AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782754826334
152 pages
Futuropolis (24/06/2020)
4.22/5   34 notes
Résumé :
«C’est l’histoire méconnue d’un grand combat écologique gagné en France il y a 30 ans qui sert de modèle encore aujourd’hui dans de nombreux pays. De simples citoyens ont fait face aux grands lobbies et à la puissance politique et publique pour préserver le site naturel de Serre de la Fare, dans la vallée de la Haute Loire.
Alain Bujak est allé à la rencontre de ces hommes et ces femmes qui ont combattu ce projet de construction mais surtout qui ont su propos... >Voir plus
Que lire après L'eau viveVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
L'eau vive est un combat écologique afin de préserver la Loire comme le dernier fleuve sauvage d'Europe. Des habitants se sont insurgés contre la construction d'un barrage sur le fleuve décidé par le maire de Tours, un certain Jean Royer. Il s'agissait de sauver leurs villages et leurs terres qui auraient dû être englouti.

C'est un récit assez passionnant à découvrir. Quelques pages documentaires en fin d'album achèvent de nous imprégner de cette histoire assez peu connue. Il s'agit de préservation de sites naturels. Il s'agit également d'un combat entre la province et les élites parisiennes qui décident dans leur bureau de fonctionnaire de la vie de pauvres gens. Cependant, la Loire ne se laisse pas dompter.

On observera des planches de toute beauté avec des paysages de la Loire à couper le souffle. C'est vert, c'est coloré, c'est vivant. C'est tout simplement beau et on comprend pourquoi il faut sauver cela des grandes entreprises de bétonnage allié des politiques. Même le Prince Charles, futur roi d'Angleterre, a prit le parti de ces combattants qu'on a appelé « les indiens ».

On pourrait se dire que c'est encore une bande de militants écologiques contre le progrès. C'est vrai que cette idée m'a un peu traversé l'esprit au début de cette lecture. Cependant, il y a eu une évolution en cours de lecture.

Tout part d'un terrible drame en 1980 lors d'une crue de la Loire qui fera 8 morts et de nombreux dégâts. Il s'agissait d'apporter une réponse pour sécuriser les berges. La construction d'un barrage était la solution préconisée par l'Etat alors qu'il y en avait d'autres plus respectueuses de l'environnement. le combat aura quand même duré près de 30 ans.

J'ai bien aimé car le mouvement a été moins agressif qu'ailleurs pour d'autres combats avec un côté pacifiste très marqué. Il y a également une solution alternative crédible qui a été proposé par ce mouvement et du coup, cela a attiré toute mon attention notamment à la fin de ce documentaire. Bref, j'ai été convaincu par les arguments exposés. Cela a a d'ailleurs inspiré par la suite un modèle présent dans de nombreux pays.

A noter que cette BD est ponctuée de photos comme pour montrer qu'à la base, c'est réalisé à partir d'un documentaire. Cela donne un côté très authentique à cette oeuvre passionnée.

Au final, c'est bien de redécouvrir que l'action citoyenne peut influer sur le cours des événements et parfois il peut y avoir une issue favorable. Cela donne de l'espoir.
Commenter  J’apprécie          560
Il y a 30 ans, dans la vallée de la Haute Loire des citoyens lambdas se sont mobilisés contre la construction d'un barrage en proposant des solutions alternatives.

L'Eau Vive, c'est l'histoire racontée en BD - et en photos réeelles - de ce combat entre le petit David local et le géant Goliath national.

Au fil des pages, le lecteur suit le scénariste -et photographe Alain Bujak , à la rencontre des protagonistes de ce qui est un des premiers combats écologiques du XXe siècle.

Le récit de Bujak, accompagné par ses propres photographies de l'époque ainsi que par les belles planches de Damien Roudeau, racontent joliment l'engagement et la profonde détermination de ces hommes et de ces femmes de la vallée de la Loire naissante .
L'eau vive, c'est l'histoire d'un combat un peu oublié porté par les beaux traits de Damien Roudeau.
Une fiction pleine d'humanité et finalement assez optimiste sur la nature humaine
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          360
Il y a trente, la haute vallée de la Loire, à quelques kilomètres de sa source, était menacée par la construction d'un barrage. En occupant pendant cinq ans le site de Serre de la Fare, d'irréductibles opposants ont réussi à faire reculer les lobbies du BTP et les pouvoirs politiques. Cette bande dessinée raconte leur détermination à défendre des paysages naturels et une remarquable et rare biodiversité contre la course aux profits. Récit d'une victoire écologique.
(...)
Il est essentiel de conserver la mémoire des luttes, de se souvenir que rien n'est inéluctable, que la toute puissance de l'État peut parfois être entravée mais aussi qu'affronter le pouvoir est rarement une partie de plaisir. Ce récit montre clairement qu'une opposition à un projet n'est pas fondée sur d'égoïstes et passéistes raisons comme on aime à nous le faire croire, mais relève souvent du bon sens, qu'une concertation réellement démocratique aboutirait à des solutions plus adaptées et sans aucun doute délivrées des lobbies à la recherche de profits à tout prix.

Article complet sur le blog :

Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          200
Je ne connaissais pas ce combat.
C'est parce que nous avons une résidence journalistique au sein du collège cette année que j'ai découvert cette BD et cette façon de raconter un événement.
Les auteurs relatent le combat mené par quelques irréductibles (les habitants d'un village) et défenseurs amoureux de la Loire que j'ai appris ce que fût ce combat
(et qui persiste encore). Cette lutte a eu lieu il y a 30 ans et les habitants se sont opposés à la construction d'un barrage dans la haute vallée de la Loire.
Ce qui fait la particularité de cette BD, c'est qu'elle mélange des dessins de BD et de vraies photos de l'époque. Elle explique bien ce que furent lez enjeux, les débuts de WWF, les occupations d'un lieu, les risques qui persistent encore aujourd'hui par manque d'agriculteurs..bref tous les enjeux qui existent pour préserver un environnement naturel.

Commenter  J’apprécie          100
Alain Bujak lui a décidé de s'intéresser au collectif né dans la vallée de la Loire qui s'oppose à la construction du projet du barrage de Serre de la Fare mené par l'Etablissement Public d'Aménagement de la Loire et de ses Affluents (EPALA). Tout commence en 1983 avec le porte parole Jean Royer, maire de Rouen et qui préside l'EPALA qui répète à qui veut l'entendre que les barrages sont les seuls moyens pour protéger aussi bien les hommes que les biens de la fougue de la Loire. Peut-on s'attendre à un autre discours de sa part? Bien entendu, il n'y a qu'un seul projet de présenter car des élites ont tout bien étudié et qu'ils ont fait le bon choix en toute conscience. Par conséquent, on doit les croire et les soutenir. Ils savent ce qui est bon pour tout à chacun. Seulement, on sait bien que des intérêts pécuniers sont en jeu et cela en toute opacité. Sauf que sur place, les défenseurs de la nature et de l'environnement tire le signal d'alarme. Très vite, Jacques Adam est rejoint par des habitants, des pêcheurs, des randonneurs... Ensemble, ils créent un comité de Défenseuse SOS Loire Vivante et remettent en cause la déclaration d'utilité publique. En parallèle, le WWF et France Nature Environnement créent le comité Loire Vivante en 1986. A partir de là, une vraie lutte se met en place avec le blocage des premiers engins de chantier. Et aussi la guerre des informations car viennent des spécialistes qui apportent d'autres données contradictoires et qui souligne les failles des études publiques.
Ils s'organisent pour donner du crédit à leur démarche qui n'est pas juste des hippies qui se rassemblent pour le principe d'être ensemble quelque part comme on l'entend encore de nos jours. Comme si avoir des convictions n'allant pas dans l'intérêt de l'état et des lobbies étaient par défaut inappropriées. Il fallut attendre 1991 l'annulation de la déclaration d'utilité publique par le tribunal administratif de Clermont-Ferrand et l'annulation des barrages pour le gouvernement. Car l'émulation a aussi fait une proposition sérieuse pour préserver l'environnement et la biodiversité et elle sera retenue. Comme quoi les idées peuvent venir aussi d'ailleurs quand on choisit de prendre un autre prisme. Pour ce qui est de limiter les permis de construire dans des zones inondables par les élus, on n'en saura pas grand chose. Par contre, on se doute que cela ne changera rien. Dans la balance bénéfice risque, le bénéfice gagne souvent, voir toujours. Même si le mouvement citoyen à gagner, il faut rester toujours vigilant. Un récit inspirant, fort qui prouve que l'union peut vraiment faire l'affaire. Damien Rondeau grâce à ces couleurs apportent beaucoup d'humanité et de douceurs au récit. Il le rend vrai et vivant. Les quelques photos du scénariste prouve que ce n'est pas une vision d'artiste proposée mais une retranscription fidèle de la nature et des ces activistes.


Lien : https://22h05ruedesdames.com..
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
SudOuestPresse
01 février 2021
Coule dans « L’Eau vive » une vraie source d’espoir, servie par un graphisme puissant dans lequel s’invite parfois la photographie, toujours nichée à bon escient.
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dans les années 70, la plupart des grands fleuves européens, le Rhin, le Danube, le Pô, sont "rectifiés": leurs cours sont aménagés, barrés, canalisés à grands coups de rives bétonnées.
Commenter  J’apprécie          111
Un jour... hop, les voilà qui partent chercher du bois pour construire ce qui deviendra notre quartier général.
Je ne sais plus comment ça s'est fait, mais on a récupéré un piano, et le soir les discussions se terminaient en musique.
Il y avait une joie de participer à une belle résistance citoyenne, et d'oeuvrer, chacun à son échelle, pour le bien commun.
Commenter  J’apprécie          10
La Loire ne se laisse pas dompter !
Commenter  J’apprécie          160
L'occupation du site, si elle était illégale, était légitime !
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Alain Bujak (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Bujak
C'est l'histoire de l'un des premiers combats écologiques gagnés en France. En 1986, la construction du barrage de Serre de la Fare est annoncée afin d'aménager le bassin versant de la Loire. Alain Bujak rencontre les opposants au projet au sein de l'association Loire vivante, qui soumettent alors des solutions alternatives. Au bout de six ans de combats, ils parviennent à le faire annuler et à mettre en place un projet d'aménagement fondé sur leurs propositions. Mené par ceux qui furent surnommés les « Indiens », ce combat vous mènera aux sources de la Loire, il y a 30 ans. Et il sert encore de modèle aujourd'hui. Sortie le 16 septembre !
+ Lire la suite
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (89) Voir plus




{* *} .._..