AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bernard Kreiss (Autre)
EAN : 9782226004178
496 pages
Éditeur : Albin Michel (01/01/2000)
4.36/5   39 notes
Résumé :
Un grand roman de guerre, mais surtout un très grand roman de mer Le Styx nous raconte une extraordinaire et véridique odyssée celle d'un sous-marin allemand durant l'automne et l'hiver 1941. Avec l'échec des armées d'Hitler devant Moscou, la reprise de l'offensive anglaise en Afrique du Nord, et bientôt l'entrée dans le conflit des Etats-Unis, pour l'Allemagne c'est le tournant de la guerre. Alors, à bord du sous-marin qui vient de quitter la côte bretonne, les hom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  13 mars 2017
Traduit du roman allemand Das Boot édité en 1973, une littérature sous-marinière qui a donné lieu à une transposition sur le grand écran en 1981
Nous sommes en 1941, nous naviguerons à bord d'un VII C de 67,1m de long pour 6,2m de large avec 50 sous-mariniers. Direction les enfers de l'atlantique puis de la méditerranée pour s'attaquer aux cargos et au commerce Anglais. Couler du tonnage. Telle est la raison de vivre des U-Boot.
Un huis-clos dans un métier où les trois-quart ne sont pas revenus vivants. Une immersion dans un équipage qui, en guise de chevalier blanc, ressemble plus à des soulards excités du gland.
Une tranche de vie, froide, salement réaliste, loin de l'emphase héroïque d'un DiMercurio.
L'équipage est secoué, fouetté, martelé. En effet, si un VII C a une autonomie de 7900 miles en surface, il n'en a que 80 à 4 noeuds en immersion pour une immersion maximale de 3 jours. Il navigue donc la plupart du temps à l'air libre. Tel un tonneau ballotté par les flots.
De longs jours d'ennuis et de répétitions pour quelques minutes d'excitation et des heures de terreur.
Pourquoi choisir cette voie, où sur 40.000 engagés, 30.000 ne sont pas revenus vivants ? Où l'équipage subit, où presque seul le commandant comprend ce qu'il se passe ? La gloire ? le panache ? Les repas à heures fixes, pas de marches forcées ? La promiscuité, la saleté le risque ? Faites votre choix.
L'idéologie nazie n'est que très peu abordée. On n'aurait pu se retrouver à bord d'un navire Anglais ou Américain sans difficulté.
Un récit assez intense, en plus, peu ou prou tiré de faits réels. (l'auteur a été correspondant de guerre à bord d'un sous-marin allemand pendant la seconde guerre mondiale), mais il manque malgré tout une dimension épique, un peu de romanesque pour s'immerger totalement. On reste un peu à l'écart, on ne s'identifie pas aux personnages. Cela reste un peu trop froid. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          755
mauriceandre
  23 septembre 2021
Salut les Babelionautes
Je suis passionné par les Sous-marins, donc quand j'ai découvert ce livre, publié chez France-Loisir dans une Boite a Livre, je me suis empressé de le lire.
La vie a bord de ces cercueils flottants n'attire pas les vocations, et pourtant ils ont faillis changer le cours de la Deuxième Guerre Mondiale.
L'Allemagne, après sa défaite de 14/18, sa marine se trouvait réduite à peu de chose.
Les seuls bâtiments qu'elle était autorisée à conserver étaient des cuirassés hors d'âge. Elle ne devait conserver également aucun submersible, dont le souvenir restait cuisant pour les alliés, mais on admettait qu'elle maintienne en service et construise quelques 12 torpilleurs et 12 destroyers pour sa défense côtière.
C'est donc en secret et a l'étranger que fut élaboré les plans de ces Submersibles.
le type VIIA, dont il est question dans ce roman, devint le précurseur d'une formidable lignée, et les premières unités virent le jour peu après 1936. Dès lors, la série commença et à l'entrée en guerre du IIIe Reich, 72 unités étaient en service.
Mais dans ce récit, il n'est pas a la fête, pendant une interminable patrouille dans l'Atlantique Nord.
Nous allons suivre le quotidien des hommes au fil des jours, et ce n'est pas ce que l'on pourrait croire.
Quand ils reçoivent l'ordre de rejoindre la Méditerranée, c'est l'ahurissement au sein de l'équipage.
J'ai quand même passé un bon moment au sein de l'équipage du U-Boot, et je continuerai jouer à Silent Hunter sur mon PC, même si le jeu est loin de la réalité.
Merci à Bernard Kreiss pour la traduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Tostaky61
  25 janvier 2015
Dans ce pavé, l'auteur nous raconte la vie de soldats allemands a bord d'un sous marin pendant la seconde guerre mondiale, une vie à huis clos, dans les profondeurs, une vie à attendre, une vie à entendre, une vie de combat ou l'ennemi est invisible , une vie d'angoisse et de peur, de solidarité aussi, une vie d'espoirs, de doutes.
Un très grand roman ou l'écrivain décrit avec talent les tensions qui règnent à bord du Styx.
C'est dramatique, c'est intense, bref, c'est à lire.
Commenter  J’apprécie          142
JeromeJeanJacques
  24 février 2020
Écrit avec brio.
La narration est nerveuse, palpitante, et très stylisée ; elle reproduit à merveille l'effet d'enfermement et d'angoisse des sous-mariniers.
L'auteur est un authentique chroniqueur, car c'est la prose journalistique qui est employée ; elle mêlée avec le genre romanesque. Buchheim, en sa qualité de correspondant de guerre, adopte le récit avec l'angle d'un reporter.
De plus, la ponctuation est très bien maîtrisée ; elle suggère l'anxiété, et la peur qu'on ressentis les marins durant les plongées et les attaques.
Il s'agit même d'un des meilleurs livres — que j'ai lu — au niveau des descriptions de la navigation et de l'environnement marin. Chaque lieu dans l'océan est décrit de manière à nous faire penser que nous sommes personnellement à bord.
En parlant d'immersion : notez qu'on accroche dès la première sortie en mer. Comme nous sommes dans un huis-clos, chaque détail prend de l'importance ; on crée un attachement aux moindres personnages, aux moindres routines du bateau.
Les pilonnages en profondeur de la marine britannique font tourner les pages frénétiquement ; et même si l'on a vu le film, on ne peut pas s'empêcher de ressentir une sorte d'anxiété, liée au sort de ces marins, et à leurs souffrances.
En bref, Buchheim est un auteur de grand talent ; il est bien dommage qu'il n'ai pas la renommée qu'il mérite, et surtout qu'il n'ai pas écrit d'autres livres. Pour ma part, j'ai connu « le styx » grâce au film « Das boot » ; les deux m'ont énormément plu — les deux sont des chefs d'oeuvre.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
RobertB
  17 janvier 2020
Un grand moment de lecture. On y est, au fond de l'eau, dans la promiscuité de l'équipage lors des épisodes de grenadage, dans ses beuveries d'avant départ, aussi... Sous notre regard, chacun des hommes voit son temps s'échapper dans d'insoutenables moment d'attente qui constituent une grande part du récit. Quant au commandant, figure hiératique et pourtant à peine moins jeune que ses hommes, il n'échappera pas à une mort absurde, alors que les derniers obstacles semblaient avoir été levés pour l'obtention d'un fin heureuse. Tout au long du livre, pas un commentaire sur l'engagement de ces hommes, rien sur leurs pensées profondes quant au régime nazi qu'ils tentent de protéger en réalisant le blocus économique de l'Angleterre. Seul, leur comportement tout en relâchement, aux limites des exigences prônées par les nazis, laisse à penser que l'intérieur du sous-marin constitue leur seul univers de référence, au détriment des idéologies véhiculées dans les autres corps d'armée. Reste un roman de guerre à la fois épique et froid...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   16 mars 2017
La mort. Mourir. Des mots dont ne ne sert que très peu. A en croire les annonces mortuaires, on ne meurt pas. On est rappelé par le Seigneur, on quitte cette vallée de larmes, on disparaît, on décède à l’extrême rigueur ; mais on ne meurt pas.
Commenter  J’apprécie          530
fnitterfnitter   14 mars 2017
Le fonctionnement d’un sous-marin, c’est de la physique, de la physique – et encore de la physique !
Et de la chimie !
De la chimie aussi, oui, approuve-t-il. Mais vous savez, quand ça devient chimique, ça devient très vite psychologique. Et une fois que c’est devenu psychologique, ça tourne très vite au vinaigre !
Commenter  J’apprécie          400
fnitterfnitter   15 mars 2017
Emma ? Elle sait même pas qui le lui a fait, ce moutard !
Et pourquoi qu’elle le saurait pas ?
Pourquoi ? Quelle question ? Enlève voir ta culotte, pose ton cul sur une scie circulaire qui tourne et dis-moi ensuite quelle dent t’as coupé !
Commenter  J’apprécie          250
fnitterfnitter   16 mars 2017
J’ai l’impression d’être au milieu d’une troupe d’acteurs. Notre petit théâtre expérimental flottant donne une représentation sur l’imperturbabilité, le flegme, la vaillance. Mais en fait, les acteurs ne font que masquer leur peur avec des mots.
Commenter  J’apprécie          230
gillgill   17 mars 2012
Ce livre est un roman mais pas une œuvre de fiction. L'auteur a vécu les événements relatés ici. Ils sont la somme des expériences qu'il fit à bord de sous-marins. Néanmoins, les personnages évoqués ne sont pas des portraits de personnes vivantes ou mortes.
Les opérations dont il est question dans ce livre eurent principalement lieu en automne et en hiver 1941. Sur tous les champs de bataille, le tournant est amorcé durant cette période. Pour la première fois depuis le début de la guerre, les troupes de la Wehrmacht sont stoppées devant Moscou. En Afrique du Nord, les troupes britanniques passent à l'offensive. Les premiers secours sont envoyés à l'Union Soviétique par les États-Unis qui vont entrer en guerre à leur tour, tout de suite après l'attaque japonaise contre Pearl-Harbor.
Sur les 40000 sous-mariniers allemands qui participèrent à la seconde guerre mondiale, 30000 ne revinrent pas.
(texte inséré en début du volume parue chez "Albin Michel" en 1986)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Video de Lothar-Günther Buchheim (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lothar-Günther Buchheim
LE BATEAU (Das Boot) Bande Annonce VF / 1981
autres livres classés : sous-marinsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2409 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre