AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743647833
Éditeur : Payot et Rivages (05/06/2019)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Dave Robicheaux découvre qu'il est peut-être l'auteur du meurtre sur lequel il enquête. Plus que jamais c'est un homme hanté par des fantômes... 
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Sylviegeo
  16 août 2019
Ha le bonheur de retrouver Dave Robicheaux, Clete Purcel, et leurs démons vivants ou fantômes. le bonheur de retrouver l'atmosphère, les odeurs, la flore et les habitants de la Louisianne. le bonheur (oui malgré tout) de retrouver ces êtres malsains, bons, cupides ou honnêtes. Oui c'est toujours un pur bonheur car je suis une inconditionnelle amoureuse de James Lee Burke, de Robicheaux et de la Louisianne. Cet opus n'est pas différent de tous les autres de la série Robicheaux. On connait la recette. On connait ce qui s'en vient, on sait comment tout ça va finir, bref on a déjà vu. Mais on apprécie le lyrisme de Burke, sa façon de nous dire l'histoire de cet état et de ses habitants et surtout, le respect qu'il leur porte. Ces âmes qui rôdent, toujours présentes. Cette folie bien louisiannaise qui marque le quotidien et les convenances. Oui, tant que Robicheaux vivra, j'y reviendrai.
Commenter  J’apprécie          542
monromannoir
  28 septembre 2019
On parle souvent de retrouvailles avec un vieil ami lorsque l'on évoque la parution d'un nouveau roman de James Lee Burke mettant en scène le shérif Dave Robicheaux, plus communément surnommé Belle Mèche et dont les aventures nous ont accompagnés durant plusieurs décennies en suivant les investigations de ce légendaire flic de New Ibéria qui devient ainsi la paroisse la plus célèbre de la Louisiane. Une série comptant pas moins de vingt-et-un romans dont certains figurent parmi les monuments de la littérature noire et transcendent les genres comme Prisonniers du Ciel (Rivages/Thriller 1992) ou Dans La Brume Electrique Avec Les Morts Confédérés (Rivages/Thriller 1994), Purple Can Road (Rivages/Thriller 2007), La Nuit La Plus Longue (Rivages/Thriller 2011) ou Swan Peak (Rivages/Thriller 2012). Mais comme dans toutes longues relations amicales, on a pu éprouver quelques déceptions à la lecture de certains ouvrages de cette série emblématique en décelant quelques facilités notamment au niveau de l'intrigue à l'exemple de L'Arc-En-Ciel de Verre (Rivages/Thriller 2013) et Créole Belle (Rivages/Thriller 2014) qui m'ont incité à faire l'impasse sur Lumière du Monde (Rivages/Thriller 2016). Mais après trois ans sans nouvelle, la curiosité l'emporte sur toutes les réserves pour découvrir Robicheaux, nouveau roman de la série dont la sécheresse du titre résonne comme un point final.

Plus vulnérable que jamais, Dave Robicheaux peine à se remettre de la disparition de Molly, son épouse qui a trouvé la mort lors d'un accident de la route. Pour ne rien arranger, Clete Purcel, son ami de toujours, semble être en délicatesse avec un nervis de la mafia, Fat Tony Nemo et un riche propriétaire de casino, Jimmy Nightingale, en lice pour une candidature au sénat et qui pourrait être impliqué dans la disparition de huit jeunes femmes sur l'espace d'une vingtaine d'années et que l'on a retrouvées mortes du côté de la paroisse de Jeff Davis. Entre colère, solitude et désarroi, Dave Robicheaux flirte dangereusement avec ses vieux démons qu'il tente de mettre de côté au détour d'une biture carabinée dont il n'a plus guère de souvenirs. Jointures des mains éraflées, contusions sur le crâne et articulations douloureuses, il semblerait que la nuit n'ait pas été de tout repos pour cet homme qui était parvenu à rester sobre depuis tant d'années. Et l'incident pourrait être anodin, si l'on n'avait pas retrouvé, au petit matin, le corps du chauffard impliqué dans l'accident de Molly. L'homme a été battu à mort. Se pourrait-il que Dave Robicheaux ait franchi la limite à ne pas dépasser ? Lui-même semble prêt à le croire.

Au terme de la lecture de Robicheaux, on ne peut s'empêcher d'éprouver un sentiment de déjà-vu avec un schéma narratif éprouvé où l'intrigue gravite autour d'un riche propriétaire terrien ambivalent plus ou moins inquiétant, un membre de la pègre atypique se révélant plus dangereux qu'il n'y paraît et un tueur psychopathe dont les exactions vont impacter les membres de la petite communauté de New Ibéria. Si l'on y ajoute l'éternel désarroi de Dave Robicheaux, les peines de coeur de Clete Purcel et même l'apparition de quelques fantômes de soldats confédérés surgissant de la brume de marécages, on comprendra que ce dernier opus répondra aux attentes des aficionados souhaitant retrouver tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série. Alors bien sûr il y a le charme de ces opulentes descriptions d'une Louisiane envoûtante et l'enchantement de quelques dialogues percutants qui constituent la marque de fabrique d'un auteur qui ne parvient plus à se renouveler. le compte n'y est donc pas, même si l'on note ici et là quelques évolutions dans le parcours des personnages qui hantent la série. Tout d'abord la disparition de Molly qui réalimente la détresse de Dave Robicheaux replongeant dans les affres de la boisson avec une mise en abîme qui tourne court puisque l'enjeu, avec un tel personnage légendaire, demeure couru d'avance. On retrouve donc un individu en bout de course, toujours en proie à ses cauchemars, qui tente de lutter du mieux qu'il peut contre les forces du mal. Parce qu'il émerge du texte une dimension spirituelle qui prend de plus en plus d'importance dans l'oeuvre de James Lee Burke, l'intrigue prend parfois une tournure étrange au gré des introspections d'un héro tourmenté qui trouverait une certaine forme de réconfort dans les préceptes de la Bible. Bien rôdée, la dynamique entre les différents acteurs récurrents de la série fonctionne toujours afin de pimenter l'intrigue au gré des frasques de Clete Purcel et des commentaires tranchants d'Helen Soileau qui sont toujours au rendez-vous en formant avec ce bon vieux Belle Mèche un trio bancal ne manquant pas de charme, malgré un sentiment d'essoufflement qui imprègne d'ailleurs l'ensemble de l'intrigue tournant autour de Jimmy Nightingale, ce richissime candidat au Sénat et Smiley, cet étrange et inquiétant tueur psychopathe que l'on retrouvera semble-t-il dans le prochaine roman de la série. C'est probablement avec ces deux protagonistes, dont les portraits sont fort bien dressés, que l'on retrouvera un regain d'intérêt pour un récit dont les entournures se révéleront à la fois denses et complexes, mais sans surprises.

A n'en pas douter, Robicheaux comblera donc les fans de la série sans pour autant avoir d'ambition en matière d'intrigue qui tourne désespérément en rond. Cependant, on ne peut s'empêcher d'apprécier la richesse d'une écriture solide et cette extraordinaire atmosphère que l'auteur distille avec un talent indéniable au gré de ses romans qui charmeront tout de même les lecteurs les plus lassés dont je fais partie.

James Lee Burke : Robicheaux (Robicheaux). Rivages/Thriller 2019. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christophe Mercier.

A lire en écoutant : I'am Coming Home (live) de Clifton Chenier. Album : Live ! Clifton Chenier & The Red Hot Louisanian Band. 1993 Arhoolie Production Inc.
Lien : http://monromannoiretbienser..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Thrinecis
  29 janvier 2020
Quelle déception que ce dernier volume de la série Robicheaux ! Loin d'avoir lu toute la série, j'en avais pourtant énormément apprécié certains comme "Dans la brume électrique avec les morts confédérés" mais celui-là semble n'être qu'une resucée de la série.
Bien sûr, James Lee Burke n'a oublié ni sa magnifique plume ni aucun des ingrédients habituels qui confèrent à chacun de ses livres cette inimitable atmosphère louisianaise mâtinée d'alcools forts et d'ordures en tout genre : la touffeur moite du bayou, les ciels pastels couleur lilas et flamant rose, les brumes mouvantes qui s'enroulent autour des cyprès et des chênes verts, les visions fantomatiques de Dave Robicheaux qui voit des confédérés traverser le marais et des ratons-laveurs qui n'existent plus, l'amour fraternel qui lie Dave et son ami Clete Purcel...
Mais la construction laisse vraiment à désirer : tous les éléments de l'intrigue sont amenés sans aucun lien ni explication (il est vrai que notre héros se casse lui-même la tête pendant tout le bouquin pour essayer d'y comprendre quelque chose), les dialogues sont décousus, les prises de bec continuelles et improbables, les réactions outrancières et tous les personnages du livre, qu'ils soient du bon ou du mauvais côté, sont plus ou moins psychopathes ! Ajouté à cela, nos deux héros Dave et Clete ressassent à longueur de pages leur passé de vieux combattants au Vietnam et au Salvador comme deux petits vieux gâteux et nostalgiques et franchissent allègrement la ligne jaune à de nombreuses reprises pour un mot un peu plus haut que l'autre sans autre conséquence qu'un soupir las de la supérieure de Dave. Cerise sur le cocktail : il est fait allusion tout au long du roman à l'affaire des Huit de Jeff Davis (l'histoire véridique des meurtres non élucidés de huit jeunes femmes entre 2005 et 2009) qui aurait déjà été évoquée dans un tome précédent mais l'auteur ne prend jamais la peine de nous réexpliquer, ne serait-ce qu'en quelques lignes, le contexte de cette affaire.
L'intrigue ? Oui, il y en a quand même une : Dave se trouve accusé du meurtre de l'homme qui a tué sa femme dans un accident de voiture. Mais même lui ne sait pas s'il l'a fait puisqu'il a été victime d'une sorte de blackout suite à quelques whiskies de trop... Quand je vous dis que même le héros n'y comprend rien...
Et si j'ajoute que la fin du roman ressemble à tout sauf à une fin et que forcément vous n'en saurez pas plus sur les Huit de Jeff Davis, vous comprendrez que le roman m'a un peu énervée et que je ne recommande guère ce dernier opus de la série. Bon, vais-je réagir comme le feraient Dave et Clete en sortant mon .38 à canon court ? Non, je vais prendre sur moi...
Challenge multi-défis 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Sharon
  20 septembre 2019
Quel plaisir ce fut pour moi de retrouver Dave Robicheaux ! Certes, il s'en est passé, des événements, depuis sa dernière enquête. Molly, sa troisième femme, est morte dans un accident de voiture. Alafair a percé en tant que romancière et scénariste. Clete reste Clete, toujours aussi borderline, et le coeur sur la main. Dave doit faire face non pas à ses démons, mais à ses fantômes dans cette Louisiane qui est un un « asile psychiatrique en plein air », où la cirrhose est héréditaire. Mais j'ai vraiment aimé me retrouver dans cette Louisiane poisseuse, avec ses affaires non réglées, non résolues, et cette absence de volonté que les choses bougent. Il est effarant de voir les affaires qui, dans la vie, ont réellement été classées – l'affaire du Superdome, la fusillade sur le pont pour ceux qui essayaient simplement de survivre : leurs échos sont bien présents dans le livre.
Dave est fidèle en amitié, quel que soient ce que ses amis sont devenus. Il est cependant lucide sur ses personnes dont il était sûr, dont il connaissait les engagements : il ne peut que constater, témoin des ambitions individuelles et du temps qui passent, à quoi certains sont capables de renoncer, avec qui ils peuvent s'allier pour parvenir à leur fin.
Pas de blanc, pas de noir, mais une zone grise pour ces personnages que l'on retrouvera dans le prochain volume, je l'espère (oui, je me suis renseignée). Racisme, misogynie, système judiciaire timoré, déficient, sont les fondements de cette société où pas grand chose ne va. J'oubliai la manipulation, toujours utile quand on ne veut surtout pas se salir les mains. Robicheaux est une fresque mêlant passé et présent, avec un souffle épique que l'on ne peut oublier.
Vous l'aurez compris, je suis fan, et j'aime être emportée dans cet univers littéraire si particulier.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Lalitote
  25 juin 2019
On retrouve le personnage clé de James Lee Burke dans un nouvel opus situé dans les Bayous de Louisiane, une ambiance pleine de mystère pour cette nouvelle enquête. Dave Robicheaux lutte contre ses cauchemars du Vietnam, contre l'alcool et récemment contre le chagrin causé par la perte de sa femme Molly. Avec sa nouvelle enquête, il découvre qu'il est peut-être bien le meurtrier de l'homme qui a tué sa femme en voiture, il va alors tout mettre en oeuvre pour découvrir la vérité. Même lorsqu'il ne boit pas, il est entouré des fantômes de la guerre civile qui sont tombés non loin de là. Il faut dire que le personnage Robicheaux porte en lui plus de batailles intérieures que n'importe qui. Il est dévoué à sa famille comme à ses amis, d'une droiture toute relative car elle n'est pas toujours en accord avec ce que dit la loi. Je ne me lasse pas du style de l'auteur qui arrive si bien à nous emporter dans un roman passionnant mais aussi a dresser un portrait émouvant de l'Amérique qui est bien éloignée de sa grandeur d'antan et qui porte en elle tant de violence, les stigmates de ses vétérans. Les dialogues sont savoureux et brillants et donnent un relief particulier à notre personnage principal. Dave Robicheaux est un personnage récurrent d'une série contenant de nombreux volumes. Je pense que l'on peut lire celui-ci séparément, personnellement cela ne m'a pas gêné dans ma compréhension. L'intrigue est complexe avec de nombreux « méchants » mais c'est quand même avec l'écriture que je me suis régalée notamment parce que l'auteur raconte l'histoire de Robicheaux à la première personne, ce « Je » qui nous branche en direct avev les pensées intimes de cet homme profondément perturbé c'était riche. Bonne lecture.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (3)
LeDevoir   20 août 2019
Un portrait à la fois sombre et sublime d’une Amérique qui se délite à vue d’oeil.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LePoint   20 août 2019
On savoure de renouer avec le vieux Robicheaux de Louisiane, sombre comme bayou qui l'a vu naître [...]. Et, ce faisant, de suivre les méandres et la langueur de la plume évocatrice d'un des derniers (très) grands du polar américain, James Lee Burke.
Lire la critique sur le site : LePoint
LaPresse   29 juillet 2019
L'écriture de James Lee Burke est comme un braqueur de banque en furie. Elle surgit, littéralement, dans notre esprit et bang ! bang ! bang ! Elle tire de partout, causant maints dommages et laissant à peine le temps de respirer.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
SylviegeoSylviegeo   16 août 2019
Parfois, dans son sommeil, il revenait dans le Vieux Carré d'autrefois, quand Sam Butera et Louis Prima faisaient trembler les murs du Sharkey Bonano's Dream Room, sur Bourbon Street, alors que les balcons dégoulinaient de fleurs et semblaient sur le point de s'effondrer, que les orchestres de rue jouaient pour quelques pièces de monnaie et que les artistes de trottoir dressaient leurs chevalets sur Jackson Square, que les petits Noirs dansaient avec des claquettes aussi grosses que des sabots de chevaux fixées à leurs chaussures, dans l'odeur de beignets et de café au lait émanant du Café du Monde, les palmiers et les bananiers cliquetant dans les cours fermées de portails, aux allées humides et dégageant une odeur de fraîcheur, aux dalles tachées de lichen et creusées de flaques qui, dans l'ombre, évoquaient du bourgogne répandu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
PecosaPecosa   09 septembre 2019
C'était une conversation typique de Fat Tony. Essayer d'entrer dans sa tête, c'était comme plonger la main dans les toilettes avant de tirer la chasse.
Commenter  J’apprécie          324
SylviegeoSylviegeo   14 août 2019
La prostitution et le trafic de drogue ne peuvent exister dans une communauté sans être sanctionnés. Le vice est symbiotique et, comme une sangsue, s'attache à un hôte coopératif.
Commenter  J’apprécie          200
SylviegeoSylviegeo   16 août 2019
J'avais connu Katrina, et ses conséquences. Bizarrement, j'aurais voulu revenir à cette époque. Dans une catastrophe, il y a une sorte de pureté. On voit , à l'état nu, à la fois la nature du courage humain et de la faiblesse humaine, le pouvoir arbitraire et destructeur des éléments, la rupture des convenances sociales et de nos inventions techniques, et la libération du sauvage caché dans l'inconscient collectif....C'est dans de telles circonstances que nous découvrons qui nous sommes, pour le meilleur et pour le pire. Et quand tout est terminé, on n'en reparle jamais, de peur de laisser échapper la sagesse qu'on en a tirée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ThrinecisThrinecis   29 janvier 2020
Un matin d'hiver, parmi les blancs nuages de brouillard sur Spanish Lake, il m'arriva de voir les garçons en butternut patauger à travers les cyprès engloutis, tenant leurs mousquets au-dessus de leur tête, leur matériel attaché par des chiffons pour l'empêcher de cliqueter. Je me tenais à moins de trois mètres d'eux, mais ils ne me remarquèrent pas, comme s'ils avaient su que je n'étais encore né, et qu'il ne me revenait pas de supporter leurs souffrances et leur sacrifice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de James Lee Burke (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Lee Burke
?Robicheaux de James Lee Burke aux éditions Rivages/Noir ??https://www.lagriffenoire.com/1011046-nouveautes-polar-robicheaux.html ? ?Dans la brume électrique de James Lee Burke aux éditions Rivages Noirs ?? https://www.lagriffenoire.com/28333-poche-dans-la-brume-electrique.html ? ? ? Chinez & découvrez nos livres coups d?coeur dans notre librairie en ligne ? ?? lagriffenoire.com ? ? Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv ? ? Notre Newsletter ?? https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter ? Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel ? ? ? #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #rentréelittéraire2019 #éditionsseuil #éditionsxo #éditionsbuchetchastel #éditionspocket #éditionsflammarion #éditionsfleuve #éditionsactessud #éditionsgallimard
+ Lire la suite
autres livres classés : louisianeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

James Lee Burke

James Lee Burke est né le 5 décembre 1936, mais où ?

Atlanta, Géorgie
Houston, Texas
Bâton-Rouge, Louisiane
Tallahassee, Floride

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : James Lee BurkeCréer un quiz sur ce livre