AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226203480X
Éditeur : Perrin (22/03/2012)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
De son expédition autour du monde de 1831 à 1836, Charles Darwin, né en 1809, rapporte d'importantes collections de plantes et d'animaux. Retiré à la campagne pour raisons de santé, il publie en 1859 son grand oeuvre, De l'origine des espèces au moyen de la sélection naturelle. Dès lors, il s'impose comme le fondateur de la théorie de l'évolution biologique, dans laquelle la notion de sélection naturelle des espèces sous l'influence du milieu occupe une place centra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
scaalaire68
  07 novembre 2013
J'ai pu aller au bout de ce livre uniquement parce que j'avais déjà lu quelques livres de vulgarisation scientifique écrits par Denis Buican, scientifique et écrivain, à l'instar de François Jacob. Mais cette fois ci il s'agit d'un ouvrage d'histoire, voire de philosophie des sciences et à mon avis il doit s'adresser à un public déjà un peu familiarisé avec le sujet (génétique et évolution) ou appréciant grandement l'histoire et la philosophie des sciences. Les lecteurs assidus d'Albert Jacquard, Stephen Jay Gould ou Richard Dawkins pourront en faire partie.
Une large partie de ce livre est consacrée à la vie et la pensée de Darwin, avec force citations pour qui (comme moi!) n'aura jamais le temps ou le courage de se plonger dans son oeuvre.
Tous les courants de pensée antérieurs et contemporains de Darwin ainsi que leurs auteurs (Wallace, Weismann...) sont passés en revue comme par exemple le fixisme (à l'époque on croyait les espèces stables une fois pour toutes) et le très controversé eugénisme.
Vient également la critique du « Lamarckisme » ou l'hérédité des caractères acquis non reconnue par la science contemporaine et surtout de Lyssenko, biologiste calamiteux à l'époque de l'ex URSS. Enfin la critique du créationnisme ou intelligent design et les avancées à grands pas du génie génétique depuis la redécouverte des lois de Mendel.
Quelques passages sur l'éthologie à la fin du livre, faciles à lire ceux-ci, et la théorie synergique de l'évolution devant laquelle je bute toujours et ce ne sont pas malheureusement les deux citations de Kant qui vont m'aider !
Pour résumer, un livre très bien écrit mais que j'ai du lire en « mosaïque » c'est à dire passant un peu rapidement les passages difficiles (souvent les nombreuses citations de divers auteurs scientifiques) et m'attardant d'avantage sur la bio de Darwin au début et l'éthologie à la fin du livre.
Un livre très dense et hyper documenté sur le sujet tout compte fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
historien33
  02 janvier 2016
la meilleure bio de Darwin que j'ai lue (et j'en ai lue plusieurs dizaines...). Avec des anecdotes qui ne perdent pas de vue l'essentiel, avec les étapes de la réalisation de sa grande oeuvre, avec ses hésitations et ses points forts, avec aussi les développements de la théorie de l'évolution depuis sa mort, et notamment l'actuelle théorie synergique. Je l'ai dévoré
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
scaalaire68scaalaire68   09 novembre 2013
Richard Dawkins, par exemple, professeur de génétique à l'université d'Oxford, écrit un livre intitulé « The God Delusion », traduit en français sous un titre accrocheur, « Pour en finir avec Dieu », où il attaque l'agnosticisme dont il ne semble pas comprendre la logique philosophique et scientifique. En évoquant ainsi la « pauvreté de l'agnosticisme », il arrive à des pourcentages absurdes sans aucun rapport avec cette conception : « exactement 50% : agnosticisme totalement impartial. L'existence de dieu et sa non existence sont exactement équiprobables. » L'agnosticisme considère que la connaissance humaine doit se limiter aux seules vérités relatives issues des faits et fondées par l'expérimentation, c'est à dire prouvées ou réfutées par des essais répétables sous un contrôle rigoureux. L'hypothèse divine – ou celle de la non existence de Dieu – ne se trouve étayée par aucun fait et se situe donc, par définition, à l'extérieur du territoire scientifique. Or il revient à celui qui formule une hypothèse d'en apporter des preuves expérimentales indubitables, sans quoi cette dernière se trouve privée de toute signification réelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
scaalaire68scaalaire68   07 novembre 2013
Sceptique au commencement, Thomas Hunt Morgan observa la validité des lois de Mendel chez les Drosophiles, et en particulier dans le cas de la diffusion dans une population expérimentale d'un mutant aux yeux blancs, tandis que l'espèce présente normalement une couleur rouge. Il en déduisit que les facteurs mendeliens correspondent aux gènes qui se trouvent insérés dans les chromosomes, comme les perles dans un collier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
scaalaire68scaalaire68   09 novembre 2013
Selon son propre témoignage, Darwin a pleuré sur la lettre de sa femme où elle lui disait sa crainte de le voir s'éloigner de la religion, car Emma était sinon bigote, du moins conformiste du point de vue religieux – peut-être comme une dame de la société victorienne qui, selon l'anecdote, s'exclama, en apprenant que l'homme descend d'un singe : « pourvu que cela ne s'ébruite pas... »
Commenter  J’apprécie          10
scaalaire68scaalaire68   07 novembre 2013
Personnellement, j'ai connu l'affaire Lyssenko à l'Est communiste, de l'autre côté du rideau de fer. Mes laboratoires successifs de génétique et l'électro-radio-biologie furent démantelés par trois fois par l'inquisition lyssenkiste au cours de la période 1957-1962. Je fus moi même banni de certains postes universitaires et de recherche et dirigé vers d'autres situations où je devais recommencer à zéro, en payant ainsi le péché de n'avoir pas courbé la tête sous le joug de l'inquisition marxiste-léniniste du biologiste favori de Staline.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
scaalaire68scaalaire68   07 novembre 2013
La compassion de Darwin pour la souffrance humaine l'a empêché de devenir médecin après avoir assisté à l'opération d'un enfant, pratiquée sans anesthésie. Dépassant le cadre de l'espèce humaine, il renonça à son sport favori, la chasse, génératrice de souffrances inutiles infligées à d'autres espèces animales. Darwin contribua aussi à la naissance de disciplines développées au XXème siècle : l'éthologie comparée et la sociobiologie dans une perspective humaniste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : darwinVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre