AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1022607979
Éditeur : Métailié (23/08/2018)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Kate, étudiante à la dérive, fait des « enquêtes » cinématographiques dans les rues désertées des banlieues pavillonnaires. Son père vient de mourir brutalement et elle noie son chagrin dans la défonce. Au cours d’une de ses déambulations, elle rencontre Jean, une vieille dame en pleine forme qui coupe son bois et prépare des thés délicats. Jean propose un étrange marché : elle veut bien raconter ses histoires, mais à condition que Kate cesse de boire.
Tandis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  28 août 2018
Ce que j'ai ressenti:
*Etre sauvée par des histoires…
Kate, jeune femme en pleine étude cinéaste, est en souffrance, perdue dans un brouillard alcoolisé, à la dérive même de sa propre vie…Et un jour, elle rencontre Jean Culver une vielle dame, un peu singulière….Dans un échange implicite, elles décident de se voir plus régulièrement. L'une et l'autre, se sauvant grâce à leurs histoires et une bonne dose de chaleur…Que c'est joli de voir naître une amitié aussi désintéressée avec ces deux femmes si solitaires…
John Burnside a un pouvoir magique: c'est un conteur hors pair, il nous raconte la vie dans toutes ses contradictions, sa beauté et ses horreurs, avec une pointe de philosophie positive…Toute en quiétude, et autour de boissons chaudes réconfortantes, il nous crée une atmosphère suave où deux femmes, de générations et destins différents, se lancent à l'assaut de leurs souvenirs…C'est d'une douceur exquise d'avoir à contempler un peu de ce temps suspendu, et apprécier leurs échanges faits de tendresse et d'empathie.
« Il me semblait comprendre. Premier et second amours. Et derniers amours, sans espoir. Tout ça, c'était de l'amour en fin de compte. »
*…Dans les strates de souvenirs…
On traverse par les sillons de la mémoire de Jean, tout un pan d'Histoire américaine où la guerre et ses aléas ont fait des ravages, tandis que dans ceux de Kate, on frôle toutes les inquiétudes de la jeune génération, complètement anéantie d'aspirations…Un tissage de liens et d'expériences personnelles qui mêlent Passé et Présent, chacune devenant un réceptacle d'émotions vives, mais dans leur entente tacite, toujours cet élan commun, d'espoir, ce rêve de futur meilleur…Hantées toutes deux, par des fantômes, elles vont danser, rire, pleurer, partager autour de ses restes de peines dans une ambiance cocooning tout en savourant des douceurs sucrées. Les résidus de ses douleurs, en ont fait des femmes fortes mais fragiles, solitaires mais aimantes, merveilleuses mais écorchées à jamais…
« Les seuls fantômes qui reviennent hanter leur ancien monde sont les esquintés et les malfaisants. »
*…Par une force tranquille…
John Burnside a une plume sensible et poétique, où l'on ressent une sagesse apaisante. Il a réussi à me captiver dans toutes les nuances de calme et d'ondes de bonheur à saisir, avant l'inévitable… Il se dégage comme une force tranquille dans ce roman, de se recentrer sur l'essentiel pour mieux apprécier, dans un silence, le bruit du dégel et les plaisirs simples de la vie. En somme, juste se poser, écouter, apprendre des anciens, boire un thé chaud, Faire des beignets et fendre du bois, comme ligne de conduite. J'ai adoré cette lecture parce qu'elle se joue du temps, de nos tourments, de nos peurs enfouies, alors qu'il est si facile de se faire chauffer un peu d'eau, y jeter un sachet d'herbes aromatiques et de lire, un bon livre…
Un bon livre comme, le bruit du dégel de John Burnside, fraîchement sorti pour la rentrée littéraire 2018…

« Quand on entrevoit l'ailleurs, même brièvement, personne ne pourrait nous tenir rigueur de penser que le bonheur et le temps sont une seule et même chose. »
Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
traversay
  03 septembre 2018
Kate, l'étudiante, est engagée dans une relation sentimentale hasardeuse et boit plus que de raison ; Jean, la vieille femme, fend du bois, savoure son thé et ses pâtisseries et vit seule, sans doute entourée de fantômes aimés. Leur rencontre et leurs dialogues sont orchestrés par l'écossais John Burnside qui situe cette fois son intrigue aux Etats-Unis, au fil d'une succession d'histoires intimes qui finissent par tisser un récit de l'Amérique de la deuxième moitié du XXe siècle. Et de cette relation entre deux femmes séparées par de nombreuses décennies va naître une connivence et une amitié qui se développent naturellement, parce que l'une a le talent de raconter et l'autre celui d'écouter. Moins opaque que dans la plupart de ses romans précédents (Scintillation, L'été des noyés), Burnside reste cependant un auteur qui préfère garder une grande part de mystère à ses personnages et à ce qui leur arrive, faisant confiance à l'intelligence, l'intuition et l'imagination de ses lecteurs. Dans le bruit du dégel, il nous embarque dans une narration à la Shéhérazade où ses héros se protègent des mensonges d'Etat (Guerre froide, Vietnam) mais en paient chèrement le prix, et où les histoires d'amour finissent mal en général. L'écrivain prône la contestation comme arme contre le non-conformisme et décrit comme personne les faiblesses humaines et leurs échappatoires dérisoires. Mais la plus belle des addictions, et la moins nocive, n'est-elle pas celle de raconter des histoires, et qu'importe si elles prennent quelque distance avec la vérité ? Subtil, poétique et amer, le bruit du dégel est une décoction au parfum unique que l'on savoure comme un thé noir fort et capiteux.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BMSierre
  17 décembre 2018
Un hasard met en présence deux femmes, la plus jeune, Kate est alcoolique et dans une détresse profonde suite au décès de son père. L'autre, Jean est une femme âgée excentrique et solitaire, attirée par la jeune femme. Jean propose un marché : Kate arrête de boire et Jean lui raconte sa propre histoire. Jour après jour naît une profonde affection entre les deux femmes. Nous autres lecteurs sommes fascinés par l'imagination de l'auteur. Dans le passé de Jean se mêlent les deuils et les secrets de famille. Toutes les deux trouvent à la fin, la sérénité et Jean, malade, pourra partir en paix. Une histoire prenante et subtile. JB
Commenter  J’apprécie          20
LadyDoubleH
  14 septembre 2018
J'ai vraiment aimé ce roman de l'écossais John Burnside – le premier que je lis de lui. Il se passe aux États-Unis, et commence quelques mois avant l'an 2000. Kate Lambert est une jeune femme un peu (beaucoup ?) paumée. Étudiante en arts visuels, son père est mort il y a quelques mois. Elle n'arrive pas à surmonter ce deuil, picole vraiment trop et vit une histoire compliquée avec Laurits. « J'étais donc dehors sous le soleil de juin, en train d'errer de porte en porte pour prendre part à une étude anthropologique sur toutes les manières dont les gens mentent quand ils racontent le passé. ». C'est là qu'elle rencontre une vieille dame, Jean, en train de fendre du bois près de sa maison ancienne, en lisière de forêt. Jean Culver. « C'était quelqu'un qui avait fait la paix avec le monde, selon ses propres termes, quelqu'un qui avait cessé de se préoccuper des détails accessoires pour se concentrer sur l'essentiel ».
En échange de la promesse qu'elle reste sobre les cinq prochains jours, Jean accepte de répondre aux questions de Kate. Elles vont alors commencer à développer une relation complice de parole et d'écoute, d'amitié, de confiance. Et entre deux biscuits maison et une décoction curieuse à base de plantes, on se retrouve transportés par la puissance narrative de John Burnside, à travers les voix de Jean et Kate, dans un récit de l'histoire des États-Unis de la deuxième moitié du vingtième siècle.
J'ai été conquise par la plume de l'écrivain écossais, qui laisse une part belle aux silences, aux ombres, aux non-dits et aux mystères. On ne saura pas tout. « Un bon mensonge, comme une bonne pièce de théâtre, contient plus de vérité que d'invention ». Enfant, Jean m'a fait penser à Scout ; jeune femme, à Idgie, de Beignets de Tomates vertes. C'est dire si je me suis tout de suite attachée à sa personnalité forte et touchante.
Le Bruit du dégel est poétique et habile, parfois dur. J'aimerais en parler mieux ! Il fait réfléchir aux versants abrupts de l'existence et à ces rares instants précieux où le coeur exalté flamboie. C'est un roman à découvrir.
« le bonheur, il faut le prendre quand on peut, quel qu'il soit »
Lien : https://lettresdirlandeetdai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cathulu
  24 août 2018
Étudiante en cinéma, Kate peine à se remettre du décès de son père et se réfugie dans l'alcool. Chargée de récolter des récits, la jeune femme rencontre par hasard Jean, une vieille dame pleine d'énergie, qui va lui proposer un troc : elle lui confiera ses histoires à condition que Kate arrête de boire.
Autour de tasses de thés odorants, de pâtisseries maison, commence alors une relation enrichissante pour les deux femmes, tout en délicatesse.
Au-delà de l'aspect intime des histoires révélées, c'est aussi tout un pan,souvent peu glorieux, de l'Histoire américaine qui se donne à lire.
Tout en suggestions, sans se départir de sa prose poétique, John Burnside nous livre ici un roman qui entremêle les histoires, les générations, avec bienveillance et sensibilité.
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Liberation   17 septembre 2018
Comme toujours chez John Burnside, c’est le récit d’une violence qui devient paisible, d’«une lenteur gracieuse».
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
EspressoEspresso   14 décembre 2018
... ce fut aussi le souvenir tentant qu'elle suscitait, un souvenir disant qu'un jour j'avais vraiment été heureuse et que, par conséquent, je pouvais l'être à nouveau. p.25
Commenter  J’apprécie          00
StelphiqueStelphique   25 août 2018
Quand on entrevoit l'ailleurs, même brièvement, personne ne pourrait nous tenir rigueur de penser que le bonheur et le temps sont une seule et même chose.
Commenter  J’apprécie          180
ZakuroZakuro   02 septembre 2018
Aujourd'hui, je sais qu'en réalité, on ne perd qu'une ou deux choses au cours d'une vie, peut-être même rien qu'une, dont tout le reste n'est que l'écho.
Commenter  J’apprécie          122
predestinypredestiny   31 août 2018
La Nature donne, et la Nature prend. Ce qu'on ne voit pas toujours, c'est que la Nature a aussi le sens de l'humour. Et pendant toutes ces années où on s'est cru obligé de troquer nos vies contre...des choses. Argent. Succès. Position sociale. Pendant toutes ces années, on n'a pas vu que la seule chose valable, la seule possession qui ait une quelconque valeur, c'est le temps. S'approprier le temps qu'il nous reste, quelle qu'en soit la durée...se l'approprier, pour qu'il ne puisse pas être gaspillé, accaparé par d'autres ou envahi d'activités insignifiantes...c'est la plus grande proximité avec le bonheur qu'il m'ait été nécessaire de connaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
StelphiqueStelphique   27 août 2018
Il me semblait comprendre. Premier et second amours. Et derniers amours, sans espoir. Tout ça, c'était de l'amour en fin de compte.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de John Burnside (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Burnside
Lise Belperron présente John Burnside - Le bruit du dégel
autres livres classés : littérature écossaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3064 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..