AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Piélat (Traducteur)
ISBN : 2264041560
Éditeur : 10-18 (20/10/2005)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Le district numéro 8 de Bangkok présente un sacré bestiaire humain : épaves crackées, ex-Khmers rouges dealers d'amphés, transsexuels et autres filles de joie... Un folklore dont l'inspecteur Sonchaï Jitpleecheep n'a aucun mal à maîtriser les codes. Ce métis, fruit de l'amour hasardeux entre un G.I américain et une fille des bars thaïs, a d'ailleurs choisi une méthode d'investigation bien particulière : c'est Bouddha qui l'inspire et le guide dans ses enquêtes. Et m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
HannibalLectrice
  05 juillet 2014
Une seule onomatopée me vient à l'esprit pour qualifier ce livre, WAOUHHH !! Parfois, certains livres, par leurs qualités nous font perdre nos moyens, ici, celui de trouver les qualificatifs appropriés. Alors, pour faire simple, je dirais qu'électrisée je fus par le personnage de Jitpleecheep, qui devient flic malgré lui afin d'améliorer son karma, par la qualité, le style et le rythme de l'écriture, par l'originalité des personnages et de l'histoire, par la philosophie qu'est le Bouddhisme, tout au long du livre, l'auteur, à travers les personnages met en exergue, et ce en usant de stéréotypes ironiques les différences sociales et culturelles entre les Orientaux et les Occidentaux, par le ton humoristique employé et enfin par le dépaysement total qu'il m'a procuré......

Je ne saurais que trop vous le recommander.... Magistral!
Commenter  J’apprécie          218
BMR
  06 août 2007
Ceux qui ont aimé le voyage en Chine avec les polars de Qiu Xiaolong à Shanghaï, peuvent prendre sans hésiter un ticket pour la Thaïlande avec Bangkok 8 de John Burdett.
Un polar intelligent écrit par un britannique, visiblement tombé amoureux du pays thaï : on plonge avec fascination dans l'enfer du district n° 8 du L.A. asiatique, Krung Thep, ses charmes, sa corruption et ses trafics de drogue, de sexe et de jade ...
Et c'est avec un humour plutôt finaud que J. Burdett décrit par le menu la vie thaï en général (du moins la vie à Bangkok) et celle de l'inspecteur Sonchaï en particulier, un métis bouddhiste (quelque part entre moine et flic) qui doit faire équipe avec une envoyée du FBI.
Le choc des cultures est mis en scène avec tout ce qu'il faut d'ironie et d'esprit pour faire de cette enquête un agréable voyage à la découverte des us et coutumes thaïs : cuisine, religion, corruption, prostitution, superstition, fascination et répulsion pour l'occident, ... du moins jusqu'à la seconde moitié du livre où l'horreur criminelle reprend ses droits (c'est quand même un polar et on est quand même à Bangkok !) avant un dénouement typiquement asiatique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
marie_amelie
  23 avril 2019
Dans ce polar assez noir, l'auteur anglais John Burdett nous emmène dans les bas-fonds de Bangkok, où règnent prostitution, drogue (la « ganja », cannabis et la « yaba », méthamphétamine) et corruption. Son détective, l'incorruptible inspecteur Sonchaï enquête sur l'assassinat (assez spectaculaire) d'un Marine américain, au cours duquel son « frère de coeur » Pichaï a également été tué. Il reçoit l'aide d'une enquêtrice du FBI, Kimberley Jones, dont c'est la première mission en Thaïlande. Sombre thriller à l'atmosphère étouffante, découverte d'une Thaïlande souterraine, où les méchants soignent leur karma et les gentils marchent à contresens, confrontation de la philosophie bouddhique à la pensée « rationnelle » occidentale, ce roman est à la fois un roman policier très réussi et une lecture dépaysante. Sonchaï a quelque chose de son homologue américain, le célèbre Harry Bosh de Connelly : comme lui, il est le fils d'une prostituée. Comme lui, il est à la marge de sa brigade. Mais là où le premier se saoule au whisky et écoute du jazz pour s'évader, le second s'oublie dans la ganja (ou se dope à la yaba) et médite sur son karma, en conversant avec son frère mort. Les deux hommes ont en commun une bonne dose d'humour et de cynisme et une vision très personnelle de la morale. J'ai apprécié ce polar et lirai certainement les suivants, sans perdre de vue qu'il s'agit d'une image romancée d'un aspect de la vie thaïlandaise : dans une interview, l'auteur dit avoir exagéré la corruption de la police. Espérons qu'il dise vrai !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Saint-Luc
  21 avril 2011
BANGKOK 8 permet de se plonger réellement dans l'âme thaïe et ressentir pleinement ses ressorts les plus secrets, ce qu'un occidental a du mal à comprendre.
Pour moi, qui connait un peu la Thaïlande pour y posséder une maison et y être allé une bonne cinquantaine de fois, cette lecture m'a permis de retrouver la salutaire remise en cause des poncifs éculés que l'occident véhicule sur ce pays.
BANGKOK 8 est un hymne à la prostituée thaïe, et même à la prostitution, industrie phare du pays, et se veut aussi une douche glacée sur les pisse-froids occidentaux hypocrites mais surtout ignorants.
En un sens, et ce n'est pas le moindre des paradoxes, le livre est très moral, mais il faut accepter de s'imprégner du sens thaî des valeurs, très différent de celui des occidentaux... Pas simple !
L'intrigue est par contre moyennement construite, la fin prévisible, et brouille même le message du livre. L'écriture en est laborieuse, et l'humour absent.
Et pourtant, il faut lire BANGKOK 8, le lire en acceptant l'idée que c'est peut-être comme ça que les choses se passent, que c'est là le mode de pensée dans ce si beau royaume du Siam.... le plus grand mérite de ce livre, c'est de restituer la vérité des rapports entre nos sociétés si différentes. L'une est-elle supérieure à l'autre ? Au lecteur de faire son choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ariane84
  06 octobre 2016
Un bon polar.
Certes l'intrigue est un peu tirée par les cheveux, mais on se laisse embarquer dans l'histoire avec plaisir.
Donne un aperçu intéressant de la Thaïlande et surtout de Bangkok.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BMRBMR   06 août 2007
[...] La Thaïlande ne retire pas grand chose d'industries comme celles du vêtement. Les sociétés occidentales se réservent la part du lion. C'est pourquoi nous voyons dans l'industrie du sexe une façon de redistribuer la richesse mondiale de l'Occident vers l'Orient.
[...] L'Occidental fait généralement observer que le Thaï vit dans un paradis de dupes. Peut-être, mais le Thaï n'est-il pas fondé à rétorquer que l'Occidental s'est construit un enfer de dupes ?
[...] Nous sommes un peuple superstitieux pour lequel quelque chose d'aussi intime que le nom doit nécessairement posséder un pouvoir magique. X demande ce qu'il en est des noms occidentaux. Ils reflètent généralement le fait que les Occidentaux sont obsédés par l'argent, en ceci qu'ils rappellent le métier que faisait un de leurs ancêtres : Smith, Woodman, Baker, Meunier, etc. C'est donc l'argent qui compte pour eux, et pour nous c'est la magie ? On peut le dire ainsi, bien que ce soit peut-être trop simplifier.
[...] Quoique la Thaïlande soit une société bouddhiste et humaine soucieuse des droits de l'homme et de la dignité de ses citoyens, les pays riches doivent comprendre que nous n'avons pas toujours les ressources nécessaires pour faire appliquer la loi comme il le faudrait. C'est un luxe que seules peuvent s'offrir les nations qui se sont industrialisées les premières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
HannibalLectriceHannibalLectrice   30 juin 2014
-Mais qui apporte ici tous ces braquemarts ? Qui les orne de fleurs fraîches ?
-Les femmes du cru.
-Des femmes apportent des godemichés géants pour les dédier à l'esprit masculin du ficus ? Hmm, ça donne à réfléchir.
Commenter  J’apprécie          52
LounimaLounima   10 février 2014
"Dans la première étape de l'industrialisation, le mariage est encore fait pour durer toute la vie, comme dans les économies agricoles non développées. A l'étape suivante, les gens se marient en sachant qu'ils divorceront. Au stade d'après, on trouve des gens qui se marient pour pouvoir divorcer. Et puis, au XXIè siècle, l'amour n'est plus qu'une petite anomalie passagère sur votre chemin de carrière, quelque chose qui peut vous faire arriver en retard à votre travail pendant une semaine avant que vous en guérissiez. La triste vérité est qu'il est incompatible avec la liberté, l'argent et l'égalité. Qui peut encore rester à la colle avec son alter ego pour la vie ? Les êtres humains sont des prédateurs, qui aiment chasser et manger le faible pour se sentir fort un moment. Et vous ?" (10/18 - p.201)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LounimaLounima   10 février 2014
"[...] nous entrons dans la vieillesse, nos péchés se sont peu à peu accumulés. Nous ne voyons pas comment nous aurions pu nous comporter autrement compte tenu des mauvaises cartes que nous avait distribuées le destin à notre naissance et voilà maintenant que nous pensons à l'inévitable note karmique qu'il nous faudra payer. Cette vie a été dure ? Et ce cul-de-jatte sur son affreux plateau à roulettes qui mendie sur le trottoir ? Dans sa vie antérieure, il n'a pas pu être aussi mauvais que nous, c'était un saint en comparaison de nous." (10/18 - p.126-127)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Thai_expatThai_expat   24 février 2011
… ce qu’on a fabriqué pendant les cinq derniers siècles de civilisation occidentale. Si on en était resté à l’époque médiévale, peut-être sourirait-on autant que les Thaïs.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de John Burdett (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Burdett
Cercle polar : quand les héros s'incrustent. .Cercle polar : quand les héros s'incrustent. Allez savoir pourquoi ! Il arrive parfois q'un héros s'impose à un auteur, jusqu'à ne plus le quitter, jusqu'à vieillir ensemble. le phénomène n'est pas nouveau. Philip Marlowe et Raymond Chandler, Agatha Christie et Hercule Poirot, Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes sont des couples mythiques. Et le phénomène se poursuit, plus encore peut-être depuis le succès des séries télévisées. Fred Vargas et son commissaire Adamsberg, Michael Connelly et Harry Bosch finiront pas fêter leurs noces d'or pour le plus grand bonheur de leurs lecteurs. Car le plaisir est grand, en ouvrant chaque nouvel épisode de leurs aventures, de prendre des nouvelles de ces amis de papier comme on s'inquiète de la santé de nos proches. Matt Scudder va-t- il replonger dans l'alcool, se demandait-on à chaque épisode de la série de Lawrence Block. Ces héros que l'on dit récurrents sont plus nombreux que jamais, en voici trois que vous ne connaissez peut-être pas encore... « le Joker » de John Burdett (Presses de la Cité) « Une affaire d'hommes » de Todd Robinson (Gallmeister) « Aux vents mauvais » de Elena Piacentini (Au-delà du raisonnable)
+ Lire la suite
autres livres classés : thailandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre