AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253242406
408 pages
Le Livre de Poche (01/06/2022)
3.68/5   92 notes
Résumé :
Il y a vingt ans, elle a gâché sa vie. Aujourd’hui, elle peut peut-être le sauver.

Olivia Randall est avocate pénaliste à New York. Quand elle apprend que son ancien fiancé, Jack Harris, est accusé d’avoir abattu trois personnes sur le front de mer de Manhattan, elle ne doute pas un instant de son innocence. Le Jack avec qui elle est sortie vingt ans plus tôt est un homme fragile et sensible, père aimant d’une adolescente. Tout ceci ne peut être qu’un... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 92 notes
5
10 avis
4
21 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis

Ça faisait très longtemps que je n'avais pas lu de roman policier dont l'enquête est menée par l'avocate de la défense, laquelle doit prouver au juge, aux jurés , l'innocence de son client. Souvent, je n'arrive pas à rentrer dans une telle histoire, le jargon juridique, les procédures me lassent. Ce n'a pas été le cas ici, Alafair connaît son affaire... Tombée dans la marmite du Genre Policier quand elle était petite puisqu'elle est la fille d'un écrivain célèbre et surtout, ancienne procureure...

Mais notre personnage principal est avocate.

Olivia Rendall se voit appelée par la fille de son ex petit-ami de fac, lequel est accusé d'un triple meurtre par fusillade.

Le titre original est The Ex , et à mon avis, il est bien meilleur, et cible mieux le contenu du roman .

Bien que vingt ans séparent leur dernière entrevue de celle-ci, elle est persuadée de son innocence, Jack Harris , écrivain à succès, ne peut avoir commis un tel acte. Elle enfile aussitôt sa cape de Zorro, et plonge dans une enquête dont certains éléments vont s'avérer troublants..

Y a t'il une machination contre cet homme ou n'est-il plus l'homme qu'il était ? A moins qu'elle se soit complètement fourvoyée sur son caractère parce que, il y a un bail, dans le couple, c'était elle la "méchante"...

Franchement, jusqu'au dernier chapitre, je n'en savais pas plus qu'Olivia ...

Bercée par les procédures américaines, bercée par l'hyper activité de cette avocate qui ne ménage pas sa peine, bercée par l'auteure, je ne savais pas quoi penser de ce Jack .

Ce en quoi, c'est réussi .

L'histoire et les personnages sont sympathiques, mais la fin m'a parue un peu irréaliste ( le scénario/ le comment ?/ le qui a tiré? ).

Bien mais irréaliste. Ça aurait pu être parfait avec moins de victimes...

L'auteure aurait pu explorer davantage la relation entre le procureur et l'avocate, "la grenouille et le scorpion.." On sent que mal à l'aise, elle a expédié ça trop vite, alors que développé, ça aurait ajouté du piquant au roman.

Une lecture sympathique, très américaine, efficace, très portée sur la culture populaire (car l'autrice cite souvent des noms de séries ou des films ) , mais que j'oublierai vite, je pense...

Commenter  J’apprécie          540

Je pense que ce type de polar judiciaire ne correspond plus à mes attentes de lecture, en effet il est ici beaucoup questions de procédure d'autant plus que le personnage principal de ce récit doit ici défendre son ex soupçonné de meurtres.

J'ai eu du mal à entrer dans cette histoire ou Jack aurait rencontré une femme sur internet et la rencontre se serait produite dans un parc, Jack aurait ramené un panier à celle-ci lors de ce rendez-vous mais une fusillade a eu lieu au même moment, de plus une des victimes est lié au décès de la femme de Jack.

J'ai trouvé le début assez peu crédible avec toutes ses coïncidences et l'histoire de cette rencontre qui ne tient pas vraiment la route, avec encore en plus le fait que ce soit l'ex de Jack qui soit en charge de cette enquête.

Ce type de polar u thriller n'est pas pour moi de plus assez rythmée et le jargon des procédures ne fluidifie pas la lecture. Je n'ai à mon grand regret eu aucun attachement aux personnages et j'ai trouvé ce récit assez peu crédible de bout en bout.

Commenter  J’apprécie          170

Très bonne surprise. J'ai dévoré ce roman à toute vitesse, me prenant au jeu des suppositions main dans la main avec Olivia l'avocate qui est engagée pour défendre son ex qu'elle n'a plus revu depuis leur séparation houleuse.

Jack est veuf, sa femme a été victime d'un tueur de masse, un ado perturbé qui a assassiné 13 personnes un matin à Penn Station. Jack et d'autres familles de victimes intentent un procès au père richissime du jeune homme pointé du doigt pour son comportement destructeur et ayant incité son fils psychotique à l'utilisation des armes mais sont déboutés. Quand celui ci est abattu alors que Jack se trouve à une centaine de mètres de là, la police ne croit pas à son alibi tiré par les cheveux de jeune femme mystérieuse et de rendez vous galant et Jack est inculpé.

Je me suis régalée de tout le déroulé de l'enquête, il est original pour une fois de ne pas être du côté de la police mais de l'avocate de la défense.

Très bon thriller avec un super retournement, hop double axel, boucle piqué, je suis tombée sur les fesses.

Commenter  J’apprécie          140

Olivia Randall reçoit un appel de la fille de son ex petit-ami. Celui-ci est accusé d'un triple meurtre.

Olivia accepte d'être son avocate. Elle sait que l'affaire est compliquée. Elle doit retrouver cette femme dont lui parle Jack, car il va être difficile de prouver son innocence : Jack a tué le père de l'assassin de sa femme. Olivia commence à douter de Jack.

Doit-elle le défendre uniquement parce qu'elle a des remords sur la fin de leur liaison ?

A vous de le découvrir.

Alafair Burke sait garder le suspense. Une enquête qui se lit avec plaisir.

Commenter  J’apprécie          160

La Fille du Quai, The Ex dans la version originale parue en 2016, a été publié en 2020 par les éditions Presses de la Cité. le style d'Alafair Burke est simple, direct, presque journalistique: "Don était mon partenaire. C'était aussi mon mentor, et une sorte de père ou d'oncle spirituel, quelque chose comme ça. Plus important, à l'heure actuelle, il se demandait sûrement où j'étais. J'entendais encore le bruit blanc alors que l'appli était fermée, et me creusais les méninges pour trouver une excuse crédible que je n'aurais pas utilisée récemment" (Page 14)...Grâce à sa plume énergique, le lecteur est d'emblée happé par l'histoire comme lorsque l'on lit un compte-rendu dans le journal.

Le fait que l'histoire soit racontée à la première personne par Olivia intensifie ce sentiment de proximité généré par le style, mais réduit les perspectives du lecteur au seul point de vue d'Olivia; on n'en sait que ce qu'elle en dit...

Thèmes abordés: l'usage des armes à feu problématique aux USA, sujet régulièrement au coeur de l'actualité américaine; la sécurité et les soins médicaux, notamment pour les patients atteints de maladies mentales.

Fil rouge: passé d'Olivia et Jack, les dessous de leur liaison.

Olivia, avocate de la défense réputée pour son professionnalisme et sa droiture, est contactée par Buckley Harris, fille de Jack Harris, ex-fiancé d'Olivia et romancier célèbre. Son père a été arrêté par la police suite à une fusillade et la jeune fille pense qu'Olivia est la seule avocate capable de le tirer de ce mauvais pas: "Quelqu'un avait ouvert le feu, ce matin, sur l'Hudson Parkway. le nombre de blessés et de morts n'avais pas encore été annoncé officiellement." Au vu de l'histoire farfelue que Jack a racontée pour justifier sa présence sur les lieux, la police le soupçonne  d'avoir perpétré un triple meurtre, d'autant que, parmi les victimes, figure Malcolm Neeley, père du tireur fou de Penn Station, contre qui Jack et les familles des victimes avaient déposé plainte, l'épouse de Jack ayant perdu la vie ce jour fatidique: "Et puis, il y a un an, après que la fréquentation des trains avait retrouvé son niveau d'avant l'attentat et que les noms des victimes s'étaient effacés de la mémoire collective, ces survivants – emmenés par « le mari de la prof héroïque » – avaient été plus loin et avaient déposé une plainte au civil pour homicide involontaire contre le père du tireur, juste avant la date de prescription. le mois dernier, les journaux avaient distraitement mentionné qu'une cour du comté de New York avait classé cette plainte sans suite faute d'éléments solides." (Page 32).

Évidemment, selon la police Jack faisait figure de suspect idéal: il possédait un sérieux, il connaissait les habitudes de Malcolm Neeley, et il se trouvait sur place sous un prétexte futile et totalement improbable: il avait rendez-vous avec une certaine Madeline, laquelle avait décidé du lieu, de l'heure matinale, et de tous les détails qui, par la suite, sembleraient pour le moins farfelus sinon totalement inventés aux yeux de la police; Jack devait se présenter avec un panier de pique-nique à la main, à 6 heures du matin...Ainsi, le seul moyen de disculper Jack est de retrouver cette Madeline. Mais comment??  Jack ne connaît ni son nom, ni son adresse, seulement l'adresse mail qu'elle lui as transmise par l'intermédiaire du site The Room géré par son amie Charlotte...S'engage alors avec le bureau du procureur une chasse aux indices où tous les coups sont permis.

La Fille du Quai est un thriller aux multiples qualités: sobriété, efficacité, intelligence, humour, ressorts psychologiques des relations entre les gens habilement orchestrées; à cela s'ajoutent suspense et rebondissement, que demander de mieux... le roman propose une passionnante immersion dans les méandres de la justice américaine, dont l'auteur, s'appuyant sur une documentation très fouillée, démontant les ressorts de la justice et les astuces des avocats. On s'y croirait !!

Mais la force du roman est de laisser, jusqu'au bout,  planer un doute raisonnable non sur la culpabilité de Jack mais sur son innocence, subtile nuance qui change le point de vue de narration. Est-il l'homme aussi doux et paisible qu'il le paraît? Les circonstances de sa rupture avec Olivia, vingt ans plus tôt, auraient-elles pu le changer en tueur fou? Ses mensonges et dissimulations font-ils de lui un coupable ou un être humain ordinaire?


Lien : https://legereimaginarepereg..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation

L'homme qui est sorti de la cage d'escalier quelques minutes plus tard était aisément identifiable comme un flic issu d'une lignée de flics. Jeune mais sûr de lui. Peau pâle, cheveux roux, les taches de son d'un Irlandais de souche. Lorsqu'il s'est présenté, ça n'a fait que confirmer mon analyse. Il s'appelait Jimmy Boyle.

- Whaouh, c'est votre vrai nom ou le NYPD vous l'a offert en guise de promotion ?

Commenter  J’apprécie          200

- Tu sais ce qu'il y a d'ironique, là-dedans ? La première fois que j'ai vu Madeline sur le quai, avec cette espèce de paquet à côté d'elle, j'ai imaginé qu'elle avait fui sa chambre d'hôtel juste avant son mariage, prête à monter dans le premier train qui partirait de Penn Station. Et voilà : Penn Station. Un petit rappel de la raison pour laquelle je ne regarde pas les femmes dans la rue, ne me pose pas de questions pour elles et ne cherche pas à imaginer leur vie. Quelque chose finit toujours par me rappeler subitement que la normalité n'est plus moi. Dès l'instant où j'ai pensé à Penn Station, j'aurais dû m'enfuir sans me retourner.

Commenter  J’apprécie          60

Melissa jouait souvent le rôle de jury. Certes, elle était seule, mais les barmaids ont un talent inné pour se mettre dans la peau de l'homme de la rue. Melissa pouvait consulter à volonté quinze jurés fictifs qui se baladaient en permanence dans sa tête.

Commenter  J’apprécie          90

Comme son prénom et son nom le suggéraient, Einer était mi-suédois, mi-allemand, ce qui rendait ses cheveux roux duveteux encore plus caractéristiques. Si sa coiffure avait généralement quelque chose de clownesque, l’humidité du jour lui donnait l’apparence d’un gigantesque coton-tige couleur carotte abandonné au fond d’une valise pendant trop longtemps.

Commenter  J’apprécie          40

- Vous savez que cette ville est pleine de dingos riches à crever? j'ai une amie qui touche dix mille dollars pour faire le ménage en sous-vêtements. Pour ces pervers, c'est des billets de Monopoly.

Commenter  J’apprécie          70

Videos de Alafair Burke (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alafair Burke
Extrait du livre audio "À la vie, à la mort" de Mary Higgins Clark et Alafair Burke lu par Marcha van Boven. ©Editions Audiolib. Parution en CD et en numérique le 19 mai 2021.
https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-vie-la-mort-9791035405892
autres livres classés : suspenseVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2504 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.._..