AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266244388
Éditeur : Pocket (26/04/2014)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.69/5 (sur 1767 notes)
Résumé :
Soleil, palmiers, eaux turquoise de l’île de La Réunion et un couple amoureux. Cocktail parfait. Pourtant le rêve tourne au cauchemar. La femme disparaît de sa chambre d’hôtel. Son mari, soupçonné du meurtre, s’enfuit en embarquant leur gamine de six ans. Le plan Papangue, équivalent insulaire du plan Epervier, enclenche une course-poursuite vite ponctuée de cadavres, dans un décor prodigieux et au cœur de la population la plus métissée de la planète.

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (353) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  25 février 2013
En cette période De César , je tiens à remercier tout particulièrement Babélio ainsi que les Presses de la Cité pour l'envoi de ce roman dans le cadre de l'opération Masse Critique ! Comment ne pas avoir également une pensée particulièrement émue pour mes parents sans qui je ne serais pas là , aujourd'hui . Sans oublier , bien sûr , les opticiens Tutmetlédoidenloeil , les biscuits chocolatés à l'huile de palme Calorirabienquriraldernier ainsi que le marque-page Titanwatthephoque ! , et pas qu'un pneu , sans qui le plaisir de lecture eût été amoindri...
Première impression en découvrant la jaquette et le titre apposé , oups , ça fleure bon la guimauve . Prévoir le stock de mouchoirs en flanelle...
Deuxième et ultime impression en refermant l'objet susnommé , ouch , ne jamais se fier à la première nom de fichtre !
Cadre estival : la Réunion . Y a pire à priori . C'est également ce que pense la famille Bellion en villégiature . Bronzette , farniente , disparition maternelle subite , cherchez l'erreur ! Y aurait comme une vilaine rondelle de saucisson dans le ti'punch ! Un coupable tout désigné , Martial , l'époux éploré apeuré par l'opprobre qu'on ne saurait lui jeter . Refusant d'endosser le rôle peu envié d'épousopathe , il décide , accompagné de leur jeune fille Sofa , de prendre légitimement la fuite , déclenchant alors la plus trépidante chasse à l'homme que l'île ait jamais connu !
Bluffant ! Je découvre un Michel Bussi au style d'écriture enlevé et percutant donnant fortement l'envie , déjà , de se pencher sur ses précédents écrits !
Ses points forts , une intrigue parfaitement posée qui déroule son cortège de rebondissements dans un cadre magnifique , véritable partie prenante de ce jeu de cache-cache mortel ! Y incorporant judicieusement un patois local du plus bel effet , l'auteur immerge pleinement un lecteur déjà conquis . Usant d'un style incisif et nerveux , Bussi parvient à intriguer et maintenir une tension constante sans jamais tourner en rond , belle perf' , sur une île...
Des personnages consistants , mention spéciale à Aja et Christos , flics aussi pugnaces qu'attachants . Une course contre la montre magnifiquement orchestrée . Une cohérence indéniable . N'en jetez plus , la réussite est incontestable , le plaisir de lecture itou !
Ne Lâche Pas Ma Main : car pas de main , pas bouquin , pas de plaisir tout plein !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          989
ninosairosse
  01 avril 2017
On a vu souvent, rejaillir le feu
d'un ancien volcan qu'on trouvait trop vieux
J. Brel (1929-1978)
Désolé pour les p'tits cons qui pensent "oh Foutaises !"
N'ont qu'a d'mander aux gens du Piton de la Fournaise.
Je ne lâcherai's' pas ta main,
avec Hesse et Bussi, je reste un conditionnel,
pour applaudir sans remettre à demain
ton roman à l'accent circonstanciel
cette "secret scorie" du haut d' min terril,
valait bien un requin pour mon poisson d'Avril :-)

Commenter  J’apprécie          913
Livresque78
  12 mai 2014
Ce roman est le deuxième que je lis de Michel Bussi, et je ne suis pas prête de m'arrêter.
Ma première lecture de cet auteur a été " Un avion sans elle ", que j'ai beaucoup aimé. Celui-ci a un petit coté sucré, malgré que le thème central soit la disparition et le meurtre, le fait qu'il se déroule à la réunion, le rhum, la plage, le soleil, tout cela en fait un cocktail très addictif.
L'écriture est drôle juste ce qu'il faut, Michel Bussi, nous fait découvrir des personnages imparfaits et attachants mais qui connaissent leur boulot et savent mener une enquête. L'histoire se déroule sur un coin de l'île ou tous se connaissent, nous découvrons aussi, le côté plus méconnu et moins glamour de la vie insulaire: la prostitution, le drogue...
Donc un roman policier très bien ficelé, mais qui ne tombe pas dans le sanglant à outrance, une pincée d'humour et beaucoup de plaisir à la lecture.
Lien : http://livresque78.over-blog..
Commenter  J’apprécie          801
cannibalector
  25 novembre 2016
Un couple et leur petite fille partent en vacances à l'île de le Réunion.La femme disparaît. Très vite des preuves accablantes accusent le mari de l'enlèvement voire du meurtre de son épouse.Celui-ci se cache donc avec sa fille et s'enfuit en cavale à travers l'île. La gendarmerie est à ses trousses.
Au travers de cette trame simple, l'auteur nous fait découvrir La Réunion et ses métissages complexes. L'émotion se mêle aux nombreux rebondissements pour aboutir à un dénouement spectaculaire bien que peu crédible. Mais le résultat s'impose: page turner efficace que l'on ne quitte qu'à la dernière page. de plus, il est très facile à lire, trop facile selon moi.
C'est mon deuxième livre de l'auteur et j'ai exactement la même impression qu'au premier: trop lisse, trop fade, manque de "patte" personnelle. Un Grangé est reconnaissable , par exemple, avec ses mythologies et ses spiritualités exotiques, un Chattam cherche toujours à explore le"mal", un Thilliez nous plonge dans les sciences, une Giebel flirte souvent avec la folie . Ces auteurs nous percutent,nous provoquent et nous donnent souvent à réfléchir. Bussi, lui, nous offre juste des histoires prenantes et agréables à lire. Vous me direz que ce n'est déjà pas si mal.
Mais ce n'est que mon humble avis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          568
sandrine57
  06 février 2019
La Réunion, ses lagons bleu turquoise, ses plages de rêve, ses hôtels de luxe, ses marchés colorés et son volcan qui ne dort que d'un oeil. La Réunion, un petit bout de France au milieu de l'océan indien, le paradis sur terre pour des touristes avides d'exotisme et de farniente. C'est ici que Martial et Liane Bellion passent quelques jours de vacances avec leur fille de 6 ans surnommée Sofa. Les jours s'écoulent entre bronzette et trempette dans la piscine jusqu'à cet après-midi affreux où Liane remonte dans la chambre d'hôtel pour ne plus réapparaître. Affolé Martial fait appeler la gendarmerie qui conclut dans un premier temps à une fugue. Puis les évènements se précipitent, les témoignages sont accablants pour Martial qui devient le principal suspect du capitaine Aja Purvi. Alors Martial fuit avec Sofa et la chasse à l'homme commence.
Eblouissant dans Nymphéas noirs, original dans Un avion sans elle, Michel Bussi est ici plus convenu dans le déroulement de son intrigue et les défauts s'accumulent. Après une présentation des personnages, arrive la course-poursuite et elle s'éternise jusqu'à la fin. Indices et fausses pistes sont cette fois un peu téléphonés, on sent les ficelles, on se laisse promener en sachant qu'on se fait avoir, tout cela manque de subtilité. Côté ambiance, on a parfois l'impression de lire un guide touristique sur la Réunion relevé de quelques appréciations sociologiques. Regardez comme la mer est belle, imaginez-vous escaladant le Piton de la Fournaise, comme ce serait bien de rouler cheveux au vent sur la route de la côte ou d'acheter une goyave fraîchement cueillie sur un marché traditionnel. Ecoutez le parler typique de l'île ! Voyez comme la population est métissée, colorée, mais vit en parfaite entente. Oh ! Mais ne vous laissez pas abuser par la carte postale ! Regardez la misère, la drogue, l'alcoolisme, les mères célibataires, les famille entières vivant des seules allocations...Bref, on a droit à un panorama,vaste mais artificiel, de tout ce qu'il faut savoir sur l'île. Les personnages ne sauvent pas l'affaire, les flics sont des caricatures, le couple Martial/Liane peu convaincant, la petite fille un peu trop mature dans ses réflexions. Bref, une déception inattendue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4411

critiques presse (1)
Lhumanite   17 juin 2013
Si Ne lâche pas ma main passionne pour l’intrigue, le roman vaut aussi comme tableau de l’île et de ses habitants. Loin du « polar pour touristes », ses descriptions sonnent juste, ses analyses
sur La Réunion, son histoire, sont marquées au sceau d’une rigueur de géographe (son métier initial) ...
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (108) Voir plus Ajouter une citation
lalyMlalyM   04 février 2019
Ces peintres sont comme lui au fond, ils cherchent à attraper la lumière, les vagues, le mouvement. Mais pourquoi s'encombrer de toiles et de pinceaux ? Il suffit de s'asseoir là, devant la mer, et de regarder. Il sait bien que les gens de l'île le prennent pour un dingue à rester là toute la journée à fixer l'horizon. Pas plus dingue que ces vieilles devant leur tableau. Moins, même. Le spectacle est gratuit. Comme offert par un peintre génial et généreux là-haut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ninosairosseninosairosse   25 mars 2017
L'océan, c'est un truc de fous. Une fois, quand il était jeune, Rodin est entré dans un musée. Enfin, une sorte de musée. Dans le nord de la France, près de Paris, la maison d'un vieux qui regardait les reflets du soleil sur une mare toute la journée, même pas de vagues, juste des nénuphars. Dans un pays où il fait toujours froid en plus, où on touche le ciel dès qu'on se met debout. La seule fois où il a quitté l'île !

p15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
ninosairosseninosairosse   23 mars 2017
Il ne reste d'elle que des empreintes de pas mouillés sur le carrelage nickel. Les traces s'effacent déjà, comme si le carrelage froid avait aspiré le reste de la fille, les pieds en dernier. Une sorte de sable mouvant high-tech, pense bizarrement Eve-Marie. Elle soupire, seule dans l'immense couloir vitré.

p14
Commenter  J’apprécie          530
manU17manU17   02 octobre 2014
Comment apprécier une taille de guêpe lorsque l'on a goûté au parfum d'une reine ? Imelda possède un corps de chocolat, double crème, à s'en empiffrer. Des formes qui débordent, floues, changeantes, un nuage de sensualité à pétrir de ses désirs.
Commenter  J’apprécie          613
marina53marina53   22 février 2013
Quand le malheur vous touche, on refuse tous d'admettre qu'il n'y a aucun coupable à punir. Alors pour diminuer ses souffrances, on s'invente une vengeance.
Commenter  J’apprécie          700
Videos de Michel Bussi (133) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Bussi
"Les amoureux du roman ne se sentiront pas trahis et, au contraire, trouveront que c'est un magnifique écrin". Fred Duval dévoile à Michel Bussi les planches réalisées par Didier Cassegrain.
?? Pour feuilleter l'album : bit.ly/Nympheasnoirs ?? Disponible en librairie
autres livres classés : île de la réunionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ne lâche pas ma main" de Michel Bussi.

Comment s'appelle l'hôtel où à lieu la disparition de Liane ?

Olomondo
Elemende
Alamanda
Ilimindi
Ulumundu

10 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Ne lâche pas ma main de Michel BussiCréer un quiz sur ce livre
.. ..