AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809450196
Éditeur : Panini France (26/08/2015)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
The Earth may have dodged a bullet on 12/21/2012, but there are worse things in store for our little blue planet. Seven adventurers aboard the International Space Station watch in horror as most of the world is decimated by a monster solar flare. And their only choice is to return to the surface, and face whatever awaits them there!
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  01 septembre 2015
Ce tome contient une histoire complète, initialement prépubliée sous la forme de 4 épisodes, parus en 2013, écrits, dessinés et encrés par John Byrne, et mis en couleurs par Leonard O'Grady. D'une certaine manière, il s'agit d'une réinterprétation par John Byrne de son premier travail professionnel en couleurs, datant de 1975, et appelé "Doomsday + 1" (avec à l'époque un scénario de Joe Gill) publié par Charlton Comics. Cette nouvelle histoire est totalement indépendante de l'originale.
Dans un futur très proche, l'équipage d'une navette spatiale détecte une activité solaire anormale, une boule gazeuse d'une ampleur sans précédent qui est expulsée vers la Terre. Les calculs des scientifiques corroborent la conclusion de l'équipage : la catastrophe est inéluctable et la boule de feu englobera toute la Terre sur son passage. L'équipage est composé de Greg Boyd, Hikai Akiyama, Richard Benning, Yulia Kunov, Pascal Brussard, Gordie West et Yuri Kunov. Quelques jours après la catastrophe, leurs réserves d'oxygène s'épuisant, ces 7 astronautes doivent retourner sur Terre, dans un monde recouvert par les cendres. Au fil de leurs pérégrinations, ils vont croiser quelques survivants.
Depuis 2008, John Byrne a trouvé un port d'accueil chez l'éditeur IDW pour lequel il a commencé par travailler sur des séries dérivés de feuilleton TV, tels qu'Angel, Jurassic Park ou Star Trek. À partir de 2010, cet éditeur lui a proposé de recommencer à produire des séries originales, sa taille relativement petite lui permettant de trouver un équilibre financier pour ces projets, peu rentables pour un plus gros éditeur. C'est ainsi que Byrne a pu finir sa série des Next Men, à commencer par Scattered 1 (les précédents épisodes bénéficiant d'une réédition en couleurs à commencer par Classic Next Men 1). Depuis Byrne a réalisé plusieurs projets en 4 épisodes : The Damocles contract (2011), Trio (2012), et The high ways (2012/2013). le projet suivant s'intitule Triple Helix (2013/2014).
Avec "Doomsday.1", Byrne se lance dans le récit post apocalyptique. le début de la série (découverte de la nature de la catastrophe, réactions des populations terriennes) est assez sympathique, sauf peut-être pour un lecteur français. En effet Pascal Brussard prononce la phrase "vous êtes tous droit ?" qui semble bizarrement tournée, jusqu'à ce que le lecteur connecte qu'il s'agit d'une traduction des plus littérales de "Are you all right ?" (Est-ce que tout le monde va bien ?"). Par la suite le petit groupe d'astronautes survivants va rencontrer des survivants hostiles, puis d'autres amicaux, puis encore d'autres amicaux et d'autres hostiles. de péripétie en péripétie, le lecteur découvre avec plaisir les situations imaginées par Byrne, toutes plutôt classiques, mais racontées avec cette fluidité légendaire, et un niveau de détail très satisfaisant, prouvant à nouveau l'implication de Byrne dans son travail. Si les survivants subissent plusieurs coups durs et éprouvants, Byrne ne se délecte pas du gore. En termes de violence et de sadisme, il reste à un niveau graphique relativement édulcoré, sans se complaire dans des descriptions nauséabondes.
Toutefois, de page en page, le lecteur prend conscience que Byrne n'écrit pas vraiment pour des adultes, mais pour un public un peu plus jeune d'adolescents. Cela commence par la réaction hallucinante d'égocentrisme du pape, sous-entendant qu'il renie une foi dans laquelle il ne semble jamais avoir cru. Ça continue avec une approche écologique édulcorée, voire fantaisiste sur la capacité régénérative de la Terre après avoir été calcinée (toute l'eau des océans est supposée avoir été évaporée), l'existence aléatoire de poches de survivants (sans aucune explication sur comment ils ont réchappé au cataclysme). Alors que la simultanéité des actions semble indiquer que la navette atterrit quelques heures à peine après le passage de la boule de feu, il y a quand même un loup (ou un coyote) en train d'hurler à la mort dans un champ de cendre s'étendant à perte de vue. On passera sous silence l'individu capable de survivre sans aide alors qu'il n'a plus ni bras ni jambe, ou la possibilité de rétablir des cultures agraires 9 mois après la catastrophe (où est passé le nuage de cendre ?). Comme à son habitude, Byrne ne résiste pas à la tentation d'inclure une tentative de viol sur l'un des membres féminins de l'équipage.
Pourtant cette histoire se laisse lire sans déplaisir. le lecteur découvre donc au fur et à mesure les caractéristiques de cet environnement post cataclysme, ainsi que les communautés (au mode de vie primaire et peu pérenne) que croisent les astronautes. La mise en page de Byrne est toujours aussi fluide, et il a prêté une grande attention à ce que ses décors soient assez crédibles et fortement présents. Si l'appareillage de la navette spatial reste du domaine schématique, il est moins uniforme que d'habitude, et présente un niveau de crédibilité suffisant pour servir d'arrière plan spécifique. La page consacrée au Vatican est très impressionnante par son évocation précise. L'expédition dans New York ravagée propose une vision urbaine bien noire. Il n'y a que la naïveté dans la représentation des huttes des sauvages sud américains qui appartient à un registre enfantin.
À plusieurs reprises, le lecteur peut apprécier la capacité de Byrne à créer des mises en scène qui immerge le lecteur au plus près de l'action. Il y a par exemple cette apparition de quads encerclant le 4*4, ou la horde de rats déferlant sur protagonistes à New York, ou encore Yulia en train de planter une bouture. Tous les personnages disposent d'une apparence spécifique. Les expressions des visages sont parlantes, même si la proportion de personnages avec la bouche ouverte est un peu trop élevée.
Cette histoire complète devrait satisfaire un lectorat de jeunes adolescents souhaitant lire un récit de survie pas trop gore ou désespéré. Par contre, un lecteur plus adulte regrettera quelques facilités de scénario et un environnement global qui a du mal à convaincre, tout en appréciant une aventure grand spectacle, après le grand cataclysme, sans être nauséeuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (3)
ActuaBD   14 septembre 2015
Très classique dans le fond et dans la forme, Doomsday.1 ne se montre jamais aussi extrême que le Walking Dead de Robert Kirkman ou aussi anxiogène que le Dragon Head de Minetarō Mochizuki.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   19 août 2015
[...] une mini série somme toute très sympathique, tout de même, mais quelque peu vidée de sa matière, de son sens de l'aventure pure.
A force de vouloir trop révisiter ses propres créations Byrne en perd un peu l'essentiel sur ce coup ! Dommage.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   28 novembre 2013
Une mini série somme toute très sympathique, tout de même, mais quelque peu vidée de sa matière, de son sens de l'aventure pure. A force de vouloir trop révisiter ses propres créations Byrne en perd un peu l'essentiel sur ce coup ! Dommage.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Lire un extrait
Videos de John Byrne (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Byrne
Vidéo de John Byrne
autres livres classés : goreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre