AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Livrepoche


Livrepoche
  30 juin 2016
Recueil posthume de textes assemblés par David Stephen Calonne, Un carnet taché de vin retrace en près de 500 pages ce que peut être Charles Bukowski, de 1944 à 1991. Voila donc un large éventail de cet artiste de la littérature, un auteur atypique et inclassable.

J'ai déjà lu quelques oeuvres de Bukowski, recueils ou roman (notamment Pulp, chroniqué sur le blog), et je me faisais une idée plutôt naïve de cet auteur, pensant que ce qui était écrit à la première personne était en quelque sorte une forme de vérité. Les textes de fiction se superposant avec le personnage public qu'il était.

Pourquoi le sceptique que je suis habituellement, s'est-il aveugler de la sorte? Je pense que je me suis fait avoir car la comédie de l'auteur se superposait si bien avec celle de ses personnages qu'il ne pouvait être possible de croire autre chose sans aller fouiller plus loin dans l'ensemble des récits, préfaces, plaidoyers ou correspondances que l'auteur a tenu. D'autant que cet image d'alcoolique obsédé et totalement je m'en-foutiste n'était pas très valorisante.

Et si l'alcoolisme, la dépravation, une certaine fainéantise pouvait définir ses personnages « doubles » comme lui-même la réalité s'avère beaucoup plus complexe et bien mis en lumière par Un carnet taché de vin.

La finesse de Charles Bukowski en terme d'esthétisme semble être la matrice de son oeuvre, son oeuvre s'élargissant jusqu'à sa vie (ou ce qu'il souhaitait laisser penser). J'ai découvert un être amoureux total des belle choses et de sa liberté, adorant la musique classique, grand lecteur, féru de poésie et poète lui-même, en quête d'un idéal, en quête d'absolu. Bukowski s'avère très complexe à saisir.
Lire la suite sur le blog…
Lien : http://livrepoche.fr/un-carn..
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus