AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253010173
494 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/1992)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 159 notes)
Résumé :
Au mois d'avril 1852, soixante jeunes filles appartenant aux meilleures familles mandchoues sont convoquées au palais de l'empereur de Chine, Hsien Feng, afin qu'il choisisse ses épouses. Seule sera impératrice celle qui lui aura donné un fils, aussi ne suffit-il pas d'être élue, encore faut-il ne pas se laisser oublier…

Yehonala ne l'ignore pas. Elle a rusé pour se faire distinguer par l'empereur, mais se souviendra-t-il encore d'elle demain? Ambitie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Marmara
  20 avril 2020
Seule Pearl Buck pouvait réussir pareil tour de force ; me faire passer de longues heures, et avec le sourire ! En compagnie de Tseu-hi, impératrice de Chine de 1861 à 1908, femme que j'ai trouvée, n'ayons pas peur des mots, proprement détestable.
Dans une autre vie, cette dernière se prénommait Yéhonala. Au mois d'avril 1852, elle fera partie des 60 jeunes filles, toutes d'une grande beauté, convoquées au Palais de l'empereur Hsien Feng, en quête d'une épouse et de concubines.
Dès lors, Yéhonala, pourtant âgée de 17 ans seulement, n'aura plus qu'un objectif, et ce, quoiqu'il en coûte, accéder au trone.
Rusée, intrigante et excellant dans l'art de la manipulation, c'est sans surprise pour le lecteur
qu'elle parviendra à s'approprier le coeur et l'entière confiance de l'empereur.
En dépit de l'apparence pas très ragoûtante de celui-ci, Yéhonala, qui jamais ne perdra de vue le but qu'elle s'est fixé, déploiera tous ses charmes, et remplira avec assiduité et une prétendue bonne grâce son devoir de concubine.
De fait, en 1856, elle donnera naissance à Zaichun, garçonnet qui sera l'instrument de ses rêves de grandeur.
Je pourrais reprocher à l'auteure quelques longueurs, mais j'ai cependant beaucoup apprécié cette lecture, divertissante et instructive. Les faits exposés sont des faits historiques, mais ce livre reste léger, car Pearl Buck a su alterner faits politiques et intrigues, si bien qu'à aucun moment ce livre ne m'a paru rébarbatif.
C'est avec un réel plaisir que j'ai suivi la fulgurante ascension de Yéhonala, que je me suis immergée dans le faste de l'empire Chinois, et que j'ai suivi les dernières décennies, le déclin de la Chine impériale, si profondément attachée à ses traditions et croyances archaïques.
Dieu sait si notre pauvre terre a déjà porté d'immondes créatures. Pourtant, je n'oublierai pas de si tôt la dernière impératrice de Chine, femme cruelle, caractérielle, vaniteuse et peu soucieuse du bien-être de ses sujets, dépensière et imbue de sa personne, une femme qui a tout sacrifié à la démesure de ses ambitions, à sa folie des grandeurs, et j'ai presqu'envie de dire, à sa folie, tout simplement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8812
nadiouchka
  31 mai 2019
Ainsi que je l'ai signifié dans ma liste publiée sur des ouvrages de Pearl Buck, je suis en « phase relecture » de ceux-ci et j'ai choisi « Impératrice de Chine » (« Imperial Woman « traduction de Lola Tranec. En chinois : 中国皇后 : Zhōngguó huánghòu).
L'auteure, de son vrai nom Pearl Sydenstricker (épouse Buck) est née aux États-Unis (en Virginie Occidentale) mais a vécu en Chine ainsi qu'au Japon avant de retourner dans son pays natal.
J'avais commencé, toute jeune, par  « La Mère » et c'est ainsi que je suis devenue une grande admiratrice de Pearl Buck et une passionnée de ses récits. Je dois avouer qu'au départ, je croyais que Pearl était chinoise….
Il ne faut pas oublier qu'avec « La Terre Chinoise », elle avait obtenu le prestigieux prix Pulitzer (en 1932) et qu'elle a également obtenu le prix Nobel de Littérature pour l'ensemble de son oeuvre (en 1938).
Si, au départ, je pensais ne faire que parcourir certains chapitres de ce livre pour me les remettre en mémoire, le charme a opéré de nouveau et je l'ai relu entièrement avec plaisir. Cela heureusement car j'ai redécouvert certains détails.
On y voit Orchidée/Yehonala, une très jeune fille, convoquée au palais de l'Empereur de Chine, Hsien Feng, dans la Cité Interdite. Elles sont une soixantaine de jeunes filles mandchoues, triées sur le volet à « courir la chance » d'être choisies comme épouse ou concubine. Yehonala, use de maints subterfuges (avec également sa grande beauté) pour se faire remarquer et ça marche !
Si elle n'est pas choisie comme épouse (à cause de son air fier), elle est désignée comme concubine et attend son heure pour agir. Elle connaît ses atouts mais son caractère n'est pas celui d'une femme soumise et son ambition est sans limites. Un de ses dévoués eunuques lu dit : « Ce corps de femme abrite un cerveau d'empereur » (p. 213).
Dans ce livre, Pearl Buck nous fait revivre tout le faste de cette Ville Interdite aux multiples palais – la vie - les nombreuses coutumes – la beauté….
Le destin de Yehonala change quand elle arrive à ses fins, lorsqu'elle donne à l'Empereur un fils qui est donc son successeur sur le trône. du rang de Nouvelle Favorite, puis de princesse consort, après la mort de l'Empereur (qui décède jeune) ainsi que celle de son fils, elle est désormais Impératrice du Palais Occidental.
Elle va régner d'une main de fer tout en sachant jouer de sa majesté. Mais s'il y a du charme, on trouve aussi de l'horreur dans les intrigues qui sont punies d'une cruelle façon, sans aucune pitié à part pour certains personnages qui ont droit à un peu de bienveillance.
Pearl Buck a changé le nom de Yehonala pour le transformer en Tseu-hi (慈禧 : pinyin ou Tzu Hsi), ce qui évoque immédiatement le personnage de Cixi, une véritable Impératrice et cela donne au récit la forme d'une biographie romancée, bien complète où on nous immerge entièrement dans cette ancienne Chine, celle des cerisiers en fleur, des pivoines et des orchidées.
Dans ces nombreuses pages, tout n'est que délicatesse, raffinement, plaisir, faste – le tout mêlé à des scènes de rage folle de l'Impératrice et de son pouvoir de dissimulation ou de calculs. C'est ainsi qu'elle va régner pendant cinquante ans, toujours coquette et sachant utiliser son charme.
On trouve aussi le respect profond des coutumes ancestrales et de l'amour fou (qui est le fil conducteur).
Au fur et à mesure que l'on tourne les pages, on voit des complots - des rebondissements – de la haine – l'arrivée « d'étrangers « - de nombreuses descriptions qui ne m'ont jamais lassée (quand on aime on se laisse entraîner).
C'est donc à merveille que Pearl Buck a su décrire l'Histoire, mais aussi la vie tout simplement et nous démontrer combien est difficile la vie d'une Impératrice, aussi douée soit-elle.
C'est un voyage passionnant à faire ou à refaire, car enrichissant et que je me félicite d'avoir refait.
💕💕💕💕💕
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4212
kateginger63
  17 juin 2018
Un voyage au coeur de la Cité Interdite !
*
Merci aux Editions l'Archipel pour avoir réédité ce roman publié en 1956 par Pearl Buck, d'origine américaine mais ayant vécu une grande partie de sa vie en Asie. Cette auteure a reçu le prix Nobel .
Je n'ai jamais lu une de ses oeuvres. Il m'en aura fallu du temps.....
Il y a quelques années, j'avais lu Mémoires d'un eunuque dans la Cité Interdite de Shi Dan. L'histoire se passant à l'époque des dernières années de règne de l'impératrice Cixi. J'avais déjà un aperçu des moeurs et rites de la Chine Impériale.
*
Une biographie romancée de Cixi; d'abord appelée Yehonala, une des centaines de concubines de l'Empereur puis devenue impératrice douairière car mère du fils régnant.
Cette ascension au pouvoir s'est faite lentement, petit à petit, par la ruse et la manipulation. Un destin prodigieux mais aussi mélancolique.
Dans ce récit, on se rend compte que Cixi n'a pas toujours été heureuse ni comblée. du moins au niveau sentimental. Une recherche éperdue de l'amour....
*
Une lecture très agréable, fluide et bien documentée sur la vie secrète à la Cour, ses fastes, ses richesses. Une plongée dans le temps et l'espace. Quelle envie de vouloir visiter cette Cité à Pékin !
Une plongée également dans les arcanes du pouvoir, un spectateur muet devant les intrigues politiques ( moi aussi j'ai écouté derrière le paravent, comme Cixi :) .
*
Dans mes cours d'histoire, j'ai appris que l'impératrice était cruelle, égoïste, calculatrice et rancunière mais ici, l'auteure nous la dépeint comme une femme sensible et pleine de bonne volonté. Qui a raison? Impossible de le savoir. Personne n'a pu entrer dans l'intimité de cette femme.
En tout cas, pour moi, ce fût une belle expérience de lecture tant par les connaissances historiques que les émotions suscitées. Un beau voyage enrichissant sans sortir de son canapé :)
PS: Ma fille a également fait sa chronique, allez la lire sur notre blog.

Lien : https://red2read.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Bislys
  13 avril 2018
En donnant un fils à l'empereur de Chine, Yehonala, une de ses concubines accède au pouvoir. Pendant des décennies, dans l'ombre des souverains, elle va administrer le pays d'une poigne de fer et faire face aux rebellions internes ainsi qu'à l'invasion des Occidentaux. Seule contre les hommes, elle va devoir s'imposer.
La lecture d'un livre écrit par un prix Nobel de littérature m'impressionne toujours un peu. J'avais peur de trouver le style trop compliqué, et finalement, pas du tout. L'écriture est très accessible et je n'ai eu aucun mal à me glisser dans les coulisses du pouvoir impérial. J'y ai découvert un personnage que j'ai trouvé dès les premières pages très antipathique. Yehonala est déterminée à faire ce qu'elle veut et tant pis pour les conséquences. Elle multiplie minauderies, traitrises et manipulations pour arriver à ses fins, sous couvert de préserver l'Empire pour son fils. Ce n'est clairement pas un personnage historique que j'aurais aimé rencontrer. On ne peut cependant qu'être admiratif de tout ce qu'à accompli cette femme dans une société et une époque où les femmes sont considérés comme insignifiantes. Pearl Buck nous propose un portrait dur et sanglant d'une femme qui a marqué l'histoire de la Chine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
frandj
  06 mars 2015
J'ai lu ce livre au cours de mon enfance. Mais mon souvenir reste vivace. Le sujet du roman est sérieux: il retrace la vie vraiment extraordinaire de Tzu-Hsi (Cixi) qui exerça la réalité du pouvoir en Chine de 1861 à sa mort (en 1908, c'est-à-dire seulement trois ans avant l'instauration de la République !); son titre était impératrice douairière. Pendant tout ce temps, les empereurs de la dynastie mandchoue étaient des marionnettes entre ses mains. L'auteur décrit la rapide montée en puissance de Tzu-Hsi parmi les concubines de la cour impériale, puis son accession au pouvoir suprême, ensuite les innombrables intrigues dans la Cité interdite, les luttes intestines pour le pouvoir, qui sont féroces, la politique conservatrice adoptée par Tzu-Hsi, les révoltes à l'intérieur de l'Empire, les démêlés avec les "diables étrangers" qui imposent au pays de terribles humiliations… Evoquer cette impératrice douairière, c'est raconter tout un pan de l'histoire de la Chine. En outre, Pearl Buck décrit avec minutie les us et coutumes de la cour impériale, ce qui fait également l'intérêt du livre.
C'est passionnant. le roman, qui ne se présente pas du tout comme un livre d'histoire, se lit très facilement. Il semble bien que Pearl Buck ait été scrupuleuse dans son respect de la vérité historique: pour moi, c'est très important. La seule réserve que je ferai, c'est que l'héroïne - si impitoyable et cruelle qu'elle ait été - est présentée sous un jour plutôt favorable par l'auteur. A son corps défendant, le lecteur se retrouve en empathie avec Tzu-Hsi: le mérite-t-elle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   16 février 2019
C'était au mois d'avril, à Pékin, le quatrième mois de l'année solaire 1852, soit le troisième mois de l'année lunaire de la deux cent huitième année de la dynastie mandchoue, la grande dynastie des Ch'ing. Le printemps se faisait attendre et les vents du nord, chargés de l'impalpable sable jaune du désert de Gobi, soufflaient sur les maisons comme en hiver.
P.7
Commenter  J’apprécie          160
nina2loinnina2loin   21 mars 2012
C'était au mois d'avril, à Pékin, le quatrième mois de l'année solaire 1852, soit le troisième mois de l'année lunaire de la deux cent huitième année de la dynastie mandchoue, la grande dynastie des Ch'ing. Le printemps se faisait attendre et les vents du nord, chargés de l'impalpable sable jaune du désert de Gobi, soufflaient sur les maisons comme en hiver. Le sable s'engouffrait dans les rues, s'envolait en tourbillons et s'infiltrait sous les portes et les fenêtres. Il s'accumulait dans les coins, s'amoncelait sur les tables et les chaises, ainsi que les plis des vêtements. Il séchait sur les joues des enfants en larmes et s'incrustait dans les rides des vieilles gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Annette55Annette55   05 novembre 2018
" La vraie sagesse de la vie
Consiste à voir
L'extraordinaire
Dans l'ordinaire ...."
Commenter  J’apprécie          393
nadiouchkanadiouchka   01 juin 2019
Les Chinois sont comme des chats, ils s’introduisent par les moindres interstices, en flairant tout sur leur passage. P.371
Commenter  J’apprécie          170
hnidahnida   18 octobre 2013
Elle se retira et monta les quelques marches de son palais. Immobile, les gouttes d’eau tombant de sa robe sur le sol dallé, elle se laissa essuyer par ses dames d’honneur et rit de leurs doux reproches. « je n’ai jamais été aussi heureuse depuis mon enfance, leur dit elle. Je me rappelle maintenant que j’aimais alors courir sous la pluie.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Pearl Buck (1) Voir plusAjouter une vidéo

André Bay
- André BAY : ses goûts, ses croyances, son livre "Des mouches et des hommes" ; sa carrière de directeur littéraire aux Editions STOCK et HACHETTE, son travail de directeur littéraire ; sa rencontre avec Pearl BUCK, sa découverte d'Anaïs NIN ; ses écrivains préférés ; ses traductions ; le rôle de l'éditeur et du directeur littéraire ; anecdote sur Isaac Bashevis SINGER et sur Roger...
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2213 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..