AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2851815695
Éditeur : L'Arche (01/06/2004)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 18 notes)
Résumé :
La Mort de Danton n'est pas seulement un drame historique. C'est l'histoire d'hommes et de femmes emportés par une révolution qu'ils ne maîtrisent plus. Danton préfère mourir, entraînant ses amis avec lui, plutôt que de continuer à se battre pour une cause désormais placée sous le signe de la Terreur : "Je préfère être guillotiné que guillotineur."

Georg Büchner trouve la trame de sa pièce dans l'Histoire de la Révolution française de Thiers qu'il cit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Tandarica
  10 mai 2015
Danton aime Julie, et se fond dans la luxure. Arrivent Philippeau et Camille Desmoulins : Robespierre fait encore guillotiner vingt personnes. Ils veulent une amnistie et la réintégration des députés exclus, une république. Il les renvoie à leurs chères études. Pendant ce temps, le peuple a faim. Robespierre et les Jacobins leur offrent des têtes d'aristocrates. Collot d'Herbois s'oppose à Robespierre qui, au nom de la vertu veut s'en prendre à Danton, qu'il compare à Catilina. Legendre, se sentant coupable d'avoir poussé Robespierre à l'extrême, et Lacroix recherchent Danton, qui pense qu'il n'osera pas : il va le voir. Puis Saint Just le convainc de faire arrêter Danton, Lacroix, Philippeau, Camille Desmoulins et Hérault-Séchelles. Danton ne veut pas partir et affirme toujours que les Jacobins n'oseront pas l'exécuter. Devant les députés, Legendre demande que Danton ait le droit de se défendre en étant entendu publiquement. Mais Robespierre et Saint Just retournent l'assemblée. Danton, Lacroix, Philippeau, Hérault-Séchelles et Camille Desmoulins sont arrêtés. Danton est applaudi devant le tribunal révolutionnaire. Saint Just et Fouquier-Tinville utilisent un faux complot selon lequel les femmes de Danton et Desmoulins lancent de l'argent au peuple et une mutinerie serait en cours à la prison. le procès est accéléré, le verdict est déjà garanti par les jurés triés sur le volet. Tous sont exécutés. Julie se suicide. Lucile, compagne de Camille Desmoulins, crie "Vive le roi!" et se fait arrêter.
Büchner n'est pas très connu de ce côté du Rhin. Il fut révolutionnaire en Allemagne, mis en état d'arrestation et, réfugié, il vécut pourtant à Strasbourg avant d'aller étudier à Zürich. Son portrait de la Révolution française, écrit au péril au moins de sa liberté, n'est guère flatteur : il prend nettement parti pour Danton, débauché, adepte du vice et de la luxure mais modéré face à Robespierre, un nouveau Caton, fou de vertu mais assoiffé de sang. Au fond, il en ressort une misanthropie assez profonde, presque prophétique pour celui qui est mort du typhus à vingt-trois ans auteur d'une oeuvre loin d'être négligeable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Laureneb
  16 octobre 2018
An II de la République. La misère enfle dans Paris, les sans-culottes protestent, les députés font l'amour, et dans le secret de son cabinet, Robespierre prépare la mort de Danton, le seul qui lui fait encore de l'ombre dans cette révolution qui s'achemine de plus en plus vers une dictature. Ce n'est plus le temps du débat parlementaire, mais celui d'un duel par les mots entre deux hommes, ou plutôt entre deux clans.
Büchner est un romantique allemand, il a donc une vision un peu différente de celle des romantiques français : il ne célèbre pas la grandeur du peuple français comme Michelet, ni la marche du progrès au milieu des décombres comme Victor Hugo ; il n'est pas non plus fasciné par les flots de sang de la guillotine comme Anatole France. Büchner s'intéresse au peuple, le petit peuple dans sa vie quotidienne et ses souffrances. Il alterne ainsi les scènes de convention rassemblant les députés, à la trivialité de la rue lorsque deux prostituées se disputent.
Mais le grand personnage du roman reste Danton, avec pour scène culminante son entretien avec Robespierre. L'auteur s'appuie sur des phrases, des discours historiquement attestés. Danton n'est pas ici représenté dans sa hargne, dans sa fougue. Au contraire, c'est un héros fatigué, désabusé et mélancolique, un jouet du destin.
J'ai trouvé une très belle interprétation du personnage par Klaus Maria Brandauer au théâtre - un rôle qu'il connaît bien puisqu'il a joué Danton dans le film La Révolution française de 1789.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Calliope2017
  01 mars 2018
Une pièce très intéressante, par le choix même du sujet, peu banal pour une pièce de théâtre, surtout quand on pense qu'elle a été écrite seulement quarante ans après les faits et par un Allemand : Büchner montre une solide connaissance de la Révolution et se concentre sur des faits qui ne sont pas les plus connus de ces années là...
Comme l'indique le titre, la pièce met en scène la Terreur et la manière dont Robespierre s'est débarrassé un à un de tous ses ennemis, et donc ici de Danton et Desmoulins. Il y a de nombreux débats et réflexions politiques, que ce soit par les protagonistes ou par de simples citoyens mis en scène, mais ces réflexions tournent surtout autour de la question de tuer ou pas, de que faire de ses ennemis pour bien gouverner. Même si c'est une pièce assez "sérieuse" on retrouve de temps à autre le côté burlesque de Büchner, que l'on aura notamment dans Léonce et Léna. Comme dans cette pièce, les personnages s'interrogent aussi plus généralement sur le sens de la vie, et notamment ici avec l'opposition Danton/Robespierre, le bon vivant et l'Incorruptible.
Un classique à découvrir, très intéressant et facile à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
anaellefreund
  17 juin 2016
Une des meilleures pièces sur la Terreur quoi que très romancée.Danton y est dépeint en jouisseur manipulé par un Robespierre jaloux et sec.On y voit la dérive du fanatisme politique dans un style très romantique et pessimiste.
Une oeuvre qui respire un idéalisme juvénile.
Commenter  J’apprécie          60
olivberne
  09 mars 2013
Souvenir d'une option allemand à la fac, où cette pièce célèbre de Büchner était au programme et hommage à ce prof, sosie de Papa Schultz, qui riait à chaque lecture pour cette pièce pas vraiment comique.
Je n'ai pas compris grand chose à la tragédie, pourtant oeuvre majeure et qui rend hommage à notre révolutionnaire mais j'ai pour elle une certaine nostalgie, du fait des soubresauts du ventre de ce professeur, grand amateur de bière!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LaurenebLaureneb   16 octobre 2018
ROBESPIERRE.
Celui qui accomplit une révolution à moitié creuse sa propre tombe. La bonne société n'est pas encore morte. La force saine du peuple doit prendre la place de cette classe, épuisée à tous points de vue. Le vice doit être châtié, la vertu doit régner par la terreur.
DANTON.
Je ne comprends pas le sens du mot châtiment. Toi et ta vertu, Robespierre ! Robespierre, tu n'as jamais empoché d'argent, tu n'as jamais fait de dettes, tu n'a couché avec aucune femme, tu portes toujours un habit bien brossé, tu ne t'es jamais saoulé. Robespierre, tu es d'une honnêteté révoltante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   29 avril 2013
Drame placé sous le signe de la fatalité historique.
L'auteur n'avait que 22 ans quand il a analysé de façon impressionnante les différents comportements de Danton, Robespierre ou Desmoulins dans la fournaise de la révolution.
(extrait de "la bibliothèque idéale" présentée par Bernard Pivot et parue en 1988 aux éditions "Albin Michel")
Commenter  J’apprécie          20
LaurenebLaureneb   03 mai 2018
L'arme de la République, c'est la terreur ; la force de la République, c'est la vertu. La vertu car sans elle, la terreur est funeste, la terreur, car sans elle, la vertu est impuissante.
Commenter  J’apprécie          40
Calliope2017Calliope2017   01 mars 2018
J'aurais honte d'arborer pendant trente ans, entre ciel et terre, la même physionomie morale rien que pour la misérable satisfaction de trouver les autres pires que moi.
Commenter  J’apprécie          30
TandaricaTandarica   10 mai 2015
das Volk ist wie ein Kind, es muss alles zerbrechen, um zu sehen was darin steckt.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Georg Buchner (6) Voir plusAjouter une vidéo

Festival Avignon : Léonce et Léna
- Interview du metteur en scène Jean Louis HOURDIN par Dominique DARZACQ.- Extraits de la pièce "Léonce et Léna" de Georg BUCHNER présentée au festival d'Avignon.
autres livres classés : dantonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
473 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre