AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Bretman (Autre)Marcel Brion (Autre)
ISBN : 2264003960
Éditeur : 10-18 (01/11/1981)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Comme l'indique Marcel Brion dans sa préface, les lecteurs du "Désert des Tartares" reconnaîtront dans "Bàrnabo des Montagnes" l'idée dominante qui supporte toute l'oeuvre de Buzzati : il ne convient pas de distinguer entre l'histoire et le mythe, la réalité et la chimère car tout, peut-être, est fiction et l'essentiel est de vivre (puisqu'on a commencé), même fictivement. Ainsi, après avoir été exclu du corps d'élite des gardes forestiers, Bàrnabo remontera-t-il ve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
  15 septembre 2019
Bàrnabo des montagnes est le premier roman de Dino Buzzati.
On y trouve des thèmes qui seront davantage développés dans le Désert des Tartares, écrit une quinzaine d'années plus tard : l'attente et la quête du sens de la vie.
Bàrnabo des montagnes est une oeuvre de jeunesse, mais le talent de Dino Buzzati s'y déploie déjà.
Le décor est sobre : une montagne austère qui contribue à engendrer l'angoisse sourde présente tout au long de l'histoire.
Avec les gardes forestiers, on guette le moindre bruit, le moindre animal, le moindre soupçon de changement dans cet environnement minéral.
Le récit est lent mais intense, traversé par une tension permanente.
Bàrnabo attend.
Il attend mais il a peur.
Il a peur mais il espère.
L'attente peut paraître vaine, mais c'est elle qui donne son sens à la vie de Bàrnabo ; l'attente finit par constituer l'essence même de sa vie.
Bàrnabo des montagnes est un texte court qui ne doit pas être négligé dans l'oeuvre de l'auteur et vu comme un simple brouillon du Désert des Tartares : il mérite vraiment d'être lu pour lui-même.
Sur la quatrième de couverture, il est indiqué que Marcel Brion a qualifié ce roman de "récit âpre et nu, qui garde la simplicité des mythes grecs, leur austérité farouche et leur prophétique gravité".
Beau compliment, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
dourvach
  25 mai 2019
1933, un pauvre coin de montagne et son parfum d'éternités endormies sous les sommets orangés s'effaçant dans le soir....
Selon Marcel BRION, « "Bàrnabo des montagnes" est un récit âpre et nu, qui garde la simplicité des mythes grecs, leur austérité farouche et leur prophétique gravité. »
Si proche, au fond, des lumières sourdes issues de "La grande peur dans la montagne" [1926], "Farinet ou la Fausse Monnaie" [1932], "Derborence" [1934] ou encore de "Si le soleil ne revenait pas" [1938] de C.F. RAMUZ...
Très court roman "d'ambiance" ‒ vivant, lent, tragique et magique. Magnifiquement traduit en français par Michel Breitman pour les éditions Robert Laffont.
Il y a l'odeur du poêle et des brindilles encore humides qu'on enflamme ‒ juste avant l'aurore dans le refuge des gardes forestiers ‒ , la fumée qui fait tousser, l'odeur du Pin sylvestre ou du Laricio, l'odeur entêtante de la sente humide : elle est celle du sentier que foulera le lieutenant Grange lorsqu'il rejoint Mona dans le très romantique "Un balcon en forêt" [1958] de l'ami Julien GRACQ.
Les chaussures défoncées et humides du garde-chasse au matin : ne sont-elles pas celles que peignit le bon Vincent VAN GOGH ? Le cri du coq de bruyère qui, soudain, nous saisit l'âme.
L'âme des lieux, "la couleur tombée du ciel" (celle d'une oeuvre de LOVECRAFT) : l'âme des vallées perdues.
Redécouvrons ou découvrons très vite ce "Bàrnabo des montagnes", premier chef d'oeuvre de l'aède animiste que fut le "Milanais montagnard" Dino BUZZATI, dès 1933...
Il précède avec grâce "Le secret du Bosco Vecchio" [1935], autre joyau trop méconnu, et "Le désert des Tartares" [1940], oeuvre minérale et inaltérable.
Lien : http://fleuvlitterature.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          409
lusciniole
  23 juin 2019
La critique enchantée d'un "Babeliote" (merci Dourvac'h) m'a donné envie de lire ce livre auquel je n'aurais, je crois, jamais pensé.
Il nous invite dans deux textes très différents.
On retrouve dans "Barnabo des montagnes" le climat particulier du "Désert des Tartares" et cette attente d'un évènement envisagé, fondé peut-être, avéré ou pas, qui peut durer une vie.
Le temps, doucement, change les couleurs, les perspectives, et fait apparaître, en filigrane, la vacuité de nos impatiences. Alors vient la paix.
J'ai aimé l'histoire de Barnabo, mais j'ai adoré "Le Secret du Bosco Vecchio", second texte du livre.
C'est sans rapport.
Il s'agit là d'une sorte de conte, une fable plutôt, pleine de poésie et d'humour, avec juste ce qu'il faut de cruauté pour raconter les rapports, les conflits et les évolutions des personnages.
Le dénominateur commun de ces deux écrits est le temps, et son influence sur nos vies.
Pour Barnabo il apporte l'apaisement, pour Benvenuto il ouvre une porte vers l'avenir, mais en ferme d'autres …
Un très joli moment de lecture vers lequel je sais que je reviendrai souvent.
Lecture achevée le 23 Juin 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
nathalie_MarketMarcel
  29 juillet 2019
Dans une montagne, près de la frontière, une mystérieuse réserve de poudre est surveillée par des gardes forestiers. Mais une année, le chef est trouvé mort, assassiné par les bandits. Et ensuite… les incidents se multiplient. Les hommes chargés de veiller sur la poudre, la forêt et la montagne tentent d'explorer les environs, mais les voleurs s'évanouissent. Bàrnabo est l'un de ces gardes, désirant venger le vieux del Colle, mais un peu trouillard à l'idée d'escalader la montagne, un peu peureux à l'idée de rencontrer les assassins…
Un nouveau roman qui prend place parmi les chères forêts alpines de Buzzati, encore une fois dans un contexte militaire. Les hommes y montent la garde, seuls dans la nuit, face à leurs pensées, écoutant les bruits bizarres de la forêt. Ils y affrontent aussi des consignes inflexibles et volontiers absurdes. Ils ont tout le temps pour être plongés en eux-mêmes, dans leurs angoisses, leurs désirs, leurs attentes, leurs craintes, isolés vis-à-vis d'une communauté à laquelle, pourtant, ils appartiennent. C'est toute la condition humaine qui est là.
Chez Buzzati, l'ennemi est toujours inconnu ou invisible. Quand il se révèle, son visage est inoffensif. Ou il s'agit de l'ami ou de soi-même. C'est finalement en alignant les petits instants de vie, les jours et les années que chacun mène son combat et sa vie.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Pamalach
  18 mars 2012
Moins immersif que "Le désert des Tartares " mais quand même à lire si on aime Buzatti. On retrouve les thématiques chères à l'auteur : La solitude, le renoncement, l'absurde et l'abnégation.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   15 septembre 2019
L'histoire de Del Colle a fait le tour de toutes les vallées. « Il y a des bandits sur les montagnes ! » crie la rumeur publique. « Qu'attend-on pour leur donner la chasse, pour les faire prisonniers ? » [...] Aussitôt certains décrochent leur fusil du mur, le nettoient, achètent des cartouches. Une tache allongée demeure sur le papier peint, à l'endroit où le fusil était accroché. Et pourtant, la dernière fois qu'on l'avait utilisé, n'était-ce pas à peine hier ? Le canon s'est déjà rouillé à l'intérieur. À peine hier, et tout lentement la tache s'est inscrite sur le mur. C'est ainsi que le temps passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
dourvachdourvach   06 août 2018
Voici le texte de la "quatrième de couverture" des deux premiers romans du grand Dino BUZZATI : "Bàrnabo des montagnes" ["Bàrnabo delle montagne", 1933] et "Le secret du Bosco Vecchio" [" Il segreto del bosco vecchio" , 1935], si heureusement réunis dans cette toute récente édition de poche en langue française (2013) :

" La surprise et l'envoûtement. Voilà les deux ressorts des récits de Dino Buzzati pour traiter les thèmes qui lui sont chers, tels que la fuite du temps, la fatalité du destin, l'absurde condition humaine. Ils sont tous énoncés dès "Bàrnabo des montagnes", son premier livre, et s'y déploient déjà avec génie, faisant plus que jamais écho à cette terrible et angoissante question : quel est le sens de notre vie ?

La quête de Bàrnabo est la quête de ce sens, ce fondement vital : affecté parmi des gardes forestiers pour veiller sur un dépôt d'explosifs, il est contraint à la fuite après une attaque de contrebandiers et est démis de ses fonctions. Des années plus tard, quittant une vie établie et confortable, il retourne dans les montagnes et regagne son poste. La poudrière a été déplacée, les gardes forestiers renvoyés dans la plaine, mais l'essentiel n'est pas là. Dans son appartenance irréductible à ce lieu, Bàrnabo célèbre un culte, une religion qui prête enfin un sens à sa vie.

Rassemblés dans cette édition, "Bàrnabo des montagnes" et "Le Secret du Bosco Vecchio", fable sur la perte de l'enfance, illustrent la fragilité de nos certitudes matérielles et philosophiques lorsqu'elles sont inévitablement confrontées à l'absurde. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
dourvachdourvach   14 octobre 2018
Le colonel demeura assis, dans l'attente du jour nouveau et, pour la première fois de sa vie, il connut vraiment les rumeurs de la forêt. Cette nuit-là, il y en eut quinze que Procolo nota l'une après l'autre :

1) grondements sourds qui semblaient par instant sortir de la terre, comme si quelque séisme se préparait ;

2) bruissements de feuilles

3) grincement des branches ployant sous le vent ;

4) rumeurs des feuilles sèches sur le sol ;

5) bruit de branches mortes, de feuilles et d'épines tombant à terre ;

6) voix lointaine d'une eau vive ;

7) bruit d'un grand oiseau s'enolant de temps en temps avec un grand fracas d'ailes (peut-être un coq de bruyère) ;

8) rumeurs de quelques mammifères (écureuils ou fouines, renards ou lièvres) traversant la forêt ;

9) passage d'insectes sur les arbres ;

10) à de longs intervalles : bourdonnement d'un gros moustique ;

11) bruissement, vraisemblablement d'une couleuvre ;

12) hululement d'une chouette ;

13) doux chant des grillons ;

14) hurlements et plaintes d'un lointain animal inconnu, sans doute assailli par des loups ou des hiboux ;

15) mystérieux jappements.

[Dino BUZZATI, "Il segreto del Bosco Vecchio", 1935 (Le secret du Bosco Vecchio), chapitre XX - in "Dino Buzzati : Romans et nouvelles", Intégrale Tome I, page 122, traduction de Michel Breitman]

[Contexte de l'extrait : complice du vent Matteo, le vieux colonel Sebastiano Procolo vient d'essayer de perdre son jeune neveu Benvenuto dans le Bosco Vecchio. Par malheur, lui-même ne retrouve pas son chemin et doit passer la nuit dans la forêt... ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dourvachdourvach   14 octobre 2018
Au petit matin, la maison est déjà emplie de bruits. Est-ce qu'il va faire beau ? On ne comprend toujours pas pourquoi ce grand brouillard qui tient toute la montagne commence seulement à se dissiper.

Molo, Durante, Montani et Fornioi sont sur le départ. Les autres reposent encore bien au chaud, et perçoivent seulement des bruits des bruits, des voix dans la cuisine. Ceux qui doivent partir se préparent sans doute le café. Ils s'affairent puis c'est de nouveau le silence. Juste à l'instant du départ, les voix montent et les grosses chaussures crissent sur le seuil. Quelques mots encore, confus. Les voix s'éloignent en direction de la forêt, avec le bruit des pas alourdis.

[Dino BUZZATI, "Bàrnabo delle montagne", 1933 (Bàrnabo des Montagnes), chapitre VI - "Dino Buzzati - Romans et nouvelles", Intégrale, Tome I, page 27, traduction de Michel Breitman]

[Contexte : Dans la maison des gardes forestiers de San Nicola, au coeur de la vallée delle Grave, on s'éveille... ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Wendat69Wendat69   06 septembre 2019
Certains désirs sinistres, d'origine inconnue, errent parfois dans les vallées désertes. Ils fleurissent dans la solitude et viennent s'infiltrer tout au fond du cœur: il suffit, pour en être infesté, de contempler trop longuement les forêts quand il vente, ou d'avoir remarqué certains nuages en forme de cône, ou d'être passé par certains sentiers qui se mettent soudain à obliquer inexplicablement vers le nord-ouest...
(le secret du Bosco Vecchio)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Dino Buzzati (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dino Buzzati
De l'Italie au Japon en passant par l'Afrique, des batailles navales de la Seconde Guerre mondiale aux premières missions spatiales et à la Biennale de Venise, de Jean XXIII à Marilyn Monroe et Albert Camus, de faits divers en contes fantaisistes, Dino Buzzati nous convie à revisiter dans un foisonnement d'articles ce XXe siècle qui fut le sien. Tour à tour correspondant de guerre, envoyé spécial, chroniqueur, journaliste sportif ou critique d'art, il collabora plus de quarante ans avec le Corriere della Sera.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dino Buzzati

A quelle lettre de l'alphabet peut-on associer Dino Buzatti?

le Z
le K
le D
le T

11 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : Dino BuzzatiCréer un quiz sur ce livre