AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Lederer (Traducteur)
ISBN : 2253146331
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1999)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 78 notes)
Résumé :
L’enfance, Los Angeles, le vin, les bistrots, la solitude, le sexe, les rêveries, la vie désaxée, chaotique, triviale, tour à tour comique et tragique : tels sont les thèmes que l’on retrouve dans ce livre, le dernier publié par l’auteur de Pulp et du Journal d’un vieux dégueulasse, mort en 1994.
Récits et nouvelles en prose alternent avec des poèmes aux rythmes saccadés. Les personnages sont les copains de saoulerie, les femmes, les serveuses, les employés, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
SBys
  26 décembre 2018
Henry, Hank, Chinaski, peu importe le nom qu'on lui donne, on le reconnait entre mille ce vieux Bukowski, même au bout de la route, il ne lâche jamais l'affaire. Même célèbre, il a toujours les yeux vitreux, qui scintillent, à cause de l'alcool et de son air vicieux. Dans le ragoût du septuagénaire, le lecteur revoit tout ce qu'il a déjà vu. Plus tendre disent certains, le ragoût a longtemps mijoté, il est moins saignant, ça s'est sûr. Il y a même une ou deux nouvelle (par exemple, une journée) où Buko se prend d'empathie pour ses personnages, à tel point qu'on a le sentiment de lire Carver. Mais pour la plus grande partie, on retrouve la même rengaine, avec les mêmes vieux thèmes qu'on lui connait : les courses, le vin, les bistrots, la solitude, les femmes. Il y a quelques nouvelles qui m'ont rappelé Souvenirs d'un pas grand-chose, dans une autre, j'ai retrouvé une scène semblable à Hollywood, une rencontre dans une banlieue paumée, et une autre encore, Une nuit en ville, j'me demande même si je ne l'ai pas déjà lue à quelque part, dans l'un de ses contes.
La question que je me pose, après cette lecture, et toutes les autres, c'est pourquoi j'aime tant ce vieux dégueulasse. Pourquoi je le suis depuis sa tendre enfance, lorsqu'il se faisait taper dessus par son père, pour un gazon mal coupé, et encore lorsqu'il devienne célèbre, avec sa BMW, et qu'on le paye pour ses lectures et pour adapter ses nouvelles au cinéma ? Pourquoi l'avoir suivi comme postier, ou dans ses longues journées au champ de course, au ring de boxe, et à la toute fin au stade de baseball ? Dans son attachement pour Céline, Hemingway, Fante, et Sherhood Anderson et que dire de toutes ses histoires de femmes, d'alcool, d'écrivains célèbres, et j'en passe.
Il y a le style, court, décapant, que l'essentiel. L'humour. le je-m'en foutiste. Ses obsessions. C'est certainement un tout, un bon dosage, mais il a quelque chose d'autre. C'est difficile à bien cerner, mais il a surement son manque d'ambition et sa capacité à encaisser, jamais s'esquiver. On le sait, même si la vie ne l'a pas épargné, il n'a jamais eu l'idée de faire payer quelqu'un d'autre à sa place. Une sorte de dignité dans la dèche.
Bukowski, c'est le boxer qui encaisse, ne frappe jamais très fort, mais qui aime bien se moquer de son adversaire, lui lancer quelques insultes, jusqu'à parvenir à semer le doute dans son esprit. Après avoir été quelques fois mis au tapis, il se relève encore, et n'abandonne jamais. Il tient les 10 ou 12 rounds contre des bien plus costauds que lui. Il n'a pas peur.
Si Bukowski était un pur sang alors, avant même d'entrer dans le stalle, il aurait été celui qui chercherait à mordre, qui aurait agité la tête, le sang dans les yeux. Il commencerait la course avec un trot qui ne donnerait pas confiance pour celui qui aurait mis 2€ sur sa tête. Il serait effacé. À l'intérieur, pour s'économiser. C'est seulement à la fin du premier mile que l'on remarquerait son allure. Gracieux, léger. Les autres auraient l'air de faire du surplace, d'être arrêtés. À l'arrivée, le cheval-Bukowski serait toujours derrière (ce n'est pas un cheval gagnant ! ), mais il continuerait à courir, encore plus vite, sur le deuxième tour, lorsque ça ne compte plus, pour nous faire comprendre que toutes ses règles sont arbitraires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Butterflies
  06 août 2019
Le résumé de l'éditeur exprime parfaitement les thématiques du livre mais il ne dit pas tout comme toujours. Charles Bukowski, le personnage Chinaski que l'on croise dans "Sur la route" de jack Kerouack. Quel plaisir de le retrouver ici et d'en découvrir davantage sur cet homme si singulier. Il prend les traits de l'écrivain Chinaski mais aussi ceux de henry, de Hank ou encore de Larry. On le reconnait toujours. Clochard une bonne partie de sa vie, alcoolique et écrivain. Une enfance douloureuse dont il ne confie qu'un chapitre dans ce livre mais on apprend beaucoup sur sa vie, ses aspirations, son caractère tranquille, son quotidien, ses aventures en tant que border-line. Un récit présenté sous forme de nouvelles donc et entrecoupé de poésies. le lecteur ne s'ennuie jamais et a toujours envie de lire la suite. La galerie des personnages est humaine avec ses défauts et ses qualités, dans une écriture, qui ne prend pas de pincettes, précise, qui décrit ce qui n'est pas beau ni enchanteur mais réel dans le monde de Bukowski et d'autres.
Bertrand Leclair a dit de ce roman dans Les Inrockuptibles : "Ce ragoût pourrait bienêtre le meilleur livre de Bukowski en ce qu'on n'a pas souvenir de l'avoir jamais lu aussi sincère et précis dans son écriture aussi radicalement asociale".
Pour ma part, j'ai aimé la recette. Savouré les 446 pages en 2 jours en prenant mon temps. Un ami me la ventait, je l'en remercie. Il me décrivait le personnage peu ragoûtant (alcoolique, asocial, vie chaotique et désaxée, seul, ..) et j'étais pas très enthousiaste au début ... Comme quoi, Adopté.
Son style tranquille, son humour, même dans les situations les pires font qu'on s'attache à ce personnage déjanté et hors normes au grand coeur. Lorsqu'il n'a plus un sous en poches mais donne quand même ses dernières pièces à deux clochards ou encore lorsque Diana appelle au milieu de la nuit Harry pour lui gueuler dessus car elle est tombée en panne et là, il va aller de galère en galère pour elle mais ne va jamais la laisser tomber malgré ses angoisses et va assurer pour elle et gérer chaque problème les uns après les autres. Un homme qui est heureux d'un rien et pour peu nous donnerait des leçons de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mondidi
  24 août 2017
Ce que j'ai lu de meilleur de Bukowski, ses nouvelle largement auto biographique parle plus d'écriture que d'alcool comme dans ses contes par exemple
Commenter  J’apprécie          10
Duluoz
  28 juin 2017
Quoi de plus simple qu'un ragoût pour faire bouillir la marmite; on n'en voudras pas à ce vieux Bukowski pour cela!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   07 janvier 2017
La cause et l’effet

les meilleurs meurent souvent de leur propre main
juste pour se libérer
et ceux qui restent
ne comprennent jamais vraiment
pourquoi
on voudrait
se libérer
d’eux
Commenter  J’apprécie          480
MarcPruvostMarcPruvost   24 septembre 2013
Harry lança un regard sur les conducteurs des voitures. Ils paraissaient malheureux. Le monde était malheureux. Les gens étaient dans le noir. Terrifiés et déçus. Pris au piège. Sur les nerfs et sur la défensive. Ils avaient le sentiment d'avoir gâché leur vie. Et ils avaient raison.
Commenter  J’apprécie          60
MarcPruvostMarcPruvost   24 septembre 2013
Tous je suppose, ont
leurs bizarreries
mais dans leurs efforts pour paraître
normal
aux yeux du
monde
Ils les dominent
et ainsi
étouffent leur
originalité.

J'ai gardé la mienne
et je pense sincèrement qu'elle
a généreusement contribué à mon
existence.
Commenter  J’apprécie          60
MarcPruvostMarcPruvost   30 mai 2013
La chose importante est la chose évidente que personne ne dit.
Commenter  J’apprécie          140
SBysSBys   24 décembre 2018
On arriva près du vestiaire et là, je commençai à me sentir riche et, permettez-moi de vous dire que quand on commence à se sentir riche, on marche autrement, on parle autrement et même les doigts de votre main se mettent à réagir autrement.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Charles Bukowski (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Bukowski
Le dernier verre, Charles Bukowski Lecture par Georges Claisse
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur la vie et l'oeuvre de Charles Bukowski

Charles Bukowski, écrivain américain d'origine allemande est auteur ...

De romans
De poésie
De délits alcoolisés
Les trois

7 questions
455 lecteurs ont répondu
Thème : Charles BukowskiCréer un quiz sur ce livre