AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070646548
372 pages
Éditeur : Gallimard (13/09/2012)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Billie, quatorze ans, est une jeune fille violente et écorchée vive. Sa mère, alcoolique, ne veut plus d'elle à la maison. Rob, fan de heavy-metal, est battu par son beau-père depuis des années. Quant à Chris, c'est un garçon intelligent dont les parents ne comprennent pas pourquoi il déteste autant l'école et refuse de se mettre au travail. Chacun de ces trois adolescents a de sérieux problèmes avec l'autorité adulte. Renvoyés de leurs collèges respectifs, ils se r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
IreneAdler
  13 août 2014
Ce qui impressionne d'emblée dans ce roman, c'est la violence des rapports. Les adolescents entre eux, pour des histoires de style vestimentaire, de musique, juste comme ça pour le plaisir de taper. Entre adultes et enfants, que la violence soit physique ou moral. Il règne une totale incompréhension : personne n'écoute personne. Ou comment suivre la voie de la facilité et de la reproduction sociale.
Heureusement pour les trois blessés de la vie que sont Billie, Rob et Chris, ils rencontrent Hannah, une assistante sociale d'un lycée un peu particulier. CE sera dur pour chacun d'eux et pour leur entourage, mais peut-être qu'au final, personne n'est obligé d'être une victime de la fatalité.
Le grand rôle des adultes, ici, c'est d'être, malgré eux parfois, des bourreaux d'enfants ; de les considérer au mieux comme de la pâte à malaxer selon leur volonté, au pire comme la dernière des merdes. Certains sauvent la mise, mais franchement, le tableau de la Grande-Bretagne est loin d'être reluisant. Burgess est expert en appliquer un couteau pointu là où ça fait très mal et d'appuyer dessus. Tant mieux : cela permet de se poser des questions par rapport aux rapports (justement) que l'on a nous-même avec les ados, que se soient les nôtres ou ceux qui nous sont confiés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
charlotteady
  08 décembre 2014
Billie, Rob et Chris : 3 voix pour 3 ados en souffrance, rejetés par leur entourage (famille/collège) et face à un mur d'incompréhension. Billie alterne la vie en famille d'accueil avec les séjours en centre pédagogique spécialisés pour jeunes borderline. La violence est son moyen d'expression, pour ne pas laisser l'émotion la submerger. Rob quant à lui, subit la violence à la maison (il est battu par son beau-père) et à l'école (il est la cible idéale) mais il est prêt à tout endurer pour protéger sa mère et son petit frère. Enfin, Chris, en dépit d'une grande intelligence, refuse de travailler en dehors de l'école et se confronte sans arrêt à ses parents qui répondent par la répression. La violence est au coeur du récit, Billie, Rob et Chris vivent des situations différentes mais ils sont tous les 3 condamnés par la société car inadaptés aux normes sociales : Melvin Burgess nous invite à reconsidérer nos jugements parfois trop vite arrêtés, sans tenir compte de l'origine des comportements déviants ; pour autant, il ne rend pas ces ados irresponsables de leurs actes (notamment Billie). Enfin, avant d'être un plaidoyer pour l'adolescence en souffrance, Kill all enemies reste un roman qui nous ébranle et nous bouleverse profondément. Avant de l'écrire, Melvin Burgess a rencontré beaucoup de jeunes en déroute, dans le Nord de l'Angleterre et à travers ses personnages de fiction, on éprouve toute l'empathie qu'il a ressentie pour eux. Burgess est un auteur généreux, il aime ses "héros" et nous les fait aimer. Nous sommes nous-mêmes complètement "happés" par Billie, Rob et Chris, ils ne nous quittent pas après avoir fermé le livre, sans doute parce que malgré leurs troubles, ils sont terriblement humains. Heureusement, la fin du roman laisse entrevoir une issue : grâce à quelques bonnes rencontres (notamment Hanna, une psychologue (?) ), l'amitié et la musique, le lecteur peut présumer que chacun trouvera la force de renverser sa destinée. A noter, quelques pointes d'humour dans les propos de Chris, très bienvenues !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Arrietty
  14 juillet 2014
Je l'avoue, le résumé ne m'a pas séduit. C'est d'abord la couverture qui n'avait pourtant rien de particulier puis le titre qui m'ont donné envie de lire ce livre. Kill All Enemies… Ca sonne bien.
Je suis entré dans ce livre sans en attendre grand chose, j'en suis sortie le sourire aux lèvres.
Il y a plusieurs narrateurs : Billie, Rob et Chris bien sur, mais aussi Hanna, l'éducatrice de Billie, qui voit différemment cette jeune tempête de quatorze ans. Ces différents narrateurs permettent de voir d'autres points de vue mais surtout, de comprendre les histoires de chacun…
J'ai beaucoup aimé celle de Chris, le comique de la classe. Chris n'est pas méchant, c'est seulement qu'il s'ennuie et qu'il aimerait faire autre chose que s'asseoir sur une chaise et écouter le prof. Gérer sa boutique en ligne par exemple… Son père, voulant qu'il aille à l'université est extrêmement déçu, si ce n'est plus que son fils soit un « raté » selon ses propres mots. Pourtant, Chris s'en fou et s'en sort bien, il sourit à la vie et fait des pieds de nez à son père. Il s'affirme, devient lui et choisit ce qu'il veut faire.
Rob aussi est très touchant. Il essai de protéger son frère et sa mère qui s'est enfuie, de son beau-père, un gros costaud le maltraitant, l'humiliant, le faisant, d'après les propres mots de Rob, « devenir une « sous-merde ».
Celle de Billie aussi, une gosse désorienté, rejeté par sa mère et sa soeur alors qu'elle a essayé de sauver le bateau familial tandis qu'il fuyait de toute part, est extrêmement vivante. On ressent par à-coup tout ce que Billie endure même si plusieurs fois j'ai faillit lui crier « Arrête-toi Billie ! Arrête-toi ! ». Car Billie fonce à mille à l'heure sur une autoroute qui semble infinie. Elle ne veut plus que foncer, sans penser à demain et elle nous emporte avec elle.
Une histoire sensible, dure et entraînante, nous laissant haletant et émerveillé devant la faculté de la plume de Melvin Burgess à nous emmener à travers ses personnages et leurs univers…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Anatemnein
  07 juillet 2014
Très bon livre de littérature adolescente écrit par le maître du genre, j'ai nommé Melvin Burgess. Ce livre est le 4éme roman que je lis de cet auteur anglais qui ne m'a jamais laissé impassible grâce à ses romans. Cette fois-ci, Melvin Burgess nous emmène dans la vie de trois adolescents: Billie, Rob et Chris. On y retrouve les thèmes des parents, de l'école et de la société qui rejette les personnes qui ne suivent pas les normes ainsi que des thèmes que l'on retrouve souvent comme l'amitié et la musique. Tout cela fait de Kill all enemies un livre intéressant et enrichissant avec un style simple et direct.
Commenter  J’apprécie          80
cats26
  05 juillet 2017
Billie, Rob, Chris, trois adolescents à la dérive, chacun à sa façon se croisent, s'affrontent dans ce roman réaliste sur l'adolescence dite "à problèmes".
L'auteur s'est inspiré de témoignages et cela se voit.
Ses personnages sont plus vrais que nature.
Billie est une bagarreuse, impulsive et violente qui passe de famille d'accueil en famille d'accueil et rejette toute aide, qu'elle vienne d'Hannah l'assistante sociale ou de Rob, son camarade de collège.
Rob, de son côté, subit la brutalité de son beau-père tout en rêvant de hard rock. Chris vient, lui, d'une famille aimante, sans histoire mais il ne fait pas ses devoirs depuis des années et joue la carte de la provocation à tout bout de champ.
Chaque chapitre suit l'un des protagonistes, dans ses relations difficiles avec les autres, avec les adultes surtout.
L'auteur réussit par ce récit polyphonique à rendre avec justesse et crédibilité cette incompatibilité de l'état adolescent avec le monde des adultes. On constate les actes de ces personnages; ils donnent leurs motivations mais on ne les comprend pas toujours.
Chacun s'enfonce dans ses soucis, sans accepter l'aide extérieure. Billie surtout concentre les craintes du lecteur quand elle cherche refuge auprès de Cookie, serveur âgé d'une vingtaine d'années si fier de coucher avec une gamine de 14 ans et qui fréquente Jez et sa bande souvent alcoolisée.
Les trois adolescents sont attachants, grâce ou malgré leurs failles, leur fragilité. En lisant, on se prend à espérer qu'ils s'en sortent.
Du collège au groupe de hard-rock, c'est l'histoire de leur cheminement. C'est aussi celle d'Hannah qui consacre sa vie à ces "enfants perdus".
En résumé, un beau roman poignant sur les "adolescents difficiles".
A partir de 14 ans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
Ricochet   14 décembre 2012
On peut avoir la sensation d’une facilité d’écriture, avant de comprendre que la sécheresse qui en découle illustre justement la dureté des situations.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Lexpress   22 octobre 2012
Melvin Burgess est au meilleur de sa plume pour faire sauter les verrous des a priori dans ce roman qu'on ne peut lâcher tant on a envie de voir Billie, Rob et Chris s'en sortir malgré le mal qu'ils se donnent à foirer leurs chances de vivre leur vie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AnatemneinAnatemnein   07 juillet 2014
Et ils sont tombés dans les bras l'un de l'autre avant de se tourner autour en sautillant et en dansant. Ce n'était pas de l'agression du tout. C'était du pur amour fraternel Heavy Metal.
Commenter  J’apprécie          60
LostIntoTheWordsLostIntoTheWords   01 mars 2015
Une fois de temps en temps, juste une fois, on a la possibilité de réaliser le rêve de quelqu'un.
Et ce n'est même pas compliqué.
Commenter  J’apprécie          40
LostIntoTheWordsLostIntoTheWords   01 mars 2015
Nouveau cas, nouvelle leçon.
Héros ou fauteurs de troubles j'aimerais bien le savoir.
Peut-être est-ce la même chose au fond.
Commenter  J’apprécie          30
HekahmHekahm   25 juin 2020
Vous vous rendez compte ? Devenir la chose qu'on déteste le plus au monde. Les monstres ont ce pouvoir sur vous ; ils ne vous dévorent pas, ils vous transforment en l'un d'eux.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : violenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Junk Melvin Burgess

Au début de l'histoire, comment s'appelle l'ami des deux personnages?

Jack
Barry
Fred
Ives

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : Junk de Melvin BurgessCréer un quiz sur ce livre