AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266320849
528 pages
Pocket (03/02/2022)
  Existe en édition audio
3.85/5   1228 notes
Résumé :
Par amour pour un enfant, que seriez-vous prêt à faire ? Maddi, elle, ira jusqu'au bout...
Une intrigue magistrale, un twist virtuose pour le nouveau suspense 100% Bussi.
2010. Maddi est médecin généraliste à Saint-Jean-de-Luz, une vie comblée avec Esteban, son fils de 10 ans.
Ce jour d'été là, elle le laisse quelques minutes seul sur la plage. Quand elle revient, Esteban a disparu.
2020. Maddi a refait sa vie, et revient sur cette plage ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (280) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 1228 notes

Antyryia
  11 février 2021

Bon, à nous deux Michel.
Ok, j'avoue, tu m'as bien eu l'an passé avec Au soleil redouté.
Je ne vais pas nier n'avoir rien vu venir dans On la trouvait plutôt jolie.
Quant à Nymphéas noirs, il m'a totalement retourné le cerveau avec sa fin aussi imprévisible.
Mais forcément, si tes lecteurs se font avoir, c'est que tu es un vilain tricheur.
Tu nous manipules, tu nous mens par omission et faux-semblants, tu construis tes histoires de façon à nous dissimuler la vérité cachée derrière le brouillard que tu distilles.
Mais cette fois je suis prêt.
Tes pièges ne fonctionneront plus sur moi.
J'ai compris qu'il fallait contourner ma façon de lire tes histoires jusqu'à trouver le bon angle, et je ne tomberai plus dans le panneau comme un bleu.
Rien ne t'efface. Tel est le titre de ton nouvel attrape-nigauds.
Une histoire impossible dans laquelle tu nous emportes dès les premières pages, je dois bien te l'accorder.
Sacré mystère que cette mère qui emmène son fils Esteban ( Zia, Tao les cités d'or ) en juin 2010 à Saint-Jean-de-Luz dans le pays basque, à la frontière espagnole. Et qui se termine en drame le jour de son dixième anniversaire.
Ce jour-là Esteban disparaît.
Pas de témoins. Pas la moindre trace. Plus de mystères que de réponses. Pour les autorités la noyade est la thèse privilégiée, pour la maman, Maddi Libéri, seul l'enlèvement est envisageable.
Dix ans plus tard, elle a refait sa vie aux côtés de Gabriel, qui est prêt par amour à accéder à tous ses désirs, compréhensif, respectueux de son passé et de ses blessures. Son beau psychiatre l'a également aidé à aller de l'avant.
Mais ses plaies vont se rouvrir dix ans plus tard. Sur cette même plage, elle fait un pèlerinage dix ans après les funestes évènements... Et elle revoit son garçon.
Enfin non, c'est impossible, ça ne peut pas être Esteban. Il aurait vingt ans. Mais le petit bonhomme qui l'hypnotise sur la plage est pourtant le jumeau parfait de son enfant disparu, probablement décédé.
Au même âge.
Au même endroit.
Avec les mêmes vêtements.
"Esteban aurait vingt ans aujourd'hui. Donc ce simple constat clôt immédiatement tout autre débat, toute illusion sur une quelconque usurpation d'identité."
Devant l'inexplicable, même l'esprit cartésien de la doctoresse vacille.
Alors elle surveillera chaque jour Tom - le prénom de ce petit garçon qui ressemble trop à son fils pour que ce soit un hasard - ainsi que sa mère peu aimante, Amandine, à laquelle elle ne peut s'empêcher de se comparer. Elle découvrira qu'ils vivent à Murol, en Auvergne, et elle viendra s'y installer pour y devenir le nouveau médecin du village, et rester en contact avec celui qui pourrait être la réincarnation de son fils décédé dix ans plus tôt.
Non mais t'es sérieux Michel ? La réincarnation rien que ça ?
Bon ok, la ressemblance entre les deux garçons ne s'arrête pas au physique, ils ont les mêmes passions, les mêmes peurs, et bien d'autres détails troublants allongent cette liste qui ferait douter le plus rationnel des scientifiques. Alors une mère encore sous le choc d'avoir perdu son enfant dix ans plus tôt ne peut que croire qu'elle l'a enfin retrouvé.
Que par une inexplicable magie Tom et Esteban ne font qu'un. Que l'âme de son fils a trouvé un corps pour renaître.
Tu l'expliques très bien, cette croyance à laquelle se fient des milliards d'individus sur notre planète. Et s'il y a une vie après la mort, cette théorie est plus plausible à mon sens que de se retrouver au ciel parmi les anges ou en compagnie de soixante-douze vierges ( les "houris" ) destinées à l'unique plaisir sexuel masculin.
Mais si on se réincarne c'est dans un autre corps non ? Celui d'un cygne, d'un chat, d'un dauphin, d'une limace ou d'un cafard ? En fonction de notre karma. Pas dans celui d'un petit bébé qui nous ressemblera comme deux gouttes d'eau.
J'ai douté cependant, je te l'avoue.
Rien ne t'efface baigne dans une telle atmosphère de croyances, de sorcellerie, qu'on a parfois l'impression d'être dans des hameaux impies, bien loin du 21ème siècle. C'est le choc des cultures entre la vie moderne et l'époque où on se soignait par les plantes, où des légendes comme celle de la fontaine des âmes ou des villages engloutis n'appartenaient pas qu'au folklore. En plus, tu enrobes tes sortilèges de fantômes pour achever de nous faire évoluer dans ton univers surnaturel.
En plus pour mieux m'attendrir et me détourner de ma quête de vérité, tu m'as brossé les portraits de personnages aux émotions réelles, décrivant avec soin leurs qualités et leurs petits travers pour qu'on puisse les visualiser, tout comme tu t'attardes en parallèle sur tous les décors merveilleux de ce coin de France vallonné et lumineux.
Comment ne pas imaginer ce qu'une mère peut ressentir en découvrant le portrait craché de son fils disparu dix ans plus tard, sans que celui-ci n'ait pris une ride ? Comment ne pas se demander ce que pensent les gens en découvrant que le nouveau médecin de Murol tourne autour d'un jeune garçon ? ( "Elle regarde ce gosse comme si c'était le sien !" ); Tu as aussi voulu nous régaler avec ton duo d'enquêteurs improbable, une pile électrique et un mollasson : L'assistante sociale Savine et l'employé de mairie Nectaire. Deux des principaux personnages si singuliers qui participent à donner toute sa saveur au roman où on se méfie de chaque personnage secondaire. A l'instar d'Aster, la vieille sorcière. A noter que Saint Nectaire étant une des communes voisine de Murol, dans cette région où l'on semble apprécier le fromage.
Tu as aussi voulu me prendre par les sentiments en me parlant du lac Pavin à plusieurs reprises. Comme si tu savais qu'âgé d'un an et demi seulement, j'avais fait la fierté de mes parents en faisant tout le tour de ce profond cratère avec mes petits petons quasiment sans jamais demander à être pris à bras.
"Le lac Pavin forme un cercle d'un petit kilomètre de diamètre."
"Faire le tour du lac prend un peu plus d'une heure."
Cette histoire m'a été répétée tellement souvent qu'elle me fait d'ailleurs douter d'avoir accompli beaucoup d'autres actes aussi héroïques aux yeux de ma famille.
Mais non Michel, je t'avais prévenu d'entrée : Cette fois tu n'allais pas me la faire encore à l'envers. Tes fausses pistes, tes histoires paranormales, tes jumeaux maléfiques, non mais pour qui tu me prends ?
Tu peux rajouter des meurtres si ça te chante, ça ne m'empêchera pas de me focaliser sur le principal.
Je n'avais qu'à trouver une explication rationnelle et anticiper ton fameux twist en te faisant un beau doigt d'honneur.
Un même enfant sans qu'il n'y ait les dix années d'écart qui auraient du les séparer, il n'y a pas beaucoup de façons de l'expliquer.
J'ai d'abord pensé à un enlèvement extra-terrestre, et il aurait voyagé dans l'espace dix minutes en passant par un trou noir, et pour Maddi c'est dix ans qui se seraient écoulés. Mais ça ne collait pas.
Ensuite j'ai cru mettre le doigt sur la résolution du mystère : Esteban est mort mais quelqu'un du centre a récupéré son ADN pour pouvoir le cloner. Mais à la différence de Jarod dans le Caméléon, Esteban n'avait pas de capacités hors normes si on excepte son oreille musicale.
Et puis j'ai compris, comme une évidence. La secte des hommes grenouilles voyaient en lui le sauveur de l'humanité, celui qui éviterait la fin du monde en 2021 selon la prophétie de Nostraphallus. Mais ce sauveur ne pouvait pas avoir plus de onze ans au moment de réciter l'incantation qui éviterait des tsunamis aux quatre coins du globe. Aussi l'ont-ils emmené dans leur base aéronautique souterraine et l'ont ils mis dans un caisson de cryogénisation avant de le confier à Amandine, leur plus fervente adepte.
Alors qu'est ce que tu penses de ça Michel ? Je t'en bouche un coin hein ?
C'était pas ça.
Une nouvelle fois je n'ai rien vu venir, et je me suis retrouvé complètement à côté de la plaque. Et pas qu'une fois. Et pas qu'un peu.
J'ai relu certains passages après coup pour m'assurer que Michel n'avait pas essayé de m'embobiner mais même pas. C'est moi qui ne sait pas lire entre les lignes.
Un tout petit reproche concernant la vitesse à laquelle sont débitées les révélations finales, nombreuses et pas toujours primordiales, qui alourdissent un peu le final d'une intrigue magistrale.
Mais j'ai beau détester Monsieur Bussi parce qu'il a encore réussi son pari de me laisser comme un gros bêta aveugle, il faut bien avouer que Rien ne t'efface est un livre dans lequel on entre dès les premières pages, et que non seulement le suspense est maintenu de bout en bout, mais aussi que nos convictions sont ébranlées, que le travail sur les personnages, les lieux, la culture en font un livre d'autant plus riche.
Le rendez-vous est pris pour 2022.
Et cette fois-ci je te le promets Michel, tes petits tours de passe-passe ne fonctionneront plus sur moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13119
migdal
  12 mars 2021
« Rien ne t'efface » n'est pas seulement un polar glacial avec son cortège de disparitions, de meurtres et de secrets de famille, c'est, avec Michel Bussi longtemps professeur de géographie, une description des conséquences de l'évolution climatique sur le tourisme hivernal en Auvergne et une présentation du site troglodyte de Jonas.
Ce roman est aussi une analyse des évolutions sociétales de notre époque avec l'absence, de plus en plus fréquente, d'un père dans l'éducation des enfants et le manque de repère qui en découle. C'est une réflexion sur les risques psychologiques résultant de la séparation entre gestation et éducation. C'est une démonstration des dégâts générés par les réseaux sociaux, Facebook en l'occurence, qui mettent en danger la vie des enfants en dévoilant l'intimité familiale et en révélant le lieu de résidence d'utilisateurs inconscients et irresponsables.
Très engagé dans la défense de l'enfance défavorisée avec le Secours Populaire, Michel Bussi poursuit ainsi son combat entamé avec « N'oublier jamais » et « Sang famille » en lançant un cri d'alarme bouleversant sur les dérives de notre époque et les manipulations d'adultes pervers.
Le souvenir d'Esteban, innocente incarnation que parfois « Maman a tort », ne s'efface ni du coeur ni de la mémoire. Un grand Bussi à lire et relire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1081
jeunejane
  09 août 2021
le livre commence avec les théories d'un médecin sur la réincarnation. On voit tout de suite où Michel Bussi veut nous emmener et ce n'est pas fait pour me déplaire .
Maddi, médecin à Saint Jean de Luz, vit seule avec son fils Esteban 10 ans. Un matin, alors qu'il devait rapporter une baguette pour le petit-déjeuner, il disparaît.
L'enfer commence pour Maddi qui ne croit pas à la mort du petit garçon.
Elle est suivie par un psy à qui elle s'attache et lui aussi mais tout en gardant des distances.
Dix ans après, elle revient sur la même plage et voit un gamin, Tom qui ressemble étrangement à Esteban, même maillot et tout.
Elle va jusqu'à déménager et s'installer comme médecin généraliste en Auvergne dans le village où vit Tom avec sa mère Amandine. Maddi vit avec un certain Gabriel qui reste enfermé toute la journée en manipulant l'ordinateur. Michel Bussi nous promène bien à ce sujet et nous n'apprendrons sa véritable identité que vers la fin. J'en ai un peu voulu à l'auteur pour ce fait.
Maddi est persuadée que Tom va disparaître également le jour de ses dix ans. Tom semble bizarre et parle avec un fantôme, croit-il , qui lui ressemble.
Une assistante sociale suit Tom et sa mère de très près.
Les choses vont se compliquer de façon à rendre le récit haletant et bien mené et ce, jusque la fin où la soeur du secrétaire de mairie, aux allures de sorcières spécialiste en herbes médicinales, explique à son frère la théorie de la réincarnation, façon bien compréhensible et applicable à tous.
J'ai beaucoup apprécié ces moments où on se situe dans le rationnel et ensuite, on bascule dans l'irrationnel.
Cela m'a vraiment beaucoup plu. Je faisais confiance à l'auteur pour nous conduire sur des pistes plausibles.
Un roman bien mené et bien écrit avec le petit reproche que Michel Bussi m'a trop menée en bateau au début mais je lui pardonne vu le plaisir de lecture que j'en ai retiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
missmolko1
  05 mars 2021
Déception, c'est le premier mot qui me vient à l'esprit pour vous parler du dernier roman de Michel Bussi, Rien ne t'efface. J'avais déjà été déçue par ses deux derniers romans et bien comme on dit : jamais deux sans trois.
Je commencerai par le positif : le voyage en Auvergne. En cette période de confinement ou seul les voyages livresques sont encore possible, je me suis régalée à découvrir une région que je ne connais pas et qui est si bien décrite ici.
Pour le reste, je suis plutôt partagée : certes il y a énormément de suspense mais pas assez pour ne pas avoir envie d'abandonner ma lecture. J'ai trouvé en plus que le roman trainait au démarrage. Je me suis accrochée grâce à toutes les bonnes critiques que j'ai pu lire et au fait qu'il y avait soit disant un rebondissement incroyable à la fin. Alors forcément, j'ai eu envie de découvrir ce dont il était question. Et même avec ça, mon avis reste inchangé : oui il y a un personnage ou deux qui ne sont pas vraiment qui l'on croit mais pour autant, l'intrigue est complètement invraisemblable. Je ne vous laisse même pas imaginer combien de fois j'ai roulé des yeux pendant cette lecture.
Je suis aussi déçue par l'écriture et le style de l'auteur qui devient on ne peut plus quelconque. On dirait un premier roman avec beaucoup de défaut. Où est donc passé l'auteur qui m'avait tant séduite avec ces précédents romans ? Je me pose toujours la question. Pour ce roman, soit il est mauvais soit je suis passée à côté mais une chose est sure c'est que je ne le recommanderai pas.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          605
dannso
  11 février 2022
Les romans de Michel Bussi font partie de ceux que je trouve sans faute à la médiathèque, et je ne résiste pas.
Celui-ci est dans la moyenne de ceux que j'ai lus.
Maddi, médecin à Saint-Jean de Luz, perd son fils de 10 ans sur la plage. Il disparait. 10 ans plus tard, elle revient sur cette plage et croit y voir son fils, ..., toujours âgé de 10 ans.
Elle, la scientifique, va être obsédée par cet enfant jusqu'à s'installer dans le village où il vit. Réincarnation ?
J'ai trouvée l'intrigue un peu longue à s'installer, malgré un décès suspect peu de temps après l'arrivée de Maddi dans ce village. il m'a fallu arriver à la fin du premier tiers pour ne plus pouvoir lâcher le livre. Fidèle à son habitude, l'auteur réussit à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, et nous berner. le twist final est surprenant et aurait mérité à mon gout d'être moins rapide.
Un livre que j'ai lu avec plaisir, mais qui retombe vite dans les oubliettes. Cela dit, heureusement que toutes nos lectures ne nous restent pas en tête, même si ce sont celles-ci que je préfère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          558


critiques presse (4)
LeFigaro   11 février 2021
Une mère pense avoir retrouvé son fils disparu dix années auparavant… Un thriller fantastique.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaProvence   09 février 2021
Avec ce roman, Michel Bussi manie à nouveau l'art de la prose comme il savait si bien le faire dans On la trouvait plutôt jolie. Ainsi, le lecteur aura presque envie de relire le livre immédiatement pour savoir où il s'est trompé sur un élément qui aurait pourtant pu paraître évident.
Lire la critique sur le site : LaProvence
LeParisienPresse   04 février 2021
Dans « Rien ne t’efface », son nouveau et excellent roman, Michel Bussi nous entraîne en Auvergne. Professeur de géographie, il revient sur l’importance du lieu dans ses polars.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
LaProvence   02 février 2021
Avec ce roman, Michel Bussi manie à nouveau l'art de la prose comme il savait si bien le faire dans On la trouvait plutôt jolie.
Lire la critique sur le site : LaProvence
Citations et extraits (88) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   11 mars 2021
Le matin où Esteban a disparu, il devait y passer pour acheter le pain. Sa mère lui avait confié une pièce de 1 euro que, d'après Lazarbal, personne n'a jamais retrouvée.

Aster verse négligemment une bonne rasade de gentiane dans son infusion, sans se souder de la grimace de Nectaire devant ce sacrilège.

— Normal, commente la sorcière, il s'en est servi pour payer la traversée du fleuve de l'enfer l

Nectaire et Savine en restent leur boule à thé en l'air.

— Vous n'en avez jamais entendu parler ? s'étonne Aster.

Pendant des siècles, on plaçait une pièce de monnaie sous la langue de chaque défunt, pour qu'il puisse payer son voyage de l'autre côté du Styx, la rivière des enfers. Seuls ceux qui pouvaient payer avaient une chance d'être choisis par le gardien des enfers pour monter dans la barque, et donc de revenir parmi les vivants.

Nectaire suçote sa tisane, mais Savine a gardé son mug en équilibre à hauteur de son nez.

— Et ceux qui montent dans la barque, demande-t-elle, ils sont sélectionnés comment ?

Aster fait une dernière fois tourbillonner son unalome autour de son cou. Les cercles de cuivre lancent de mini éclairs.

— Le gardien des enfers est un juge : celui du jugement dernier. Alors il n'y a que deux possibilités pour être autorisé, après sa mort, à retourner dans le monde des vivants. Soit le défunt est innocent, et il sera autorisé à revenir sur terre pour se venger. Soit il est coupable, et il y reviendra.. . pour être condamné !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
MatatouneMatatoune   04 mars 2021
On ne tombe pas du ciel quand on vient sur terre, on n'est pas déposé par une cigogne. On est attendu, on est accueilli, et dès qu'on ouvre les yeux, on a besoin de milliers de repères pour nous guider. Une voix, une odeur, une couverture chaude, un biberon tiède apporté par une infirmière, une première brassière que maman a offerte, cette brassière que quelqu'un lui a vendu, que quelqu'un a cousue, et ainsi de chacun de nos objets familiers, les peluches et les hochets avec lesquels on jouera, les musiques que l'on entendra, chaque détail de la chambre où on dormira, les histoires qu'on écoutera, l'inconnu dans la rue qui nous sourira. Nous ne serons jamais que le résultat des milliers de traces que l'on croisera, de milliers de petits cailloux blancs que d'autres ont laissés sur notre chemin. Tout le monde laisse des cailloux blancs quand il passe sur terre. Tout le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienneladesiderienne   30 décembre 2021
Un ami imaginaire ne peut pas vous dire : "Je vais te faire une surprise !" Un ami imaginaire ne vient pas vous réveiller pour votre anniversaire, il ne vous offre pas de cadeau, il ne vient pas vous délivrer... Un ami imaginaire aide juste à accepter les chagrins, quand vous êtes tout seul pour pleurer. Il aide juste à accepter les cauchemars, quand le réveil ne suffit plus à les chasser. Un ami imaginaire aide juste à accepter de mourir, quand il n'y a plus rien d'autre à espérer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienneladesiderienne   27 décembre 2021
Savine est déjà aussi rouge que la marmite de cuivre. Celui qui la croiserait, vivrait quelques heures avec elle, ou partagerait avec Savine un boulot superficiel, ne verrait sûrement en elle que la brave fille dynamique, le bon sens rural, bras grands ouverts, jambes infatigables et cœur cratère. La version féminine de l'Auvergnat de Brassens et de ses quatre bouts de bois. Bien sûr, Savine est tout ça... mais elle n'est pas que ça ! Je devine aussi en elle une subtilité, une acuité, et même une féminité. Quelque chose d'indicible qui la rend exceptionnelle. Une héroïne de l'ombre, à qui aucune statue, aucun roman, aucun amoureux peut-être, ne rendra jamais le juste hommage qu'elle mérite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jeunejanejeunejane   09 août 2021
- Alors si l'on compte les hindouïstes, les boudhistes, mais aussi un quart des Européens et presque un tiers des Américains, une majorité de gens sur terre croient à la réincarnation, sont persuadés que notre corps n'est qu'un vêtement...et que notre âme lui survit.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Michel Bussi (179) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Bussi
Michel Bussi, « le maître du suspense », est l'un des auteurs préférés des Français. Depuis Nymphéas noirs, il enchaîne les best-sellers. Sa spécialité ? le « twist », ou rebondissement inattendu. Il nous livre aujourd'hui trois « secrets d'écriture » pour créer un bon roman à suspense.
Découvrez son livre La Fabrique du suspense : https://www.lerobert.com/essais-et-litterature/la-fabrique-du-suspense-9782321017332.html
autres livres classés : réincarnationVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Un avion sans elle.

Quel est le prénom de l'hôtesse de l'air de l'Airbus 5403 ?

Izel
Isabelle
Alice
Nicole

12 questions
408 lecteurs ont répondu
Thème : Un avion sans elle de Michel BussiCréer un quiz sur ce livre