Milena mourra à l'infirmerie du camp, le 17 mai 1944. pour dire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
sabine59
  19 janvier 2016

C'est un livre bouleversant, poignant.Celui de l'amitié guidant notre découverte d'une femme au caractère fort et particulier, une femme fascinante, qui fut l'égérie de Kafka: Milena, racontée par l'auteur.
Découverte aussi de l'univers tchèque, au moment de la montée du nazisme.De la volonté de destruction des auteurs engagés et de ceux qui militent contre le danger du totalitarisme.
Milena et Margarete trouveront dans leur amitié une force les aidant à survivre aux camps de concentration, elles puiseront en elles des capacités de résistance et d'entraide qui forcent l'admiration.
Ce livre est un beau témoignage d'une amitié sans failles.
Commenter  J’apprécie          133
frandj
  03 août 2015
Margarete Buber-Neumann, communiste et épouse d'un dirigeant communiste allemand, a été emportée par les courants monstrueux de l'histoire du XXème siècle. Réfugiée à Moscou après le triomphe de Hitler dans son pays, elle fut condamnée et envoyée dans un camp de travail soviétique, avant d'être livrée aux Nazis par Staline, en 1940. Incroyable ! Elle se retrouva internée au camp de Ravensbrück, où elle réussit à survivre. Plus tard, lors de la défaite allemande, elle réussit à échapper à l'Armée Rouge.
C'est à Ravensbrück qu'elle rencontra une autre déportée, Milena Jesenská, de nationalité tchécoslovaque. Cette femme en tout point remarquable, qui exerça le métier de journaliste et fut l'amie de Franz Kafka, eut une relation intense avec Margarete Buber-Neumann, dans les conditions terribles du camp de concentration; Milena y est morte d'épuisement en 1944. L'auteur consacre à cette femme ce long livre, particulièrement riche et émouvant. Comme l'indique le titre, il s'agit de la biographie de Milena; son séjour à Ravensbrück occupe une place importante. le lecteur est plongé dans l'univers concentrationnaire qui, même après diverses lectures sur le sujet, reste sidérant. C'est un livre très instructif et sans complaisance sur un monde cruel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Anabase
  04 août 2013
plongée dans l'univers vibrant de Kafka, Milena Jesenska, l'Europe Centrale dans toute la richesse du début du XX ème siècle et dans la grande tempête meurtrière
Commenter  J’apprécie          30
Villebard
  11 février 2015

Une évocation touchante de cette femme rencontrée à Ravensbruck.
Elle fut l'amie de Kafka...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
andmanandman   19 janvier 2013
C'était souvent la conduite d'un détenu qui faisait qu'il était frappé ou non. On peut dire sans exagération que de nombreux visages, avec leur expression craintive et servile, appelaient les coups des SS. "C'est l'essence même de l'angoisse, disait Milena, on ne peut pas rester en place... Simplement, en restant debout, je fais face calmement à ce que je ne connais pas, je me prépare à affronter cet inconnu... Mais, pour pouvoir le faire, il faut de la force ; et cette force, l'individu ne l'a qu'aussi longtemps qu'il ne sépare pas son destin de celui des autres, qu'il ne perd pas de vue l'essentiel, qu'il a la conscience profonde d'appartenir à une communauté. Dès qu'il n'est plus qu'une conscience isolée, il cherche dans son âme un prétexte pour s'évader. La solitude est, peut-être, la plus grande malédiction qui existe sur terre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
DuluozDuluoz   19 novembre 2018
C'est en 1941 que parut le premier "livre" à Ravensbrück. C'est Anicka Kvapilova qui l'avait conçu, et il était dédié à Miléna. C'était une anthologie de poésie tchèque, écrite au crayon noir sur du papier volé, soigneusement relié dans de l'étoffe de mouchoir volée et coloriée en bleu clair avec de la craie de couturier.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Margarete Buber-Neumann (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margarete Buber-Neumann
The Erasmus Program of Stalin and Hitler I am reading a book written by Margarete Buber-Neumann. I am in the zone of WW2 and Unterganging. I got the book for free. It was in the book exchange section of a café I sometimes visit. When you are in the zone of doing anything, things will just come to you. As far as WW2 is concerned I am interested in things that are "under the carpet" and that very few people know. One of these things is the collaboration between the NKVD and the SS. Of course it makes sense. Until Operation Barbarossa in 1941 Stalin and Hitler were allies. They even started WW2 together with the attack of Poland in 1939. Anyway the author of the book had "the pleasure" to survive both the Gulag and a Nazi concentration camp. She was given to the SS by the NKVD. Sometimes we forget that many prisoners given to the SS were Jewish. Stalin participated in the Holocaust. That's a fact. I have reached the part where she is given to the SS. Before her living hell was stopped, she was fed much better and given good clothes. This might puzzle people not familiar with the Russian mind. You see, a Russian always wants you to like him. Even if he almost tortures you to death. It's insane and I don't know where that behaviour comes from but it's very deeply in the Russian mind. If the NKVD had given to the SS skeletons eaten by lice and other insects, their case of "we are nice people" wouldn't have been believable. The SS was funnily enough a 3rd party they were suddenly answering to.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature tchèqueVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature tchèque (42)
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre