AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258152992
Éditeur : Les Presses De La Cite (19/09/2019)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 73 notes)
Résumé :
« EN UN INSTANT, JE SUIS DEVENUE CELLE QUE J’ÉTAIS CENSÉE ÊTRE DEPUIS LE DÉBUT : L’ÉPOUSE QUI MENT POUR PROTÉGER SON MARI. »
Angela Powell est en apparence une femme comblée. Elle mène une vie confortable avec Jason, un brillant professeur d’économie devenu une personnalité médiatique, et leur fils de treize ans. Mais leur bonheur de façade se lézarde lorsque l’une des stagiaires de son mari dépose plainte contre lui pour comportement déplacé, puis qu’une de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
Fandol
  01 octobre 2019
Voici un roman, un thriller plein de fausses pistes, d'événements, de coups de théâtre mais dont la base repose sur la dénonciation de violences conjugales, d'agressions sexuelles, de viols.
Dans Un couple irréprochable, Alafair Burke met en scène Angela et Jason, ce fameux couple qui a tout pour être heureux avec un fils ado, Spencer. Hélas, rien n'est simple et tout bascule lorsque Jason Powell, en pleine réussite sociale et professionnelle, est accusé d'agression sexuelle par une stagiaire. Tout s'aggrave lorsque Kerry Lynch, directrice de marketing international dans une grande société de distribution d'eau, accuse à son tour cet homme de viol.
Corinne, une policière scrupuleuse et consciencieuse, apparaît régulièrement et tente de débusquer les secrets les mieux gardés. Angela est celle qu'on plaint d'abord parce que son mari l'a trompée mais surtout à cause d'un passé terrible dont l'auteure ne révèle les détails qu'avec beaucoup de parcimonie. Bien sûr, il faut attendre la fin du livre pour découvrir des vérités incroyables et j'ai même eu l'impression qu'une suite serait tout à fait possible.
L'histoire se déroule dans les quartiers les plus huppés de New York, même si de temps en temps on nous emmène dans le milieu modeste dont est originaire Angela. Au fil du livre, on est en pleine procédure étasunienne concernant les polices et la justice, et c'est souvent compliqué.
L'auteure a été procureure-adjointe et connaît par coeur ce monde-là. Ce qu'elle écrit va bien dans le sens de victimisation des femmes vis-à-vis des hommes. Si la dénonciation des abus sexuels et des viols est indispensable, quel que soit le sexe de la personne qui a subi ces atrocités, combien d'innocents tombent à cause de fausses accusations ? D'ailleurs, au fil de l'histoire, plusieurs mobiles sont évoqués mais c'est trop tard, la réputation de Jason est salie, sa vie professionnelle et familiale est à terre.
La réalité est souvent terrible et chaque jour des femmes sont battues, violentées et même si on en parle de plus en plus, cela ne semble pas diminuer. Je pense que le respect de la volonté d'un être humain est la base de toute vie sociale et amoureuse harmonieuse. Il faut sortir du patriarcat sans détruire la masculinité et j'ai trouvé ce livre souvent ambigu avec, par exemple, Susanna, amie d'Angela, dont le rôle n'est pas très clair et plutôt malhonnête. Enfin, la place de l'argent est énorme, prépondérante même car l'attrait de primes conséquentes peut être déterminant dans nombre d'accusations.
J'ajoute enfin que le titre original de ce livre, The Wife (la femme, l'épouse), convient bien mieux que celui choisi pour la traduction en français, Un couple irréprochable, car le personnage central de ce roman découvert grâce à une Masse Critique privilégiée de Babelio et aux Presses de la Cité que je remercie, n'est pas le couple mais bien Angela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          823
kateginger63
  25 septembre 2019
Une histoire bien plus subtile qu'elle n'en a l'air
*
Tout d'abord je vais commencer par vous parler de la couverture. Vous allez me dire "encore une énième porte dont des secrets sont cachés derrière". Il est vrai que beaucoup de maisons d'édition utilisent presque les mêmes symboles pour chaque thriller domestique.
Justement, des thrillers psychologiques fleurissent partout et tellement, qu'on a vraiment cette impression de "déja-vu".
Mais laissons la chance à l'auteure. Qui , rappelons-le était procureur spécialisée dans les affaires de violences conjugales. Elle connaît assez bien ces procédures juridiques et apporte la crédibilité dont certains auteurs usent et abusent sans vraiment se documenter.
*
Le début du récit démarre d'une façon assez banale: un couple branché new-yorkais connaîtra le cauchemar suite à une dénonciation de plainte sexuelle d'une collaboratrice envers le mari. L'épouse, atterrée, devra se protéger également puisqu'elle a des secrets inavouables.
Là, je me suis dit que j'avais tout compris. Secrets, vengeances, rumeurs, accusations, et mensonges seront de la partie. Tout est dit.
*
Croyez-vous? Haha! L'auteure m'a mené là où je ne pensais pas aller....jusqu'à la dernière phrase du roman. Si, si , je vous assure que je n'ai rien vu venir de si gros jusque là. Bien sûr, tout est fait pour que vous pensiez le contraire du contraire (vous me suivez?), avec quelle subtilité l'intrigue supposée linéaire deviendra un vrai labyrinthe.
*
Les informations sont distillées au fur et à mesure, avec des revirements plutôt classiques qui "endorment" le lecteur. Puis paf! des doutes sèment notre esprit jusqu'à la fin (la dernière phrase franchement!!!).
*
Vous voulez du mystère, des personnages torturés et aussi ambivalents, un sujet brûlant (#metoo), une trame juridique, un scénario intense, alors ce page-turner est pour vous assurément!
*
Je rajouterais que j'ai lu ces 450 pages d'une traite, c'est bien la preuve qu'il a conquis mon esprit si cartésien :)
Le titre en version originale "The wife" est beaucoup plus explicite et adapté.
*
La fin est ouverte....quoique....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          651
Nat_85
  29 septembre 2019
Je remercie les éditions Presses de la Cité et Babelio pour l'envoi de ce roman. Reçu dans le cadre d'une masse critique privilégiée, il est une des très belles surprises de la rentrée littéraire pour ma part. Publié donc en ce mois de septembre 2019 aux éditions Presses de la Cité, » Un couple irréprochable « est le dernier thriller de l'auteure américaine Alafair BURKE.
D'instinct le titre m'a interpellée. Je me doutais bien que derrière cette porte close affichée sur la couverture, se cachaient d'effroyables secrets…
Angela est une épouse et une mère comblée. Mais en apparence seulement. Car lorsque son parfait mari, le célèbre Jason Powel, auteur d'un livre à succès, PDG du cabinet FSS Consulting et professeur d'économie se retrouve accusé d'agression sexuelle, c'est tout leur monde qui s'en trouve chaviré. Jusqu'où peut aller la confiance inconditionnelle dans un couple ?
p. 12 : » – Vous êtes sûre de bien connaître votre mari, Angela ?
-Je sais qu'il est innocent, en tout cas.
-Vous n'êtes pas seulement un témoin. Vous le couvrez, ce qui signifie que je ne peux pas vous aider. Un conseil : ne laissez pas Jason vous entraîner dans sa chute, votre fils et vous. «
Alors que la victime Rachel Sutton préparait un master d'économie à NYU, ce stage dans le cabinet de Jason devait lui rapporter des crédits.
p. 59 : » Les professeurs avaient tout le temps des conflits avec les étudiants, mais la situation se révélait plus compliquée parce que Jason était un personnage public. Et que cette personne cherchait sans doute à attirer l'attention à ses dépens. «
Quelles sont les raisons qui poussent Angela à protéger ainsi son mari ? Quel secret tente-t-elle de protéger ? Ce sont les questions auxquelles l'inspectrice Carrole Duncan va se retrouver confronter. Au gré des révélations publiques, Jason va devoir confesser à son épouse ses erreurs.
p. 18 : » – Au fait, il m'est arrivé quelque chose d'un peu bizarre aujourd'hui. «
Alors qu'une nouvelle victime accuse Jason, Rachel Sutton disparaît.
Le poids des secrets est dans ce roman sans pitié ! Majestueusement construit, ce thriller psychologique est totalement addictif ! L'intrigue est brillamment menée, mettant à mal notre notion d'empathie. Alafair BURKE déconstruit petit à petit le concept de la conscience, de la morale et de la culpabilité à travers son personnage central. le lecteur se fait ballotter d'un sentiment à l'autre, jusqu'au dénouement final. Je tiens particulièrement à mettre en avant le travail de traduction d'Isabelle Maillet.
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Cigale17
  28 septembre 2019
J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une masse critique ; je remercie les éditions Presses de la cité et Babelio pour cet envoi.
C'est le premier livre d'Alafair Burke que je lis et la quatrième de couverture m'a appris qu'elle était la fille de James Lee Burke ; cet auteur est pour moi un des très grands auteurs américains vivants, tous genres littéraires confondus. J'ai souri en constatant que la « vraie » fille de J. L. Burke porte le même prénom que la fille adoptive de Dave Robicheaux, le personnage principal de la série que je préfère. Alafair Burke connaît son sujet : elle a été juge dans une cour d'appel, procureure-adjointe à Cleveland, spécialisée dans les affaires de violences domestiques ; elle a aussi assuré la liaison avec la police et elle intervient souvent comme commentatrice juridique pour les médias. de plus, si elle ne pratique plus le droit, elle l'enseigne toujours.
N'empêche ! au début, j'ai craint le pire : toute cette histoire me semblait un peu trop dans l'air du temps et j'avais peur d'être embarquée dans des situations mille fois rencontrées… Ce n'est pourtant pas le cas. Le prologue de ce roman en quatre parties nous plonge directement dans l'action. Une narratrice à la première personne, harcelée depuis douze jours par des journalistes, tente d'ignorer l'inspectrice de police qui frappe à sa porte. Elles se sont déjà rencontrées et Angela pense que l'inspectrice veut parler à son mari, Jason. En fait, elle veut savoir où était Jason la veille au soir… et Angela, sans même savoir de quoi il retourne, va mentir pour protéger son mari. Le lecteur comprend que Jason est harcelé par une femme, Kerry Linch, que celle-ci a disparu, que Jason et Angela ont un fils, Spencer, que Jason a une avocate, Olivia Randall, qu'Angela a eu affaire à la police douze ans plus tôt, et que l'inspectrice tente de la mettre en garde : son mari pourrait les entraîner dans sa chute, Spencer et elle. Angela appelle son mari au travail : « Je t'en prie, dis-moi que tu n'as pas fait ça à cause de moi ». Beaucoup de renseignements dans ces quatre pages, mais il faudra attendre la page 306 pour en revenir à cette étape-là du récit... Dans le premier chapitre qui nous renvoie une douzaine de jours avant le prologue, Angela apprend de la bouche même de son mari qu'une stagiaire l'a accusé de sexisme et qu'elle est allée se plaindre auprès d'un collaborateur de Jason. Ni l'un ni l'autre ne prennent l'histoire trop au sérieux, mais quatre jours plus tard, Rachel, la stagiaire, porte plainte contre Jason. Nous sommes page 24.
Et puis, alors que vous pourriez avoir l'impression d'avoir déjà lu cette histoire, Alafair Burke dévoile un élément qui touche Jason, ou Spencer, ou Angela, ajoute ou retranche quelque chose, donne une explication sur un point obscur et vous entraîne là où vous n'aviez pas prévu d'aller. Il y a beaucoup de secrets dans ce couple ! Le narrateur à la troisième personne qui suit l'enquêtrice, Corrine Duncan, ignore des éléments que connaît le lecteur, mais vient confirmer ses certitudes ou infirmer ce qu'il avait pris pour une vérité. Le memo qu'Olivia, l'avocate de Jason, verse au dossier, ainsi que les courriels qu'ils échangent éclairent aussi la situation d'un jour nouveau. Ainsi les personnages se trouvent petit à petit poussés dans leurs retranchements et les secrets finissent par refaire surface.
J'ai bien aimé ce roman qui présente une intrigue finalement complexe, contrairement à ce que pourrait laisser croire le début. Les personnages nous sont dévoilés peu à peu et ils se révèlent pleins de contradictions. Qui croire ? Tous mentent à un moment à ou à un autre, même Angela, si convaincante. Jason, séduisant, talentueux, charismatique, engagé et amoureux de sa femme est-il vraiment un harceleur, voire un prédateur sexuel ? Qu'est-il donc réellement arrivé à Angela il y a douze ans ? Rachel fabule-t-elle, a-t-elle exagéré ? Et Kerry ? amoureuse ? vénale ? L'opinion que j'avais des personnages s'est modifiée au fil des révélations. En plus de la trame de l'enquête très bien menée et de la progression des tractations inhérentes à la justice américaine, cette histoire fait écho au mouvement #metoo et à #balancetonporc. Les difficultés qu'éprouvent les victimes quand elles portent plainte, les immédiates suspicions auxquelles elles sont confrontées se trouvent particulièrement bien rendues. La sensibilité et la grande expérience de l'inspectrice Corrine Ducan, son attitude si différente de celle de certains de ses collègues masculins mettent en lumière les préjugés qui perdurent. Le portrait qu'elle dresse des victimes, sa compréhension de leurs hésitations, des demi-vérités par lesquelles elles essayent de se protéger, de se « préparer à ne pas être crues », sa compassion, sa pugnacité en font le personnage le plus attachant du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ValerieLacaille
  05 octobre 2019
« Est- on jamais sûr de savoir quelque chose ? » Cette question philosophique émerge des réminiscences d'Angela Powell, personnage principal de ce thriller domestique efficace. Cette femme de trente ans mène une vie, en apparence, des plus routinières et agréables. Son époux, Jason, est un professeur d'université à la renommée grandissante depuis qu'il a écrit un livre sur l'économie qui se hisse régulièrement dans le classement des « best-sellers » américains. Ils ont un enfant, un garçon prénommé Spencer, qui se révèle être surdoué par rapport aux gamins de son âge. Leur train de vie est si confortable qu'Angela n'a pas besoin de travailler. Elle se consacre au bien-être de sa famille.
Bref, une image idéalisée de famille parfaite.
Quand Jason est accusé de comportement déplacé par l'une de ses stagiaires, puis de viol par l'une de ses collaboratrices, qui va ensuite disparaître, tout cet univers paisible et douillet s'écroule. Les questions fusent dans le cerveau d'Angela qui ne veut perdre ni son « standing », ni sa tranquillité d'esprit. En effet, on se rend compte au fur et à mesure que les pages se tournent que le passé de cette femme est bien trouble et qu'elle a été fortement sensibilisée par un drame vécu dans son adolescence.
Que faire alors ? Angela va tout faire pour préserver l'image de la famille parfaite mais très vite, les cartes vont tomber et les révélations concernant aussi bien Jason qu'Angela vont précipiter le lecteur dans un questionnement perpétuel : qui dit la vérité ? Qui protège l'autre ?
Les chapitres s'enchainent et il est difficile pour le lecteur de se faire une véritable idée de la personnalité réelle des principaux protagonistes. Même les remarques de Spencer, pourtant éloigné de ses parents pendant l'essentiel du roman, sèment le trouble.
L'acharnement de Corinne Duncan, une enquêtrice perspicace et obstinée, permet de guider le lecteur dans le méandre de la vérité si difficile d'accès…
Au final, c'est un thriller qui accapare son lecteur, grâce à de nombreux rebondissements inattendus, et cela, jusqu'aux dernières pages ! Alafair Burke sait nous mener par le bout du nez, nous faire dévier de nos certitudes, et nous surprendre par des comportements vraiment imprévisibles !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   13 octobre 2019
"Elle savait que ton père avait une femme et un fils. Et aujourd'hui elle invente un crime monstrueux, par intérêt ou pour se venger, parce que ton père voulait dénoncer les pratiques malhonnêtes de la société pour laquelle elle travaille. Au lieu de l'aider, elle a décidé de le calomnier."
Commenter  J’apprécie          140
frgifrgi   09 octobre 2019
" Les malentendus ne surviennent pas quand les situations sont parfaitement claires. Ils naissent d’un certain flou, qui peut donner lieu à plusieurs versions d’un même événement." (p. 245)
Commenter  J’apprécie          110
Rob7Rob7   06 octobre 2019
"Oui,eh bien, vous allez sans doute me prendre pour une féministe radicale, mais nous nous sommes dit qu'il était grand temps que certains papas s'investissent aussi - à parts égales, en sommes."
Commenter  J’apprécie          100
Horizon_du_plombHorizon_du_plomb   04 octobre 2019
Est-on jamais sûr de savoir quelque chose ?
Je me souviens de M. Gardner, en 3e, nous posant cette question. Il était considéré comme le prof le plus brillant et le plus provocateur du collège ; pour nous, ça signifiait surtout que, la plupart du temps, on ne comprenait pas ce qu’il racontait en cours.
Il avait choisi de nous parler ce jour-là de l’importance de peser ses mots. Il avait commencé par nous demander combien de faits nous pensions connaître. La liste s’était peu à peu allongée au tableau : le prix d’un Snickers dans le distributeur, le nom de notre prof de gym, notre date d’anniversaire… Puis il nous avait lancé : « Bien, et si je vous disais qu’en cas d’erreur vous serez obligés de passer tout l’été enfermés ici, au collège ? Alors, maintenant, combien de choses pensez-vous savoir ? »
Nous avions aussitôt questionné nos certitudes. Peut-être les prix avaient-ils changé au distributeur ? Peut-être Mlle Calloway s’était-elle mariée et avait-elle changé de nom sans en informer ses élèves ? Peut-être l’hôpital s’était-il trompé en enregistrant notre date de naissance un peu avant ou après minuit… «   Et si la punition en cas d’erreur était la perte d’un membre ? » nous avait défiés M. Gardner.
Conclusion : on ne peut jamais être sûr de rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ValerieLacailleValerieLacaille   05 octobre 2019
Est-on jamais sûr de savoir quelque chose?
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Alafair Burke (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alafair Burke
Alafair Burke discusses her new book, Long Gone
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1731 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..