AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754808922
Éditeur : Futuropolis (05/05/2014)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 53 notes)
Résumé :
"En 2008 et 2009, à Dreux, j'ai photographié la vie quotidienne d'une résidence sociale Adoma, ex-Sonacotra. J'y ai rencontré Abdesslem, un ancien tirailleur marocain. Il avait alors plus de quatre-vingts ans. Ce reportage terminé, j'ai voulu le revoir. Finalement, nous avons passé des heures ensemble, souvent le matin, autour d'un café clair et très sucré. Je lui demandais de me raconter sa vie. Pèle-mêle, c'est la dernière guerre, la campagne d'Italie, l'Indochine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  23 décembre 2014
Cela fait maintenant 6 ans qu'Abdesslem, à plus de 80 ans, vit loin des siens dans une résidence sociale Adoma de Dreux. de sa rencontre avec Alain Bujak, photographe et reporter naît cet album dans lequel le vieil homme se livre...
1939. Dans les montagnes de la province de Taza, Abdesslem, alors tout jeune berger d'une quinzaine d'années, doit se rendre au souk situé à une vingtaine de kilomètres de chez lui et apporter du pétrole. C'est là qu'il rencontre son ami Nadim qui l'informe qu'il s'engage dans l'armée et se rend à Taza. Curieux de voir des camions, il l'accompagne. Arrivé sur place, ne comprenant pas ce que disent les soldats qui parlent français, le jeune homme se fait embarquer et jeter dans le camion avec d'autres comme lui. Emmené de force au quartier militaire, dépouillé de ses vêtements, habillé en soldat et soumis à la visite médicale, on lui annonce que l'armée l'engage, dans le 4ième régiment des tirailleurs marocains. Pour quatre longues années. Sans avoir pu dire au-revoir à toute sa famille... Fier de porter l'uniforme, il décide de rester. Mais, le sultan Sidi Mohammed Ben Youssef lance un appel à ses hommes pour soutenir la France contre les attaques allemandes. Commence alors un terrible périple pour tous ces jeunes hommes en partance pour la France...
Dans le cadre de son travail, Alain Bujak a fait un reportage-photo dans l'une des résidences sociales de Dreux, entre 2008 et 2009. C'est comme ça qu'il a fait la rencontre d'Abdesslem. Au fur et à mesure de leurs entrevues, le vieil homme s'est confié au scénariste. Tout en douceur et pudeur. Il en résulte un témoignage édifiant et tragique. Contraint de rester en France 9 mois dans l'année pour pouvoir prétendre à une bien maigre pension en tant qu'ancien tirailleur marocain, Abdesslem vit loin des siens, dans des conditions misérables. Cet album, tel une page d'histoire, est empreint de réalisme et d'une émotion particulière tant le récit du vieil homme est poignant et touchant. Ce témoignage montre à quel point la France néglige aujourd'hui tous ces tirailleurs marocains dont elle a eu pourtant si besoin. le dessin, en couleur directe et aux crayons de couleurs de Piero Macola, est empli de douceur et d'humanité.
A noter, à la fin de l'album, un formidable photo-reportage au Maroc lorsque Alain Bujak retrouve Abdesslem chez lui.
Le tirailleur en première ligne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
Crossroads
  05 avril 2015
Abdesslem aura connu une vie riche mais paradoxalement fort peu enviable.
Alors qu'il est tout jeune berger Marocain dans les montagnes, il se voit brutalement arraché à sa terre nourricière pour intégrer d'autorité le quartier militaire de Taza dans le but d'être formé au combat. Une formation visiblement salvatrice tant le personnage aura connu de conflits tout au long de sa triste existence...
Aux travers d'échanges entre un journaliste, Alain Bujak, et un vénérable personnage déraciné dès son tout jeune âge et habitant désormais seul une petite résidence sociale de Dreux, Abdesslem, il ressort un album d'une profonde humanité qui pourrait tout aussi bien s'inscrire comme devoir de mémoire.
Car combien furent-ils, tout comme Abdesslem, à être enrôlés de force pour aller combattre au nom d'un pays qui n'aura finalement eu pour ses soldats qu'ingratitude et oubli.
Seconde guerre mondiale, Indochine, Abdesslem fera brillamment le grand chelem, tout étonné d'en avoir réchappé mais à quel prix. Celui du sang et de l'amoralité pour finalement devenir un mort parmi les vivants.
J'avoue avoir eu beaucoup de mal au tout début avec ce trait hachuré, un parti pris bien compréhensible au regard du sujet évoqué.
J'ai aimé ce parcours, celui d'un homme qui se sera sacrifié au nom d'un idéal qui le dépassait certainement de très loin.
A noter ce très beau livret de fin de récit évoquant la rencontre d'Alain Bujak et d'Abdesslem au bled une fois ce dernier rentré au pays, une province aimée qu'il n'aurait jamais dû quitter...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Under_the_Moon
  15 décembre 2017
Une bande dessinée reportage basée sur une enquête d'Alain Bujak à Dreux.
C'est dans un foyer qu'il rencontre Abdesslem, un marocain octogénaire discret qui attend patiemment que ses 9 mois de résidence passent pour aller retrouver sa famille dans les montagnes de l'Atlas.
Petit à petit, il se confie sur son passé de tirailleur pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d'Indochine.
Et les remerciements de la France, se résumant à ...rien.
Une bande dessinée très sobre, qui nous interpelle sur la solitude de cet homme mis aux oubliettes par l'armée française, et L Histoire qui a relayé cet oubli. L'alternance entre les planches sombres de la guerre de 1940, et la lumière très crue du foyer accentue ce contraste.
Malgré tout, j'ai trouvé que cette bande dessinée manquait d'intensité, si l'on compare par exemple à la BD Sang noir, bien plus travaillée au niveau des graphismes et du scénario.
Mais c'est certain, cet épisode peu glorieux de ce que la France a fait avec les indigènes de ce protectorat mérite qu'on s'y intéresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Gudulle
  02 janvier 2017
L'histoire d'Abdesslem, tirailleur marocain, rencontré dans une résidence sociale Adoma.
En 1939, il est berger dans les montagnes de la province de Taza lorsqu'il se fait enrôler de force par l'armée française. Il a 15 ans.
Il apprend la vie de soldat, la guerre. Il est fait prisonnier par les Allemands puis se retrouve à cultiver des champs en Auvergne.
Il retourne à Taza en 1942, part en Italie en 1944. C'est la bataille du Garigliano. Puis l'Indochine.
Il rentre au Maroc en 1951 après 3 engagements au service de la France. En 1954, il rend son uniforme pour vivre sa vie d'homme. Mais en 1956, la fin du protectorat français mène au gel des pensions des "indigènes".
Le besoin d'argent l'oblige ainsi à résider 9 mois par an en France pour bénéficier de son allocation vieillesse.
Les confidences d'Abdesslem faites à Alain Bujak sont magnifiquement retranscrites dans les dessins de Piero Macola. Tout en pudeur et simplicité comme le personnage principal de cet album.
Un bel hommage à ces soldats trop souvent oubliés et un beau reportage photo en fin d'album.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kanarmor
  16 janvier 2015
La France et ses « indigènes »
La République française n'a pas été des plus reconnaissantes envers ces hommes, venus des colonies et qui ont combattu dans les rangs de ses armées, lors des différentes guerres.
Cet album en est une preuve flagrante, d'autant plus marquant qu'il a été écrit à partir d'un témoignage.
Alain Bujak a rencontré Abdesslem dans un foyer Adoma (ex-Sonacotra) puis dans son pays d'origine, le Maroc. le vieil homme a raconté sa vie.
Enrôlé de force en 1939, il a vécu la 2de guerre mondiale –en tant que combattant et prisonnier), a combattu en Indochine.
Devenu âgé, pour pouvoir toucher une allocation vieillesse, il devait séjourner 9 mois sur 12 en France, loin de sa famille, dans la solitude d'une simple chambre. Absurdité et cruauté de l'administration française… Jusqu'au jour où il a décidé de finir ses jours chez lui parmi les siens. Et tant pis pour l'allocation.
Un témoignage émouvant d'un homme brinqueballé par les événements et manipulé tel une marionnette par les hommes. Un récit simple, pudique, alternant scènes du passé et du présent, avec des dessins crayonnés. L'auteur sait parfaitement rendre toute la grandeur et l'absurdité d'une vie sacrifiée, entre bruit et fureur des guerres et le silence du foyer, la paix de la montagne marocaine.
On peut rencontrer encore plus intimement Abdesslem grâce au reportage photographique présenté après la BD par l'auteur, quand il a rendu visite au vieil homme au Maroc.
Touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (3)
ActuaBD   02 septembre 2014
La douceur du trait de Piero Macola n’enlève rien à la force des images invoquées par le récit. L’atmosphère globale de l’album en fait un hommage poignant, conjuguant à la vie tourmentée et éprouvante d’une génération décimée et marquée par les blessures de l’histoire, cicatrices indélébiles, la chance d’un espoir omniprésent.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Telerama   06 août 2014
Portrait d'un anonyme qui se livre sans amertume, avec un regard rétrospectif précis, lucide, d'une remarquable justesse de ton. Dans cette trajectoire reconstituée dans les nuances d'un dessin pastellisé qui n'élude rien des moments tragiques, mais tient à distance le pathétique surjoué, on peut voir comme un concentré d'humanité blessée mais digne.

Lire la critique sur le site : Telerama
Auracan   20 mai 2014
Un cahier photographique d'une trentaine de pages complète opportunément ce récit bouleversant qui ne peut, pour un être normalement constitué, laisser indifférent.
À lire, instamment.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   18 novembre 2014
Partout au Maroc les enrôlements s'intensifiaient.
[En 1939] la France avait besoin de soldats et se servait généreusement dans son Empire colonial. Sans scrupules, sans états d'âme, sans se soucier du destin de ceux qu'elle appelait ses "indigènes".
Commenter  J’apprécie          100
marina53marina53   23 décembre 2014
Après tout, la seule chose dont on ne peut être privé, c'est du temps qui reste.
Commenter  J’apprécie          330
kanarmorkanarmor   16 janvier 2015
Huit ans que je servais dans l'armée, j'étais décidé à rentrer chez moi.
Mais comment dire non quand tu n'es qu'un simple soldat, un petit berger de montagne ?
Et puis la guerre d'Indochine avait été déclarée. J'étais obligée d'y aller.
Commenter  J’apprécie          10
CristieCristie   12 octobre 2014
"On ne faisait que marcher, creuser des trous, poser du fil barbelés, transporter du matériel, marcher des journées entières. Il n'y avait pas de combats. On attendait ; ça nous rendez nerveux. Le froid, la faim, la fatigue ..."
Commenter  J’apprécie          10
celosie77celosie77   20 mars 2017
Moi j'avais terminé mes quatre ans. Je voulais juste rentrer à la maison mais personne m'a demandé mon avis. Un officié m'a informé qu'on allait partir au combat et que j'étais engagé pour quatre années de plus.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Video de Alain Bujak (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Bujak
Sapeurs-pompiers, le secours au quotidien de Alain Bujak
autres livres classés : tirailleursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Alain Bujak (1) Voir plus