AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de petit-lips


petit-lips
  02 décembre 2014
Le tueur en série Harvey Smith est mourant et il a des derniers aveux à faire. Il ne veut se confier qu'à la psychologue Jolene Granger. La jeune femme a été brièvement mariée, il y a pratiquement une quinzaine d'années, à Brody Winchester, le Texas Ranger qui a mis le tueur derrière les barreaux. Harvey leur annonce également que son apprenti, Robbie, poursuivra son oeuvre. le premier corps d'une femme est retrouvé grâce aux indications du tueur, et c'est loin d'être le dernier...

« Sans issue » est un thriller prenant, qui met davantage l'accent sur l'enquête, plutôt que sur la romance. L'intrigue principale est addictive, au point que les cinq cent pages défilent très vite. A chaque chapitre notre curiosité est piquée, et on a envie de connaître la suite. J'ai eu des soupçons assez vite sur l'identité de l'apprenti d'Harvey, mais cela n'a pas spécialement gâché mon plaisir. L'auteure nous donne tellement de pistes, que l'on n'est jamais sûr à 100%.

La romance entre Jolene et Brody est discrète, mais émouvante. J'aime beaucoup lorsqu'il s'agit d'un couple qui a un certain passif. En quatorze ans ils ont bien changé, et ils ont chacun des apriori l'un sur l'autre. Ce n'est pas ce que j'appellerai une "romance sexy", mais une "romance touchante" (bien que l'un n'empêche pas l'autre je vous l'accorde). le fait que la romance soit au second plan n'est pas gênant du tout. Je pense au contraire que c'est un atout.

« Sans issue » est un roman assez sombre, avec une enquête prenante. La plume de l'auteure est addictive, c'est fluide et l'on ne voit pas les pages défiler. J'ai beaucoup aimé ce thriller teinté d'une petite touche de romance entre les personnages principaux.
Lien : http://lectures-petit-lips.b..
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox