AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gérard Guégan (Traducteur)
ISBN : 2246290120
Éditeur : Grasset (01/06/1989)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 87 notes)
Résumé :
Mieux que tout discours les titres de certains poèmes de ce recueil donnent le ton :
"J'ai trop souvent vu des clodos aux yeux vitreux",
"Mettez en veilleuse votre cul, votre tête et votre cœur",
"Un poème pour une vieille femme aux dents gâtées",
"La nuit où j'ai baisé mon réveille-matin".
Attention : la liqueur est très forte.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ericbo
  01 octobre 2018
Du très grand Bukowski ! On le découvre sentimental dans ses relations avec les femmes (mais oui !) et sur la vie en général. Avec un regard aigu sur les exclus de la société, comme d'habitude. La forme poétique l'oblige à plus de concision que ces autres récits et le pathos survient là où on ne l'attend pas. La chute est souvent terrible. C'est également un Bukowski plus désabusé mais aussi peut-être plus authentique qui s'offre à son lecteur. Un des plus grands écrivains et poètes du XXe siècle ! Après avoir découvert les poèmes de Genet, je suis un lecteur comblé et heureux. Car parfois, il m'arrive dans mes moments de déprime, de penser, bien présomptueusement, d'avoir fait le tour de la littérature. Dans ces moments là, lire un poème de Buko vous remet de la sérotonine dans les synapses ! A lire sans modération.
Commenter  J’apprécie          302
Minuit_Treize
  01 mars 2017
Aujourd'hui était une belle journée, ce qui est assez rare pour être souligné. Belle, parce-que j'ai pu enfin m'offrir "L'amour est un chien de l'enfer". J'en ai presque eu la larme à l'oeil, aussi excitée qu'une bonne soeur devant la sacro-sainte Bible. Sauf que la mienne de Bible, elle suinte le cul, le sperme, la cyprine et l'alcool. Entre autres. Ca pue le désespoir et la mélancolie, aussi. Avec parfois.. parfois, une lumière au bout du tunnel.
Je m'imagine bien un type un peu déglingué, ou une nana complètement défoncée, me faire la lecture de mes favoris, au hasard "L'écrasement" ou bien "Seul avec tout le monde", sans oublier "Le fou m'a toujours aimé" et "Mélancolie".
Ouais je nous imagine bien étendu(e)s au sol ou sur le lit froissé, nu(e)s et transpirant(e)s, une mèche de cheveux collée au front et les yeux brillants, aux quelques vaisseaux éclatés, après avoir salement joui. Un verre de vin pour moi, puis toi et ton cendrier qui dégueule juste à côté. J'imagine cette voix un peu cassée mais chuchottant presque, me lire doucement et tranquillement.
Un moment d'éternité après notre petite mort.
Après avoir baisé mon cul, baise-moi l'âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
SBys
  16 août 2018
J'étais trop bourré pour retrouver ma voiture et
je n'avais d'ailleurs aucune idée de l'endroit où je l'avais garée
1h15 de la nuit
j'ai titubé jusqu'à l'arrêt de bus
Par chance, sur le banc
il y avait une bière à moitié vide abandonnée
je la bois
chaud, mais pas mauvais
j'avais L'amour est un chien de l'enfer
dans l'une des poches de ma veste
J'en avais lu la moitié, de la poésie
Le grand Bukowski
un caleçon sale
une hystérique qui téléphone à 2h30 du matin
ou 3h30
les courses de chevaux
comment devenir un grand écrivain
de la bière, Beethoven, la 5e, et encore de la bière…
Le trajet sera certainement moins long
en compagnie de ce vieux Hank
Il a presque personne dans le bus
Je m'installe et commence ma lecture
Mélancolie
Je lève les yeux et voit
une dame bien en chair qui entre
avec un caddie et
vient s'installer à mes côtés
Je fais comme si rien n'était
Je continue ma lecture
Elle s'applique une nouvelle couche de rouge à lèvres
Mord dans un papier mouchoir
Elle s'ennuie
Je sens qu'elle me regarde
Je jette un oeil
elle détourne la tête
Je replonge dans ma lecture
sans vraiment lire
Elle a une tâche entre les deux seins
ou fait comme si
Je n'ose pas vérifier
Elle lèche le bout de son doigt et tente d'enlever la tâche
Elle frotte
Vigoureusement
Ces deux seins ballotent
Elle me regarde pour être sûre que je ne manque rien de sa manoeuvre
J'arrête ma lecture
Je dépose le livre sur mes genoux
Les poèmes attendront
Hank aurait certainement apprécié le spectacle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Minuit_TreizeMinuit_Treize   15 décembre 2016
L'écrasement

trop grand
trop petit

trop gros
trop maigre
ou rien du tout.

rire ou
larmes

haineux
amoureux

des inconnus avec des gueules
passées
à la limaille de plomb

des soudards qui parcourent
des rues en ruines

qui agitent des bouteilles
et qui, baïonnette au canon, violent
des vierges

ou un vieux type dans une pièce misérable
avec une photographie de M.Monroe.

il y a dans ce monde une solitude si grande
que vous pouvez la prendre
à bras le corps.

des gens claqués
mutilés
aussi bien par l’amour que par son manque.

des gens qui justement ne s’aiment
pas les uns les autres
les uns sur les autres.

les riches n’aiment pas les riches
les pauvres n’aiment pas les pauvres.

nous crevons tous de peur.

notre système éducatif nous enseigne
que nous pouvons tous être
de gros cons de gagneurs.

mais il ne nous apprend rien
sur les caniveaux
ou les suicides.

ou la panique d’un individu
souffrant chez lui
seul

insensible
coupé de tout
avec plus personne pour lui parler

et qui prend soin d’une plante.

les gens ne s’aiment pas les uns les autres.
les gens ne s’aiment pas les uns les autres.
les gens ne s’aiment pas les uns les autres.

et je suppose que ça ne changera jamais
mais à la vérité je ne leur ai pas demandé

des fois j’y
songe.

le blé lèvera
un nuage chassera l’autre
et le tueur égorgera l’enfant
comme s’il mordait dans un ice cream.

trop grand
trop petit

trop gros
trop maigre
ou rien du tout.

davantage de haine que d’amour.

les gens ne s’aiment pas les uns les autres.
peut-être que, s’ils s’aimaient,
notre fin ne serait pas si triste ?

entre-temps je préfère regarder les jeunes
filles en fleurs
fleurs de chance.

il doit y avoir une solution.

sûrement il doit y avoir une solution à
laquelle nous n’avons pas encore songé.

pourquoi ai-je un cerveau ?

il pleure
il exige
il demande s’il y a une chance.

il ne veut pas s’entendre dire :
« non. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
SpilettSpilett   03 juillet 2016
MAIS QUI EST DONC TOM JONES ?

j’étais enfermé depuis
deux semaines avec une
fille de 24 ans qui arrivait
de New-York – à peu près
le temps qu’une poubelle se
mette à marcher toute seule, quand

une nuit mon ex de 34 ans
est arrivée et
m’a dit : « je veux voir
ma rivale. » texto, et elle
a ajouté : « oh,
mais c’est une petite chose charmante ! »
mais je savais que ce qui allait suivre
ressemblerait davantage aux hurlements des
chats sauvages – bave aux lèvres et toutes
griffes dehors, animal blessé et gémissant,
sang et urine…

j’avais bu et j’étais en
caleçon. j’ai essayé de
les séparer et je suis tombé,
me déboîtant le genou. ensuite
elles ont poursuivi leur cinéma
dehors en transformant
la rue en champ de bataille.
des cars bourrés de flics
sont arrivés. un hélicoptère de la police
surveillait la scène depuis en haut.

j’étais dans la salle de bains
et je me tirais des grimaces dans le miroir.
ce n’est pas si souvent qu’à
55 ans de telles choses aussi
stupéfiantes vous arrivent,
c’est encore plus bonnard
que les émeutes de Watts.

celle qui avait 34 ans est rentrée
la première. elle s’était
pissé dessus et
sa robe était déchirée
et deux flics la suivaient
qui voulaient savoir
pourquoi on en était arrivés là.

j’enlevai mon caleçon
pour essayer de leur expliquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SpilettSpilett   22 juillet 2016
NOUS GOÛTERONS AUX ÎLES ET A LA MER

je sais qu'une certaine nuit
dans une certaine chambre
mes doigts
caresseront
bientôt
une douce
et claire
chevelure

il y aura des chansons comme aucune radio
n'en a joué

avec de la tristesse partout, et
tout ça se mélangera.
Commenter  J’apprécie          320
MacabeaMacabea   07 décembre 2016
Dinosauria, we

born like this
into this
as the chalk faces smile
as Mrs. Death laughs
as the elevators break
as political landscapes dissolve
as the supermarket bag boy holds a college degree
as the oily fish spit out their oily prey
as the sun is masked

we are
born like this
into this
into these carefully mad wars
into the sight of broken factory windows of emptiness
into bars where people no longer speak to each other
into fist fights that end as shootings and knifings

born into this
into hospitals which are so expensive that it’s cheaper to die
into lawyers who charge so much it’s cheaper to plead guilty
into a country where the jails are full and the madhouses closed
into a place where the masses elevate fools into rich heroes

born into this
walking and living through this
dying because of this
muted because of this
castrated
debauched
disinherited
because of this
fooled by this
used by this
pissed on by this
made crazy and sick by this
made violent
made inhuman
by this

the heart is blackened
the fingers reach for the throat
the gun
the knife
the bomb
the fingers reach toward an unresponsive god

the fingers reach for the bottle
the pill
the powder

we are born into this sorrowful deadliness
we are born into a government 60 years in debt
that soon will be unable to even pay the interest on that debt
and the banks will burn
money will be useless
there will be open and unpunished murder in the streets
it will be guns and roving mobs
land will be useless
food will become a diminishing return
nuclear power will be taken over by the many
explosions will continually shake the earth
radiated robot men will stalk each other
the rich and the chosen will watch from space platforms

Dante’s Inferno will be made to look like a children’s playground
the sun will not be seen and it will always be night
trees will die
all vegetation will die
radiated men will eat the flesh of radiated men
the sea will be poisoned
the lakes and rivers will vanish
rain will be the new gold

the rotting bodies of men will stink in the dark wind

the last few survivors will be overtaken by new and hideous diseases
and the space platforms will be destroyed by attrition
the petering out of supplies
the natural effect of general decay

and there will be the most beautiful silence never heard

born out of that.

The sun still hidden there
awaiting the next chapter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
maddiemaddie   09 octobre 2015
qu'est-ce qui ne va pas
avec
tous ces gens qui attendent
en buvant
du café ? je voudrais
leur redonner
une chance. ils en ont
besoin. ils en ont plus que moi
besoin.

je m'assieds dans les bistrots
et je les observe tandis
qu'ils attendent. je suppose
qu'il n'y a rien d'autre
à faire.
les mouches volètent
de ci de là
et nous sirotons notre
café sans nous regarder
les uns les autres. comme
eux j'attends.
entre le va-et-vient
des mouches
les gens passent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Charles Bukowski (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Bukowski
Le dernier verre, Charles Bukowski Lecture par Georges Claisse
Dans la catégorie : Poésie américaineVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Poésie américaine (87)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur la vie et l'oeuvre de Charles Bukowski

Charles Bukowski, écrivain américain d'origine allemande est auteur ...

De romans
De poésie
De délits alcoolisés
Les trois

7 questions
411 lecteurs ont répondu
Thème : Charles BukowskiCréer un quiz sur ce livre