AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1980937702
Éditeur : Auto édition (01/05/2018)
Résumé :
Sur les berges du Devil’s Lake, Alberta, Canada, Camille trouve par hasard le corps d’une adolescente, juste avant les grands froids et l’arrivée de la neige. Le choc est immense.

Pourquoi Claire Caine est-elle morte ? Et qui l’a sauvagement assassinée ?

L’enquête de Warren Kay, le beau flic natif, aidé d’Irma et Adriel, se déroule cette fois dans une réserve autochtone du Canada.

Cette histoire mâtinée de légende indienn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2019
L’autopsie, la vraie, celle où le cadavre est découpé avec dextérité par le médecin légiste afin de cerner les causes de la mort, fut un des passages obligés, mais fort pénibles, avant-coureur de ce qui l’attendait plus tard. Il était donc jeune apprenti flic quand l’un de ses professeurs l’avait obligé à en voir une, ainsi que d’autres camarades. Il y était allé sans appréhension ni dégoût particulier. Il avait foncé sans état d’âme, se disant que toute expérience était bonne à prendre. Il avait déjà été confronté à des cadavres, au cours de quelques missions sur le terrain, et il le fut souvent encore par la suite, mais s’il avait oublié la plupart de ces morts, leurs visages, leurs postures et les conditions dans lesquelles ils étaient passés de vie à trépas, il ne put jamais oublier sa première autopsie .


 


Ce matin-là, ils étaient une dizaine d’étudiants. Le légiste les fit entrer et donna à chacun une tenue de circonstance : combinaison jetable avec capuche, gants, bottes en plastique. L’accoutrement était complet avec un tablier imperméable et un masque avec visière.

Sur une table métallique gisait un cadavre nu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2019
À quel moment le rêve devient-il réalité et la réalité un rêve ?

À quel moment franchit-on la frontière ?

À quel moment se retrouve-t-on de l’autre côté du miroir ?

Mais son cœur ne se calmait pas. La sensation de ce matin, juste au réveil, après le rêve, revint plus intense que jamais : un sentiment de vide, de perte, et de douleur qui s’intensifiait de seconde en seconde. Une panique soudaine, une peur irraisonnée, s’empara d’elle. Elle s’arrêta à nouveau, hésitant, suffoquant, cherchant d’où venait le danger. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2019
Des bonnes femmes étalaient leurs parures d’or et d’argent : une bague à chaque doigt, des bracelets jusqu’aux coudes, des breloques à tous les niveaux, sans parler des piercings à la mode, des foulards Hermès, du maquillage criard et des chaussures à hauts talons dorés. Drôle d’endroit pour parler boulot mais la nourriture était excellente et c’était leur patron, Chanel Twelve qui raquait. Adriel dans son éternel blouson de motard en cuir noir se sentait presque déplacé, bien qu’il attirât le regard des femmes qui passaient à proximité, si près qu’il pouvait sentir leur mauvais parfum de starlette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2019
Curieusement, le sex-appeal d’Adriel, qui semblait agir sur toute personne adulte située à moins de dix mètres et propriétaire de glandes hormonales en état de marche, ne fonctionnait pas sur Irma. De toute évidence, elle tenait à lui. Elle l’aimait, mais d’un amour fraternel, filial ou amical, selon. Elle pouvait être parfois la mère, parfois la sœur mais elle était toujours l’amie. Ils n’en avaient jamais vraiment discuté mais il s’était juré qu’aucune partie de jambes en l’air, même sous la menace d’une arme, même bourré, même de son initiative à elle, ne viendrait remettre cette amitié en cause.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2019
Doucement, la solitude avait fait son nid, chez lui, dans sa chambre comme dans son cœur. On s’habituait, n’était-ce pas, on s’habituait à ce silence froid et implacable, même avec le son de la télé en fond musical, même avec le bruit des clapotis de l’eau sur le lac. La journée terminée, pleine de drames, de papelards, de coups de fil, de réunions, de débats, de concertations, de mains serrées, de voix stressées, Warren appréciait les espaces neutres et sans âme de sa maison, ses grands couloirs vides et dépeuplés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : neigeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus