AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005HNIL38
Éditeur : Aubier Montaigne (30/11/-1)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le Pèlerinage de Childe Harold (Childe Harold's Pilgrimage) est un long poème narratif en quatre chants écrit par Lord Byron. Il a été publié entre 1812 et 1818. Le poème décrit les voyages et les réflexions d'un jeune homme fatigué du monde qui, désillusionné par une vie de plaisirs et de débauches, cherche une distraction dans les pays étrangers.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  19 mai 2013
Qu'est-ce que c'est que ce truc bizarre ? Force m'est de constater que ce n'est pas banal. Sans trop de certitude, je le catégoriserais volontiers comme étant une sorte de récit de voyage en vers avec émission d'une opinion politique et culturelle.
Le titre original, Childe Harold's Pilgrimage a été traduit en français au XIXème siècle sous le titre le Pèlerinage du Chevalier Harold ou comme ici, dans cette traduction de 2001, sous le titre le Pèlerinage sire Harold. L'une et l'autre échouant à rendre le sens véritable du mot "childe", vieux terme de chevalerie qui signifie littéralement "écuyer", au sens de personnage issu de la noblesse, futur chevalier, mais n'ayant pas encore reçu l'adoubement. de même, le mot pèlerinage pourrait évoquer une quelconque religion or, il n'en est rien, et le mot périple pourrait convenir tout aussi bien.
Le lord George Gordon Byron, petit fils du grand navigateur, explorateur et commodore John Byron qui avait été le précurseur de James Cook, écrasé par le poids de son ascendance et probablement désireux de se faire un prénom a tout juste la vingtaine lorsque les morts de sa mère et d'un ami proche le plongent dans une profonde mélancolie et l'incitent à prendre la mer et à s'embarquer dans un long voyage.
Son projet initial de Byron était de rallier les Indes britanniques en passant par la Méditerranée, l'Anatolie, et la Perse. Il n'accomplira jamais la partie terrestre de ce voyage, se contentant de caboter en Méditerranée.
En 1809, il s'embarque donc, en deuil ou peu s'en faut, en direction de Malte en faisant escales au Portugal et dans le sud de l'Espagne.
Son Childe Harold est donc un ouvrage en vers principalement et largement autobiographique auquel il souhaite donner un air moyenâgeux dans le vocabulaire et les tournures employées.
L'oeuvre complète se compose de quatre chants mais les deux premiers furent écrits bien avant les deux autres et ont un ton différent des deux suivants.
Ici, dans cette édition de 2001 aux éditions Ressouvenances, les traducteurs, Florence Guilhot et Jean-Louis Paul, ont pris le parti de séparer les chants I et II des deux suivants — choix que j'approuve — mais ont surtout voulu entreprendre une traduction en vers, ce qui là est un choix que je n'approuve pas du tout.
Ce qui est de la poésie en anglais, traduit et avec des rimes au bout, ne fera pas de la poésie en français. Et ce choix et donc, à mon sens, très dommage, car on sent le travail colossal que cet exercice a dû représenter, pour un résultat franchement médiocre et peu engageant. Tout le rythme et la légèreté de l'original est enfermé dans une boîte, véritable carcan de la versification en français.
C'est très dommage car cette traduction ne permet pas d'accéder à la pleine puissance du texte malgré, je le répète, les considérables efforts des traducteurs. le choix d'une traduction en vers n'est pas bon et j'en veux pour preuve les traductions de l'Eugène Onéguine de Pouchkine (qui a été inspiré par Childe Harold) où aucune traduction en vers n'est capable de soutenir la comparaison avec la traduction non versifiée de Jean-Louis Backès.
J'ai donc eu beaucoup de mal a accrocher à ces deux premiers chants et heureusement qu'il y avait le texte original en regard qui me permettait de deviner la véritable poésie contenue dans cet écrit.
C'est donc un Byron farouchement opposant à Napoléon que nous découvrons en péninsule ibérique (car son voyage correspond à l'invasion de l'Espagne par la Grande Armée). Son parti pris en faveur des peuples autochtones contre toute forme de colonialisme est évident.
En ce sens (et surtout dans ses notes qui sont très intéressantes), il dénonce également la politique d'ingérence de son propre pays ou de n'importe quel autre, réclame la liberté au sens large pour les peuples asservis, que ce soit l'Espagne sous la botte de Napoléon ou la Grèce sous le joug de l'Empire Ottoman.
Son engagement en faveur de la préservation des patrimoines antiques, notamment en Grèce est forte et il exprime clairement la honte que lui inspirent les pilleurs anglais d'antiquités grecques.
Cet écrit est un précurseur du romantisme en ce sens qu'il représente une aspiration à la liberté, aux espaces, à la beauté de la nature ou des artifices humains, mais toujours empreints d'un sentiment de deuil et de nostalgie que rien ne pourra jamais apaiser.
J'en termine avec un petit " I have a dream ", je rêve, pour ce Childe Harold's Pilgrimage d'une traduction qui puisse restituer toute la beauté et la fluidité du verbe, donc, bien différente de celle-ci. Mais ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   18 mai 2013
Tous ont leur folie !... Autres sont les tiennes,
Cadix, belle au bleu sombre de la mer !
Dès que des coups de matines s'égrennent,
Tes saints fidèles comptent leur rosaire.
Pour leur salut, la VIERGE a fort à faire
(C'est bien la seule vierge ici, je gage) :
Tant de crimes que diseurs de prières !
Au cirque alors les mène leur usage,
Distraction que jeune ou vieux, grand ou vil, partage.
[...]
La clameur cesse, et, sur de fiers coursiers,
Panaches blancs, éperons d'or, surviennent,
La lance bien d'aplomb, les cavaliers
Prêts pour l'exploit, saluant dans l’arène,
Riches d'écharpes, qu'un trot vif entraîne.
S'ils brillent au jeu dangereux tantôt,
Les cris seront leurs, les yeux qui s'éprennent,
Le plus haut prix des actes les plus hauts :
Les seuls guerredons des rois paieront leurs travaux...

D'une cape fastueuse paré,
À pieds, leste mollet, le matador,
Au centre, brûle de se mesurer
Au roi des troupeaux meuglants. Mais d'abord,
D'un pas prudent, tout le champ il explore :
Rien d'invisible n'aille contrarier
Sa lutte à distance ; d'un dard encor,
Il ne peut mieux sans l'amical coursier...
Condamné à souffrir pour lui et à saigner.

Trois fois, le clairon — le signal ! — s'entend,
Et l'antre s'ouvre, et la muette Attente
Au sein d'un cirque bondé ses suspend.
Une fois bondit la brute puissante,
Regard sauvage, et sa foulée tonnante
Bat le sol ; aveugle, elle ne s'élance :
Son front çà et là menace, elle tente
Ses premiers chocs, par fureur, en tous sens
Jetant sa queue ; en son grand œil rouge ardeur danse.

Il s'arrête, l'œil fixe... Sauve-toi !
Jeune fou, apprête ton trait cinglant.
Il faut périr alors, ou bien déploie
L'art qui réfrénera son fol élan.
D'un bond tournent les coursiers pleins d'allant,
La bête écume, et blessée se démène
— Le clair torrent pourpre flue de son flanc —,
S'affole et souffre et fuit ; les dards s'assènent ;
De sourds mugissements font s'exhaler sa peine.

Il revient. N'y servent ni dard, ni lance,
Ni bonds furieux du cheval qui se tord.
Assaillent l'homme et son fer de vengeance !
Sa lame est vaine, et plus vain son effort.
Un coursier déchiré couche son corps.
Horreur ! L'autre, éventré, montre l'espace
Sanglant où de la vie frémit l'essor
Mourant, il cabre sa faible carcasse,
Porte son maître indemne, et tremble, et tout surpasse.

Traquée, en sang, soufflant, haine attisée,
Au centre se tient la bête acculée,
Blessée, parmi dards, lance brisée,
Ennemis défaits dans l'âpre mêlée.
Les Matadors jouent à le harceler
Avec la cape et l'épée ; il s'échappe,
Traverse tout, foudroyante foulée...
Fureur lasse ! En la main vole la cape,
Voile son œil ardent... Au sol sa masse frappe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Nastasia-BNastasia-B   20 mai 2013
Le cœur qui te regarde, ô Grèce, est froid
S'il n'est comme l'amant devant l'argile
De l'aimée ; dur l'œil sans pleur quand il voit
Tes murs, tes autels, que le temps mutile,
Volés. Veiller eût été plus utile
Ces reliques que plus on ne restaure.
Maudite heure où l'Anglais quitta son île
Pour ensanglanter ton sein triste encore,
Ravir tes Dieux défaits vers ce Nord qu'ils abhorrent.

(Cold is the heart, fair Greece, that looks on thee,
Nor feels as lovers o'er the dust they loved;
Dull is the eye that will not weep to see
Thy walls defaced, thy mouldering shrines removed
By British hands, which it had best behov'd
To guard those relics ne'er to be restored.
Curst be the hour when their isle they roved,
And once again thy hapless bosom gored,
And snatch'd thy shrinking Gods to northern climes abhorr'd !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Nastasia-BNastasia-B   07 mai 2013
La voile enfle où, vifs, s'engouffrent les vents,
Heureux de l'arracher à son enfance.
Les rochers blancs s'estompent loin devant,
Se perdent vite en l'écume qui danse.
Peut-être alors, de son désir d'errance,
Il se repent ;

(The sails were fill'd, and fair the light winds blew,
As glad to waft him from his native home ;
And fast the white rocks faded from his view,
And soon were lost in circumambient foam :
And then, it may be, of his wish to roam
Repented he, )

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Nastasia-BNastasia-B   25 mai 2013
Le deuil, au deuil toujours restant soumis,
Prit le peu de joie que la vie m'avait promis.
Dois-je plonger encore dans la foule
Pour ce que la paix dédaigne quérir ?
L'appel de la Fête au rire idiot roule,
Tord la joue creuse pour le Cœur trahir,
Laissant l'âme affaiblie plus que languir ;
Faut-il aux traits, que par force il déride,
Cacher la rancœur, feindre le plaisir ?
[...]
Roulez, jours vains ! écoulez-vous sans fond,
Le Temps m'a pris de l'âme la tendresse,
Des maux de la Vieillesse a chargé ma jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Nastasia-BNastasia-B   22 mai 2013
En ce temps, le Ramadan se poursuit,
Dicte sa peine tout au long du jour.
Mais dès que lentement tombe la nuit,
La joie, la fête reprennent leur cour.
Les serviteurs s'agitent tout à tour :
La table plantureuse bientôt se dresse ;
Vaine est la galerie où nul n'accourt ;
Des chambres sourd et se mêle la liesse.
Les esclaves passent et repassent sans cesse.

On n'entend jamais la voix de la femme :
Sans se mouvoir, gardée, voilée, bannie,
Elle livre à un seul son être et sa flamme
Soumise, en cage, sans acrimonie,
À ce maître à qui elle s'est unie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Lord Byron (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lord Byron
Le premier codeur au monde est... une codeuse. Ada Lovelace, la seule enfant légitime du poète Lord Byron, a créé le 1er programme informatique, en 1843. Voici son histoire, alors que la Gaîté Lyrique à Paris consacre une exposition à ce que les femmes ont apporté au numérique, "Computer Grrrls".
Génie visionnaire, elle invente le premier algorithme logiciel, soit le premier programme publié destiné à être exécuté par une machine. Son parcours, spectaculaire et inattendu, elle l'a conduite à aller à l'encontre des stéréotypes de la bonne société britannique sexiste, en pleine la révolution industrielle.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : colonialismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre