AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207013623X
Éditeur : Gallimard (31/05/2012)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Comme le rythme du cha-cha-cha, les trois nouvelles de ce livre progressent par répétition et par contraste. Elles commencent toutes par une scène identique : un après-midi de pluie, un homme et une femme déjeunent dans un restaurant du centre ville de La Havane. Cependant, cette rencontre donnera lieu, à chaque fois, à une histoire d'amour différente et elle sera le point de départ d'un récit qui est aussi un voyage dans le temps, à la recherche de l'un des multipl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
andras
  02 mars 2016
C'est un court texte d'un auteur cubain qui après avoir eu sa place sous le régime castriste, a ensuite rompu avec lui puis a vécu en exil. le texte est en 3 parties précédées d'une brève introduction et suivies par une aussi brève conclusion. La forme est assez déroutante : les 2 premières parties partent toutes les 2 de la même scène dans un restaurant de la Havanne, où un homme et une femme qui sont amants, ont diné. Mais les 2 histoires évolueront très différemment l'une de l'autre. Enfin la troisième partie, de loin la plus longue, part elle aussi du même point de départ mais elle est écrite à la première personne et c'est l'homme qui parle. La femme disparait rapidement et le récit de l'homme va nous parler de Cuba, de la littérature, de la politique et des rapports entre les trois. le Cha-cha-cha vient se glisser là-dedans. C'est assez décousu - surtout pour qui ne connait pas Cuba, j'imagine - mais il y a néanmoins des passages qui m'ont bien plu.
Commenter  J’apprécie          20
Pat0212
  15 mai 2018

Il s'agit d'un petit recueil de trois nouvelles. Cabrera Infante part de l'idée de créer un morceau de musique avec des variations, il se réfère aux célèbres Variations de Bach.
Les trois textes ont de nombreux points communs et la ressemblance est encore plus frappante entre la première et la deuxième nouvelle. Dans chaque texte, l'auteur se livre à un exercice d'écriture différent. La troisième nouvelle est la plus différente des autres.
Les points communs: Nous sommes à la Havane un jour de pluie torrentielle, un couple est au restaurant « La meravilla ». Ils parlent de différents sujets,mais particulièrement de la mort, sujet qui intéresse surtout la femme. Ces nouvelles révèlent différentes facettes et différentes époques récentes de l'histoire cubaine. Les héros n'ont pas de nom et il s'agit chaque fois de couples différents, dont la femme est comédienne.
Les deux premières nouvelles sont très proches, on a vraiment l'impression de lire une variation du même texte. Par exemple, dans le premier texte l'homme dit à sa compagne » qu'elle a des yeux de juive dans un visage de chrétienne » , alors que dans le deuxième texte, l'homme dira » des yeux de chrétienne dans un visage de païenne ».
Dans le grand écho: Nous visitons une fête vaudoue. le jeu d'écriture porte sur la description de la fête qui est un long texte sans ponctuation, remplacée par la conjonction « et »
Une femme qui se noie: Parle de l'époque de Batista quand les touristes américains venaient en nombre.
Coupable d'avoir dansé le cha-cha-cha: parle des débuts de la dictature castriste. Structure assez différente des textes précédents, bien que l'on soit dans le même restaurant. La femme part au théâtre où elle joue et l'homme reste seul. Il se lance dans un monologue très compliqué fait de références culturelles et surtout littéraires, mais sa pensée est loin d'être claire. J'ai eu de la peine à lire les 20 pages embrouillées de ses élucubrations. Et même si la chute de la nouvelle est intéressante, j'ai trouvé ce texte peu attrayant par rapport aux deux autres. Cette nouvelle occupe à elle seule la moitié du livre.
L'idée de départ est originale. Si les deux premières nouvelles sont vraiment agréable à lire, la dernière n'est pas aussi réussie malheureusement et j'ai vraiment dû me retenir pour ne pas sauter quelques paragraphes du long , trop long monologue du héros. Par contre j'ai adoré cette définition du communiste : » Animal qui a lu Marx et se met à attaquer les autres hommes »

Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marti94
  02 novembre 2013
J'ai commencé mon approche du Cuba où nous partons dans 2 mois, avec Pascal, pour notre voyage de noce. Les latinos sont vraiment intéressants dans leur approche littéraire. La Havane évoquées à 3 époques par Guillermo Cabrera Infante me permet de plonger la tête la première dans l'épopée qui nous attend, en dansant le cha cha cha. Il y a juste un peu de mauvaise fois qui sent le règlement de compte avec le système castriste auquel il a pourtant participé.
Lu en juin 2012
Commenter  J’apprécie          10
sarareigel
  11 novembre 2016
Je n'ai pas franchement apprécié ce livre. Il est écrit en trois histoires, les deux premières sont semblables, si pas pareils, il ne s'est donc pas cassé le cul si je peux dire. le style est pas mal, pour le reste le thème n'était pas très intéressant, cela partait un peu dans tous les sens. J'ai à plusieurs reprises voulu l'abandonner mais vu le peu de pages, j'ai persévéré, à contre-coeur.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
NierikaNierika   01 octobre 2017
STEKEL : "Tous les névrosés ont le coeur religieux. Leur idéal est le plaisir sans la faute. Le névrosé est un criminel qui n'a pas le courage de commettre un crime". (Je pense à Pavese, qui a dit, juste avant de se tirer une balle : "Les suicidés sont des homicides timides.")
Commenter  J’apprécie          20
sarareigelsarareigel   11 novembre 2016
C'est quelque chose qui m'arrive souvent, je lis une ligne vingt fois, trente fois, je la relis encore et je n'y comprends rien, parce que ma distraction m'en fait perdre le sens, et je ne lis que des mots, dessins crochus et sons qui ne signifient rien.
Commenter  J’apprécie          20
art-bsurdeart-bsurde   13 juillet 2013
- Reviens dès que tu as terminé.
Ma dernière phrase avait été la jumelle de son : Tu m'attends ici ? C'est de ce genre de tautologies tordues qu'est faite la conversation - et la vie aussi.
Commenter  J’apprécie          30
NierikaNierika   01 octobre 2017
Il regarda ses yeux, sa bouche, la naissance de ses seins - et il se souvint. Il aimait se souvenir. Se souvenir, c'est ce qu'il y a de meilleur. Parfois il croyait que les choses ne l'intéressaient que pour pouvoir s'en souvenir ensuite.
Commenter  J’apprécie          20
sarareigelsarareigel   11 novembre 2016
Plus nous lisons de livres, plus il nous paraît clair que la véritable fonction d'un écrivain est d'écrire un chef-d'oeuvre, et qu'aucune autre tâche n'a d'importance.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : La Havane (Cuba)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
257 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre