AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de le_Bison


le_Bison
  20 janvier 2015
« Souvenirs d'un pas grand-chose ». le pas grand-chose, cela aurait pu tout à fait être moi. Pour cette raison peut-être que je m'y suis senti bien dans ce nouveau Bukowski, aussi bien que dans un caleçon porté cinq jours de suite. Parce qu'en fait de pas grand-chose, il n'en est pas vraiment question puisqu'il s'agit du grand Hank Chinaski alias Charles Henri Bukowski ou tout autre pseudo qui lui convienne. Bref, d'un type bien, au coeur tendre, d'un gars émouvant qui se raconte, au moment de l'enfance et de l'adolescence.

Débuts des années trente, la Grande Dépression et la misère. Une époque idéale pour bien galérer dans la vie. Avec, en plus, un paternel au chômage mais qui fait semblant d'aller travailler à la même heure tous les matins, juste pour ne pas montrer à ses voisins la merde qu'il est. Car il en est bien une, de grosse merde. du genre à haïr pendant au moins neuf vies. Après tout, on n'est pas obligé d'apprécier les séances de fouet au ceinturon dans la salle de bains. Quel gros con, ce vieux. Qu'est-ce qu'il m'a fait chier jusqu'au jour où il a compris que je pouvais lui en mettre une et l'allonger d'un crochet du gauche à lui faire défiler les étoiles dans sa tronche.

Mais l'école n'est pas la panacée non plus.
Là-bas aussi, le milieu est rempli de connards et de prétentieux qui pètent plus hauts que leur trou de balle. Autant dire que Hank va vite se retrouver âme solitaire et souffre-douleur d'une grande majorité de ses camarades. Après quand on a la gueule grêlée de toute part par l'acné, pas facile de se faire des amis ou d'emballer des nanas, même si la queue est grosse. Peut-être que, moi-même, lui aurai-je jeté des canettes vides à la face. Ne parlons pas des pierres.

Tous ces souvenirs ne respirent pas le bonheur, aucune marque d'enchantement signe de l'enfance, aucun instant de désir signe de l'adolescence. Juste des moments de profondes solitudes et de rage. Mais pas d'apitoiement non plus. La vie est ainsi faite et de cet isolement social, il en ressortira plus fort. D'abord, parce qu'il se réfugiera dans les livres. Puis avec l'âge, il découvrira le grand bonheur de la bière et du vin. Ah le vin ! Sans lui, il ne serait pas devenu ce qu'il est. Un grand écrivain, qui parle de l'humanité au sens noble du terme. Parce que ne nous trompons pas, derrière ses mots un peu crus et cruels, Bukowski a une âme, bel en plus.

Chaque jour, j'en apprends donc un peu plus sur l'homme qui se cache derrière ces mots et ses livres. Derrière un nouveau bouquin, qu'il soit composé de nouvelles ou de récit autobiographique, je découvre l'homme, ce gamin meurtri des années trente qui a survécu à son époque, qui s'est trouvé – chose inespérée au début de sa vie – un talent, celui d'écrire de l'émotion avec des mots simples, des phrases de la vie parsemée de vin et de cuisses.

« Souvenirs d'un pas grand-chose », de la merde des furoncles et pas grand-chose.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
Commenter  J’apprécie          278



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (27)voir plus