AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Florence Schneider (Traducteur)
ISBN : 2226174087
Éditeur : Albin Michel (09/05/2007)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 428 notes)
Résumé :
Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d'avant, les paillettes et les larmes, non merci.

Elle décroche un job dans une résidence d'étudiants où l'on ne s'ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu'il s'agit de meurtres.

Ça tombe bien, le sublime garçon qui l'héberge dans sa sublime maison - Cooper est détective. En plus,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
Syl
  14 avril 2013
New-York,
Heather Wells, jeune femme de vingt-huit ans ancienne star de la pop, s'est reconvertie dans le gardiennage d'un dortoir, plus précisément comme elle aime le souligner, une résidence universitaire. A Fischer Hall, elle occupe une fonction supérieure à celle d'une concierge, elle est l'adjointe de la directrice Rachel Walcott.
C'est cool non ? Et bien pas trop. Mais si elle tient à garder cet emploi, c'est que :
1. ses finances sont navrantes depuis que sa mère est partie roucouler avec son imprésario en Argentine, avec toutes ses économies amassées durant sa carrière de jeune chanteuse,
2. elle se retrouve pratiquement à la rue depuis qu'elle a rompu avec son fiancé Jordan Cartwright, célèbre chanteur d'un Boys Band… l'ayant surpris dans une posture très fâcheuse avec Tina, la dernière favorite de la maison de disque « Cartwright »,
3. elle désire faire les études qu'elle n'a jamais pu entreprendre et profiter des avantages offerts par l'administration sur le coût mirobolant d'une telle entreprise,
4. en l'espace de quelques mois, elle a su se constituer un cercle d'amis qu'elle considère comme une famille… la caissière du restaurant de la résidence Magda, l'agent de sécurité Pete…
5. et… c'est proche du lieu où elle réside à Greenwich Village. Lorsque Heather a rompu avec Jordan, Cooper, un rejeton de la famille Cartwright, lui a proposé un étage de sa maison, héritée du richissime grand-père homosexuel. La proposition étant alléchante Heather n'a pu résister. Cependant pour paiement de loyer, elle assume la comptabilité de Cooper qui est détective privé.
Cooper… Cooper… Cooooperrr… Quand Heather pense à lui, son corps frissonne…
Alors qu'elle essaie un jean taille 46 dans une boutique, tout en pestant contre les chocolats liégeois, les bagels et les sandwichs mozzarella-tomates confites-poivrons huile d'olive, Heather reçoit un appel de Magda. Il y a urgence au dortoir, on a découvert un cadavre coincé dans la cage de l'ascenseur.
Panique ; la direction de l'université reçoit dans un état de transe les pompiers et la police qui établissent un constat : Elizabeth, la jeune fille décédée, surfait sur le toit de l'ascenseur.
Lamentable théorie pense aussitôt Heather ! Cela ne correspond pas avec la personnalité de la trop douce et trop sage Elizabeth qui à l'âge de dix-huit ans portait toujours des culottes blanches en coton.
Une semaine après l'accident, Heather tortille en tous sens ses doutes en menant discrètement sa petite enquête. Soupçons intuitifs qui s'étaient avec une deuxième mort dans l'ascenseur, celle de Roberta Pace, une étudiante au tempérament chaste et obéissant. Roberta aurait voulu planer comme Elizabeth.
Les autorités sous la direction de l'inspecteur Canavan ne trouvent pas pertinente la thèse du crime qu'émet Heather, insistant sur le fait que la petite demoiselle a une imagination exubérante… de son côté Cooper essaie de faire promettre à Heather de ne pas s'investir dans cette malheureuse affaire… Engagement futile, car l'obstination de la directrice adjointe de la résidence universitaire Fisher Hall s'allie à de l'acharnement.
Son enquête, assistée d'un Cooper protecteur désarmé par tant de ténacité, commence par les relations des victimes au sein de l'université. Quelques particularités communes sont à signaler dont une essentielle, la présence d'un jeune homme qui aurait séduit les jeunes pucelles.
En finesse et subtilité… Heather Wells enquête.
Je peux dire que ce livre est une surprise. Sur les conseil d'Adalana il y a plus d'un an, j'ai acheté les deux premiers tomes de la trilogie. Dès la réception, j'avais essayé de les lire et, malgré mon insistance, je n'avais pas dépassé les trente premières pages. Une fois, deux fois, impossible de m'y aventurer. J'ai alors rangé les livres sur mes étagères, les rayant même de mes piles à lire. Puis, il y a peu de temps, j'apprends que Sharon avait eu le même rejet. Pourquoi ? Bizarrement ça nous a motivé et nous nous sommes lancées dans une lecture commune… bien nous en a pris !!! Je me suis bien divertie.
L'histoire de Heather Wells me rappelle les Stéphanie Plum, les Spellman et peut-être même mon croque-mort préféré Hitchcok Sewell. Une certaine impulsivité, des loufoqueries, une ambiance azimutée, un humour inventif, de l'ironie… tout cela pour une intrigue bien conçue dont le dénouement m'a surprise.
Dans ce tome, l'auteur nous livre un bon divertissement et je me questionne dans quelle catégorie vais-je le ranger… policier, roman jeunesse, chick-litt ? car la recette de Meg Cabot est de mélanger les genres… un peu de romance, du suspens et beaucoup de légèreté et de malice. Vous émulsionnez le tout et vous lisez sans vous arrêter, le sourire en prime.
Dans mon élan, j'ai attaqué le deuxième tome, l'ai terminé et commandé le troisième…
Un truc déculpabilisant à retenir : Marcher c'est comme courir pour perdre des calories. Marcher OK, courir jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jadzia
  25 septembre 2013
J'avais depuis un p'tit moment ce bouquin, mélange de chick lit et de polar. Et, je dois bien l'avouer je me suis laisser porter par l'enquête, mais aussi par tous les ressors utilisés dans ce genre de littérature. Ce livre est mignon, je n'arrive pas vraiment à trouver d'autres mots. Certains passages sont un peu cul-cul la praline, mais je me dis que ça dois venir de moi, ayant depuis un p'tit bout maintenant dépassé l'âge cible de cette auteur ou du moins de ces éditeurs. Une (irrésistible) envie de sucré, à faire lire à vos ados et pourquoi pas à vous aussi.
Ps : elle parle quand même pas mal de gâteaux, ce qui me donnerait bien l'envie de m'en envoyer un…
Commenter  J’apprécie          220
Sharon
  16 avril 2012
Les romans de Meg Cabot ne laissent pas toujours des souvenirs impérissables mais ils permettent de passer de bons moments. L'héroïne est assez atypique pour un roman de chick litt. En effet, Heather porte du 46 - comme la majorité des femmes américaines - et n'entend pas se mettre au régime pour rentrer à nouveau dans du 42, encore moins dans du extra-small, comme cette jeune femme qu'elle croise dans une boutique. Elle revendique sa taille et ses certitudes. Parmi elles figure le taux de matières grasses d'une barre Milky Way.
Heather a des rêves. Déchirer les vêtements de Cooper, son propriétaire détective, est sans doute celui qui revient le plus souvent. Pour parvenir à ses fins, il faudrait d'abord qu'elle reprenne ses études, et qu'elle obtienne un diplôme, et si possible un prix Nobel ! Cooper aime les beautés réversibles comme Marian, son ex, belle et intelligente.
Pour l'instant, Heather a surtout un gros soucis : un cadavre a été retrouvé dans le dortoir, pardon, dans la résidence universitaire où elle travaille. Elle ne veut pas croire que cette mort est accidentelle. Elle ne veut pas croire non plus qu'il s'agit encore d'un accident lorsqu'une deuxième jeune fille trouve la mort. le soucis est qu'elle est bien la seule et qu'elle n'est pas la personne en laquelle on fait spontanément confiance en matière de crime.
D'ailleurs, l'enquête criminelle passe au second plan, tant nous sommes pris dans les soucis d'Heather. Nous savons tout sur ses tracas quotidiens dans son travail, son ex, la nouvelle compagne de son ex. La paparazzis s'en donnent à coeur joie, elle moins. Elle parviendra pourtant à ses fins.
Dommage : j'aurai bien enchaîné avec le second tome.[/justify]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LePamplemousse
  14 août 2013
Tiens, un roman pour les filles qui ne nous prend pas pour des godiches, toujours à rêver au prince charmant ni à croire qu'il suffit de fixer le téléphone pour qu'il sonne ou qu'en sautant un repas on va perdre 3 kilos !
Ce roman est très rafraichissant. Nous y faisons la connaissance d'Heather, jeune femme de presque 30 ans, ancienne chanteuse pour adolescents, aujourd'hui devenue la directrice adjointe rondelette (elle met des jeans en taille 46 et elle l'assume ) d'une résidence universitaire.
Dès la première page, Heather est dérangée dans sa séance de shopping car une étudiante vient d'être retrouvée morte sur le campus.
Heather, la tête sur les épaules, prend les choses en main...
Et bien, oui, il faut le dire, Heather aime les gens, elle s'intéresse à eux, à leur vie et parfois elle se mèle de tout...pour notre plus grand plaisir!
Cette héroïne atypique, qui mène l'enquête tout en essayant de se débarrasser d'un ex-fiancé un peu collant, m'a bien fait rire et j'ai passé une excellente soirée en sa compagnie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Analire
  28 juin 2015
Meg Cabot, l'incontournable auteure des ados ! Les éditions Hachette réeditent Une (irrésistible) envie de sucré... pour notre plus grand plaisir ! Je dois vous avouer que j'ai déjà eu le plaisir de lire toute cette trilogie lors de mes années collège ; trilogie que j'avais beaucoup aimé dans le temps, que j'avais envie de redécouvrir avec un esprit plus posé.
Le lecteur fait la connaissance d'Heater, ex-chanteuse pour adolescents, qui a connue un succès passé avec son tube "Une envie de sucré" ; elle est désormais directrice adjointe d'une résidence universitaire (plus familièrement appelée dortoir). Son ex-compagnon l'a trompé avec Tania Trace, avec qui il va désormais se marier et sa mère s'en est allé avec son ancien producteur. Elle se retrouve à loger chez le frère de son ex, dont elle est folle amoureuse. Mais comme si sa vie personnelle n'était pas déjà assez tourmentée, plusieurs étudiants sont retrouvés morts en bas de l'ascenseur. Alors que la police prône les lubies des jeunes à vouloir cotôyer le danger en "surfant" dans l'ascenseur (c'est-à-dire monter sur le toit de l'ascenseur, en passant de l'un à l'autre), Heather, elle, est persuadée que leur mort ne leur ait pas dû. Elle se lance alors dans sa propre enquête pour résoudre ces mystérieux meurtres.
Ce roman est juste époustouflant ! Un chick-lit revisité, combiné à un polar intriguant. de la légèreté, de l'humour ainsi qu'une vraie intrigue dramatique et prenante ; de quoi décontenancer les incontournables du genre. Mais ce n'est pas tout. Autant changer radicalement le genre du chick-lit. Alors que les héroïnes principales des romans pour filles sont sensiblement parfaites, aux visages bien faits, joliements vêtues, intelligentes, Heather, la protagoniste d'Une (irrésistible) envie de sucré sort totalement du lot. Loin d'être ordinaire, elle s'écarte du stéréotype de la fille parfaite : rondouillette, un peu trop rêveuse, pas vraiment intelligente, sympathique, mais pas spécialement belle, cette jeune fille n'a presque rien pour elle. Mais sa profonde détermination va prouver que derrière une apparente façade peut se cacher de brillantes choses.
Car l'intrigue concoctée par Meg Cabot est tarabiscotée, presque irréelle. Ponctuée de rebondissements spectaculaires, de mises sous tensions du lecteur, de suspense et d'angoisse. Quelqu'un a-t-il voulu la mort de ces jeunes femmes ? Si non, pourquoi se sont-elles mises à surfer dans l'ascenseur, sachant pertinemment les risques encourus ? Et c'est précisément Heather qui va se faire la "détective d'un jour" pour rétablir l'ordre dans l'établissement où elle travaille.
En parallèle de cette enquête, on suit la vie peu commune de notre héroïne Heather, qui habite dans l'appartement de l'homme qu'elle aime secrètement, qui est aussi le frère de son ex-fiancé. Ses déboires amoureux nous amusent et son excentricité nous réchauffe le coeur. Meg Cabot arrive précisément à incorporer dans son roman tout un tas d'éléments comme l'humour, presque omniprésent, ou l'amour, souvent présent aussi. Elle mélange les genres pour notre plus grand plaisir, ce qui fait ressortir un roman exceptionnellement génial.
J'ai franchement adoré ce roman. A lire idéalement l'été. de la chick-lit revisitée, brillamment mélangée à une enquête policière, qui forment un cocktail détonnant. Je le recommande !!!
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
jadziajadzia   25 septembre 2013
- Euh... salut, Chris ! dis-je dans l’interphone. C’est moi.
- Qui ça moi ? demande Chris, d’une voix toujours agacée.
- Tu sais bien…, je réponds, sur le ton du flirt. Allez, laisse-moi entrer !
C’est alors que j’ajoute les cinq mots magiques. Ceux auxquels, à en croire les fiches de Justine, aucun étudiant (et Chris en est un, après tout) ne peut résister :
- J’apporte de la pizza !
Un silence. Puis la grille s’ouvre lentement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
GlendaCrochetteGlendaCrochette   17 juin 2012
"size twelve is the size of the average American woman" I point out to him. I know this because I just read it in People magazine. "Are you saying that instead of being average, we're all fat?"
_______
- 42 est la taille de la femme américaine moyenne, lui dis-je.
Je le sais car je viens de le lire dans People magazine.
- Donc pour vous, plutôt que d’être de taille moyenne, nous sommes toutes grosses ?
(traduction personnelle)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AnalireAnalire   22 juin 2015
C'est ce qu'il y a de chouette, avec les chiens. Ils sont toujours si contents de vous voir. En plus, figurez-vous, ils sont bons pour la santé. La tension des gens baisse lorsqu'ils voient un chien. pareil avec les chats. C'est un fait avéré.
Commenter  J’apprécie          100
AnalireAnalire   23 juin 2015
D'où vient le pouvoir du smoking ? Pourquoi ça va si bien aux hommes ? Parce que ça fait ressortir le torse et les épaules, peut-être ? Ou est-ce que cela tient au contraste saisissant entre le blanc immaculé de la chamise et l'élégant revers noir de la veste ?
Commenter  J’apprécie          80
Sirius1Sirius1   30 juillet 2014
Ce n'est pas parce qu'on fait du quarante-six qu'on est grosse. C'est la moyenne des femmes américaine. Eh oui! Et un grand nombre d'entre nous (les filles qui font du quarante-six) ont des petits copains, merci!
Commenter  J’apprécie          101
Videos de Meg Cabot (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Meg Cabot
Extrait de "Le Carnet d'Allie 2 - La Nouvelle École" de Meg Cabot lu par Camille Donda. Editions Audiolib. Parution le 7 novembre 2018.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-carnet-dallie-2-la-nouvelle-ecole-9782367627403
autres livres classés : chick litVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Meg Cabot ?

Combien de livres Meg Cabot a-t-elle écrit environ ?

30
40
50
60

10 questions
95 lecteurs ont répondu
Thème : Meg CabotCréer un quiz sur ce livre
.. ..