AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Hugo


Hugo
  10 novembre 2014
Papa, maman et BuKo dit Chinaski allemand d'origine tentent la misère américaine des années trente en immigrant dans la pauvreté de Los Angeles avec beaucoup de réussite : pas de travail, pas d'argent, une vie sinistre, et un gosse à nourrir et à battre un peu aussi. Buko était moche, paumé, perdu dans limbes de l'alcool pas cher, et il le savait, après il a écrit des livres marrant sur sa vie de merde… J'aime beaucoup sa plume, son style, il n'écrit pas en victime, il écrit sa vie avec dérision et cynisme…

J'ai adoré ce bouquin...

Moi l'alcool je n'aime pas ça, ça me rappelle trop mon père allongé sur le parquet qui me répétait souvent que maman est une salope, alors je n'ai pas insisté pour me faire gerber le weekend, quand je l'accompagnais dans les cafés prendre une bière ou vin(gt), et un baby pour la route, moi je commandais un Indien « s'il vous plait monsieur »

- Un quoi qu'il me disait le Barman ?
- Un indien avec de l'Orangina et de la Fraise

Alors le Barman y gueulait un indien pour le cowboy et tous les intellos de comptoirs se marraient…

- Il est pas comme son père, il boit pas « ahhh ahhha ahahaha ahhaaa »… qu'il braillait le mien

Ils ont énormément d'humour les poivrots, faut pas croire...

Quand les « ahhh ahhha ahahaha ahhaaa » débarquaient, je savais qu'il en tenait déjà une bonne, bientôt les chattes, les bites, les culs, les nichons feraient leur entrée pour m'expliquer que la branlette c'est bien mais que la baise c'est mieux… « ahhh ahhha ahahaha ahhaaa »

- Putain mais j'ai 11 ans connard…
- Ah ouais déjà, t'es haut comme trois bites à genou, je te croyais plus jeune « ahhh ahhha ahahaha ahhaaa »


Petit j'ai demandé à ma mère ce que faisait mon père comme boulot : « Pilier de comptoir » qu'elle m'a répondu… Ça avait l'air cool, alors moi aussi plus grand j'avais décidé que je serai pilier de quelque chose… après j'ai changé avec ninja, et puis finalement la réalité a anéantie mes rêves de de faire du « Kung fu » en pyjama…

Enfin bref, mes copains n'y comprenaient rien à mes névroses… Par contre le chiite je trouvais que ça avait bon gout donc les potes m'ont gardé dans leur groupe de gros branleur, faut dire qu'ils n'avaient pas des têtes d'enfants de choeur et ils n'écoutaient pas Céline Dion faire des « Newww », des « far » et des « werever your are » sur le « Titanic » coulé trop jeune par un iceberg un peu taquin.

A l'époque j'étais encore plus petit, j'avais une tête de bouffeur d'eucharistie, avec des lunettes trop classe qui mon donnaient un air de premier de la classe… Faillait bien que je me trouve un truc interdit à faire pour être accepter par la bande de bras cassés avec qui je voulais trainer… Coup de chance j'avais la fumette rigolote, et je roulais bien les deux feuilles, j'effritais comme un dieu et je tirais comme un malade, franchement je me suis bien marré, on enchainait les bédos le samedi après midi et le soir tard en écoutant du bon NTM, de très bons souvenirs jusqu'au jour ou…

J'ai gerbé toute ma honte sur un arbre dans un parc public squatté pas des petits bambins trop choupinou qui se foutaient de ma gueule à me voir vider la mienne à coup de spasmes violents qui n'en finissaient pas de me faire pleurer des yeux… et même à 16 piges tu connais la honte et là je n'étais pas très fier de ce « bad trip » qui avait signé l'arrêt définitif de la drogue, complètement écoeuré….

Donc me voilà complètement sobre, jamais d'alcool la fumette en moins, ma vie de gangsta prenait un sérieux coup dans l'aile, mes potes me trouvaient moins marrants d'un coup, moi je les trouvais de plus en plus glauque, ils s'enfonçaient dans la délinquance alors que moi j'en sortais, petit à petit le fossé s'est creusé, et un soir un mec me dit les yeux mi clos entre deux mondes :

« T'es trop chelou comme mec… »

Ce jour là j'avais compris qu'il était temps de passer à autre chose, finalement je ne suis jamais retourné les voir… Aujourd'hui on se croise, certains ont bien tourné, d'autre beaucoup moins, il est resté un noyau dur de cette époque, une vraie bande de potes dont je ne fais plus partie juste parce que j'étais un mec chelou…

La vie des fois c'est chelou quand même

A plus les copains…
Commenter  J’apprécie          5212



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (49)voir plus