AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Reinharez (Autre)
ISBN : 2869300956
Éditeur : Payot et Rivages (01/11/1987)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Parce que je ne pouvais pas oublier votre visage, ,e suis entré un soir par hasard au Blue Evening, boire un verre. Vous chantiez. Je me suis assis, juste devant vous, et je vous ai écoutée... Quand je suis rentré chez moi, je n'ai pas pu dormir.. ". Romelle Larue, chanteuse dans un cabaret sordide, croit vivre un conte de fées. L'élégant et riche jeune homme qui, chaque soir depuis une semaine, la dévore des yeux p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nameless
  26 mai 2015
Amis lecteurs, lectrices, vous qui entrez dans ce roman, abandonnez toute espérance. Celle d'un happy-end, celle d'une comédie, celle d'une histoire qui fait du bien au moral et apporte une bouffée d'oxygène legardinière, celle d'une rédemption possible pour ses personnages principaux. Aucune raison de le lire alors, me direz-vous avec beaucoup de répartie. A vous de juger !

Romelle est une fille gentille et docile, pas douée pour la haine, qui après avoir fugué deux fois à l'âge de 16 ans, a échoué dans un bouge tel qu'il en existait beaucoup aux Etats-Unis dans les années d'après-guerre. Elle chante en pianotant, se défend contre les attaques masculines “des poivrots bruyants, des peloteurs collants. Gentils comme tout chez eux. Mais des vrais primates dès qu'ils étaient loin de leur foyer pour un congrès ou un voyage d'affaires” (p.57). Elle survit à peine dans un logement miteux. A trente ans, elle est déjà usée par la vie, pour elle l'ascenseur social s'est arrêté au sous-sol, elle a fait un stock de médocs pour le jour où elle en aura suffisamment marre pour en finir.

Aussi, quand Jules, un jeune homme timide, pâle, éduqué, aux manières raffinées, descendant d'une riche famille du Mississippi, vient chaque soir pour l'écouter en la dévorant des yeux, il n'en faut pas davantage à cette femme romantique pour voir en lui le prince charmant. Vite rencontrée, vite épousée !

Dans un thriller psychologique formaté aux normes du XXIème siècle, le lecteur s'attendrait à ce que l'agneau se transforme en loup-tortionnaire, pervers narcissique ou mari aux arguments frappeurs. Pas avec W. R. Burnett. Tout au long des 185 pages écrites tout-petit, on se demande quelle va pouvoir être la chute de cette histoire, d'une humanité bouleversante. Parce que Jules, voyez-vous, est un authentique gentil, passionné par les plantes et les animaux.

Dès les premières phrases, on est embarqué, on aime Romelle et on voudrait qu'enfin elle soit heureuse, mais malgré ces voeux pieux, le lecteur ressent une sorte de crainte prémonitoire, d'effroi informe. La tension sature l'atmosphère durant la lecture. W. R. Burnett a inoculé dans son histoire cette si puissante et indescriptible sensation de désastre imminent. Dans les scènes conjugales les plus tendres, un verre à la main devant un feu de cheminée en compagnie de ce charmant voisin, le docteur Earl Cameron, toujours flanqué de son petit chien, la menace plane, sans que l'on comprenne comment l'auteur réussit cette prouesse.

Un roman hélas méconnu, écrit en 1946, qui restera dans ma mémoire. du grand art littéraire, servi par une économie de moyens, un peu à la manière de William Irish ou David Goodis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
SirFurby
  01 octobre 2018
Lyrisme en eaux troubles.

C'est l'histoire de Romelle, petite fille aux allumettes qui aurait grandi, et de son Jules. Premier livre de l'auteur que je lis. J'adhère. J'aime l'écriture, les personnages, le réalisme froid et pourtant d'une certaine poésie dans les sentiments, perturbés, peu clairs, quoiqu'il en soit vrais et touchants. C'est une belle histoire torturée, compliquée, mais limpide. La fin fait réfléchir sur les rencontres qui peuvent changer une vie, aussi rabâchée soit la formule, et qui vous fauchent en même temps, comme un accident de parcours. Aurait-il mieux valu ne pas les vivre ? La question restera sans réponse et chacun y répondra à l'aulne de son baromètre d'optimisme après avoir lu le roman de W.R Burnett.
Sans doute un effet secondaire de notre époque surconnectée où on a tout vu tout lu, j'avais deviné la chute largement avant que Romelle ne découvre le pot-aux-roses. Comme j'ai trouvé qu'elle en mettait du temps pour percer le secret déjà éventé, j'ai senti des longueurs s'étendre.
On est un peu dans la brume après avoir lu le dernier paragraphe. Il est écrit quelque part que la seule fatalité c'est celle qui nous sera finalement fatale.

Hmm…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   26 mai 2015
- Trente ans ! Mais voyons, ma belle ; ce n'est rien du tout. Moi, j'ai trente-deux ans... et ... je m'amuse comme une folle ; je n'y pense pas une seule seconde. Voyons - de nos jours les femmes ne sont pas vieilles à quarante ans ni même après. Ne sois pas bête, ma chérie.

Page 12 - Rivages Noirs
Commenter  J’apprécie          80
namelessnameless   25 mai 2015
Romelle, ravie, les écoutait et regrettait de ne pas avoir plus d'éducation pour pouvoir se joindre à la conversation avec un peu d'assurance, et ne pas uniquement se faire l'écho des idées des deux hommes.

Page 77 - Rivages/Noir
Commenter  J’apprécie          70
namelessnameless   26 mai 2015
- Le coupable fuit quand nul ne le poursuit, récita le docteur, puis il se traita aussitôt de sale rat de bibliothèque, prêt à citer à chaque occasion un dicton ou une maxime, mais tristement inutile en cas de catastrophe.

Page 173 - Rivages Noirs
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
« Quand ma mère avait dix-huit ans, elle commença à travailler dans un des magasins de mon père à La Nouvelle Orléans. Elle était très belle. En fait, quoique je ne m’en sois pas rendu compte avant le soir où vous avez parlé de « mère idéale, » docteur, elle ressemblait énormément à Romelle. Mon père était un homme d’âge mûr à l’époque ; veuf. Ma mère tomba amoureuse de lui, violemment et désespérément. Pendant longtemps il parla de mariage et puis apparemment se fatigua de toute cette histoire et changea d’avis : c’est-à-dire, s’il avait jamais eu l’intention de l’épouser, ce dont je doute. Ma mère en eut le cœur brisé, ne voulut plus entendre parler de lui, et retourna dans sa famille à Baton Rouge. C’est là que je suis né.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
À dix-neuf ans elle avait été une jolie blonde qui se débrouillait grâce à son physique. Inutile de se leurrer, elle n’avait jamais eu aucun talent – rien d’exceptionnel. Elle savait un peu chanter d’une voix de soprano douce et un peu faible qu’elle déformait en contralto parce que c’était plus à la mode. Elle savait un peu danser – des numéros banals qu’elle avait appris machinalement ; elle savait même à la rigueur lancer une réplique pas trop compliquée. Mais elle n’avait jamais eu – et n’aurait jamais – aucune présence, aucun don. Elle était comme des millions d’autres. Et maintenant à trente ans… !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre