AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
N.E.O. - Romans tome 1 sur 3
EAN : 9782266306218
512 pages
Pocket Jeunesse (01/10/2020)
  Existe en édition audio
3.92/5   466 notes
Résumé :
Dans un monde où les adultes ont disparu, il existe deux refuges pour les deux bandes rivales qui ont survécu au cataclysme : le tipi et le château. Les uns chassent pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés. Bientôt, une étrange maladie fait peser un risque de famine sur le clan du tipi, le privant de ses proies. Et si ceux du château étaient à l'origine de cet empoisonnement ? L'heure de la confrontation est venue : la guerre entre les deux tribus peut... >Voir plus
Que lire après N.E.O., tome 1 : La Chute du soleil de ferVoir plus
N.É.O., tome 1 : La chute du soleil de fer (BD) par L'Hermenier

N.E.O. (BD)

Maxe L'Hermenier

4.05★ (433)

5 tomes

Amari, tome 1 : Amari et le Bureau des affaires surnaturelles par Alston

Amari

B.B. Alston

4.41★ (771)

3 tomes

Critiques, Analyses et Avis (110) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 466 notes
Rapides, les PKJ, efficaces dans ce monde qui part en sucette ! J'en connais d'autres qui auraient intérêt à s'inspirer d'eux ! Bravo pour la qualité ; belle couverture même si je l'aurai choisie moins explicite, plus mystérieuse, digne des premières pages du roman.
Donc, le monde est enfin débarrassé du parasite humanoïde n'ayant plus aucune conscience d'appartenir à un biotope. Imaginez la scène : un virus sino-européano-russo-étatsunien a décimé la population. Nous l'appellerons farce-toovide-3 car l'humour se moque de la bienpensance.
Nous sommes dans une ville, une ex-ville, désertée. Il n'y a plus que des enfants nés pile poil au moment du pic épidémique, dont les parents portaient des masques, ne se regroupaient pas pour chanter, faire semblant d'apprendre, applaudir des milliardaires en short ou se trémousser devant des caméras, et surtout évitaient les regroupements en intérieur !
Deux groupes de titis gamins donc, deux clans survivants...pour l'instant.
Les uns habitent dans une structure métallique pyramidale et moche le long d'un fleuve, quelle scène !
Les autres un chateau-musée, barricadé avec de lourdes portes : si on Louvre, on débouche sur une grande cour carrée avec . . . Une pyramide de verre !
Ils se craignent. Ils s'envient ou se méprisent, rêvent selon les cas de conquête ou de fraternisation.
C'est le microcosme de l'histoire humaine qui va se jouer ici, en miniature. Avec du vocabulaire jeune, moderne, adapté à l'âge des héros : une dizaine d'années.
Les questions qu'ils se posent à leur âge sont universelles et facilement transposables : sommes-nous seuls ? le danger vient-il de l'autre, vient-il de nos croyances, de nos superstitions ?
Avons-nous intérêt à coopérer ou vaut-il mieux apporter la civilisation de force à l'autre ? Et l'autre, doit-il frapper avant qu'il ne soit trop tard ?
A qui confier l'organisation d'une société ? A des spécialistes ou à un gourou sorcier ? A une assemblée ?
C'est tout cela ce livre avec un niveau d'écriture accessible aux plus jeunes. Michel Bussi a su se renouveler et produire un livre jeunesse de qualité. Il faut le voir comme cela : c'est le moyen d'aborder ces sujets intelligemment, avec bonne humeur car ce livre est gai. On attend la suite avec impatience.
A offrir maintenant, d'autant que mon petit doigt me dit qu'une partie des droits d'auteur sera reversée au secours populaire. Cela ne m'étonne pas de la part de quelqu'un qui offre systématiquement son nouveau livre à la bibliothèque d'à côté.
Commenter  J’apprécie          601
M'étant fait offrir cet ouvrage dès sa sortie, ou presque, je ne l'ai pas lu tout de suite, préférant attendre...eh bien aujourd'hui, oui, je fonctionne comme cela, par périodes où je suis plus ou moins attirée par tel ou tel ouvrage. En attendant, j'emmagasine pour mieux pouvoir piocher dans ma PL plus tard, comme ce fut le cas ici ! D'autant plus que j'avais anticipé, sachant plus ou moins par avance que j'allais adorer cette lecture (ouf, ce fut bel et bien le cas), et sachant qu'il s'agissait d'un tome un, il y aurait forcément une suite, au moins, une fois que je l'aurai lu, je n'aurai pas à attendre impatiemment que le suivant sorte en librairie, sachant que maintenant, c'est chose faite et que je vais pouvoir lire la suite dès que j'en aurai envie (ce qui d'ailleurs ne saurait tarder je pense).

Ici, nus nous retrouvons un peu comme dans le roman "Sa majesté des mouches" de William Golding (roman que j'avais beaucoup apprécié soit dit en passant) mais avec juste cette ressemblance que l'histoire se déroule dans un monde dépourvu d'adultes puisque tous sont mort. Comment ? Tous l'ignorent, tous ces enfants âgés de douze ans et que très peu se souviennent d'eux ! Il y a deux clans ici, ceux que l'on pourrait considérer comme des privilégiés puisqu'ils vivent dans un château, à l'abri donc des intempéries et des caprices de dame nature et qu'ils ont accès à la connaissance grâce à des cours qui leur sont dispensés chaque jour par visio-conférence si l'on peut dire puisque la personne qui leur parle, Marie-Lune et que tous considèrent plus ou moins comme leur mère, est elle aussi, morte en même temps que les autres adultes. Les autres enfants, eux, vivent tel Robinson Crusoé, non pas échoués sur une île déserte mais en pleine forêt, ce sont les enfants du tipi. Eux se considèrent comme libres car, même si ils ignorent tout de la manière dont vivent les enfants du château, eux, maîtrisent l'art de la chasse et apprennent au contraire des premiers à vivre avec Dame Nature et en fonction d'elle. Ces deux tribus ne se sont jamais rencontrées jusqu'au jour où Zyzo, l'un des enfants du tipi est envoyé en reconnaissance au plus près du château pour y apprendre un maximum d'informations sur ceux qu'ils considèrent comme leurs ennemis étant donné qu'ils ne les connaissent pas...encore !L'inconnu fait souvent peur, cela a toujours été prouvé mais que se passeraient-ils si ils apprenaient justement à se connaître ? Je passe sur les nombreux autres personnages de cette histoire, voyant le grand nombre de critiques qui ont déjà été faites sur ce premier tome, afin de ne pas risquer de me répéter mais je conclurai en disant seulement que Michel Bussi est un véritable magicien-caméléon car il peut se plonger dans la peau de n'importe quel écrivain, quel que soi son style, il y excelle à merveille !

Un roman qui retranscrit bien la société d'aujourd'hui (et des temps anciens puisque, soyons honnêtes, malgré toutes les avancées technologiques qui ont été faites depuis, sur le plan social et humain, celle-ci n'a pas tellement évolué et il en sera malheureusement toujours ainsi (je ne suis absolument pas pessimiste mais juste réaliste : il y aura toujours ceux qui ont tout et ceux qui ne possèdent quasiment rien et s'en contentent parfaitement). Un ouvrage extrêmement bien écrit et que je ne peux donc que vous recommander ! Certes, il y aura toujours des inégalités, L Histoire qui se répètera encore et encore etc. mais en lisant la toute dernière page de cet ouvrage, le lecteur apprend que l'auteur reverse 10 % de ces droits au Secours Populaire de Paris et puisqu'il n'y a jamais de petites actions, moi, je ne peux dire que Bravo et merci Michel Bussi !
Commenter  J’apprécie          431
J'ai découvert cet auteur avec ses polars. le peu que j'ai lu de lui m'avait bien plu sans avoir eu de coup de coeur. Je trouvais que ça manquait un peu de dynamisme dans l'écriture. Je découvre là avec beaucoup de plaisir, son entrée dans la littérature jeunesse et la Science-Fiction. Pour ma part, c'est une tentative très réussie.
Nous sommes dans le futur. Tous les adultes ont disparu. Il ne reste qu'un poignée d'enfants de 12 ans, tous nés à quelques jours d'intervalle. Ils sont regroupés en 2 clans. Chacun sait que l'autre existe, mais la méfiance règne. le thème abordé ici est clairement celui de la peur de l'autre par ignorance. J'ai d'ailleurs trouvé ce thème particulièrement bien traité, faisant remonter certaines tares de notre humanité.
On comprend petit à petit (et aussi grâce à la couverture), que l'histoire se déroule dans un Paris abandonné. le clan du Tipi a élu domicile dans la Tour Eiffel et le clan du château, au Louvre. Ces deux clans vont devoir coopérer pour un but commun, mais les affrontements sont malheureusement plus tentant et ne sont jamais bien loin. Faire connaissance dans un monde hostile et plein de mystères est loin d'être simple.
Les personnages sont attachants et plutôt complexes pour des gamins. J'aime beaucoup les relations qui les unissent. On retrouve toute la complexité de notre monde d'adultes dans ces gosses qui essaient de s'organiser pour construire une société par différents moyens. Ce premier tome est ainsi parsemé de mystères qui n'ont pas tous une réponse.
Je ne suis pas passée loin du coup de coeur avec ce début de trilogie. le petit pixel manquant dans ce chouette roman, ce sont les quelques incohérences ou manque d'explication pour leur survie au quotidien. Rien de bien grave pour l'ensemble puisqu'il ne faut pas oublier que c'est d'abord destiné à un jeune public. Mais que les grands peuvent aussi trouver beaucoup de plaisir à lire.
J'espère que le tome 2 répondra au moins en partie à certaines questions que le lecteur se pose sur cet univers.
Lien : https://www.facebook.com/Les..
Commenter  J’apprécie          342
Michel Bussi est un auteur de polars prolifique et apprécié d'un grand nombre depuis plusieurs années. Pour ma part, j'ai été séduite par certains de ses titres comme le très bon « Nymphéas noirs », tandis que d'autres m'ont fortement déplu comme « Maman a tort ». À la médiathèque, l'auteur a énormément de succès, si bien que j'achète toujours chaque nouvelle publication ! Alors, lorsque j'ai appris que Michel Bussi sortait un titre destiné à un jeune lectorat qui changeait radicalement avec son genre habituel, j'ai été curieuse. Hélas, je n'ai pas du tout accroché au point d'avoir arrêté ma lecture après 210 pages…

Les raisons de mon abandon sont simples : après plus de 200 pages, il n'y a toujours aucune action ni de suspense. Il ne se passe absolument rien ! Certes, entre deux blablas, un début de révolution se profile, que ce soit en interne contre la reine Alixe ou en externe avec les deux clans… Cependant, de ce que j'ai feuilleté ou lu en diagonale, il faudra encore attendre longtemps avant que les choses bougent ! La mise en place est donc bien trop lente à mon goût… Et je crains que mes lecteurs ados soient de cet avis. (J'espère me tromper…) Par ailleurs, il y a énormément de personnages. Certes, cinq d'entre eux sont un peu plus mis en avant que les autres toutefois, une dizaine d'autres enfants aura un rôle. de ce fait, il sera important d'arriver à cerner chaque protagoniste… Ce qui n'a pas été mon cas. Or, pour en revenir au noyau principal, je reconnais que je ne me suis absolument pas attachée à eux. Ils m'ont paru lisses et sans surprise. Parfois, ils s'exprimaient comme des enfants, ne faisant pas vraiment leur âge. Puis, quelques pages plus loin, ils avaient un comportement proche d'un grand ado, presque adulte. C'était déconcertant. Enfin, Zyzo, le personnage principal, m'a totalement laissée de marbre. Je l'ai trouvé très fade, trop observateur, du genre pensif et assez mou. À l'inverse, la reine Alixe était bien plus dynamique, franche et pétillante que lui. Pour toutes ces raisons, j'ai préféré laisser tomber et passer à un autre livre.

Ce choix d'abandon est vraiment regrettable, car il y avait du potentiel avec ce premier opus, notamment dans son univers. Dans ce dernier, les adultes ont tous disparu à cause d'un nuage toxique. Ainsi, à la manière de la saga « U4 », les adolescents sont livrés à eux-mêmes et devront s'organiser pour survivre non seulement face aux animaux, mais également face aux autres jeunes de leur âge. L'histoire se déroule à Paris, où deux clans s'affrontent. le premier vit dans « le Tipi » qui est en fait la Tour Eiffel. Là-bas, la vie est assez sauvage et les rescapés sont plutôt adeptes de la chasse. À l'inverse, les jeunes vivant au Louvres, alias « le Château », sont très orientés sur la culture, l'art et le combat. Ils ont adopté un régime végétarien et voient d'un mauvais oeil ces malpropres qui semblent de plus en plus envier leurs vivres… D'autres lieux célèbres de notre capitale se voient renommés comme le Sanctuaire (Notre-Dame) ou encore les stations de métro devenues « Les M ». Sur le papier, l'idée est prometteuse néanmoins, j'ai bloqué sur une incohérence : la fin du monde a eu lieu il y a des années. Au moment où le récit commence, tous les héros ont tous le même âge (douze ans), car ils sont nés le même jour. Comment ont-ils pu parvenir à créer des cultures, s'éduquer seuls, gérer des ressources en tous genres et mettre en place tout un système politique alors qu'ils n'avaient que 6 ou 7 ans ? Apparemment, cela s'est fait grâce à une simple vidéo explicative… Pour moi, c'est plus que de la débrouillardise ! Je n'imagine pas de jeunes enfants apprendre aussi vite une technique qu'ils ne connaissent pas. Je ne peux également pas concevoir le fait que des objets ou ressources nécessitant une industrialisation ou un technologie particulière existent encore. Bref, je suis déçue. J‘en attendais plus de la part de Michel Bussi… Cela dit, j'espère tout de même que mes lecteurs ados sauront passer outre la longue introduction.
Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          208
N. É. O est la première saga pour adolescents signée par Michel Bussi, auteur français bien connu de romans à suspense pour adultes. Celle-ci s'articulera sur quatre tomes. J'ai déniché les deux premiers.
L'intrigue est une dystopie située dans un Paris post apocalyptique. L'histoire se déroule dans un monde où les adultes ont disparu, il ne reste que les enfants. A l'origine de ce désastre, un nuage toxique incolore. « Les gens vont mourir et les seuls qui ne meurent pas sont ceux qui sont dans le ventre de leur mère et ne respirent pas ». le premier tome : "La chute du soleil de fer" commence 12 ans après cette catastrophe, tous les enfants sont devenus des ados. Ils vivent à Paris, déserté mais tel qu'il est connu aujourd'hui, avec son architecture et ses nombreux monuments : la tour Eiffel, le Louvre, Notre-Dame, etc.
Il y a deux bandes rivales d'une centaine d'enfants qui survivent et qui s'ignorent. L'une dans le tipi et l'autre au château. Les uns ont appris seuls à se débrouiller, à survivre, à chasser pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés, connaissent le confort de l'électricité, du chauffage et des connaissances. On comprend au fur et à mesure de la lecture que ces deux camps ont été influencés différemment à la base par des adultes à présent disparus et qu'ils n'ont pas grandi de la même façon.
Tout le monde vit dans une harmonie relative, jusqu'au jour où les animaux meurent empoisonnés, sans qu'on sache d'où cela provient. le doute plane sur les deux clans, les tensions montent car le clan du tipi n'arrive plus à se nourrir, va accuser l'autre clan et finir par lui déclarer la guerre.
J'ai eu des difficultés à démarrer ma lecture mais après les longueurs du début, j'ai apprécié les personnages et le style de l'auteur.
Les protagonistes sont jeunes mais matures en majorité. Ils ont dû apprendre à se débrouiller seuls et cette autonomie les a fait grandir. Ils sont nombreux, définis par un ou deux traits distinctifs grossiers mais leur motivation personnelle est compréhensible et leurs aventures sont agréables à suivre. Bien entendu des personnages émergent, parce qu'ils sont plus grands, plus forts, plus instruits ou ont une capacité particulière. Avec eux, on explore des lieux parfois très connus et surprenants de Paris, on découvre ses trésors. La magie naît de ces enfants qui vont réinventer le passé car ils ne le connaissent pas, ils sont sans souvenirs.

J'ai bien aimé cette lecture, mais je dois l'avouer, de manière détachée, partagée par des informations compliquées, des incohérences, des anecdotes capillotractées. Les enfants fonctionnent d'une manière qui est loin d'être crédible par rapport à leur âge. Aucune indication de maladies d'enfant, pas de décès, pas d'existence de cimetière. Ceux du tipis ont des armes puisqu'ils chassent et pêchent mais il n'y a jamais vraiment de blessures graves, de cicatrices…. Un enfant en chaise roulante qui se déplace sans aide …. Dans la première partie, l'auteur donne l'impression que les deux groupes d'enfants ne se côtoient jamais. Mais plus loin dans la lecture, on apprend qu'une fois par an, ils se retrouvent pour la cérémonie du sanctuaire où on découvre que les enfants « se comptent » et s'observent pour voir comment ils grandissent…
Le tome deux m'attend : Que veut dire N. É.O ? Qui est l'enfant de la forêt ? qu'est ce que le soleil de fer? On touche la surface d'une intrigue plus vaste et de nombreuses questions surgissent à la fin du premier tome sur la catastrophe du nuage toxique, sur la manière dont les jeunes adolescents ont survécu et sur l'établissement des clans.


Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (2)
LaProvence
14 juin 2021
Le romancier, connu pour ses polars, a sorti les deux premiers tomes de sa série young adult
Lire la critique sur le site : LaProvence
BDGest
18 mai 2021
La Chute du Soleil de Fer parvient à trouver sa place grâce à une identité qui lui est propre et dont la lecture est vivement conseillée, y compris pour les « N.É.Ophytes » !
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
"_Zaza, on est obligés de fabriquer la même chose que ce vieux truc tout déglingué, ou on peut l'améliorer ?
La statue était effectivement étrange, et semblait avoir été brisée pendant son transport jusqu'au guéridon, devant eux. Elle n'avait plus de tête, aucun bras, et une seule des deux ailes qui poussaient dans son dos était intacte.
_Mademoiselle, sachez que ce vieux truc tout déglingué, comme vous sites (Isa-Lys, pendant les cours, vouvoyez les élèves, ce que Zyzo trouvait parfaitement ridicule vu qu'elle avait exactement le même âge qu'eux), est une statue du IIIe siècle avant Jésus-Christ, qui servait sans doute de figure de proue au navire Argos, découvert en 1863 sur l'île de Samonthrace, qu'elle est célèbre dans le monde et que...
_Ok, ok, coupa Saby, j'ai les mêmes oreilles que toi, Zaza, moi aussi j'ai entendu le bla-bla de Mama-Luna. Je me disais juste qu'on pourrait lui rajouter une tête et deux bras."
Commenter  J’apprécie          130
"_Quel sentiment ?
_La haine, Alixe. La haine. (Ogénor tourna légèrement son fauteuil pour se placer sous la fenêtre.) Elle peut prendre bien des formes. Jalousie. Colère. Peur. En faisant de Zyzomys l'ami de la reine, en faisant de lui ton champion, tu l'as nourrie. Les enfants du château sont généreux, pacifiques, cultivés. Ils peuvent se le permettre, parce qu'ils sont privilégiés. Tu vois, comme dans les cours d'histoire, les riches qui offraient la charité aux plus pauvres. Mais s'ils sentent ce privilège menacé, alors tout le groupe fera bloc contre la menace..."
Commenter  J’apprécie          191
"Saby ralentit un instant pour déposer un bisou sur la joue de la statue d'un homme casqué aux muscles saillants, bouclier et épée posés à ses pieds.
_Je les vénère grave, mes héros grecs ! Surtout Achille, lui, c'est mon chouchou ! Valère, le malade d'histoire du pavillon des Savants, prétend qu'il préférait les garçons ! Tu parles, c'est un mytho ! J'ai accroché un tableau de lui au-dessus de mon lit. D'Achille, pas de Valère ! Je l'ai piqué dans la galerie des Antiquités."
Commenter  J’apprécie          210
"_Le livre que je vais te montrer est plus important encore que le premier, King-Bill.
Et il allait le voir, lui ! Il serait le premier de tous les enfants. Bill jubilait. Il aurait été prêt à faire n'importe quoi pour cette fille qui l'appelait par son véritable nom ! La seule qui le comprenait. Et que lui seul comprenait.
_Je l'ai lu er relu, Bill. Il n'a pas d'images, celui-ci. C'est ce qui le rend dangereux. Très dangereux. Mais il est temps aujourd'hui de prendre le risque de se servir de son pouvoir."
Commenter  J’apprécie          161
"Maintenant qu'il se trouvait à quelques mètres, il se rendait compte à quel point Agnel lui avait manqué.
Tout comme la liberté ! La liberté de marcher dans les rues. De se promener. De pêcher sur l'île aux Cygnes, de courir dans la forêt, de jouer. Il revenait du château plus instruit, plus intelligent, plus sage, mais sa vie était ici, à l'air libre, dans le vent du tipi."
Commenter  J’apprécie          191

Videos de Michel Bussi (217) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Bussi
Vous ne connaissez pas encore « Cinq Avril », un récit d'aventure mystérieuse, sur fond d'Histoire avec un personnage aussi drôle qu'attachant ? Michel Bussi, co-scénariste de la série, vous en fait le pitch en 40 secondes top chrono !
« Cinq Avril » - le 3e tome disponible le 7 juin Découvrir la série de Michel Bussi, Fred Duval et Noë Monin : bit.ly/CinqAvrilT3
autres livres classés : dystopieVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus



Lecteurs (1309) Voir plus



Quiz Voir plus

Un avion sans elle.

Quel est le prénom de l'hôtesse de l'air de l'Airbus 5403 ?

Izel
Isabelle
Alice
Nicole

12 questions
437 lecteurs ont répondu
Thème : Un avion sans elle de Michel BussiCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..